LES PIIGS ET NOUS, par AncestraL

Billet invité.

P.ortugal, I.talie, I.rlande, G.rèce, eS.pagne – les PIIGS. Ces « cochons » de l’Europe – cette prétendue Europe en 2008 qui était forte, influente, économiquement bonne, politiquement « équilibrée  et  démocratique » – sont ces pays proches, nos voisins, sous le coup de l’austérité et qui connaissent encore mille remous dans leurs rues, sans qu’en France l’on n’en parle plus car la presse a déclaré cela inintéressant, anxiogène et devenu désormais quotidien. Comme nous qui encore sommes chanceux (si si), ils vivaient il y a fort longtemps dans le confort et l’aise. Mais les vrais cochons, qui décident, en ont décidé autrement (cela me rappelle soudain La Ferme des Animaux…)

En effet, l’horreur économique de la sacro-sainte « austérité » (qui ne concernera jamais directement ceux qui la commanditent) fait ses dégâts en pagaille chez les PIIGS et chacun, là-bas, la fuit du mieux qu’il le peut : en bossant au noir, en vendant des bricoles sur le bord du trottoir ou en s’y prostituant, en vendant ou consommant des stupéfiants, en braquant une supérette, et même en s’inoculant le VIH pour percevoir une allocation – voire en quittant le pays pour un autre. Etc, etc. La liste est longue et cruelle. Ces « petites gens » perdent tout, mais ils s’y risquent justement pour cette même raison. Il n’y a plus rien à perdre, sauf la vie, sauf l’espoir que cela s’arrange, un jour.

Cette petite liste est le reflet à l’inverse, du mode de vie des membres de la Troïka et de toute la clique en col blanc qui siège, qui dans les Parlements, qui dans les CA et CE des entreprises… Même si ces gens-là bien comme il faut – qu’on ne retrouve que trop rarement derrière les barreaux et qui propagent avec paix, la démocratie à coups de bombes chez les non-alignés à leur politique impérialiste – ne se privent pas d’abuser eux aussi de drogues, de prostituées, etc. Parfois la presse en parle tellement personne n’oserait croire que ce soit possible.

Eh oui, ils font comme les autres (mais Mort Aux Faibles quand même !) mais pas pour les mêmes raisons ni dans le même cadre – et ils n’ont pas peur du lendemain car ce sont eux qui l’écrivent, pour vivre mieux. Eux vivent toujours dans le confort et l’aise (sauf Kerviel). Ils ne se sentent pas menacés par personne car justement, ce sont eux qui menacent. En vérité, depuis le début de la crise, ils n’ont jamais été aussi puissants et les peuples sont à leur merci – pas encore à leurs pieds heureusement, même si Nafeez Ahmed nous informe que le Pentagone se prépare à contrer les mouvements de rupture de la société civile. « Nulle part où se cacher ! » : apprenez cela par cœur !

« En 2012, les SDF à Paris étaient au nombre de 28.800 dans l’agglomération parisienne : une augmentation de 84% depuis 2001. La capitale regroupe en tout près de 43% des SDF du pays. » Des SDF, il y en a malheureusement plein les prisons et si certains ne le sont pas quand ils y rentrent, je vous assure que beaucoup le seront en sortant, même si moi et mes collègues faisons ce que l’on peut pour leur éviter cela. Et autre chose : les prisons débordent, et c’est effrayant. Les profils délinquants et criminels suivent aussi « la tendance » donnée par la Crise : il y a plus de cambrioleurs, de voleurs à la tire, d’escrocs, de fabricants de fausse monnaie, mais également d’autres pécheurs : des violeurs, des tueurs, des pédophiles, de grands bandits et des myriades de consommateurs de stupéfiants (jamais vu autant de drogue que ces deux dernières années). Tout s’exacerbe depuis la crise. C’est effrayant, vraiment. En fait, cela ne révèle qu’une chose : la France, elle y vient, dans le cercle des PIIGS. On le sait : le monsieur à la tête de l’État il a dit que la courbe du chômage allait s’inverser. Il y croit lui, l’homme des 3% et moins. Il l’a vu sur le graphique (ok, il le tenait à l’envers…). S’il a dit ça, c’est parce qu’il sait qu’on plonge tête baissée.

Alors, le matin, avant de faire mon devoir de servitude volontaire pour l’État, je pense à ces personnes que je côtoie au quotidien, tous ces pauvres, ces sans-abris, de toutes nationalités (30 dans mon établissement). Beaucoup viennent de ces pays en crise. Irakiens, Afghans, Ukrainiens, Russes, Polonais, Iraniens, Albanais, Roumains, Hongrois, Géorgiens, Tchétchènes, Lituaniens, Maghrébins, Nigériens, Nigérians, Somaliens, etc. Là-bas, ils n’ont rien, et l’Occident leur semble bon, et tout ce qu’on leur promet, c’est de retourner dans leurs pays sans revenir dans le nôtre. Eux ne vivaient là-bas ni dans l’aise ni dans le confort, et ne trouvent que rarement cela en France. Et leur pays est certainement lui aussi écrasé. Je me dis que, au-delà de ce qu’ils ont commis et qui n’est pas excusable, ces étrangers mais aussi ces Français, ils souffrent, où qu’ils soient, et ils cherchent à ne plus souffrir, à avoir un toit, un travail, fonder un foyer, avoir une famille certainement – comme tout être humain. Je me dis que moi, Occidental, ai encore de la chance de ne pas être dans leur condition si humaine. Ils endurent des choses vraiment difficiles, affreuses. Ils peinent, mais c’est un choix de société et il faut bien payer pour ses délits. Je ne suis pas sûr que l’enfermement aidera la majorité d’entre eux à s’en sortir par contre.

Je vis encore dans le confort et l’aise. J’ai encore de la chance que le Système veuille bien de moi et m’autorise à vivre ainsi en son sein. Mais je crois que tout là-haut, ils n’ont plus envie que j’y vive, ni mes compatriotes, et qu’un de ces quatre matins, la Troïka viendra frapper au heurtoir de la France, et j’espère que le Pentagone aura bien fait son boulot, car la France on ne la reconnaîtra plus. La Grèce met à la porte des masses de fonctionnaires. Verra-t-on cela en France ? Le Sanglier deviendra-t-il un Cochon ? Vous battez-vous aujourd’hui pour votre confort actuel ? Ou bien vous laisserez-vous dépouiller de celui-ci, demain ? Deviendrez-vous aussi un Séparatiste du Donbass ? Comment empêcher cela ?

Partager :