PAS DE RELÈVE POUR LES BANQUIERS CENTRAUX, par François Leclerc

Billet invité.

La Fed et la Banque du Japon s’étant exprimées, le tour suivant va être à la BCE, qui en semble bien embarrassée. Condamnée à ne pas rester dans l’inaction, que peut-elle faire de plus ?

Baisser son taux négatif étant exclu à la suite des protestations véhémentes des banques, elle ne peut que décider de poursuivre son programme d’achats mensuel de 80 milliards d’euros de titres au-delà de son terme, prévu en mars 2017, après avoir racheté 1.000 milliards de dette publique en dix-huit mois sans pouvoir se prévaloir de résultats significatifs (la situation pourrait être pire si elle n’intervenait pas, fait-elle valoir). Mais ce projet rencontre de sérieux obstacles.

La règle voulant que les achats de titres de dette par pays soient proportionnels à leur participation au capital de la BCE, son application coincera en cas de prolongation du programme, car il n’y aura pas assez de titres allemands. Et la modifier n’est pas à sa portée pour des raisons tant politiques que juridiques, la BCE s’étant par ailleurs donné comme limite de ne pas détenir plus de 33% de la dette d’un pays, aller au-delà lui donnant un pouvoir qu’elle ne souhaite pas vouloir exercer. Attendons pour savoir la suite…

Les banquiers centraux ne manquent pas de conseils, quitte à ce qu’ils soient contradictoires. Michael Heise, l’économiste en chef de l’assureur Allianz, rejette comme « particulièrement dangereux » l’option de l’Helicopter Money, tandis que l’économiste britannique Robert Skidelsky, prenant le contre-pied, estime inévitable à terme son avènement en raison de l’effet qui va en diminuant des politiques non conventionnelles déjà déployées. Brad DeLong, professeur à Berkeley, considère pour sa part que « si ce n’est pas notre plus grand espoir, je me demande quel est celui-ci ».

Lancé, ce débat ne s’arrêtera pas tant qu’il ne sera pas clairement tranché. Mais pas un banquier central, de Ben Bernanke à Janet Yellen et à Mario Draghi, ne s’y est avisé jusqu’à maintenant. À l’exception il est vrai de Haruhiko Kuroda, le gouverneur de la Banque du Japon, qui pourrait paradoxalement être le premier à franchir le pas…

La question suivante est bien entendu : l’effet de cet expédient de dernier ressort sera-t-il celui attendu ?  À quoi faudra-t-il sinon se résoudre ?

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta