Présidentielles 2017 : place au catch et au Cash, par Vincent Rey

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Les candidats à l’élection présidentielle s’affrontent sur des terrains convenus, et le citoyen est invité à regarder ça, comme on regarde un match de catch. Puis les vainqueurs se répandent sur les ondes, ils sont devenus des « stars » divertissantes.

Comme l’a justement remarqué l’analyste Thomas Legrand, le jeu de l’élection, tel qu’on veut nous le montrer, tend à se résumer à un jeu de boules et de quilles. Fillon était boule, Sarkozy était quille, Valls se pensait la boule de Hollande, il fut la quille de Hamon…

Les journalistes en exercice arbitrent ce jeu de boules, que les présidents de chaîne encouragent certainement. Un « strike » comme celui de François Fillon à la primaire, c’est de l’audimat, et l’audimat pour une chaine, c’est du cash, des rentrées publicitaires supplémentaires.

Nul doute que le « Strike » du Canard enchaîné sur Pénélope Fillon, fera bientôt tomber Fillon devenu quille à son tour : et encore de l’audimat, et encore des rentrées publicitaires…

Les sujets de réflexion politiques passent au second plan. Le peuple préfère le catch, les chaînes y gagnent aussi, alors place au catch !

Approfondir un sujet, comme jadis le faisait Jean-Marie Cavada dans son émission « la marche du siècle », s’adresser à l’intelligence des candidats, à leur créativité, leur faire ouvrir des pistes de réflexion ? Non, pas intéressant : rien ne doit stopper le rouleau compresseur. Et si des postulants journalistes entreprenaient de changer cela, pour approfondir quelques sujets, il ne seraient tout simplement pas recrutés, car ils ne seraient pas assez « bankable ».

Les candidats à l’élection eux-mêmes doivent être « bankable » pour les firmes. Ainsi, selon Luc Chatel, ce serait un retour à l’inquisition (rien moins) que de demander à François Fillon, qui sont les clients de son cabinet 2F Conseil, qui a amassé 1 million d’euros en 2016. [Dans la vidéo ici, de 17m54s à 20m47s].

Le principal n’est-il pas en définitive qu’après l’élection, tout roule comme avant : publicité, production, consommation, destruction, et … pollution ?

Sans prétendre à un complot, le jeu des intérêts semble très bien organisé pour que tout cela se perpétue.

Partager :

45 réflexions sur « Présidentielles 2017 : place au catch et au Cash, par Vincent Rey »

  1. Quelle peut bien être la différence, entre une société dirigée par un député aspirant à devenir Président (la Sarl à associé unique et sans aucun salarié 2F conseil dont les clients peuvent rester secrets), et une entreprise de corruption ?
    Quoi de plus volatile qu’un conseil ? et comment en estimer sa valeur ? 2F conseil a fait 1 015 754 € de chiffre d’affaires, et 133 626 € de résultat, en vendant, selon son code NAF « du conseil pour les affaires, et autres conseils de gestion ». Le reste a donc été distribué à l’associé unique, M Fillon. A moins que M Fillon l’ait investi ? Dans de la formation peut-être, pour donner de meilleurs conseils encore dans le futur ! Ah la la…

  2. Ne sait-on pas depuis plusieurs décennies que nous vivons dans une société du spectacle ?
    Bon, le spectacle est de moins en moins de bonne qualité, tourne à la caricature et les ficelles sont de plus en plus visibles…
    De quoi détourner encore un bon nombre d’électeurs des urnes ?

    1. C’est vrai que l’affaire Markovic ou l’affaire Schuller/Maréchal et autres abracadabrantesqueries, on a beau dire, ça t’avait une aut’ gueule.

  3. ‘Le travail disparaît’, selon Paul Jorion: cela semble être une affirmation gratuite, car le travail ne disparaît pas, il devient fictif et très bien rémunéré…..
    F. Fillon a omis d’en parler dans son programme, sans doute dans l’intention de bien mettre au point le prototype et d’en tester toutes les possibilités avant de le proposer…… ?
    Le Benoît a bonne mine avec son projet de revenu universel dérisoire…. !

    Trêve de plaisanterie, l’on attend toujours des hommes politiques de la même veine que l’ex président de l’Uruguay, José Mujica, qui ne conservait de son indemnité présidentielle que l’équivalent du salaire moyen du pays et versait le reste (90%) à un fond s’occupant du logement des démunis.
    Evidemment, certains considéreront qu’il était un salaud en raison de son appartenance au mouvement des Tupamaros dans les années ‘60.

      1. @A ADRIENS

        Même si je ne partage pas, loin de là, l’intégralité de ce que dit et pense José Munica, ni ses vues politiques . Il énonce avec dignité et sans haine, ni ressentiment, des faits qui parlent à tous et a mis en acte ses principes et ses croyances. Merci à vous pour ce partage respectueux.

        Extraits de cette vidéo :
        « On est aveuglé par le chauvinisme et par la soif de domination. Surtout dans les pays les plus puissants,alors qu’ils devraient donner l’exemple… »

        « Il est honteux que depuis 25 ans, depuis les accords de Kyoto, on rechigne encore à appliquer des mesures élémentaires. »

        « On ne peut pas vivre la vie en cultivant de la rancoeur….Il faut apprendre à porter ses cicatrices et aller de l’avant, tourné vers l’avenir »

  4. « Les sujets de réflexion politiques passent au second plan. »

    Pas d’accord du tout.
    Que les « anciens » (Juppé, Sarkozy, Hollande, Fillon,..) soient balayés n’est pas une question politique de second plan. Pas seulement parce que la démocratie a besoin d’un peu de sang neuf de temps en temps, mais surtout parce qu’il s’agit d’une génération qui a tété le même lait idéologique et qu’en pratique elle conduit la même politique exactement.
    Deuxièmement, la question de l’enrichissement personnel n’est pas non plus accessoire en particulier au sein d’une démocratie. Pas que l’argent soit sale en lui-même, mais l’opportunisme que provoque la situation de l’élu doit être absolument neutralisé. C’est d’autant plus abject que le licenciement de son attaché parlementaire lui ouvre les droits aux indemnités chômage, proportionnelles évidemment au salaire de l’emploi (fictif ou pas) précedemment occupé. Les « petites mains » brisées par le travail et les plans de licenciement apprécieront.

    Sur le fond, la démocratie ne peut se déployer qu’accompagnée de contre-pouvoirs. S’il ne reste plus que les médias pour, indirectement, jouer le contre-pouvoir, cela signifie que la classe politique entière est coalisée pour neutraliser tous les contre-pouvoirs d’origine. Ce n’est pas anodin mais très significatif.

  5. « pour tout cela se pépertue »
    Ce n’est pas faux; il est vrai qu’il existe un star-système en politique. Mais le responsable c’est l’électeur. Le monde politique avec ses connexions ne changera pas, c’est un phénomène international. C’est lui et lui seul qui fait plaisir aux candidats qui demandent à chaque période électorale: « s’il-vous-plaît, aidez-moi à faire carrière, de m’enrichir, de m’assoir dans un fauteuil ministériel, de jouer au président……… » Et le peuple fonctionne, comme d’habitude. Mitterand avait au moins la politesse de remercier publiquement (sur une antenne radio) les Francais pour lui avoir permis de faire un « job intéressant ».

  6. Ce que nous vivons, ce n’est pas un simple scandale politique surgi en pleine campagne électorale, mais les derniers soubresauts d’un système moribond et condamné qui secrète des métastases comme un cancer en phase terminale.
    Ne vous réjouissez pas car l’issue risque de ne pas être un happy end, mais bien un suicide collectif.
    Ou alors une révolution, mais encore faut-il n’avoir plus rien à perdre.

    1. Sacré Groucho, quel boute-en-train çuilà. J’te mets d’office sur la liste du club fermé de mes invités-joyeux-drilles pour mes vingt de mariage.

      1. Cher Vigneron,
        Au-delà du réjouissant spectacle du bal des faux culs ânonnant les éléments de langage concoctés par les spin doctors, soutenant l’inébranlable comme la corde soutient le pendu, je maintiens ce que je pressens :
        Au judiciaire et vu les grands déballages d’éléments factuels, je vois mal le proc sur le bureau duquel a atterrit l’enquête enfin bouclée, prendre l’initiative, tout seul comme un grand, de classer l’affaire sans suite sauf prescription évidente…..pas plus qu’un renvoi direct devant le TC…..donc saisine d’un juge d’instruction qui convoquera tout ce beau monde…..ce qui nous amène minimum à la mi-mars, avec un candidat finalement empêché si mis en examen — j’en doute un peu- mais possible renvoi de l’élection présidentielle à une date ultérieure, histoire que les républicains aient le temps de se dégotter un candidat présentable ( MAM ? nan, je rigole).
        Venons-en au politique, qui n’a pas le même timing : à supposer que l’inébranlable s’accroche contre vents et marées ( et à mon avis le Canard en a encore sous le pied avec la fumeuse société de conseil crée in extrémis avant l’interdiction faite aux parlementaires d’exercer ce genre d’activité « sauf antériorité » ) l’intéressé sur jouant la victimisation et le complot, il suffira à n’importe quelle association anticorruption de déposer plainte avec constitution de partie civile, donc accès au dossier et du coup les auditions se retrouveront dans les gazettes à peine l’encre sèche…..ambiance garantie !
        En conséquence de quoi, notre hobereau de province cerné de toutes part a fort peu de chances de figurer au second tour, clamant à qui veut bien l’entendre que l’on a volé l’élection des français, etc etc….
        Et au 2° tour un duel Macron -Le Pen, voire Hamon – Le Pen (moins probable)…..et que crois-tu que feront les fillionnistes purs et durs pour éviter de supporter un nouveau quinquennat « socialisant » vu les soutiens et autres défections qui vont pleuvoir histoire de voler au secours de la victoire……ben ils voteront Le Pen !
        Et là…..

        PS, tous mes vœux de bonheur pour la petite fête anniversaire, je ne pourrai pas venir et c’est tant mieux, étant capable de sortir des phrases du genre « le plus gros est fait, Ouf » au risque de plomber l’ambiance….
        bien cordialement

      2. ben ils voteront Le Pen !

        Avec un Monsieur Jean Luc Mélenchon, on est d’accord, le risque est majeur. Avec Hamon le risque est faible s’il se macronise suffisamment. Avec Macron le risque est juste nul aujourd’hui ; au vu des sondages c’est du 65%/35% contre la pénienne.
        Je te désinscris du club. Ca tombe bien, je suis pas du club des mariés mais suis membre unique du club des anti-anniversaires tout en étant du club unipersonnel à responsabilité illimitée des anti-clubs et membre de l’anti-club du club des anti-Groucho.

  7. ça va bientôt être du Shakespeare. Fillon ne tient plus à la falaise que par les doigts, et on se questionne pour savoir qui va prendre le caillou pour lui faire lâcher prise. Sarkozy, reprenant du service, en exécuteur des basses oeuvres ?

  8. Je souhaite à Vigneron un joyeux non-anniversaire.
    Cela devrait mettre tout le monde d’accord y compris Groucho.
    Pour le reste c’est bien triste ce qui arrive à dame Pénélope transformée en Marie-Antoinette avant même d’avoir régné.Une sorte de cauchemar en cuisine, la restauration ,ça marche pas toujours…

    1. Y’a des prénoms qui sont de vrais malédictions. Je pense à ces pauvresses qu’on a baptisées Cassandra évidemment. Mais s’appeler Pénélope et être accusée de travail fictif, avec en sus au plumard et at home un nullard de Primaire comme Ulysse de service, bonjour l’Odyssée, c’est plus qu’un manque de fion, tout l’Olympe sur le râble. Maudis tes parents Pénélope, dégage toi de cette toile d’araignée Pénélope, et rappelle tes prétendants d’avant…
      Le Syndrome de Pénélope prend encore du relief.
      http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1528-1167.2009.02209.x/full

      1. Atteint d’une grave crise d’épilepsie, les instituts de sondages et les médias de masse tentent de rattraper leur retard sur l’actualité mais cela est hautement difficile tant tout s’accélère, à l’heure où Marine Le Penélope cannibalise François Fillon, qu’ Emmanuel Macron Hammoniaqué tente de faire une sortie au delà du réel et du Hollandisme finissant, tandis que la France Insoumise comptabilise chaque jour des centaines de nouveaux adhérents. A suivre, donc…Un autre monde est possible ? non ?

  9. A propos de cauchemar en cuisine (française), je serais pas trop contre que MLP arrive en tête du second tour, vu que parfois et à force qu’on nous aie bassiné déjà vingt ans avec le vieux, puis depuis vingt ans avec la fille (n’oublions pas la nièce pour les frontistes du sud, ça fait une sorte de tenaille nord-sud), eh bien je me dis, ils en rêvent, qu’ils l’aient.
    Un demi crevard comme moi préférerait Mélenchon mais de toute manière je n’ai rien à attendre de lui vu que de un il ne sera jamais élu et que de deux je suis belge (vivant à moitié illégalement en France mais c’est une autre histoire, Schengen n’ayant de Schengen que le nom, il faut le vivre pour le croire).
    Ceci surtout pour dire que comme je vois que le blog est à l’humour aujourd’hui, un humour même plutôt grinçant (presque parisien) , je vous propose de souffler un peu avec, c’est nouveau ça vient de sortir, quelques traits d’humour, … européen. Eh oui tout arrive!
    La victime en est non pas un français mais un américain marrant (au 8ème degré s’entend).
    Over!
    http://www.rtbf.be/info/insolites/detail_les-invitations-video-hilarantes-de-la-flandre-et-de-la-suisse-a-donald-trump?id=9521129

  10. Une petite leçon de communication médiatique par Isabelle Balkany :
    http://www.lepoint.fr/presidentielle/penelopegate-les-bons-conseils-d'Isabelle-balkany-a-francois-fillon-04-02-2017-2102393_3121.php

    Cela me fait penser au cynisme ou plutôt à l’hyperréalisme de la petite leçon de Patrick Lelay sur TF1 qui nous déclarait que les émissions de sa chaîne c’était d’abord du temps de cerveau disponible pour la publicité.

    Non, les médias n’en font pas trop, mais pas assez, par omission, comme nous la rappelé Paul dans son billet consacré au même sujet.

    Les médias ne maîtrisent rien du tout, les oreillettes et les journalistes aux ordres c’est du pipeau, ou plutôt cela existe mais c’est tout à fait anecdotique. Dans le chaos politique provoqué par le règne de l’argent, qui fait les paradis fiscaux d’une aristocratie de l’argent, les rentes, les assistés parlementaires absents, les médias maintream aux mains de groupes financiers favorisent objectivement l’expression de idées favorables au capital, voire les amplifient, mais bon an mal an, toutes les autres idées parviennent à se frayer un chemin dans le flot continu des informations, pourvu qu’on soit attentif. Les médias sont bien incapables de mettre en coupe réglée l’agenda politique car les règles du jeu ce sont d’abord celles du capitalisme. Le dispositif institutionnel de l’élection présidentielle avec le scrutin majoritaire à deux tours met en scène via les médias les représentants de l’aristocratie de l’argent au pouvoir, mais jusqu’à un certain point seulement. Parce que les mêmes images, les mêmes arguments qui les maintiennent au pouvoir peuvent se retourner contre ceux qui les promeuvent quand l’image ne correspond plus à la réalité affichée, comme on le voit avec ce cas d’école qu’est l’affaire Fillon. Les télévisions, les magazines distillent c’est vrai les éléments de nos distractions, mais quand la pression est trop forte à la faveur de scandales qui mettent en lumière les tares du tout un système, ou d’un sous-système, ces mêmes médias qui nous endormaient se révèlent de puissants anti-dépresseurs. Non seulement nous avons tendance à tirer à boulets rouges dans les quilles, mais en même temps notre perception du monde social se modifie tandis que certaines idées nouvelles peuvent faire leur chemin.

    1. A suivre l’argent le Pr Ferguson avait bien perdu le fil, en juin dernier chez Jacobin…
      https://www.jacobinmag.com/2016/06/ferguson-clinton-sanders-election-democratic-party-trump/

      I would caution on this, though: within the business community, disliking Trump doesn’t mean you go for Clinton.

      It is clear if you look at commencement speeches and other indicators that major parts of the business community think Clinton is too far left, as odd as that may sound to Sanders supporters. That spells trouble down the road.

      You will, for sure, see a lot of reluctant endorsements on a professed one-time-only basis. The result, I suspect, will be an influx of money from normally Republican circles into the Clinton campaign.

      That’s likely to distort the political forces at the top of the Democratic Party; you may see some very strange things happening.

      Clinton’s strategy for winning votes is now very simple: you go to women and say the magic word: “Trump.” You go to African Americans with the same mantra: “Trump.” And you go to Latinos, just pointing and repeating “Trump,” while the media plays “Ride of the Valkyries” 24/7.

    2. Nous assistons ainsi à une véritable « Balkanysation » du candidat Fillon. Cela va rajouter une opprobre de plus à sa visibilité déjà bien problématique. Il ne manquait plus effectivement que les époux Balkany pour enfoncer un nouveau clou dans le cercueil de L.R. A quand l’arrivée des protagonistes de Bygmalion, du Karachi-gate, du Kadhafi-gate et du contemporain …. Sénat-gate ?

  11. Macron, aujourd’hui en meeting : « Je m’oppose à un projet qui voudrait que la promesse faite à chacune et chacun, ce soit de pouvoir vivre dignement dans une oisiveté subie ou choisie », taclant ainsi Hamon et son RU. (Le Monde)

    Je sais pas lire ou quoi ? Moi je comprends : t’as pas de job, tu fous rien, t’as pas le droit de vivre dignement.
    Là on est plus au centre, c’est un discours carrément de droite que ne renierait pas Fillon.

    1. Il a ajouté :
      « Si on savait le multiplier (le RSA) par deux, j’ose espérer qu’on l’aurait fait depuis longtemps »

      Dans le logiciel macronien on sait comment il faut faire pour devenir milliardaire, mais pour faire en sorte que les gens soient juste un chouillat moins pauvre, ça, non, on ne sait pas faire.

      http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/04/emmanuel-macron-et-son-identite-politique-attendus-a-lyon_5074708_4854003.html

    2. Quand on n’a pas de job et qu’on est censé rien foutre, essayer de se donner le droit de vivre dignement, il faut rajouter seul parce que un intervenant social ici ou là, après, au début en tout cas, un peu d’espoir suscité, on sait que ce n’est pas ça qui fera la différence, c’est une sorte de full time job et que la paye ici (avoir quand même pu faire face) permet de ne pas s’écrouler aujourd’hui encore ; les travailleurs pauvres sont pratiquement dans la même situation. Pour les autres ce n’est de toutes façons pas plus marrant, ça se saurait.
      A propos de l’oisiveté à la si mauvaise réputation, elle est un temps dans le temps, ce moment qui permet de se dire, réfléchir ou penser, espérer, imaginer. Un corps de papillon au milieu de deux ailes. Le monde peut attendre cinq minutes, ma vie aussi.
      On disait un tiers du temps du jour pour travailler, l’autre pour jouer (se relaxer, être avec les siens, les enfants,…) et enfin le dernier pour dormir. Non, à la place, c’est le rush, l’agitation, l’inutile, l’inquiétude.

    3. Cela tombe bien, c’était le remplaçant à la fois de Manuel Valls et de François Fillon si jamais les choses tournaient mal. C’est fait !

  12. The show must go on….. ! Amusez-vous braves gens, mais soyez curieux, jetez un regard en coulisses, soyez un peu plus critique, analysez le background, vous serez sans doute surpris de découvrir qui sont les réels soutiens de ce candidat à la belle gueule.
    Certains parmi ceux-là, ont sans doute relu Serge Tchakhotine ?
    Jusque et y compris le 23 avril, il y aura du spectacle, mais le 7 mai, faudra plus rigoler là, et le gagnant sera celui qui aura promu un truc révolutionnaire : « Dorénavant, tout sera comme avant »

  13. La curée, le lynchage et l’hallali AD NAUSEAM… Les gars de la narine zé autres néo-fafa breitbartistes ou pas, en redemandent de ces carburants là, s’en gavent et se vautrent dedans, galvanisent ainsi leurs troupes avec cette chienlit et se frottent les mains…. Bingo !

    Les charognards sont frustrés et ont la dalle, faudrait pas les laisser crever comme ça la gueule ouverte sans leur donner leur dose de faisandé, de pourriture et d’ordure vérolé à ces pov misérables…

    Nourrissons-les ! Brassons la pourriture en choeur, il en restera bien quelque néo-facho qui grimpera en flèche. Victoire !

    Quels spectacle « romain » Néronesque édifiant ! Merci les « jeux du cirque ! » La « gueule » de « l’anti-dépresseur »…

    République ? Démocratie ? Politique ? Caniveau ? Fossé à purin ?

    Merde in France.

    Gauche-droite confondues : tous au bûcher voire à la potence, régalez-vous, ça va sentir la chair cramée et puer le sang chaud, quelle JOIE ! Quel BONHEUR ! Quelle IVRESSE !

    L’INFRA BILAIRE AD NAUSEAM !
    https://www.youtube.com/watch?v=DTqv1fPQ5Y8

  14. Le bonheur est dans le crime
    Le seul roman que j’ai lu de Jacqueline Harpman.

    Il y a une jouissance à faire mal ou avoir mal ; c’est très névrotique mais c’est ainsi.

  15. « Il y a une jouissance à faire mal ou avoir mal ; c’est très névrotique mais c’est ainsi. »

    Allez donc JOUIR chez Marine, elle vous attend et va vous soigner !
    Un miracle à la Trump est si vite arrivé pour guérir les « névroses collectives « …

  16. Les extraits de la motion sur la robotique qui sera présentée au PE le 15 février pour résolution et recommandations auprès de la Commission.

    44. Highlights the importance of foreseeing changes to society, bearing in mind the effect that the development and deployment of robotics and AI might have; asks the Commission to analyse different possible scenarios and their consequences on the viability of the social security systems of the Member States; takes the view that an inclusive debate should be started on new employment models and on the sustainability of our tax and social systems on the basis of the existence of sufficient income, including the possible introduction of a general basic income;

    Extrait avis du comité Emploi et Affaires Sociales en annexe* :

    11. Points out that due to the development and use of smart, collaborative robots and artificial intelligence, the differential between the creation and loss of jobs may have consequences on the financial sustainability of social security schemes, pension systems and unemployment insurance systems of the Member States and highlights that a loss in employment in the medium and long term as a consequence of robotisation could also be associated with the risk of a loss in consumption capacity; stresses that the majority of benefits coming from automatisation and robotisation in employment should come not only from reducing labour costs but also from raising productivity through fewer errors, higher output and improved quality, safety and speed; calls on the Commission and the Member States to consult and involve the social partners regularly when adapting the regulatory framework for robotics and the digital economy, to identify potential occupational health and safety risks stemming from technological innovations and take appropriate measures to counter them and to explore the possibility of introducing a notification system prior to the establishment of robots and their relative participation to the companies turnover for the purpose of taxation and social security contributions;

    * Avis voté 36/7 et 9 abstentions.

  17. Qu’irais je faire chez elle?
    Quant à soigner ma névrose (plutôt la psychose me concernant) je m’y emploie.
    Tout autant que les individuelles, les névroses collectives peuvent être soignées et tout soin prend du temps, parfois celui d’une vie pour peu de résultat, hélas.
    Le fascisme à mes yeux, relève de quelque chose de trop simple, trop facile ; j’ai le goût du complexe, du rare, de l’étonnant. Le fascisme ne propose pas ça en général, ce n’est pas son truc et il n’est pas le mien.
    Nous sommes de toutes façons dans un régime demi-fasciste ou fasciste en col blanc (voir les surveillances de masse dénoncées par Snowden mais aussi comme sont traités tout les perdants de ce système), ou fascisme soft, pas besoin d’en rajouter je pense.
    Pourquoi s’énerver? Je fais ça tout les jours, tout le temps, ça ne m’a jamais rien apporté.

  18. La Rust belt marginalisée et en souffrance, les plus pauvres et les plus démunis, ayant , entre autres, contribué à l’élection de Donald, n’ont pas fini de déchanter. Et ce n’est qu’un début !

    L’avertissement brutal adressé à la Fed
    « Le sénateur Patrick McHenry demande à la Fed de cesser toute discussion portant sur la régulation bancaire au niveau international. Le signe d’un virage radical, alors que Donald Trump s’apprête à détricoter le Dodd-Frank Act. »
    http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0211765184754-lavertissement-brutal-adresse-a-la-fed-2062609.php

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/pourquoi-trump-n-a-pas-mis-l-arabie-saoudite-dans-son-decret-anti-immigration_1874168.html

  19. Bis repetita. Après Hillary, « candidate de Wall Street et des pédophiles », au tour de Macron, « le candidat des Rothschild et des tafioles » dans le collimateur de la prop putinassière et Ass-angelique. C’est un député LR putinassier, homophobe et bacharophile qui l’annonce.
    On va s’marrer je sens avec ces raclures de chiottes.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170206.OBS4883/la-presse-d-etat-russe-s-attaque-a-emmanuel-macron.html

  20. « On va s’marrer je sens avec ces raclures de chiottes. »

    Sûr, aucun doute. Ils rigoleront moins quand le boomerang leur reviendra sur leurs faces de nuisibles malsains. Tout arrive !

    Les fossoyeurs de la démocratie à l’oeuvre : dans le genre raclure en service commandé, milli-mètre ès-basses zoeuvres , voire déclaration diffamatoire. Une raclure parmi tant d’autres koi…
    Très, très, « bon client » pour l’équipe de l’agent orange voire la maréchale favorite à Bannon, qui devrait songer à le recruter.
    Même dans son camp il donne la nausée à certains et pas que…
    http://dai.ly/x5ao3h7

    Plus motivant. J’ai regardé l’intégralité de la présentation d’E Macron, présent à Lyon ce samedi, on my TV. Pour le moment, il donne peu de détails sur son programme. Il y donnera plus de précisions dans le courant de ce mois-ci. Au-delà de son charisme indéniable et de sa vision, je trouve qu’il a une hauteur de vue et une modestie dont ceux qui l’attaquent feraient bien de s’inspirer…
    J’ai aussi écouté B Hamon, j’ai apprécié itou. Les 2 seuls candidats qui me donnent envie de les écouter…
    J’attends de voir les programmes complets et concrets qu’ils présenteront. Ces souffles d’air frais, sont, non seulement les bienvenus, mais ils sont vivifiants et redonnent de l’espoir et du souffle, par contraste avec un climat pré-électoral assez délétère. Varouf, E Macron et B Hamon sont dans l’ouverture et la même inspiration progressiste, avec des divergences politiques, certes, mais aussi basés sur des échanges porteurs, riches et constructifs, à suivre !

    PS : Autre sujet hors sujet, ça fait plaisir de voir et de lire, de nouveau, les propos intéressants et pertinents de F Leclerc parmi les comments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.