EPR de Flamanville : Qui va l’emporter ? La noble vérité ou la dure réalité (économique) ?, par Roberto Boulant

Billet invité.

Le couvercle et le fond du réacteur de l’EPR de Flamanville présentent des valeurs de résilience en dehors des normes prévues. Quand on connait la prudence et le soin dans le choix des mots, dont et coutumière l’ASN, on se dit que le problème est vraiment énorme pour que son président dise, selon Le Figaro : « Je ne présage en aucune manière de la décision qui sera prise, compte tenu de l’importance de l’anomalie, que je qualifie de sérieuse, voire très sérieuse. » (Voir aussi Le Monde).

Les protections périphériques et le circuit primaire ayant déjà était posées, s’il s’avère qu’il faut changer la cuve, la seule solution consistera… à tout casser pour la sortir !

Question n°1 : qu’en est-il des autres EPR ? Les cuves livrées à la Chine ont-elles le même problème ?

Question n°2 : devinez qui va payer ?

À moins bien sûr que l’exploitant torde le bras de l’ASN en passant par le niveau politique. Sur le thème du « les valeurs relevées, bien qu’en-dehors des normes, sont tout de même largement suffisantes pour assurer le bon fonctionnement du réacteur ».

Affaire à suivre…

19Shares