Défaite de l’amiral Theresa May dans les eaux jamaïcaines : l’affaire Windrush

The week that took Windrush from low-profile investigation to national scandal, par Amelia Gentleman, le 20 avril 2018 © The Guardian

Introduction et traduction par Timiota. Ouvert aux commentaires.

À moi comme à la plupart des continentaux d’Europe qui me lisez, le vocable britannique « Windrush » n’évoquait rien. Il pointe pourtant un pan de l’histoire coloniale récente du Royaume-Uni, celle des « West Indies » (Jamaïque, Caraïbes britanniques) post 1945, qui vient de se solder par un rude coup [je n’ose pas dire « coup de Trafalgar », évidemment,… ah ces Anglais sur mer…] pour Theresa May et sa ministre de l’intérieur Amber Rudd notamment. L’affaire — qui a fait de dizaine de milliers de Britanniques venus de là-bas avant 1973 des demi-apatrides en puissance — me semble prémonitoire de ce qui survient quand on choisit les immigrés comme cible, avec des mots doux comme les « illegal or would-be illegal » qui généralisent le soupçon, ainsi que le spécifient des textes fuités du cabinet du Home Office. Le sommet du Commonwealth, qui se devait d’être consensuel, a été quelque peu altéré par cette affaire Windrush. Voici le résumé d’une semaine particulière que fait le Guardian de ces évènements survenus pendant la semaine écoulée.

Au cours des six derniers mois, le Guardian a mis en lumière les cas de brutalité du Home Office envers la génération Windrush, décrivant comment des citoyens à l’âge de la retraite qui ont vécu et payé des impôts au Royaume-Uni pendant des décennies ont été détenus, se sont retrouvés sans abri, licenciés ou privés de prestations et de soins par le NHS [la Sécu+hôpitaux] parce qu’ils ont eu du mal à prouver qu’ils sont Britanniques. Il y a sept jours, le gouvernement avait à peine reconnu le scandale.

Tout a changé cette semaine. En l’espace de cinq jours, le premier ministre [Theresa May] a été contraint de s’excuser à deux reprises pour le tort causé aux victimes, tandis que la ministre de l’Intérieur [Amber Rudd] s’est excusée pour les actions « épouvantables » de son propre département et a adressé une réprimande sévère à son personnel. Amber Rudd a déclaré qu’elle était « préoccupée par le fait que le ministère de l’Intérieur s’est trop préoccupé de politique et de stratégie et perd parfois de vue l’individu ».

Que s’est-il passé pour provoquer cette soudaine reconnaissance de culpabilité ? Comment le gouvernement a-t-il pu ignorer si longtemps les rapports détaillés du Guardian sur les problèmes tragiques que la politique d’immigration phare de Theresa May, « l’environnement hostile à la migration illégale« , qu’elle a lancé en 2013 en tant que ministre de l’Intérieur, a déchaîné sur les citoyens de l’ère Windrush sans passeport ? [La « génération Windrush » se réfère aux Jamaïcains et autres Caribéens du Commonwealth, donc par défaut citoyens britanniques à l’époque, venus en premier par le bateau éponyme en 1948, et n’ayant souvent pas fait de procédure formelle de naturalisation, puisque, notamment, il n’y pas de carte d’identité au Royaume-Uni, voir « Q&R » en bas].

Une série d’articles ont été publiés dans le Guardian, provoquant le choc de nos lecteurs et l’indifférence du gouvernement. Nous avons documenté les cas de personnes telles que Paulette Wilson, 61 ans (ancienne employée de cuisine à la Chambre des communes, devenue sans-abri, détenue et menacée d’expulsion vers la Jamaïque, après 50 ans au Royaume-Uni), Michael Braithwaite, 66 ans (licencié en tant qu’assistant d’enseignement spécialisé après 56 ans au Royaume-Uni), Hubert Howard, 61 ans (licencié et incapable de rendre visite à sa mère mourante après 49 ans au Royaume-Uni), et Albert Thompson (nom d’emprunt, s’est vu refusé le traitement de son cancer par le NHS qui lui a dit que cela lui coûterait 54 000 £ après qu’il ait payé quatre décennies d’impôts).

Il s’agissait de personnes qui avaient payé leurs impôts pendant des décennies et dont la vie avait été détruite par le harcèlement du ministère de l’Intérieur au sujet de leur statut d’immigration. Tous sont ici légalement, mais aucun d’entre eux n’a la documentation pour le prouver. Le resserrement des règles d’immigration de May signifie que les fonctionnaires ont commencé à exiger de voir les papiers, ciblant souvent ceux qu’ils soupçonnent (à en juger par les accents et la couleur de la peau) de ne peut-être pas les avoir.

Lorsque le chef travailliste, Jeremy Corbyn, a présenté le cas de Thompson au Parlement en mai dernier à Mme May, elle a dit qu’elle n’était pas au courant. De toute évidence, le premier ministre est occupé et ne lit peut-être pas beaucoup le Guardian, mais il est curieux que personne dans son cabinet n’ait pensé que cette question était suffisamment sérieuse pour la briefer à ce sujet.

Le fait que ces cas n’aient pas suscité une condamnation universelle bruyante plus tôt révèle quelque chose au sujet de la Grande-Bretagne. Plusieurs victimes se sont interrogés en se demandant si cela leur serait arrivé dans l’hypothèse où leur peau avait été de couleur différente. Le fait que certains de ces cas remontent à deux ou trois ans et n’ont jamais fait les manchettes, et n’ont pas été non plus soulignés par les députés, dit aussi quelque chose d’inconfortable au sujet du racisme dans ce pays.

Lorsqu’elle s’est occupée de l’affaire Thompson, la réponse de May a été peu à l’aise. Thompson avait besoin de  » prouver son statut établi  » au Royaume-Uni, a-t-elle dit, apparemment sans savoir que c’était précisément ce qu’il était incapable de faire : le ministère de l’Intérieur exige des preuves abondantes, les dossiers ont été détruits et les fonctionnaires n’ont pas accepté (comme on aurait pu s’y attendre) ses dizaines d’années de paiements d’impôts. En réponse à chaque cas soulevé par le Guardian, le personnel du ministère de l’Intérieur a émis des déclarations disant que les personnes concernées avaient besoin d’obtenir des conseils juridiques et de soumettre des candidatures correctes. Ils ne savaient apparemment pas que les réductions de l’aide juridique rendaient cela impossible et que les frais du ministère de l’Intérieur étaient prohibitifs pour les personnes qui se trouvaient à la limite du dénuement après avoir perdu leur emploi et s’être vu refuser des prestations.

Les choses ont changé après que le haut-commissaire de La Barbade [auprès de cour de St James, son titre complet], Guy Hewitt, a révélé que Downing Street avait rejeté une demande officielle de 12 chefs de gouvernement des Caraïbes pour discuter du problème avec May lors de la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth, qui s’est ouverte lundi à Londres. Dimanche, Hewitt a déclaré que cela était « regrettable ». En moins de 24 heures, David Lammy, du Parti travailliste, avait réuni 140 députés de tous les partis pour signer une lettre demandant au premier ministre d’agir, et Rudd s’est excusée aux Communes et a mis en place une ligne directe dédiée à la question « Windrush ».

Cela n’a pas fait grand-chose pour empêcher la crise de partir en vrille. La révélation du Guardian, mardi, selon laquelle des milliers de cartes de débarquement (landing slips, bordereaux d’enregistrement) de l’ère Windrush avaient été détruites en octobre 2010, a causé un nouvel embarras au gouvernement. Un ancien employé du Home Office a déclaré en tant que lanceur d’alerte que les employés de son service ont dit que c’était une mauvaise idée de détruire les documents, parce qu’il s’agissait souvent du dernier document qui pouvait rester pour faire foi, en cas d’incertitude sur la date d’arrivée d’une personne au Royaume-Uni. Les cartes pourraient offrir des preuves cruciales d’une arrivée avant 1973, point clé pour obtenir un passeport britannique.

Downing Street et le Home Office ont fait de leur mieux pour minimiser l’importance de la révélation, en offrant des informations diverses et changeantes sur ce qui s’était passé, et en déclarant qu’il serait « trompeur et inexact » de suggérer que les bordereaux d’enregistrement auraient une incidence sur les cas d’immigration du Commonwealth. Cependant, d’autres lanceurs d’alerte ont immédiatement contacté le Guardian pour dire que le personnel du Home Office avait « régulièrement » utilisé des informations portées sur les cartes de débarquement dans le cadre de son processus décisionnel, et pour détailler l’émergence d’une attitude « gotcha » chez certains membres du personnel, qui aimaient bien attraper les candidats [wikipedia : « Le  » journalisme Gotcha  » [I got you] est un terme péjoratif utilisé par les critiques des médias pour décrire des méthodes d’entrevue qui semblent conçues pour piéger les personnes interrogées dans des déclarations qui sont préjudiciables ou discréditées à leur cause, à leur caractère, à leur intégrité ou à leur réputation. Le terme est enraciné dans l’affirmation que l’intervieweur peut soutenir un programme caché et vise à faire des enregistrements cinématographiques ou sonores de la personne interviewée qui peuvent être édités, compilés et diffusés ou publiés de manière sélective afin de montrer intentionnellement le sujet sous un jour défavorable. Le terme dérive du mot gotcha, une forme contractuelle de « got you », et a émergé dans le journalisme politique au cours des années 1980 et 1990.]

Tout au long de la semaine, il y a eu des querelles politiques pour savoir si des citoyens de l’ère Windrush avaient été déportés ou non ; il s’agissait en grande partie d’un faux-fuyant, car la déportation n’est qu’une des nombreuses façons dont les gens sont affectés. Il y a eu une querelle entre Corbyn et May pour savoir quand la décision de détruire les cartes a été prise, et qui savait, mais c’était aussi un faux-fuyant. L’essentiel, c’est que les documents ont été détruits sous la supervision de May, et elle a introduit deux ans plus tard des règles qui ont eu pour effet d’obliger les gens à rassembler des preuves documentaires de leur arrivée au Royaume-Uni.

Le départ en vrille de ce scandale a complètement éclipsé la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth, alors que le gouvernement espérait confirmer les liens post-Brexit avec d’anciens alliés. La veille d’une réunion programmée en hâte avec les dirigeants des Caraïbes (un revirement embarrassant de Downing Street), la mère de Dexter Bristol, qui est mort le mois dernier après avoir été licencié pour n’avoir pas de papiers, a dit au Gardien qu’elle croyait que le stress causé par ses problèmes d’immigration était responsable de sa mort. Dexter Bristol était au Royaume-Uni depuis 49 ans, arrivé ici à l’âge de huit ans. Appelant Theresa May à démissionner, sa mère, Sentina Bristol, a déclaré que son fils était la victime de la « politique raciste » du gouvernement.

Cela vaut la peine de regarder les images des excuses maladroites que May a présentées aux dirigeants des Caraïbes. Elle admet mine de rien [sans avoir l’air d’en jauger l’importance] qu’elle était responsable de toute la catastrophe, déclarant que « la question avait été mise au jour grâce aux mesures que nous avons introduites récemment » et suggérant qu’il s’agissait simplement d’une préoccupation bureaucratique pour les personnes qui ont maintenant « besoin de prouver leur statut d’immigration ». Elle n’a fait aucune mention de la douleur causée à des milliers de personnes.

Entre-temps, Thompson s’irritait du fait que, même si May avait dit aux Communes qu’il recevrait « le traitement dont il a besoin », personne n’avait pris la peine de communiquer avec lui pour lui expliquer s’il recevrait ou non la radiothérapie qui aurait dû commencer en novembre. Il attend toujours une explication et aimerait des excuses.

Des dizaines de victimes de « Windrush » ont contacté le Guardian et des récits de 19 vies ruinées ont été publiés. Chacune est dévastatrice. Les gens ont parlé de parents qui ont quitté les Caraïbes pour chercher une vie meilleure au Royaume-Uni, épargnant souvent pendant des années avant d’avoir les moyens que leurs enfants les rejoignent ; travaillant dur dans des emplois vitaux et mal payés dans la fonction publique et étant souvent trop pauvres pour envisager des vacances, donc ne demandant jamais de passeports. D’autres histoires sont dans le tuyau.

Le lien entre les politiques du premier ministre et cette tragédie est clair. Il lui sera impossible de concilier son rôle central dans le scandale « Windrush » avec sa promesse antérieure de débarrasser le Parti conservateur de l’étiquette de « méchant » qui lui colle au dos, ainsi qu’avec ses paroles sur le perron de Downing Street lorsqu’elle devint premier ministre en juillet 2016. Elle avait alors promis de lutter contre l’injustice et de faire de la Grande-Bretagne « un pays qui marche pour tous ». Dans le même discours, elle avait noté que « si vous êtes Noir, vous êtes traité plus durement par le système de justice pénale que si vous êtes Blanc ». On pourrait en dire autant [sur l’impossible réconciliation] au sujet de son ministère de l’Intérieur (Home Office).

Aucune des victimes de Windrush interrogées par le Guardian au cours des six derniers mois n’est heureuse aujourd’hui. Il s’agit d’un scandale qui a causé des dommages incalculables à la réputation de la Grande-Bretagne.

____________

Q&R « Qu’est-ce que la crise de la déportation Windrush ? »

Qui est la génération Windrush ?

Ce sont des gens qui sont arrivés au Royaume-Uni après la Seconde Guerre mondiale en provenance des pays des Caraïbes à l’invitation du gouvernement britannique. Le premier groupe [quelques centaines de gens] est arrivé sur le navire MV Empire Windrush en juin 1948.

Qu’est-ce qui leur arrive ?

On estime que 50 000 personnes risquent d’être expulsées si elles n’ont jamais officialisé leur statut de résident et ne disposent pas des documents requis pour le prouver.

Pourquoi cela se produit-il maintenant ?

Elle découle d’une politique, définie par Theresa May alors qu’elle était ministre de l’Intérieur, visant à faire du Royaume-Uni « un environnement vraiment hostile pour les immigrants illégaux ». Elle exige que les employeurs, le personnel du NHS, les propriétaires privés et d’autres organismes exigent des preuves de la citoyenneté ou du statut d’immigration des personnes.

Pourquoi n’ont-ils pas les documents et le statut corrects ?

Certains enfants, qui voyagent souvent avec le passeport de leurs parents, n’ont jamais été officiellement naturalisés et beaucoup ont déménagé au Royaume-Uni avant que les pays dans lesquels ils sont nés ne deviennent indépendants, de sorte qu’ils ont supposé qu’ils étaient Britanniques. Dans certains cas, ils n’ont pas fait de demande de passeport. Le Ministère de l’Intérieur n’a pas tenu de registre des personnes entrant dans le pays et a accordé une autorisation de séjour, qui a été accordée à toute personne vivant de façon continue dans le pays depuis le 1er janvier 1973.

Que fait le gouvernement pour résoudre le problème ?

Lundi, la ministre de l’Intérieur Amber Rudd a annoncé la création d’une nouvelle équipe du ministère de l’Intérieur pour s’assurer que les résidents de longue date du Royaume-Uni nés dans le Commonwealth ne soient plus considérés comme se trouvant illégalement au Royaume-Uni.

Partager :

12 réflexions sur « Défaite de l’amiral Theresa May dans les eaux jamaïcaines : l’affaire Windrush »

    1. Avec ou sans les Russes, sous leurs lits?
      Ça change tout.
      En plus, Julian Assange et Wikileaks passent du mauvais côté de la barrière. Complices de ces satanés Russes. Comme une promotion, presque. Et on ne discute pas devant les preuves écrasantes de sa culpabilité: sa liaison internet est coupée.
      Les Russes sont partout, ma bonne dame May.
      C’est pas comme facebouque.

      Devant tant de problèmes/ Et de malentendus/ Les dieux et les diables… Heu non, je reprends:
      Devant tant de problèmes et de similitudes, une solution pour les Britt à la dérive, poussés à la côte à sec de toile, c’est de voter leur rattachement aux USA.
      Retour arrière de la mère patrie, en quelque sorte.
      51.ième État, en voilà une perspective pour noyer les problèmes de fin d’un Empire.
      Et y’a un précédent -faut toujours un précédent-, l’archipel des Chagos.

  1. Merci à Timiota pour la traduction !
    Terrible efficacité de services administratifs dans l’application d’une politique, preuve qu’ils pourraient donc s’occuper efficacement, par exemple, de la fraude fiscale dite ‘optimisation’, si cela leur était…Demandé…!?

    Une réplique à la fin de « The Big Short » :
    « Tel que je vois ça, dans quelque temps la plupart des gens feront ce qu’ils font à chaque fois que l’économie déraille totalement,
    ils trouveront des coupables, l’immigré, le pauvre, ou même les profs !…Comme d’habitude… »

  2. https://www.pauljorion.com/blog/2018/04/21/le-manifeste-contre-le-nouvel-antisemitisme/

    J’admire votre ajout. Le premier chapitre a retenu mon attention parce qu’il plonge loin en arrière dans nos croyances alors que le second fait la part belle à l’actualité. En effet, que sont 70 ans environ face à une histoire multimillénaire?

    Donc le premier chapitre. Mais. Comment dire, sans ajouter un «mais» qui démolira toute la positivité de mon admiration pour cet ajout ? Donc je dirais qu’il vous faudrait remonter aux fondamentaux :

    1- d’abord le monde islamique est comme les protestants : pas d’intermédiaire entre Dieu et son croyant. La lourde organisation recto-théologique des cathos n’existe pas dans l’une ou l’autre religion. La preuve: 50 à 80 millions d’américains croient dur comme fer à la Bible, et ce même si des chrétiens non catholiques, assez proches, en savourent la seule poêsie. Mon opinion est que ces chrétiens fondamentalistes sont bêtes à manger du foin, mais ça compte pas.

    2- Le Coran est la parole de Dieu, dans sa langue sacrée. Il n’est au pouvoir d’aucun Vatican II islamique de le changer et encore moins d’en changer l’interprétation. Clemenceau dirait: «C’est un bloc», à prendre. Ou à laisser? c’est l’objet du point ci-dessous.

    3-La religion de Dieu est à ce point parfaite que toute l’Humanité sans exception doit se soumettre et tendre vers cette perfection. Ils, et nous par avance, n’ont pas d’autre but sur terre. Dieu sera ainsi apaisé et convaincu de sa déité. Pour nous autres, laisser n’est pas une option.
    Je cite :
    « Dans le monde musulman, les ‘sans religion’, les athées et les agnostiques ne sont pas reconnus par l’Islam, de la même manière que celui qui s’est abandonné à Dieu ne peut se diriger vers une autre religion. Cela le ramènerai au statu quo ante : c’est l’apostasie. Il est donc condamnable à mort, tout comme le partisan du paganisme, le prophète les ayant combattus ». (fin de citation.)

    Apparté : je me suis laissé dire que c’est bien ce qui se passait encore à Afrin, et surtout pendant la liberté totale de 3 jours donnés aux conquérants de la région. Les Yézidis pourtant lourdement expérimentés en la matière en ont souffert, les femmes Yézidis encore plus, comme il est naturel.

    A part cet apparté, il me semble donc que votre premier paragraphe est un vœu non pieux qui n’a aucune chance -pas la moindre- de réalisation, maintenant et pour les siècles des siècles. Mais restons optimistes, constatons qu’au ras du bitume dans nos pays si apaisés, l’intégration sans phrase a toute ses chances. Du travail, un salaire correct, un centre commercial bien achalandé pour vaincre la tentation. Et le tour est en bonne voie d’être joué. C’est une vieille recette de par chez nous et elle fonctionne globalement bien.

    Ce qui donne toute sa valeur à votre second paragraphe. Et elle est grande. Il faut savoir abandonner sa prédilection pour l’histoire longue et plonger dans l’actualité aux mains sales. Je serais palestinien, je me dirais: «70 ans, c’est long… ». Consolation des affligés : j’aime à croire que des membres de la partie adverse le pense aussi. L’histoire les fera se rencontrer. Ne doutons pas de la bonne volonté des hommes délivrés des brumes historiques.

    1. Ne tentez même pas de pardonner toutes les fautes, même celles que je n’ai pas vues.

      La citation est d’Antoine Sfer, dans un livre déjà cité.

      L’intégration, chose qui me tient à cœur et à laquelle je participe depuis peu dans la limite de mes moyens très limités, repose bien entendu sur un espoir raisonnable de travail et un salaire décents. C’est très loin d’être gagné, une réalité utile à savoir pour ceux qui l’ignoreraient. Rétablir notre situation économique, après 30 ans de marasme, est une exigence à raisons multiples. Celle-ci en est une. Si nous n’y arrivons pas, ou ne trouvions pas un succédané, que les Dieux nous viennent en aide!
      Je suis favorable à un rapatriement raisonné des industries de main d’œuvre que nous avons larguées. Appelez ça protectionnisme, si vous devez raccrocher la chose à une théorie connue mais j’ insiste quand même sur le mot raisonné. Dans ce but, je suis prêt à me passer de beaucoup de babioles ( TV, facebouque et clones , téléphone communiquant : c’est fait. Et bien d’autres choses dont l’existence ignorée de moi n’entraîne aucune frustration.) et à payer le fabriqué en France, ou en Europe, si les conditions sociales de production sont équitables, beaucoup plus cher. Il me semble qu’un ROE ou RSI de 2%, maximum déterminé par une loi, est raisonnable.
      Je suis très attaché au progrès technologique, surtout dans les moyens pratiques de production et j’y ai travaillé pour une activité très précise et universelle. Je ne vois pas qu’il soit rendu impossible par ce rapatriement.

      Rien de ce précède ne s’insère dans une théorie recevable, et n’est pas plus originale.

      Loin de la question traitée par Paul? Au contraire, en plein dedans.

    2. Je crois que vous avez mal lu. Les deux premiers paragraphes sont du « violent mémorandum » (titre des journaux), seul le dernier est de P. Jorion, et plein de sens. Et rectifier l’interprétation de la Bible en 1980 montre qu’on n’agit que tardivement sur les textes sacrés, bien après que les armes se soient tues, ce n’est pas prioritaire.

  3. Hors sujet et choses entendues:
    Queue à la boulangerie. Le client en cours est un petit vieux. Il réclame d’une voix égrotante une baguette multi-céréales, plaque fortement sa main sur la pile du «daubé» (un journal de désintérêt local) et dit de la même voix qu’il achète aussi «2 journal». Il prend ses achats, tend sa monnaie et récupère le rendu, remercie et se dirige vers la porte. Puis d’une voix forte, sans rapport avec la précédente, il clame: «Et qu’on vienne pas m’emmerder avec le pluriel!» et quitte la scène.
    5 minutes plus tard, je rejoint ma femme sur le petit marché dominical où elle a acheté notre pot de miel. Puis je vois et entends le petit vieux qui essaye de refourguer un exemplaire du «daubé» à un groupe de jeunes: «La boulangère s’est encore trompée, elle m’en a donné 2 exemplaires. Prenez, un seul me suffit bien».

    Ça doit tenir au climat. La preuve : «mes»tulipes rescapées de l’enfer hivernal viennent de fleurir. Un petit tapis rouge. 2 semaines de retard par rapport à la plaine plus à l’ouest, chez ma grande-tante.

  4. Je ne suis pas sur que ce soit déjà en replay , mais pour prendre un peu ( beaucoup) de recul et d’humilité devant l’immigration et l’intégration , voir ou revoir les émissions consacrées par ARTE aux
     » grands voyages de l’humanité »( dont les dernières hier soir ), ça peut aider , sinon à savoir comment faire , mais déjà connaître et comprendre les formes que ça a pu prendre dans le passé lointain ou proche :

    http://www.programme-tv.com/television/445868186/les-grands-voyages-de-lhumanite.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.