AU RETOUR DU VICOMTE

Je viens de rentrer de la deuxième fin d’après-midi / début de soirée passée au Vicomte, suivie d’un repas partagé par ceux qui ne voulaient pas que ça s’arrête. Hier vendredi, nous étions quinze, ce soir nous étions treize.

Au moment d’ouvrir la porte de mon appartement, je me suis mis à chantonner Pearl’s the Singer d’Elkie Brooks. Quand c’est comme ça – vieux réflexe d’un admirateur de Sigmund – je cherche la raison, et je la trouve en général, au niveau des associations d’idées bizarroïdes. Mais là : rien, si ce n’est la bonne humeur, le plaisir de vivre…

L’absence d’une bonne explication ne constitue cependant pas un motif suffisant pour vous priver de la voix gouailleuse d’Elkie Brooks. Alors la voici, en 1977, pour votre plaisir comme le mien.

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Ah ! Les Platters, on ne les retrouve que là : Only You(tube). Dommage que la synchro soit défaillante, le…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta