LA SURVIE DE L’ESPÈCE : RUPTURE DE STOCK !

C’est de votre faute !

Honnêtement, cela fait plutôt plaisir : merci à vous tous ! Mais ceux d’entre vous qui n’avez pas encore d’exemplaire, il faudra prendre un peu votre mal en patience : le deuxième tirage est en route.

Merci en tout cas, de la part de Grégory et de moi-même !

Partager :

53 réflexions sur « LA SURVIE DE L’ESPÈCE : RUPTURE DE STOCK ! »

  1. bah voila apres l’iphone 5 la frenesie atteint la survi de l’espece, a la difference pres que la rupture de stock de l’iphone etait fictive, celle de la survie de l’espece est bien palpable et ca fait plaisir. Bravo messieurs.

    1. On en a tiré un ou deux de moins, celà dit, mais à peine. Blague à part, rupture de stock, ça ne veut pas dire que tout est vendu (encore qu’il le sera certainement), ça veut dire que tout le stock est placé et qu’un libraire qui recommande doit attendre le retirage. Reste qu’en deux semaines, c’est très bien.

  2. En plus d’un exemplaire qui me sera destiné (on n’est jamais mieux servi que par soit-même) j’attends le résultat du tirage au sort des cadeaux de notre petite fête de « nowel », chacun offrant à une personne. Certains de ces joyeux participants se tapent de la crise et de son analyse comme de leur première sucette. Attendons un possible problème devant les distributeurs de billets pour qu’ils commencent à marquer un certain intérêt à cet endroit. L’année prochaine ? Mais salaire-pipeau-pète, si les DAB ne sont plus alimentés …

  3. Comme il est cependant vraisemblable que « l’annulation  » du stock ( à défaut de celle de la dette) est due en partie à la communauté du blog , il vous appartient peut être encore d’alimenter un peu l’étage suivant de la fusée , pour atteindre la vitesse de libération de l’attraction terrestre .

    Un grand pas pour l’humanité .

    1. Le blog a apporté des lecteurs mais l’éditeur Futuropolis a une très bonne image dans le monde de la BD.

      Du reste si Arte est coéditeur c’est probablement parce que la prochaine intervention de Paul Jorion sera cinématographique ou télévisuelle !

  4. salut
    je l’avoue, j’en ai achete plusieurs pour offrir.
    il faut faire le tome 2 car il y a beaucoup d’autre chose qui ressortent de ce blog

  5. Et allez !, une commande supplémentaire de 2 exemplaires pour offrir à Noël ! C’est vrai qu’elle est géniale cette BD.

    1. Ouf ! J’ai enfin récupéré mon mien. Parce que le problème avec les bandes dessinées, surtout lorsqu’elles sont bonnes, c’est qu’une fois prêtées, bain…, on a beaucoup de mal à les r’avoir. M’enfin, j’ai eu raison de pas trop désespérer, pour cette fois… Ça a même donné une idée cadeau, pour certains à qui je l’ai prêté… À Futuropolis, avant Noël, si ça continue comme ça, … vont exploser les compteurs ! HA, HA !!

  6. on peut savoir à combien d’exemplaires c’était tiré, histoire de savoir combien on sera à savoir survivre, enfin, dans un premier temps…

  7. Je me disais en lisant le titre de Paul que si la survie de l’espèce n’était pas le titre d’une B.D et que demain matin en une de votre quotidien préféré s’étale ce titre -en manière de constat!- : La survie de l’espèce: rupture des stocks!
    Qu ‘en penseriez-vous?

  8. Je me demande si un jour ca vaudra autant que tintin chez les soviets : le spéculateur qui sommeille en moi se réveille !!

    1. Alors dépêchez-vous : la seconde édition aura quelques menues corrections. Je sais qu’il y en a que ça émoustille, ce genre de détail !

      1. Donc l’important est la première version de l’oeuvre… Mazette, on va pouvoir spéculer sur la première édition…. Bingo !!!

        Muhahahahaaaa !!!!!!!!

      2. Z’avez intérêt à avoir du stock pour Noël !
        J’avais différé mon achat pour le sapin, j’aimerais pas avoir des chaussons vides.

      3. menues corrections mon oeil

        le titre va changer ça sera « The Wall Street Dead », puis une série gros budget sera tournée.
        Le casting n’est pas fixé: qui pour le rôle de Rick et de Shane, pour l’instant des noms circulent
        mais rien n’est tranché…

      4. il y en a que ça émoustille, ce genre de détail

        Absolument !

        Dans 30 ans, chez Sotheby’s ou ce qui en tiendra lieu à ce moment-là (fiction) : « Attention, à présent une pièce extrêmement rare, la toute première édition de la Survie de l’Espèce, avec encore quelques petites erreurs dedans ! Mise à prix : 320 000 000 000 d’Euros ! » (Oui, l’Euro a été maintenu mais a légèrement dévalué par rapport à l’époque actuelle, mais à 1 Euro de maintenant = 1 000 000 d’Euros à ce moment-là, la somme est quand même rondelette ! 😉 )

        Mais bien entendu je ne vendrai jamais !

      5. à Olivier B.
        Ben non justement, si la BD anticipe l’agonie du capitalisme, dans le Monde d’Aprés faut espérer que tout le monde puisse se la payer ou encore qu’elle n’ait pas de valeur au sens d’aujourd’hui ou que sais-je, je ne connais pas la Monde d’Aprés..héhéhé

    1. A quand ( façon World War Zed ) … The Talking DeadLes Economistes Zombies !
      Le monde attend la mise à nu de tout le cauchemar …

  9. CULTURA n’a pas la BD, ni  » misère de la pensée économique » en rayon !!!
    J’ai réservé et reçu le tout dont 2BDs, celle-ci est MA-GNI-FIQUE et sera à nouveau commandée et recommandée.
    BRAVO et merci .

  10. YES !

    Putain où vont se cacher les -minuscules- victoires par procuration…

    Sur le site de la Fnac, vous n’êtes même pas dans le top100…

    Logique…

  11. Il en reste 5 dans 6 FNAC en RP !? sont trop fort sur le site fnac.com 🙂
    J’en avais laissé un en rayon à Villebon samedi, mais apparemment il est parti.

  12. Il n’est plus que 58 eme au classement, mais un spéculateur le propose sur Amazon à …44€!!!
    Chassez le naturel, il revient au galop.
    Vive la rupture de stock.

    1. Moody’s recognises that the government recently announced measures intended to address some of these structural challenges. However, those measures alone are unlikely to be sufficiently far-reaching to restore competitiveness, and

      Moody’s notes that the track record of successive French governments in effecting such measures  »over the past two decades has been poor ».

      http://www.zerohedge.com/news/2012-11-19/one-fewer-aaa-club-moodys-downgrades-fraance-aaa-aa1

    2. La France est en train de sortir de l’oeil du cyclone des agences de notation. La logique des marchés main dans la main avec nos gouvernants entraînés par la folle musique néo-libérale décadente, continue son oeuvre mortifère sans que rien ne soit modifié au financement des états (au gré et à l’humeur des prêteurs spéculateurs) et au financement des banques (0,75% même si elles sont une m***e totale). Si les banques empruntaient sur le même marché, personne ne leur prêterait un kopek…C’est pour cela que la BCE assure cette fonction. D’après un ami dans la finance, si la BCE n’était pas là, en deux jours, tout s’effondrerait. Un rien rassurant.
      Consultez le Peuple sur la question, et vous verrez bien ce qu’on en pense de votre machine à renflouer les poches du capital en fin de course et à puiser dans les poches du travail (et du travail passé, aussi : formidable !).
      Souvent, je m’arrête un instant, je suis consterné et tout cela m’écoeure et je ne veux plus y penser.
      En effet, que faire devant tant de bêtise, de manque de vision, d’acharnement dans l’erreur ?

      1. La seule chose à faire c’est de continuer à éclairer son entourage, jusqu’à ce qu’ils prennent conscience de la supercherie sur laquelle tout repose. Tant que ce cap ne sera pas franchi, les choses ne bougeront pas, car l’inertie est un trait majeur de la masse populaire, c’est dire l’énergie qu’il faut tous y consacrer…

  13. Bientôt : la survie d el’espèce : rupture de lecteurs ! Decembre 2012, maya calaendar fatality ! Tous au Bugarach !

  14. Plus sérieusement, M. Jorion , un ami m’a parlé de ce rapport prospectif sur l’énergie émis par la IEA, international Energy Agency : dans quelle mesure pensez-vous que cela puisse être crédible d’une part et d’autre part que cela puisse renverser la tendance baissière de l’économie actuelle ? Merci de votre réponse ou de celle d’autres contributeurs.

    http://www.iea.org/newsroomandevents/pressreleases/2012/november/name,33015,en.html

  15. Bonsoir à tous,
    en tant que fidèle de ce blog, je suis, comme beaucoup « d’entre nous », très excité par la parution de « la survie de l’espèce » (à ce propos, y a t-il des traductions prévues, et si oui, dans quelle(s) langue(s)), qui va me permettre de faire partager à beaucoup plus et de manière moins à priori rébarbative, tout ce que j’ai découvert ici depuis maintenant plusieurs années. Néanmoins, j’ai dans mon entourage proche quelques récalcitrants ou plutôt, un peu plus méfiants que la moyenne, qui avant même d’accepter simplement de découvrir quelque chose se posent la question de savoir dans quel but une personne comme Paul Jorion crée un blog comme celui si ce n’est pour pouvoir après « faire de la tune en vendant ses bouquins ». S’en est suivie une discussion âpre ou je tentais, certainement trop maladroitement, de ressortir ce que j’avais pu retenir. J’ai manifestement manqué de précision et surtout de références quand à certaines notions de base comme les SUBPRIMES et la manière dont ces prêts étaient accordés. La personne en question m’affirmant que le seul problème de ces contrats étaient leurs taux variables exorbitants. Il me semblait pourtant bien avoir entendu Paul Jorion, dans une vidéo, décrire la manière dont ces prêts étaient accordés (dans la banque où il travaillait aux Etats Unis) à des emprunteurs dont les « critères » étaient plus que légers (pour faire court). Quelqu’un peut il me dire où je peux retrouver ces renseignements sur le blog?… liens, vidéos, ou billets, je ferais feu de tout bois, en vous adressant par avance un grand merci, et toute ma reconnaissance.

    1. Arnaud,

      Vous avez parfaitement raison concernant les subprimes, puisque le problème n’était pas la variabilité du taux mais le fait que les emprunteurs n’avaient aucun moyen de rembourser leurs emprunts.

      Vous trouverez tous les billets de Paul sur le sujet en utilisant la fonction « recherche » en haut à droite du blog, et en tapant « subprimes ».

    2. @Arnaud :

      Ceci étant , pour vérifier que vos amis ne s’abritent pas derrière l’argument d’une suspicion de mercantilisme culturel pour s’éviter de lire , vous pouvez leur conseiller la lecture assidue ( même sélective) et gratuite du blog , et leur prêter le ou les bouquins dont vous vous seriez rendu vous même acquéreur .

      Après avoir jugé sur pièce ,et non par a priori négatif ( même si l’esprit critique peut et doit s’exercer aussi sur ce type de mise en cause ) , ils pourront alors , ayant sorti le nez du guidon et la cervelle de la paresse simpliste et hypocrite , se déterminer sur ce que ça  » vaut » .

      Et éventuellement participer à la donation mensuelle !

    3. Bonjour Arnaud,

      la réponse peut-être à lui faire est dans le terme même de « subprime », les emprunteurs de bonne qualité, jugés fiables étant qualifiés de « prime », et ceux jugés de mauvaise qualité, qualifiés de « subprime ».

      Voir L’Argent mode d’emploi pp 91-93.

      […] À partir du milieu des années 1990, les établissements de prêt américains ont cru trouver dans la « cote Fico », qui attribue à chaque consommateur une notation censée refléter sa capacité personnelle à rembourser l’emprunt qu’il contracte, la formule miracle qui permettrait de jauger chacun au degré exact de risque de non-remboursement qu’il représente pour celui qui lui accorde un crédit, moyen censé éviter de pénaliser les bons payeurs en leur faisant partager le coût du risque créé par les mauvais. Mais, là aussi, l’instrument de mesure n’était nullement immunisé contre les variations dues au contexte économique global: la dépression qui débuta en 2007 affecta les emplois, et la notation de la cote Fico cessa rapidement de mesurer de manière adéquate le risque de non remboursement d’un emprunt. La réaction des établissements de crédit immobilier résidentiel américains fut rapide mais futile : alors que la frontière traditionnelle séparant les emprunteurs de bonne qualité, qualifiés comme on sait de «prime », de ceux de mauvaise qualité, qualifiés, eux, de « subprime », avait été fixée par eux sur une base purement empirique au niveau 620 (l’échelle Fico s’étend de 350 à 900 points), ils réagirent aux défauts de paiement qui se multipliaient rapidement,dès les premiers mois de la crise, par un « recalibrage » de l’échelle consistant à soustraire 40 points à chacun. Ce palliatif improvisé ignorait entièrement
      le fait que, dans son évaluation du risque de non-remboursement, l’échelle Fico est logarithmique et non linéaire, et qu’une perte de 40 points ne représente donc pas un même accroissement du risque selon que l’on se situe en haut ou au bas de l’échelle. En conséquence, la limite entre les deux catégories prime et subprime fut redéfinie arbitrairement comme étant désormais de 660, dans une vaine tentative d’intégrer les modifications du contexte économique intervenues entre-temps. La brutalité de la crise priverait bientôt de signification ces ajustements dérisoires. La preuve de la fragilité des systèmes économiques complexes qui sont les nôtres depuis la révolution industrielle était faite, une fois de plus, rappelant qu’ils ne fonctionnent de manière relativement satisfaisante que dans des conditions d’équilibre partiel de plus en plus en difficiles à réunir, et donc de plus en plus fortuites.[…]

    1. Bravo à vous d’avoir sur reconnaitre de quel chateau il s’agit. Le choix n’est pas anodin sur le type de chateau et le type de propriétaire qu’on peut en imaginer, mais pas le choix de ce chateau là en particulier. Je découvre par votre remarque que je ne suis pas le seul à qui il a tapé dans l’oeil.

      http://en.wikipedia.org/wiki/Highclere_Castle

  16. Petite question :

    Qu’allez-vous faire de votre surplus ? ‘;o)…

    En attendant, merci à vous, cette BD est superbe !

Les commentaires sont fermés.