26 réflexions sur « Il ne faut plus s’étonner de rien ! »

  1. c’est pas parce que vous mettez le capteur sur la tête que ça à quelque chose à voir avec l’intelligence , la boule pourrait tout aussi bien être guidée pas des potentiels d’action captés au niveau du genou

  2. Ce qui est intéressant dans cette expérience – par ailleurs simple sur le principe il faut en être conscient – c’est qu’elle suggère que les formes d’onde cérébrale correspondant à deux visualisations données – « balle à gauche » et « balle à droite » que l’ordinateur tente de reconnaître – sont universelles dans l’espèce humaine. Si chacun avait sa propre forme d’onde personnelle pour telle pensée donnée, la reconnaissance ne pourrait pas fonctionner du tout.

    Au final, comme l’explique le présentateur, grâce en partie aux données récoltées par l’expérience, leur système d’apprentissage automatique sera parvenu à reconnaître et discriminer deux visualisations cérébrales humaines.

    Deux ce n’est pas beaucoup évidemment, mais ça pourrait ne pas être le dernier mot de cette technique. Combien de visualisations différentes un système d’apprentissage pourrait-il parvenir à reconnaître, en augmentant la quantité de données – le nombre de personnes testées – et peut-être le nombre d’électrodes ?

    Serait-il possible de développer cette expérience en un système permettant par exemple à un tétraplégique de conduire une voiture ?

    1. Et voila confusion totale , la boulette a son propre système de propulsion elle pourrait bouger grâce à une télécommande classique

      1. Ah merci, je croyais vraiment que c’était de la télékinésie !
        Non parce que maître Yoda Il fait bouger des objets inanimés, un peu comme nous et notre corps 😉

      2. Ceci dit je respecte le travail de ces gens , il faut simplement éviter de nous faire prendre des lanternes pour des moutons de panurge

      1. ( quant aux fameux algorithmes pour faire bouger tout ça mon petit neveu sait les programmer sur scratch par  » la force des ses petites ondes cérébrales  » )

  3. La photographie – une image arrêtée de la vidéo – donnée à voir est frappante : on y remarque surtout des jeunes gens et des jeunes filles laissés dans l’absolue conviction qu’ils ont le droit de fabriquer tout ce qu’ils imaginent, qu’ils ont le droit de transformer le pétrole et les minerais au nom d’un progrès sans limites, qu’ils peuvent se passer de la réflexion philosophique, qu’ils peuvent diminuer la place de la nature et se passer d’elle pour cultiver hors-sol, que la seule route à suivre est celle du numérique, des puces, des prothèses, des smartphones, de la domotique, de la robotique, des drones, des applications, des réseaux sociaux, des data, de l’intelligence artificielle, etc… ( A ce propos s’agit-il de cela dans le cas présent ? Non, n’est-ce pas ? ) Alors, ils deviennent des dieux ces jeunes ?
    Que savent-ils leurs professeurs qui les entraînent dans ces tunnels ? Lisent-ils Nicolas Casaux et Philippe Bihouix qui nous mettent en garde savamment et montrent l’inanité, la vanité de ces comportements ? Pour ne pas dire le danger extrême qu’il y a à former des étudiants qui ne verront jamais plus loin que le bout de leur nez. Ne se rendront jamais compte au nom de quoi on artificialise les sols qui leur donnent à manger … on produit des déchets de toutes espèces dont les plus dangereux et dont on ne sait quoi faire…
    Allez je m’arrête là. J’ai tellement répéter cela ici et ailleurs que je suis fatigué et que l’énergie désormais me manque.
    Alors, si parmi les contributeurs et les lecteurs de ce blog se trouvent des personnes capables de réfuter les thèses de Bihouix et Casaux ,qu’ils veuillent bien m’éclairer. Car s’ils ont raison – et qui suis-je pour l’affirmer ou l’infirmer ? – la catastrophe attendue sera pire que nous le pensons. Et il faudra cesser de s’émerveiller devant des réalisations condamnables.

    1. Bullshit…
      Je me demande si la bonne traduction serait bouse (de taureau). En français agricole, bouse se réfère presque automatiquement à une vache. Normal, elles sont bien plus nombreuses parce qu’elles fabriquent le lait, alors que les taureaux sont beaucoup plus rare vus qu’ils ne servent presque à rien.

      Faudrait prendre aussi en compte l’aspect de la bouse. J’ai fait une enquête dans le pré d’à côté (où paissent des vaches et un taureau. J’ai cette chance). Je suis en mesure de dire que la consistance et l’abondance sont assez différentes. La vache broute un max pour faire son lait, elle produite donc des bouses nombreuses assez liquide, alors que le taureau broute à peine, en tout cas nettement moins, d’où une production beaucoup plus faible et incidemment d’une meilleure tenue.

      Il faut conclure.
      Je propose donc de traduire par bouse, avec le sous-entendu évident ‘de vache’. Le nombre, l’aspect et probablement le genre sont sans appel à cet égard.

      Cette petite étude tendrait à prouver notre proximité culturelle et sociale avec le monde anglo-américain. C’est pourquoi nous sommes si souvent en admiration devant la moindre bouse produite par eux et tentés de les imiter sans réflexions ni délai. On le voit, charolaise, montbéliarde et limousine ne sont pas sans mérite comme facilitateur de la communication de masse inter-culturelle.
      A l’inverse, j’imagine difficilement une telle analogie avec un pays (sa culture et ses cultures, plutôt) ne connaissant pas la vache. Pauvre pays andins avec ses vigognes, ou autres d’Asie centrale avec ses chameaux, dromadaires ou Yak et Dzo… L’incommunicabilité tient à si peu de choses.

    2. Merci pour ces références que j’ignorais.

      Je constate que Philippe Bihouix a écrit un livre « L’Âge des low tech, Vers une civilisation techniquement soutenable » dont la thèse semble intéressante http://www.seuil.com/ouvrage/l-age-des-low-tech-philippe-bihouix/9782021160727

      Nicolas Casaux de son côté a écrit un article « Le problème de la collapsologie » qui en essayant de résumer s’attache à traquer et critiquer parmi les collapsologues un attachement trop grand à la civilisation industrielle, que Casaux propose de refuser plus radicalement. Voir http://partage-le.com/2018/01/8648/

      1. Du point de vue de l’histoire des idées, le pavé de Serge Audier récemment paru à « la découverte », et intitulé « l’âge productiviste », est très intéressant aussi. J’y découvre un Stendhal que je ne connaissais pas, un Saint-Simon industrialiste mais pas si loin d’un JB Say à ses débuts, le géographe Frantz Schrader et tant d’autres un peu prémonitoires et un peu engoncés dans certaines certitudes, voilà qui éclaire la multiplicité encore patente de nos façons de penser.

      2. Euh, Casaux, j’aurais quelques réserves… sauf si on est amateur de la phraséologie délirante de la radicalité posturale post prolétarienne sans barrière d’espèces mais néo-fem quand même (j’essaie d’imiter, mais ça reste fade face à ce genre de maître). Notez aussi le bon vieux fractionisme gauchiste appliqué cette fois aux questions « environnementales », c’est leur conatus, et il opère à tous les coups!

        Voir ce site : Le partage (un truc bien délirant en première page sur le marché du coït…).

    3. @Peska
      L’humanité au cours de son histoire a été déjà confrontée à des effets de seuil (parfois suivis d’effondrements). De nouvelles technologies sont venues à chaque fois rebattre les cartes: découverte du bronze, puis du fer, puis la constitution d’États permettant de gérer et de redistribuer les stocks sur de vastes territoire, puis des innovations dans l’agriculture avec la charrue, le collier d’attelage, le moulin hydraulique, l’assolement triennal au Moyen Âge, puis l’exploitation du charbon, l’énergie électrique, le nucléaire.
      Aucune de ces innovations ne pourrait être qualifiée de soutenable sur le long terme. Terrible fuite en avant d’Homo Sapiens pour le meilleur et pour le pire.

  4. « Wie wir auf der Konferenz Rise of AI erfahren mussten, wird erst am 15.August 2036 der erste Roboter geschaffen, der die Menschen kontrollieren kann. »

    une remarque en passant dans un article de la FAZ sur la voiture volante …

  5. Pas encore batmobile-like, donc m’interesse pô…

    Au salon VivaTech de la Porte de Versailles à Paris, nous avons pu découvrir le dernier modèle de voiture volante d’Aeromobil.
    https://www.usinenouvelle.com/editorial/video-decouverte-de-la-voiture-volante-aeromobil-au-salon-vivatech.N844355

    https://www.auto-moto.com/insolite/concept-cars/la-voiture-volante-bientot-realite-7611.html#item=1

    Trop mimi. Ma préférée :
    https://www.youtube.com/watch?v=aoCPRqy4OGc

    https://www.youtube.com/watch?v=iDDkkBm7j94

    Je ne mets jamais les zécouteurs, j’aime pas les fils, cela dit j’aime autant écouter ZZT, entre autres, que les zoiseaux que j’écoute et que j’ai la chance de voir tous les jours. Parfois les aigles descendent, je reconnais leur cri, ils volent souvent par 2 ou 3 et top altitude. Trop beau

    Z’est Z’uper et top !
    https://www.youtube.com/watch?v=euZm1TfO9xY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.