EDF : le cadeau empoisonné laissé aux générations futures, par Roberto Boulant

Billet invité.

Tout était clair, net et précis : EDF, fière d’une maîtrise technique inégalée, s’était engagée à démanteler d’ici à 2045 ses réacteurs de première génération implantés sur les sites de Saint-Laurent-des Eaux, Chinon et Bugey.

Sauf que bien entendu, les belles promesses éclatent comme des bulles de savon en heurtant la dure réalité. En fait, l’électricien ne sait absolument pas comment s’y prendre et rencontre les pires difficultés face à des machines dont l’architecture est un cauchemar d’ingénieur, puisque n’ayant pas été prévues pour être déconstruites !

Heureusement l’ingénierie comptable de l’entreprise se montre infiniment plus performante, et grâce à elle, vient d’être trouvée une solution originale et innovante dont la logique ne souffre aucune critique: puisque, comme le prouve le chantier de la centrale nucléaire des Monts d’Arrée dont le démantèlement est en cours depuis 1985 (!), nous ne savons manifestement pas faire, eh bien.., léguons le problème à nos petits-enfants !

Ainsi EDF promet-elle maintenant de terminer les chantiers vers 2060, voire plus probablement pour le début du 22ème siècle !

D’une pierre, deux coups : la provision pour ces chantiers pharaoniques disparait des livres comptables, et la charge en est transférée à la collectivité, à ceux qui ne sont pas encore nés ! Magique non ?

Naturellement EDF entend bien profiter de cette martingale en procédant de la même manière pour évacuer son autre problème insoluble, celui de l’enfouissement des déchets.

« Les générations futures trouveront bien une solution », symbole de notre époque et de sa fuite éperdue en avant : l’irresponsabilité élevée au rang des beaux-arts !

Partager :