Trump : le doute reste-t-il permis ?

Ouvert aux commentaires.

Partager :

19 réflexions sur « Trump : le doute reste-t-il permis ? »

      1. Je n’ai pu que constater que mes modestes commentaires, pourtant à mon sens rédigés avec mesure et respect, n’ont pas passé le filtre de la censure.
        Certes il n’étaient pas nécessairement en accord avec ce que l’on pourrait appeler votre « ligne rédactionnelle » mais en lisant les échanges sur le blog il me semble en effet qu’il n’y a pas vraiment de débat toléré. Mais évidemment je peux me fourvoyer complètement, ça ne serait pas la première fois !

  1. « Les vices privés font les vertus publiques »
    Ce postulat (faux) sert de fondation à la pseudo « science économique ». Sur lui repose toute l’idéologie actuellement dominante, l’économisme.
    Si tout ne s’est pas encore écroulé c’est que les vertus privées telles que l’altruisme, l’entraide, le désintéressement, etc., ne sont pas mortes. Elles font, encore, un peu, équilibre.
    Trump fait partie de ces gens qui, eux, méprisant ces vertus privées, croient dur comme fer à la justesse du postulat magique ci-dessus.
    Trump est égoïste de la façon la plus cynique possible, il est égoïste pour lui, il est égoïste pour les Usa. En bon adepte de l’idéologie économiste, il est sans doute convaincu que c’est bon pour lui, donc bon pour les Usa, donc bon pour le monde, la main invisible du Marché étant là pour y pourvoir.
    C’est pour cela qu’il est difficile à combattre, il est un bon élève, un bon catéchumène de la Doxa en vigueur.
    À l’heure où il est de bon ton, pour chacun, pour chaque groupe, de revendiquer, de se présenter en victime, de vouloir toujours plus… il fait de même.
    C’est infantile, irresponsable, terriblement inquiétant… mais c’est dans l’air du temps. Ce n’est pas à proprement parler du fascisme.

    1. Oui, c’est le sous-titre de la Fable des abeilles (1714) de Mandeville, mais au lieu de l’attribuer à Mandeville (qui était un provocateur mi-sérieux, mi-farceur), les ultralibéraux l’attribuent à Adam Smith, en faisant semblant qu’il ne s’agit que d’une autre formulation de la « main invisible ». C’est une escroquerie qui fait s’équivaloir « l’amour-de-soi » (l’instinct de conservation ») chez Smith avec les vices chez Mandeville.

      Tout ça en dit long sur les ultralibéraux, mais ne nous apprend rien sur les sociétés humaines en général.

  2. Les sociétés humaines ont une fâcheuse tendance à vénérer de fausses idoles. Le Marché, l’Argent, le Progrès, la Croissance, la Technique… font partie de ces redoutables fausses idoles. Trump en est un adorateur fervent. Il est loin d’être seul dans ce cas !

      1. Le plus grand tueur, depuis l’origine, est l’homme.

        L’homme peut en effet faire de lui-même, homme, une idole et tuer en son nom. Comme il peut faire de la nation une idole et tuer en son nom.

        Faut bien faire avec… Éliminer les individus pour en finir avec l’individualisme, éliminer les nations pour en finir avec le nationalisme sont des solutions un peu radicales pour mon goût…

      2. DMB,

        Tu as bien conscience que lorsque tu dis : « Éliminer les individus pour en finir avec l’individualisme, éliminer les nations pour en finir avec le nationalisme sont des solutions un peu radicales pour mon goût… », tu fais du sophisme pur jus n’est-ce pas ?

        Autant « l’individu » est une unité biologique irréductible à respecter autant la « nation » est un concept modifiable et facilement dépassable.

      3. @CloClo

        Cela n’a rien d’un sophisme. L’homme, animal social, vit en sociétés. Ces sociétés humaines ont connu une longue évolution. La nation est leur forme actuelle. L’évolution n’est pas finie, mais le fait est que l’humanité aujourd’hui est organisée en nations.

      4. Et dans ces conditions qu’est ce qui empêche d’éliminer la nation qui n est qu’une forme d’organisation sociale ? Pour moi rien. C est un fait tout aussi tangible.

      5. @ CloClo

        Bien sûr, rien n’empêche d’éliminer les nations. L’UE s’y emploie déjà avec constance. Notre génération moderne n’est-elle pas tellement plus intelligente, tellement plus clairvoyante, tellement plus savante que toutes les générations l’ayant précédée ?…

      6. Et oui DMB, c’était mieux avant comme on le sait tous ! L’horizon est indépassable mais on peut le faire reculer. Ta nation me fatigue, elle est usée, rabougrie, moisie. Je veux de l’air ! Du brassage ! Du mélange ! Je veux ouvrir ces nations putrides et les vider de leur pus mortifère afin de rendre les territoires à la libre jouissance des êtres et du partage. Je m’en cogne carrément de ces concepts comme des mythes religieux, je suis un homme du futur !

  3. Bonjour,
    Trump a un plan caché….
    Où pensez vous qu’il va enfermer les antifascistes????
    Eh ben au Groenland….d’où sa proposition d’achat.
    Sacré Trump, il est malin le bougre. Il a une vision pour le monde!
    😉

  4. Les antifa sont effectivement des terroristes, au même titre que les autres.
    Le dernier en date a fait quoi? 20 morts? 24 morts?

    Etrangement, les medias nous ont bassiné avec la dernière tueries de masse du neo-sudiste (au passage, le fascisme, historiquement, conceptuellement, et ideologiquement, quand on a un minimum de culture, on se rend bien compte que c’est quand même tout autre chose que les sudistes américains…), mais pas avec celle de l’antifa fasciste de service (20 morts? Davatage?).

    Les antifa comme les antiracistes, sont d’ailleurs souvent plus fascisants et plus racistes encore que les autres (bourrés des préjugés et de lieux communs).
    Quiconque les a cotoyés un peu, militant ou non, d’origine étrangère (comme moi) ou non, s’en rend assez compte. C’est le cas à Lyon, en tout cas.

    Il n’y a aucun camp à choisir. Il faut surtout prendre bien soin d’éliminer les deux.

    1. « Les antifa comme les antiracistes, sont d’ailleurs souvent plus fascisants et plus racistes encore que les autres (bourrés des préjugés et de lieux communs). »
      On ne critique pas les gens d’être « bourrés des préjugés et de lieux communs » tout en faisant la même chose…

      1. Avant, Trump disait : « Il y a des gens bien des deux côtés (fascistes et antifascistes) ! » Depuis, il a fait du progrès : « Les antifascistes sont des terroristes intérieurs, je vais les faire interdire ». Ça prouve que c’est un homme qui évolue, parce qu’il réfléchit !

        Et comme il est très puissant en tant que Président des États-Unis, il n’a peut-être pas besoin du soutien supplémentaire que représentent quelques trolls égarés sur le Blog de PJ. Je prendrai des mesures en conséquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.