Les menus « carbonara » et les terrils virtuels sur notre planète, par TiMiota

Ouvert aux commentaires.

A quelle sauce allons-nous nourrir le cycle du carbone, le nourrir et nous en alimenter ? Quels sont les « menus carbonara » pour ce CO2 qui s’entasse ici et qu’on va cacher là ? Revue des recettes en présence, entre sel dystopique et poivre utopique.
Et en final, ma vision version dystoptique de notre futur sur les gradins virtuels d’une société à « étages de carbone », étage sur des terrils virtuels habités de petits Sisyphe pas tous heureux. Sauf si on prend le taureau par les cornes ?

§

A) Le cycle géologique du carbone d’abord : A la naissance des planètes, il y a beaucoup d’atomes d’oxygène et pas tant de carbone que ça. Tout ce qui peut s’oxyde. Mais le soleil peut inverser les choses, il joue le rôle inverse de l’oxydation, la photochimie pouvant défaire ce que fait la chimie tout court : c’est un réducteur. Le début de la vie s’essaye à canaliser cela, par photosynthèse dans les algues. Mais le chaudron est trop grand : si elles produisent un brin d’oxygène, les premières formes de vie ne peuvent pas empêcher sa capture par le fond minéral de l’assiette. Les traces en sont les moultes argiles et autres alumino-silicates (Si-Al-O), le gros de la croûte. Quant au CO2, abondant au tout début, il se voit pris par les roches et commence le cycle de carbone géologique, pas très connu. Laissons passer 1 à 3 milliards d’années. Voici donc au menu Cambrien le carbone sous la forme oxydée CO2, encore abondant dans l’atmosphère comparé à nos jours, mais déjà, la vie en profite, utilise le carbone de l’atmosphère en masse. C’est l’origine du calcaire, CaCO3, associé aux formes de vie marines qui furent longtemps les principales.
Voici déjà une première complexité sur laquelle nos physico-chimistes modernes butent encore un peu : la synthèse biominérale dans les coquilles d’un composé comme la calcite (le futur calcaire disons). Le résultat est une masse assez cristalline alors que les cellules sont encore et toujours ces montres molles à la Salvador Dali, qui n’ont nulle table à dessin ou équerre apparente pour vous faire des cristaux.

Puis voilà la photosynthèse sur terre ferme qui finit par avoir raison du gros du CO2 atmosphérique qui restait, et tout cela renvoie dans l’atmosphère tout l’oxygène que nous y trouvons aujourd’hui (20%, 2 tonnes par m² de surface au sol, plus de mille milliards de tonnes dans l’air de la France). Et la vie s’est à son tour adaptée à cet oxygène, qui ne demande qu’à réagir (la rouille !), même à l’abri de l’air (il se dissout un peu dans l’eau) : elle le fait à l’aide d’anti-oxydants comme la vitamine C.

§

B) Les excès du moment : En 2019, des scientifiques comme le français Philippe Ciais ont conduit assez d’études pour vous expliquer ce qui arrive au CO2 en excès que nous rejetons : pour l’instant, dame nature en gobe quelques 50% . L’océan en capte une bonne partie (30% disons). Et l’océan a une grande inertie (disons mille ans) avant de saturer. Mais il se réchauffera plus vite que ça et il s’acidifie « en temps réel » (le gaz carbonique, le CO2, c’est comme celui du soda) : ce n’est pas top pour les coquillages et encore moins pour les coraux, une variation de pH de -0.1 correspond à 26% d’ions H+ en plus, ennemis de la calcification. Et sur terre ? Instruisez-vous en cherchant « AFOLU » : « Agro-FOrestry and Land Use » , agro-foresterie et « usage de la terre »(ici par exemple) : des forêts sympas peuvent fixer pour l’instant quelques 20% de nos excès (les jeunes, sans doute les vieilles aussi), mais ça va moins durer, et puis nous demandons aux champs de produire sans fixer de carbone, un champ de Beauce nourri aux engrais et réduit à la terre nue à l’automne est un désert carbonique, mieux vaut un bocage plein de fourragères et autres adventices. Au total, le CO2 dans l’atmosphère ne se résorbe pas du tout aussi vite que s’est soigné l’ozone (dont le trou a été à moitié calmé par la suppression des CFC, les chlorofluorocarbones), il y a une dynamique « courte » de l’ordre du siècle pour la capture par les sols agro-forestiers, et une dynamique « longue » de l’ordre de mille ans pour l’océan, rien ne se passe vite au fond.

§

C) Mais l’Anthropocène, cela va être une histoire du carbone qui visite toute la « cuisine » à laquelle il se prête, d’où mon titre « carbonara ». Il va en effet falloir s’éloigner de la version simple, celle où l’on prend du carbone fossile ‘‘réduit’’ (charbon, pétrole, gaz), puis on le brûle (on dégage le CO2), et voilà, on voudrait « juste » cacher le CO2 quelque part (la « CCS », Carbon Capture and Sequestration », j’y reviens plus loin).

L’histoire du Carbone fossile, un peu celle de l’énergie, se complique de 3 ou 4 effets, listons les rapidement :

1) EROI : « Energy Return On (Energy) Invested ». Forer en terrain difficile mange une partie du pétrole qu’on va extraire rien que pour faire tourner la foreuse. On mesure cela dans l’autre sens : Si j’investis 1 litre de travail, je trouve combien de litre d’essence dans mon puits ? C’est l’EROI. Ce facteur, qui pouvait dépasser 20 ou 50 aux temps heureux des forages jaillissant comme dans Tintin, est descendu à quelques unités, voire 3 ou 1,5 pour les sables bitumineux, avec une exploitation qui n’est « rentable » que si le pétrole atteint des cours suffisant (> 70$ le baril disons).

2) Capture du CO2 en sortie de tuyau : cela se fait par des moyens chimiques de type « amines » dans la filière la plus testée actuellement. Elle augmente le coût de 50% en gros, ou dit autrement elle diminue l’EROI d’un facteur d’environ 1,5. Tout cela si le stockage n’est pas limitant. On ne sait pas si on est au taquet ou pas question possibilité technique et coût.

3) Effet rebond : Si on dispose d’une ressource à prix plus bas ou d’un appareil plus efficace, on l’utilise davantage, ce qui annule l’éventuelle économie. Exemple : le transport aérien devenu exagérément bon marché (pas de taxe kérosène car aucun état n’a cru à un élan collectif de ce côté, et la « manne du progrès » a tellement l’air de sortir d’un avion qu’on ne doit surtout pas décourager leur arrivée…). L’efficacité des climatiseurs (air conditionné) a conduit à étendre les mégapoles du sud des USA, au Texas et Floride ( la « sun belt ») et à faire fonctionner beaucoup plus les « clims », donc besoin électrique très gros l’été. Si on a une exception favorable comme les LEDs, c’est parce qu’elles ont représenté un saut d’efficacité énorme (x8 disons) sur l’incandescence. C’est l’exception qui confirme la règle… et tend à augmenter la pollution lumineuse nocturne.

4) Le carbone est dégagé pour des raisons « chimiques » dans deux de nos plus grosses activités : le béton, où la fabrication du « clinker » n’est rien d’autre que d’enlever au CaCO3 (calcaire) le CO2 pour obtenir en gros CaO, la chaux vive. (Lot de consolation, le CO2 est censé revenir réagir lors de  la prise). L’ammoniac, nécessaire aux engrais et aux explosifs, synthétisé par le procédé Haber-Bosch (N2+3H3+catalyseur…), dont l’hydrogène H2 vient du crackage du méthane CH4 (gaz), ce qui laisse des carbones C-xx sur le carreau, au fond de l’assiette.

§

D) Mais je veux en venir au point suivant : l’histoire du carbone va aussi se compliquer dès lors que les deux côtés du cycle (« réduit »= carburant fossiles actuels et « oxydé »=CO2) sont d’ores et déjà en train de se complexifier. Je décrirai le gradient qui s’ensuit par la métaphore de terrasses sur un terril virtuel.

Une part de cette évolution complexe des « carbures » est un principe de « réalité » contraint : On se rend compte qu’il va falloir séquestrer du CO2 pour atteindre la neutralité en 2050. C’était assez peu pensable en 2000 –  2005. Car le stockage géologique direct (ancienne poches de gaz ou mines de sel,…) n’est pas une panacée. Si ça fuit en masse, le CO2 stagne à la surface, et il asphyxie par villages entiers, comme on l’a vérifié au Cameroun en 1986 lors de la catastrophe du « dégazage » du lac volcanique Nyos (éruption dite « limnique », plus de 1700 morts, depuis on fait « dégazer » le dessous du lac par un tuyau astucieux).
Mais depuis quelques années, la « CCS » (Carbon Capture and Sequestration) s’est inscrite en grosses lettres dans les agendas des groupes qui étudient notre « adaptation » au réchauffement. Seul moyen, semblerait-il, de ne pas (trop) sevrer l’économie de son carbone.

Le stockage avec conversion d’un minéral en roche de type calcaire (CaCO3) bien inerte serait l’idéal, mais les premiers essais n’ont pas marché comme prévu (des bactéries en folie ont fait croire à une fixation de carbone en réalité fort lente).

La philosophie actuelle de ceux qui regardent au-delà du bête stockage est donc de considérer qu’on va récupérer le CO2 là où on n’a pas pu éviter de l’utiliser (certains chauffages, véhicules) et que le stockage n’est au mieux qu’un palliatif provisoire vers une suite. Il s’agit dans cette suite de faire  un cycle qu’on va dire « vert », par voie photo-électro-chimique, avec tout ce qu’on a sous la main, débouchant sur une synthèse d’un carburant nouveau, pas forcément super énergétique (une des terrasse du terril virtuel, pas celle du haut). Quand en France on avait le gazogène pendant la guerre (gaz à partir du bois), les Allemands avaient la « LeunaBenzin », essence à base de charbon grâce à la réaction de Fischer-Tropf. C’était des exemples de conversion « entre énergies », faisant des passerelles entre « terrasses énergétiques » des différents degrés d’oxydation intermédiaires du carbone (méthane,, propane, méthanol, acide acétique … jusqu’à l’acide oxalique CO4H2 qui « ressemble » à du CO2)

La vie moderne de 2019, c’est qu’au lieu de partir de bois (ou de charbon), on repart de CO2 carrément. Mais du coup, obtenir un bon gaz (CH4) ou une bonne essence est difficile. C’est là que j’essaye de voir ce qui pourrait faire système dans cette nouvelle logique à gradins. On va en gros  avoir un « monde des terrasses énergétiques » sur le terril virtuel de notre anthropocène avec différents privilèges énergétiques sur les points de la chaine, qui seront répartis ou pas, et assortis d’autorisation à refaire du CO2 ou pas (par tout mode de  persuasion …).

§

E) Ce qui pourrait se profiler est donc que nous aurons des sortes de « décharge de carbone », plus ou moins réutilisables, d’où nous essayerons, tels des Sisyphe coincés dans un terril virtuel, de tirer de précieux hydrocarbures pour satisfaire des besoins. Une partie sera utilisée dans le processus lui-même, du fait des bas EROI de la plupart des procédés : gros besoin d’énergie pour faire fonctionner cette remontée de pente. Une autre partie sera ce que l’espace entre les terrils (virtuels) permettra : quels communautés, quelle humanité « fractalisée » viendront/viendra aux portes de ces terrils virtuels (en forme de silo ou autre, mais ne croyons plus trop aux oléoducs) pour y échanger pétrole de niveau 2 ou 3 ou 4 contre nourriture & médicaments, Smartphones… de niveau 2 ou 3 ou 4 ?

C’est le côté dystopique, mais un avant-goût est donné aujourd’hui par l’industrie mondiale du lait : Quand le monde occidental et asiatique mange du beurre, les protéines du lait d’où est venu ce beurre ont été mise de côté. Cela fait un « sous-lait » trop écrémé pour être vendu. Qu’à cela ne tienne, s’est-on dit en Afrique. Puisque j’ai des graisses pas trop chères (dont l’huile de palme !), je vais re-mélanger les protéines pas chères avec ces corps gras, et obtenir du « lait de niveau 2 » ou « second lait ». Cela se vend aujourd’hui en Afrique subsaharienne notamment. Avec pour effet d’appauvrir les producteurs de lait véritable, qui ne peuvent faire concurrence au très bas prix du  « second lait ». Il s’agit en quelques sortes de Sysiphe sur un terril non plus de carbone, mais plutôt d’azote (~protéines)  dans ce cas. En tout cas, si cette affaire est prémonitoire, alors mes terrils virtuels de carbone sont peut-être notre horizon. Et il est temps de nourrir la réflexion pour maximiser la solidarité devant ces évolutions et éviter une société de zones « vertes » et « rouges » (Bagdad actuellement, vocabulaire de Naomi Klein).

§

F) Un peu moins dystopique est le fait qu’on commence à tirer parti des leçons de la nature. Les composés organo-minéraux (ou organo-métalliques) sont légion, et sont un de ces endroits où les choses simples qu’on sait sur l’un ou l’autre des bords d’un savoir (l’organique ou le minéral) doit être totalement revu (c’est d’ailleurs le cas de certains des composés de zinc thiophosphoré de l’usine Lubrizol, ceux que Castrol inventa dans les années 1940 pour que les moteurs des Spitfire – dont certains durent survoler Rouen — ne cassent plus autant). Comme exemple : Les notions simples et cartésiennes sur l’eau (du type « baignoire et robinet », flux simple et stock simple) ne sont pas utiles pour comprendre le fonctionnement d’une source d’eau réelle, une source est un point de rencontre de plusieurs lits géologiques, chacun participant à une échelle de temps de la source (les 20 mètres autour à l’échelle de la semaine, les 200m autour à l’échelle de l’année, etc.). De la même façon on peut dire que la chimie organo-minérale offre des possibilités inaccessibles aux entendements formés dans l’une ou l’autre branche organique/minérale seule. La photosynthèse en est un premier exemple, basé sur un complexe organique avec un petit « cluster » Mn4 de 4 manganèse qu’on n’invente pas au bout d’un crayon, et tout cela est entouré d’une série impressionnante de complexes chimiques canalisant les électrons récupérés. L’hémoglobine est un peu plus simple côté métal, un seul atome de Fer y agit dans chaque « hème » ; nous humains, nous les sanguins, sommes moins subtils que les plantes. Devenons davantage des êtres de sève, ou au moins faisons circuler nos savoirs comme la sève circule, dans les deux sens.
Concrètement, il n’est donc pas interdit de penser qu’on puisse faire des bactéries ou autres entités qui, avec le concours d’une chimie organo-minérale, nous mette notre poubelle à CO2 sous forme d’un gros tas de pseudo-calcaire à larguer au fond de la fosse des Mariannes. De quoi se poser 50 ans pour réfléchir.

§

G) Quelques éléments d’autres horizons improbables : La question de l’aviation civile, malgré la réprobation climatique dont elle fait l’objet, est intéressante pour imaginer si nous allons vers des terrils dystopiques ou pas. Car la concentration et l’usage intensif de l’aéronef, point de convergence technico-humain unique en son genre, font que l’éventail des possibilités s’ouvre différemment pour les « penseurs » de ce domaine. Là où les vendeurs de voiture continuent à vendre des SUV, au mieux hybrides, et ne savent pas trop quel réseau électrique permettrait qu’on chargera quasiment 1 voiture électrique par habitant chaque jour (allez, une demi), les fabricants d’avion ont, pour leur part, déjà essayé un bout du « terril virtuel » déjà un peu formé : les agro-carburants sont déjà certifiés en aviation, peu ou prou. On ne peut pas voler avec de l’huile de Jatropha pure (parce que cela nuit aux joints d’étanchéité par manque de cycles benzéniques, que le kérosène contient), mais avec du « mix », c’est bon. Du coup, ces gens hésitent : soit viser de l’ingénierie « incrémentale », pour grappiller ce qui peut l’être et faire « le meilleur usage » de ces agro-carburants, qui sont quand même une demi-catastrophe évidente dans les termes d’un bon « AFOLU » (on va planter des palmiers comme forêt ? ). Soit passer directement à l’hydrogène, ce qui est possible pour un secteur « intensif » comme l’aviation, bien plus que tous les autres. Mais il faut alors revoir toute la structure de l’avion, le réservoir devenant un objet central très spécial (H2 n’est liquide qu’à -250°C environ, H2 gazeux à 300 K exige trop de pression et d’acier pour être emporté dense). Et il faut aussi espérer que H2 est produit de façon assez verte (la bête électrolyse de l’eau par exemple, ce n’est pas si simple et l’électricité n’est pas donnée, mais il faut voir, car au moins tenants et aboutissants sont de portée encore limitée). C’est donc dans la bouche d’acteurs de ce secteur que j’ai entendu des préoccupations se situant à l’échelle qu’on nomme usuellement « prendre le taureau par les cornes » : Se donner les moyens d’un véhicule non émetteur, modulo la production d‘H2. L’aviation électrique va exister entre temps (la première livraison d’un coucou de 9 personnes est actée pour 2022), mais elle ne pourra pas, en raison du poids des batteries, faire plus que 500 ou 700 km, soit une part certaine des vols (genre 40%) mais une assez petite part de la consommation (genre 12%, pour dire un ordre de grandeur là encore), qui se fait sur les grandes distances évidemment.

§

H) Je conclus : notre menu « carbonara » d’après 2050 peut se transformer en « sales terrils » où seule une minorité aurait, métaphoriquement, une bonne position, « vue sur la mer » et « eau et gaz à tous les étages ». Nous vivrions, pour la majorité, dans une sorte de pénombre mal décarbonée, où quelques-uns remontent la pente des terrils virtuels jusqu’à leurs terrasses sur la montagne du carbone, là où l’on amène ce qu’on peut de « chimie de capture » coûteuse, et quelques autres la descendent, tandis que les gros émetteurs s’estompent nolens volens dans cette cacophonie dystopique, contrôlés par ceux qui contrôlent les points névralgiques et stratégiques de l’ensemble.

Les quelques exemples suggérés nous montrent toutefois qu’il y a des moyens de « prendre le taureau par les cornes » : soit par le miracle d’une chimie bio-inspirée et réparatrice (n’y croyons pas trop), soit par le basculement des usages par des communautés conscientes du « cycle de savoir et d’énergie » dans lequel elle se trouve (la sève métaphorique). J’ai donné faute de mieux la très coupable aviation civile comme exemple à cause non pas de sa performance d’économie dans le cycle actuel (quoiqu’elle ait fait plus de progrès relatifs que d’autres sur l’efficacité), mais à cause de sa capacité à une réflexivité partielle au moins, liée à son mode de fonctionnement singulier avec « unité de véhicule », et « intensité technique », peu présent dans les autres branches de nos chimies anthropocéniques.

Ce pourrait aussi être une façon de soupeser par quel bout on peut le plus rapidement prendre les affaires de climat collectivement plutôt qu’individuellement : agir là où les silos techniques sont prêts à bouger, et pas là où les pétro-monarques et les réseaux qui les ont soutenus dans le monde occidental se complaisent dans les dérives géopolitiques.

Partager :

17 réflexions sur « Les menus « carbonara » et les terrils virtuels sur notre planète, par TiMiota »

  1. C’est ce qui me semblait possible il y a dix ans… Maintenant, avec les chiffre qu’on voit, ça me paraît désuet. Si on tient compte de l’entropie du système terre, les systèmes de recapture de CO2 ne font en fait qu’augmenter la pollution et réclamer de l’énergie. Aucune chance à mon avis de conserver notre niveau de vie, si ce n’est pour ces « très peu », donc c’est une impasse si on espère une quelconque justice sociale. Désolé, je suis convaincu par la thèse développée par JM Jancovici

      1. L’aspect qui s’appliquerait ici, est que de façon réaliste, il ne sera pas possible à l’humanité de stocker le carbone et d’éviter une augmentation de température annihilatrice d’ici la fin du siècle. L’entropie, c’est l’image de l’œuf cassé qu’on ne peut pas »facilement » remettre dans sa coquille. Le CO2 est facile à émettre, mais très difficile à capter. Comme une poignée de sable qu’on lance dans son salon. Peu d’énergie dépensée, mais beaucoup pour revenir en arrière. La mise en œuvre des techniques de substitution et de captation est si coûteuse et demande tant de sacrifices, comparé à un arrêt du système.

    1. Jancovici est connu comme « réaliste et de ce fait pro-nucléaire ». (version courte).

      Ceci dit, l’énergie utilisée par la nature (les plantes surtout) est tout entière sur les gradins intermédiaires de mon terril, mais c’est un « art de vivre », par exemple celui d’une plante qui choisit de ne pas bouger.

      Pleins de possibilités restent, aucune n’est une décroissance ou une substitution 1 pour 1…

      1. Oui, à grande échelle, l’entropie ne peut que croître avec le temps, effectivement.
        Ce qui m’intéresse, c’est que l’aventure humaine puisse se poursuivre au delà de la vie du soleil, et dans trop brûler son karma. Mais pour cela, nous devons nous poser pour réfléchir (donc pas d’aviation 😉

      2. Éblouissant de culture chimico-physique ce texte…
        Mais pourquoi toujours chercher midi à 14h00 avec des technologies toujours plus acrobatiques et ne pas insister d’abord et surtout qu’avant d’éponger il conviendrait de fermer le robinet…
        Une bonne nouvelle quand même: le ciment recapterait le CO2 émis lors de sa production lors de la prise? Dans quelle proportion?

        J’ai écrit récemment écrit un article sur le sujet de la géo-ingenierie et de la CCS : https://pour.press/les-escrocs-du-climat/ . J’y constate notamment qu’aujourd’hui la capture d’une tonne de CO2, vendue par la firme suisse Climworks, coûte 1.000€. Impayable évidemment sauf pour des richards qui veulent éviter la flygskam (terme suédois popularisé par une jeune file très sympathique et qui signifie honte de prendre l’avion): 2.000€ en plus pour un aller-retour Paris-New-York.
        L’agro-écologie est la seule méthode de capture qui ai des effets positifs par ailleurs (et pas la plantation de monoculture de palmiers à huile ou d’eucalyptus…

  2. Même si de toute évidence coopérer est nettement moins amusant que de se taper dessus, il y a également l’approche super grid (à ne pas confondre avec super green de Chris Tucker dans le Cinquième Élément : Bzzzzzt !!)

    Un réseau électrique mondial et basé sur les renouvelables, ce n’est plus de la science-fiction

    http://theconversation.com/un-reseau-electrique-mondial-et-base-sur-les-renouvelables-ce-nest-plus-de-la-science-fiction-112976

    1. C’est pas faux que la très très haute tension* peut déplacer la donne pour l’électricité.
      Sans haute tension, le besoin en cuivre (ou Alu…) est insupportable.
      Mais (i) ça ne changera que l’électricité et (ii) ça nécessitera une coopération géostratégique (vous voyez ça marcher entre Turquie Arménie et Géorgie ? Entre Ukraine et Moldavie ?).
      Donc ça va repousser mes terrils virtuels de 30 ou 40 ans, mais on ne va pas y couper de devenir des « courtiers en carbone », mais en carbone « de second choix », pour que on puisse s’assurer qu’il ne puise pas sur les fossiles et qu’il sera recyclé. L’humanité aurait aussi une ressemblance avec un être vivant global, qui ne marche bien que très sous-efficace (la photo-synthèse ne **doit** pas être efficace à plus que les 0,3 ou 0,5% actuels, sinon, les plantes « brûleraient » de leur propre chimie)…

      * (et le continu, car le 50 Hz rayonne à l’échelle de 1500 km, longueur d’onde = 6000 km, la première opportunité de faire une antenne est au quart de la longueur d’onde)

      1. 30 ou 40 ans de répit, ou même 20, je vote pour la du Barrysation des terrils virtuels !

        Certains (en plaisantant ?) appellent de leurs vœux une invasion extra-terrestre, seule moyen à leurs yeux d’unifier enfin l’Humanité. À problème systémique, réponse systémique et il me semble que le changement climatique peut avantageusement jouer le rôle du méchant ET hollywoodien pour que nous formions enfin une société globale.

        Scénario totalement utopique bien sûr. Mais comme le scénario réaliste consiste en un génocide planétaire, à de vastes zones géographiques devenues inhabitables et à des terres arables réduites à la portion congrue, ce qui ne peut s’achever que par la version atomique de la lutte à mort pour le dernier point d’eau…

        De toute évidence le verrouillage de la trajectoire d’impact que nous suivons actuellement n’est pas technologique mais politique. Il nous faudrait créer l’équivalent d’une économie de guerre où les pays alliés réarticuleraient totalement leur production pour se décarboner.

        Peut-on changer de civilisation sans passer par le stade chaos et guerres, de manière concertée et ordonnée, et pour corser un peu la difficulté, en moins d’une décennie ?
        Poser la question c’est y répondre. Le plus probable reste donc que nous ne changerons rien jusqu’au moment où il sera trop tard et où nous nous lancerons avec l’énergie du désespoir dans la géoingénierie.

        Ce bon vieux Peter dira sans doute alors que l’espèce a atteint son niveau d’incompétence.

      2. @timiota
        « antenne
        fouet lambda/4
        Ces temps-ci, les antennes se raccourcissent, notamment avec la 5 G !
        En même temps, avec le développement en cours du continu… on risque de fouetter très loin, ça devient cosmique !
        Restent les échelons de tension, et leurs rayonnements, dont celui du big bang 🙂

    2. @ adoque : on peut faire une antenne très petite devant la longeur d’onde (et très résonnante, alors, donc pas très large bande), mais à l’inverse, si les fils sont sur les pylones, il est délicat de les empêcher de rayonner. L’astuce classique du torsadage (qui élimine le champ lointain comme le diapason élimine sa vibration « fondamentale » , qui se dissipe trop vite) ne marche plus si facilement à 800 kV.

  3. Une fois encore, pourquoi faudrait-il confier nos vies à la technoscience ?
    Toujours faire comme si nos réflexions pouvaient s’appuyer sur des principes à jamais irrécusables et concerner 7 , 8 et bientôt 9 milliards d’êtres humains ?

    Ne s’agirait-il pas plutôt de se demander comment …
    … arrêter de courir ?
    … rompre avec la complexité ?
    … accepter de renoncer à nos manières de vivre ?
    … ne pas confondre désirs et besoins ?
    … accepter les limites de notre monde ?
    … renoncer à la croissance matérielle et accueillir la décroissance ?
    … réduire notre espace ?
    … gagner une liberté nouvelle ?
    … faire de notre mieux pour bien vivre avec les autres ?
    … ne pas se tromper d’idéal ni d’ambition ?
    … redécouvrir notre nature profonde ?
    … etc

    1. @ Peska
      La connaissance produit forcément les « hérissons de Kant », ceux qui aimeraient bien passer plus de temps ensemble, mais se piquent quand ils s’approchent trop. Toutes les sociétés ont réparti des « compétences »/ »expertises » d’autant plus complexes et finement divisées que leur taille était grande. Ceux qui ont vécu cet expérience d’acquisition de savoir (la « formation » de nos jour, le « Bildung » des allemands) veulent perpétuer l’expérience en isolant peu ou prou une problématique (les aiguilles du hérisson ont une certaine longueur), ce qui les rends « sachant », et attrayants pour les autres (l’envie des hérissons de faire société) à cause de cela.

      Les analyses structurales et systémiques n’ont pas à « s’orienter vers le passé », elle peuvent considérer symétriquement passé et futur ( à quel bifurcation revenir, et quel chemin se préparer à y prendre). Donc sans être « bêtement progressiste » (je suis vacciné), se contenter des « ralentissements » et de voir les « décroissance » comme une descente d’intensité serait raté un peu le « changement de paradigme », qui me semble nécessaire à tout points de vue.

  4. Merci Timiota pour cette histoire du vivant dans laquelle les liaisons (dangereuses) de la matière indomptable se réinvente en permanence. C’est tellement plus beau que E=mc2, ou que la thermodynamique des gas parfait..

  5. @timiota, @Roberto Boulant
    la « grid » énergétique semble improbable voire impossible pour les raisons géopolitiques que vous mentionnez…

    Cependant, il existe bel et bien un (autre) réseau de cette ampleur: Internet, réseau qui supporte les mêmes difficultés…
    Alors ?
    Un des scenarii de Roberto n’est pas très loin de ce qui nous attend: le possible, à notre portée, ne se réaliserait qu’en passant par un ??? le rendant obligatoire, à moins qu’il perde tout son potentiel, faute d’y avoir accédé en temps utile…

  6. Votre texte ( magnifique, pas de timidité Timiota…) montre bien que le Carbone est magique. Il est à la charnière entre la chimie industrielle et la biochimie la plus douce. Le Silicium n’est pas loin, mais trop d’énergie et trop peu de liaisons.

    Habitant la zone géologique des Pré-alpes à l’interface avec le Jura , je côtoie tous les jours une énormes masse de calcaire culminant à 900m, plusieurs centaines de millions de tonnes, probablement. Et combien sous la surface qui est à 400m? Cette masse a été créée par de petits animaux marins, remaniée par une tectonique inlassable. Vertige. Avec le temps… juste ce qu’il nous manque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.