Saint-Etienne, Conférence de l’hôtel de ville : « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (XIII) Les lobbys

Je publie en feuilleton la retranscription (merci à Éric Muller !) de ma très longue conférence le 29 novembre 2018. Ouvert aux commentaires.

Question de la salle : [inaudible] …du secret qui permet au citoyen d’être écarté et il n’est plus partie prenante de sa vie, la collectivité ne peut plus agir. C’est quelque chose qui, je trouve, est très grave. Et donc, le monde vient de mettre en place un procès avec des avocats, des tas de choses.

PJ : Oui. Mais ce qui est intéressant, c’est quand on va voir un petit peu dans les coulisses, quand on va regarder exactement comment les choses fonctionnent. Alors, on nous dit, par exemple – on le dit à Bruxelles – : « Eh bien les lobbys écrivent des textes de loi et ce sont eux qui sont effectivement votés, en-dehors de tout processus de type démocratique ».

Il y a une étude, par exemple de MM. Gillen & Page qui a été faite aux États-Unis il y a quelques années – dont je parle dans mon livre qui s’appelle Le dernier qui s’en va éteint la lumière – MM. Gillen & Page ce sont des sociologues dans des grosses universités, l’un au MIT et l’autre à Northwestern à Chicago, et ils regardent ce qu’on dit dans les journaux, ce que la population veut véritablement, ils regardent les journaux, les émissions de télévision, et ils font une liste de mille choses que la population américaine demande, et ils regardent si des décisions sont prises au niveau du parlement, du sénat, à propos de ces choses-là, et ils s’aperçoivent que ce n’est même pas que des décisions sont prises et que le sénat, la chambre des députés, le congrès américain votent contre ces propositions, c’est que tout ça n’émerge jamais, n’arrive jamais même au niveau d’être discuté par les parlements. Les parlements ignorent ce que la population veut véritablement. Pourquoi ? Parce que ce sont des lobbys, des intérêts de type commercial, financier, qui écrivent les textes, et ce sont eux qui sont discutés.

Dans un livre qui s’appelle Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles (2015), le sociologue Sylvain Laurens s’est intéressé à cette dynamique-là, il s’est demandé pourquoi ça fonctionne de cette manière-là, en Europe en particulier, et au niveau des gouvernements, et au niveau des institutions européennes. Il s’est aperçu que, de la même manière que j’avais soulignée tout à l’heure que, quand on parle des « trente glorieuses » on oublie de parler du plan Marshall et des sommes considérables – ce sont des milliards véritablement – qui ont été mis – pour des raisons stratégiques essentiellement – à la disposition de l’Europe dans la période de reconstruction. Quand le plan Marshall distribue tout cet argent, il demande quand même au pays de faire une comptabilité, de montrer comment l’argent est utilisé, ce qui paraît tout à fait logique pour éviter que ce soit de l’argent qui disparaisse entièrement dans la corruption. On demande aux gouvernements européens qui reçoivent ces sommes de rédiger les choses dans les termes de la comptabilité américaine pour que les Américains s’y retrouvent, pour que ce soit pas chaque comptabilité nationale qui vienne avec ses propres chiffres. Mais les structures n’existent pas. Les structures n’existent pas pour le faire, et ce sont les premières institutions européennes le Bénélux, la CECA – Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier – l’Europe des six, le Marché commun, qui imposent aux entreprises de créer des lobbys qui soient leur interlocuteur, à qui on peut dire comment on va comptabiliser les choses pour que l’on puisse présenter des chiffres aux Américains. Ces lobbys n’émergent pas spontanément des industries, qui se satisfaisaient très bien de la situation telle qu’elle était. C’est pour une raison historique que ces lobbys sont apparus. Et maintenant ils existent, et ils existent dans une très grande solidarité entre eux parce que, quand on regarde les choses de près, il y a une grande solidarité à l’intérieur des industries, il y a des collusions, bien entendu. Quand on nous dit que dans les banques, c’est la concurrence pure et parfaite qui joue, quand les traders de toutes les banques se mettent d’accord pour tricher sur les taux du Libor – qui sont créés artificiellement avec des chiffres qui sont cités – c’est une grande solidarité remarquable. Quand il s’agit de truander le système, la solidarité émerge d’elle-même, de manière spontanée et splendide qui rassurerait Aristote, à l’intérieur même du monde de la finance.

Partager :

7 réflexions sur « Saint-Etienne, Conférence de l’hôtel de ville : « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (XIII) Les lobbys »

  1. Sans être irrévérencieux, on peut dire que c’est la politique du gouvernement Philippe dans ses oeuvres, dans ses pompes et dans sa composition.
    J’oublie quelque chose ?
    Oui, les affaires.

  2. « Parce que ce sont des lobbys, des intérêts de type commercial, financier, qui écrivent les textes, et ce sont eux qui sont discutés. »

    Pas tout à fait juste : il y a aussi des lobbies de type « journalistico- politique ». Je connais (très bien) un de ces lobbyistes. Chut, je vous le dis à l’oreille, s’il m’entend il risque de m’en vouloir ( mais on ne se fâcherait pas j’en suis sûre) : quand il m’a dit « je vais être lobbyiste, j’en ai marre d’être journaliste » et que je lui ai répondu : « dommage ! tu es un bon ! et il en manque en ce moment des comme toi ; qu’est-ce que tu vas faire dans un lobby ??? » , il m’a répondu : « à force de les critiquer, j’ai envie d’aller voir de près » (il se sentait un peu comme bcp, il critiquait, jugeait, condamnait sans vraiment connaître) . « Ca c’est bien » je lui ai répondu.
    Il a peut-être reçu 5/5 ma petite leçon (il est comme mon fils mais en retour il m’apprend bcp) : mettre un pied dedans et un dehors.
    Voyez M. Jorion, vous aussi si j’ai bien compris, vous avez eu un pied dans le milieu de la finance et un autre dehors… Tant que le pied qui est dedans est celui de quelqu’un de bien qui n’oublie pas d’où il vient…. tout va bien.

    1. Ceci dit, les politiciens pour la plupart (j’en ai bien connu au moins 2 – des biens-) ils n’y comprennent rien à la finance, au commerce, aux marchés ; l’ENA n’apprend pas tout, même si ceux qui en sortent ont souvent la grosse tête. Alors faire un discours sur ce qu’on ne connait pas (on le fait tous) quand on est attendu au retour, comment faire ? Surtout que la plupart ne savent faire des discours que pour se faire élire. Pas pour gouverner. Il y en a même qui comme Pasqua ont assez de pognon à gauche alors, disent-ils en cachette (l’ai entendu indirectement le révéler à une très jolie de mes amies, une sans importance) : « le pouvoir, ça me fait bander ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.