11 réflexions sur « Oubliez Black Mirror (c’est déjà là !) »

  1. Cela m’a rappelé un article de Yannis Youlountas sur le sujet :

    http://blogyy.net/2017/07/22/une-autre-raison-de-detruire-le-pouvoir-la-course-contre-la-montre-technologique/

    Extrait :
    […] Autrement dit, à nos raisons passées de proposer la démocratie directe et l’Anarchie vient s’ajouter une raison de plus, nouvelle et plus cruciale encore : une indéniable course contre la montre technologique a commencé entre le pouvoir et nous. Dans les temps qui viennent, il sera de plus en plus difficile de lui résister. Un jour, ce sera peut-être impossible. Sa domination sera totale.
    Ceci n’est pas l’évocation d’un roman dystopique, mais bien la réalité de demain qui se dessine sous nos yeux. L’époque est fasciste. Fasciste et totalitaire. Parce que le pouvoir se rapproche assidûment de son but de tout contrôler et parce que — nous le savons bien — si un jour il le peut, il ne se gênera pas pour se perpétuer en anéantissant toute voix discordante.[….]

  2. A n’en pas douter on peut supposer que la version purement répressive est déjà en voie d’être testée sur les Ouïghours enfermés dans les centres d’éducation et d’entrainement décriés comme de véritables camps de concentration par les observateurs.

  3. Bien que ça paraisse folledingo, l’utilité de ces technologies et leur avenir paraît simple À comprendre
    mais si ruse de la raison il y a, j’aimerais foutrement savoir où cela nous mène,

    1. Titre original: Les Sous-doués
      Réalisation: Claude Zidi – Scénario: Michel Fabre – Acteurs principaux: Daniel Auteuil, Michel Galabru, Maria Pacôme
      Sortie: 1980

  4. Bonsoir,

    Je fais part, toujours en qualité d’individu médian – c’est à dire faisant parti des 80% ( population occidentalisée s’entend) – du désarroi et surtout du sentiment d’impuissance, non seulement à comprendre et mais par là à influencer en quoi que ce soit la marche d’un monde dont la complexité technologique, le foisonnement informatif, et la massification des individuations déterritorialise totalement une subjectivité individuelle.
    Le réflexe est la préservation de soi et du cercle familiale immédiat, toute la pertinence des idées – solutions avancées par les âmes de bonnes volontés sont bien évidemment indéniables – mais la puissance n’est jamais de leur côté – j’ai la sensation que l’histoire est pliée – ne manquent pas les résistants dont notre histoire est festonnée – mais ils sont plus des figures qui nourrissent l’espoir – que la preuve que les rapports de forces puissent être inversés –
    Alors, ne rien faire – ce que j’ai choisi – au sens d’ailleurs premier du terme – plutôt que protester – car les sujets ne manquent pas – mais il faudrait que je choisisse une cause plutôt qu’une autre pour intégrer une organisation déjà consistante & le bruit de la rue n’affole désormais que mes voisins – je suis en pleurs et en démission devant la marche d’un monde que je sens encombré de mon nombre, lequel rejoins une armée de concitoyens seulement alimentés par le soucis de vivre dignement dans le temps qu’il leur est accordé et de prendre soin de la chair qu’ils ont enfanté –
    Le véritable défi, à mon sens, est de trouver une formulation synthétique des problèmes qui troublent notre humanité, qui soit à même d’être audible/compréhensible par ceux dont le nombre est la principale force de persuasion/renversement – une nouvelle religion….

  5. Pardon, hors sujet, encore que…
    @Arkao
    Pas un fan absolu non plus, mais vu Thiéfaine à Istres en 2016 (embeded !), je n’ai pas regretté, pas si désabusé que ça Hubert-Félix (ce soir là en tout cas), mais très fâché contre les flashs de portables incessants, à raison !
    Bons spectacle et souvenir…

    1. Il ya quand même un avant et un après chez Thiefaine, il a laissé quelque chose au fond du trou. Comptez pas sur moi pour aller le chercher 😉 …

  6. Unabomer / PMO / Encyclopédie des nuisances. L’alliance du capital et de la rationalité calculatrice ne négocie et ne négociera rien; même Stiegler est finalement un doux rêveur (ou lucide et déprimé : combat perdu, com’d’hab).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.