« Défense et illustration du genre humain » : Un outil de résistance

Retranscription de « Défense et illustration du genre humain » : Un outil de résistance. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le 11 mai 2018, et dans cinq jours (le 16 mai) [aujourd’hui], paraît ce livre (Défense et illustration du genre humain). Et dans ce livre, il y a pas mal de choses et il y a en particulier une centaine de pages qui sont consacrées à la technique, à la technologie.

J’y parle du transhumanisme, je parle des tentatives que nous faisons maintenant de réaliser, peut-être, l’immortalité individuelle, je parle de la technique et de la technologie en général, en rapport, en particulier avec l’intelligence artificielle.

Vous le savez, je ne suis pas un pamphlétaire. Donc je ne vais pas vous dire : « Je suis pour ou contre le transhumanisme… pour ou contre la technique… pour ou contre l’immortalité individuelle », non,  j’essaye d’extraire de tout ça,  j’essaye d’extraire de ce qui est en train de se passer, un certain savoir et de mettre tout ce savoir ensemble avec des tas de réflexions d’autres sur l’histoire : sur celle des penseurs importants, essayer de constituer un outil. Un outil qui nous permettrait de lutter contre l’extinction.

Vous connaissez ce livre, je vous l’ai déjà montré, il existe en français aussi (À ouvrir en cas d’apocalypse) : The Knowledge: How To Rebuild Our World After An Apocalypse (2014), une tentative qui a été faite de mettre… il faut que je les mette ensemble, voilà, je les mets ensemble. Pourquoi je les mets ensemble ? Parce que l’un, le rouge (The Knowledge), c’est celui qui nous permettra de reconstruire après l’apocalypse, et le vert (Défense et illustration du genre humain), c’est celui qui nous permettra de lutter pour qu’elle n’arrive pas.

Alors, vous savez, ce livre, je sais déjà qu’il aura un certain destin. Je sais qu’on y attachera de l’importance en Chine. Pourquoi ? Parce qu’on attache de l’importance en Chine, en ce moment, à tout ce que j’ai pu écrire et les Chinois ont l’amabilité, comme vous avez pu le voir, de considérer que je suis un des grands penseurs, un des penseurs qui comptent, dans la gauche contemporaine.

Je sais que ce livre sera lu là-bas. Mais ce que je voudrais aussi, c’est qu’il soit lu chez nous. Qu’on ne dise pas en Chine : « Regardez, ils sont comme les lapins dans les phares de la bagnole qui arrive, ils sont pris complètement dans le trip destroy de M. Trump, et ils sont là à regarder avec des yeux ronds. Ils ne savent pas quoi faire ! »

Il ne faut pas que l’image s’installe que nous avons déjà baissé les bras. Il faut que ce livre soit lu, aussi discuté, que vous le lisiez, que vous le montriez autour de vous, que vous le fassiez lire, parce que c’est un outil de résistance et nous avons bien besoin en ce moment, chez nous, d’outils de résistance.

Voilà, merci !

9Shares