Edward Snowden : COMMENT STOPPER L’HÉMORRAGIE ?, par François Leclerc

Billet invité.

La NSA a-t-elle pu identifier l’ensemble des documents subtilisés par Edward Snowden ou est-elle toujours dans l’incertitude ? Dans les deux cas, elle cherche comment stopper leur divulgation, et c’est au tour de James Clapper, le directeur national du renseignement américain, de s’y coller, les précédents ballons d’essai n’ayant rien donné. Devant une commission sénatoriale, il vient de déclarer « Snowden affirme qu’il a gagné et que sa mission est accomplie. Si c’est le cas, je lui demande, ainsi qu’à ses complices, de rendre les documents volés qui n’ont pas encore été rendus publics afin d’empêcher tout dommage supplémentaire à la sécurité des États-Unis ». Seuls un millier de documents l’auraient été sur un total estimé à 58.000.

L’affaire se complique aux États-Unis : un sondage du 22 janvier du Pew Research Center révèle que 57% des Américains de 18 à 29 ans considèrent qu’Edward Snowden a « servi l’intérêt public ». Le pourcentage descend ensuite suivant les tranches d’âge : 48% (30-49ans) et 39% (50-64ans) et 35% au-delà.

Partager :