Question de vie quotidienne : Pourquoi les firmes changent-elles de nom ?

Ouvert aux commentaires.

Merci de m’aider à résoudre un grand nombre de questions qui me rendent opaque une vie quotidienne sinon plus ou moins compréhensible !

Je découvre à l’instant dans ma boîte aux lettres un prospectus de la société AlphaBéta – dont je n’ai jamais entendu parler – qui m’annonce (roulez tambours, sonnez trompettes !) qu’elle s’appellera désormais DeltaGamma.

Bon, j’ai très bien compris à une époque que si vous vous appelez « Arthur Andersen » et que la une des journaux vous attribue une responsabilité significative dans la débâcle de la firme Enron dont vous assuriez l’audit, vous préférez vous appelez désormais « Accenture » (idem pour la transition de « Dexia » à « Belfius »), mais pour les autres, qui ne font pas l’actualité, quel bénéfice dans un changement d’étiquette qui entraîne sûrement des frais (le prospectus que je viens de mettre à la poubelle, n’ayant pas compris davantage ce que fera DeltaGamma que ce que faisait déjà AlphaBéta) ?

Éclairez-moi, éclairez nous !

Partager :

35 réflexions sur « Question de vie quotidienne : Pourquoi les firmes changent-elles de nom ? »

  1. Parce que le nouveau chef à l’intérieur de AlphaBeta doit conduire sa « grande mission ». A défaut d’être sûr de faire le cost-killer sur la structure qu’il reçoit telle quelle, il change les étiquettes pour voir s’il pourra cost-killer un peu mieux en profitant du mouvement et de la confusion afférente et gattopardienne.

  2. Possiblement pour des raisons très obscures de marketing, un changement de nom c’est, en dehors des cas que vous citez, une occasion de parler de l’entreprise quand il n’y a rien à en dire par ailleurs. Une apparence d’innovation (pléonasme) à peu de frais (relativement à un processus de r&d effectif). Et puis dans ce cas particulier, il y a l’avancée symbolique: On passe des premières lettres de l’alphabet aux suivantes, suggérant que l’entreprise elle-aussi évolue…

  3. Autre exemple : la privatisation d’une société implique d’effacer le nom qui rappelait son caractère national. La partie privatisée d’EDF s’appelle ENEDIS. Un cas récent plus « compliqué » : AREVA s’est vue rebaptisée ORANO. Moi j’ai travaillé dans une société qui a été privatisée, et alors qui a fait travailler un bureau de consultant pour finalement conserver le nom d’origine, mais écrit avec des caractères minuscules au lieu de caractères majuscules ; opération menée par la direction de la communication, et assortie d’un nouveau logo : question de marque…

  4. Comme l’explique Minh-Loic Hoang-Xuan, Directeur de la stratégie de Creads : “La tendance montre que les descriptifs de l’activité de l’entreprise sont de plus en plus délaissés pour mettre l’accent sur ses valeurs intrinsèques, l’état d’esprit, le bénéfice client et la simplicité comme Chambre à louer.com rebaptisée Roomlala”.

    Moi ça me parait très clair comme €xplication… (y’a quelques autres exemples pas piqués des vers sur https://www.creads.fr/blog/comment-faire/changer-de-nom-4-conseils ;^)

    1. Je comprends que « Roomlala » est plus court que « Chambre à louer.com ». Mais en quoi est-ce que cela suggère « ses valeurs intrinsèques, l’état d’esprit, le bénéfice client » ?

      1. « ses valeurs intrinsèques, l’état d’esprit, le bénéfice client » reflètent surtout le segment de clientèle visé. Hypothèse: dans ce cas-ci, la « jeune » bourgeoisie urbaine qui va au cinéma (aka les bobos).

  5. Brouiller les pistes, faire des entreprises un nuage sans forme ni contours, où seuls les initiés des actualités torrentielles des fusions acquisitions liquidations retrouvent leurs petits…intérêts.

    Donner l’illusion du renouveau pour pas cher, rechercher la dynamique de la création à l’infini, rebooster le discours interne externe en appuyant sur ce botox.

    Laisser sa marque, imprimer sur le fronton du siège et le papier à lettre le souvenir indélébile de sa petite crise d’ego.

    S’être fait berner par ce conseiller en communication, en pensant bêtement qu’au prix où il était payé, il avait surement de bonnes idées….

    C’est juste des pistes…

  6. Paul Jorion
    ne faites pas l’âne: la réponse, vous l’avez inscrite dans la question:
    « (roulez tambours, sonnez trompettes !) » = faire du buzz.

    Voilà, j’y contribue avec mon demi cent de trois lignes.

  7. Probablement une société qui improvise son marketing faute de moyens.
    Sur leur nouveau site internet (moins pourri que le précédent, celui-là réalisé par fiston) il y a un concours avec des prix à vous donner envie de retourner votre poubelle.

  8. Le 6 Mars 1997 sombrait un ferry à Zeebrugge faisant 193 morts .La compagnie « Townend Thorensen  » est devenue P & O .Détail amusant (si je puis dire ) le bateau s’appelait : «  »Herald of Free Enterprise » .

  9. par esprit de « tout ramener à soi » j’avais lu femmes au lieu de firmes,
    ou plutôt un effet malencontreux de ma légère dyslexie : parce que c’est ça la dyslexie. Vous avez pu le vérifier un certain nombre de fois dans mes commentaires ! et encore heureux que les aides de correction existent !
    et aussi parce que les femmes changent souvent de nom dans leur vie, pas le cas de hommes.

    il se trouve que pour mon site web je me pose cette question depuis quelques temps parce que le sujet que j’avais mis en avant il y a quelques années en choisissant le nom était en pleine mode, et ce n’est plus le cas, j’ai donc été lire les conseils de creads avec grands intérêts.

    et chercher chez mon hébergeur quelques choix de noms, les prix peuvent monter haut (pour moi) depuis 8 € jusqu’à quelques centaines d’euros rien que pour l’achat d’un nom de domaine ça laisse rêveur, mais en fait c’est une excellente indication de ce qu’il faut choisir plus c’est cher meilleur est le choix… dans la limite de son budget évidemment et le mien est restreint !

      1. « vous me faites bien rire ! » au moins nous n’avons pas perdu notre temps
        mais nous aimerions qq précisions !

      2. Je ne voulais pas en arriver là mais comme des précisions sont demandées :
        Votre premier paragraphe,
        C’est Lacan qui disait que nous sommes attachants grâce a nos erreurs, à nos imperfections, et ben voilà vous êtes attachante.

      3. Lucas
        merci, nous avons des lectures proches.
        normalement je lis par photographie des noms, leur dessin si vous préférez,
        ce qui ne m’a pas empêché d’être dans les « grands » lecteurs. Mais il m’arrive, lisant vite, que je doive revenir en arrière quand je m’aperçois que je ne comprends rien parce que j’ai lu un mot de travers. Et je vous dis pas pour les noms propres : je ne sais plus de qui il s’agit…

      4. Oui, quand la concentration fait un peu défaut les méandres de l’arrière boutique viennent s’en mêler ( un peu toujours en faite)
        et c’est bien.

    1. @Annie Stasse
      ce matin, j’ai fait la même lecture que vous 😉

      Peut-être que les hommes éprouvent une certaine jalousie quant à la volatilité du patronyme des femmes ?

      Peut-être que les enfants aimeraient aussi pouvoir changer de nom et de prénom(s) ?

      Peut-être que les pseudos……

      Dans tous les cas, serait-ce le besoin voire la nécessité de se débarrasser de quelque tare embarrassante ?
      On blablate sur l’identité, les origines,… on les recherche, pour finalement vouloir s’affranchir de liens pesants et/ou s’enfiler dans l’anonymat.
      Il est vrai que si, pour une raison ou une autre, on s’est trouvé catalogué, qualifié, jugé, le changement – de nom – est sensé permettre de s’appliquer une sorte de jubilé; une protection vis à vis des hâtifs catalogueurs, qualificateurs, juges.
      Cependant, je remarque que certains ostracisés conservent leur identité publique… sans doute sont-ils les plus courageux.

      1. @adoque
        en effet changer d’histoire par le biais d’un nom pourrait être zen, parfois c’est un peu lourd ce qu’on trimbale avec son nom
        quant au pseudo : vous l’accomplissez de votre propre volonté sans rien demander à personne.
        un pseudo peut être protecteur : la net étant ce qu’il est ça peut être indispensable.

  10. Pourquoi poser cette question ?
    Faut qu’ ils changent pour que rien ne change.

    D ‘après le règlement sur l’emploi tactique de la division d’infanterie de 1911, savoir ce que fait ou ne fait pas l’ennemi n’a aucune importance dès lors qu’on est à l’offensive. ( le règlement stipule qu’en défensive, le renseignement sur l’ennemi devient capital, mais ce n’est pas notre sujet.)

    Transposé à notre moderne époque, ça donne à peu près ceci :
    Du fait qu’ils sont l’ennemi à abattre si on veut survivre, savoir s’ils changent de nom, on s’en branle. Sus à l’ennemi, fonçons!

    Branle et branler (mettre en mouvement) sont de vieux mot français. Il ne sont pas sex-oriented.

  11. Pourquoi la firme AlphaBeta a-t-elle changé de nom et a souhaité qu’on la nomme désormais DeltaGamma ?

    Pour que que je fouine sur Wikipédia à satisfaire ma curiosité en cherchant de quelle saloperie il pourrait bien s’agir ? ( C’est pas beau, n’est-ce pas de dire  »saloperie » ? )

    Et là, on m’offre deux merveilleuses occasions d’entrer dans la passionnante histoire d’AB et de DG.
    Mais je m’en fous, je m’en tape, peu me chaut si vous préférez. De toutes façons je suis favorable à l’interdiction absolue de la publicité sous toutes ses formes. Et mieux de l’envoi pour rééducation des publicitaires et de leurs commanditaires dans de jolies colonies de vacances afin qu’ils y apprennent tout ce qu’ils ignorent du respect de l’humanité.

    1. Pour la macédoine c’est un désacord avec la grèce qui revendique le nom de macédoine pour une de ses provinces.
      Pas de changement de nom = veto grec pour rentrer dans l’EU

  12. J’ai l’impression que parfois la vanité d’un nouveau CEO qui prends les commandes d’une entreprise qui fonctionne bien est le principal moteur au changement de nom. Un moyen de tout changer sans rien changer et de laisser une trace se son passage.
    Dans d’autres cas comme Dexia devenu Belfius c’est pour faire oublier au plus vite des évenements désastreux.

  13. moi qui ne suis pas un homme de sciences, je dirai juste de ne pas jeter le prospectus à la poubelle mais de le recycler dans un bac de récupération du papier pour ainsi refaire du papier.
    Ensuite tant que vous ne changez pas le nom du blog, c’est le principal pour moi, ici c’est l’AlphaOméga.

      1. avec un logiciel comme Photoshop, il est facile de coloriser un couvercle en jaune ^^
        sinon, blague à part, changer le nom d’une firme, c’est du marketing, comme changer un emballage ou le nom d’un parti. Par contre, je ne sais pas si c’est porteur.
        bien à vous.

      2. Ah ! Marketing ! Si c’est porteur ?
        Je vous ai déjà dit ce que j’en pense du « marketing » :

        Je vous ai raconté déjà cette histoire où je [travaille] dans une banque. Je suis invité par les gens du marketing et on me dit : « Est-ce qu’on pourrait faire un prêt où on pourrait, comme ça, du jour au lendemain, passer d’un prêt à taux fixe à un prêt à taux flottant ou l’inverse ? ». J’ai dit que j’allais regarder s’il y avait une solution analytique. Une « solution analytique », ils n’ont pas la moindre idée de quoi ça parle parce que c’est des mathématiques. Cela veut dire : est-ce qu’il y a une formule que l’on peut trouver facilement qui transforme l’un en l’autre. Ils se regardent et je dis : « La première chose à faire est de voir s’il y a moyen de le faire ! ». Là aussi, ils se regardent avec consternation et je dis : « Il faut d’abord savoir si on peut faire ce que vous demandez ». Ils disent : « Ce n’est pas possible ? ». Je dis : « Pourquoi ce n’est pas possible ? » et la réponse est : « Parce que les dépliants, les brochures, sont déjà imprimés ».

  14. Paul,
    Pour une fois je puis vous répondre simplement sur un sujet que je connais très bien.
    Je viens de changer le nom de 23 sociétés de mon employeur.
    – chacune avait un nom différent historique lié à sa création ou à son rachat
    – chacune emploie entre 4 et 30 salariés
    – chacune se prévalait de son appartenance au groupe/siège pour en vanter auprès des clients ses avantages , sans en porter le nom, et chacune s’appuyait sur son agence voisine pour en présenter aux clients telle ou telle qualité escomptée.
    Dans ce contexte, nous n’observions aucune lisibilité pour nos clients disposant de compte dans plusieurs agences (en fait dans chaque Dom/Tom) et encore moins pour les prospects de ce genre (disposant de business dans différents Dom/Tom).
    Pire, certains clients travaillant avec nous depuis des années, ont découvert qu’ils travaillaient avec nous ou nos concurrents par simple ignorance de notre présence dans tous les Dom/Tom.
    Maintenant, c’est plus simple : un nom partout le même avec une mention du pays d’implantation. Tout le monde peut ainsi nous reconnaître et mesurer notre capacité à faire le boulot sur nos implantations et aller de l’avant.
    En apparence, nous perdons un peu de diversité mais dans la pratique, nous la préservons par les faits!

  15. vous avez bien raison pour le marketing, pour moi ce sont des gens qui ne cessent de « réussir » et de s’auto-congratuler même en cas d’échec patent. Une excitation permanente, une tentative d’endoctrinement pour vendre et se vendre, etc.

    1. Je ne sais pas comment ça se passe ailleurs, mais dans les banques américaines où j’ai travaillé pendant douze ans, c’est le département où on mettait les gens que les « relations mondaines » obligeaient d’embaucher mais qu’on ne savait pas où mettre autrement.

      1. Les enfants sous-doués des « executives » ou des « actionnaires stratégiques » de la firme. Ils auraient pu trouver aussi bien leur place sur le marché de l’art spéculatif (celui où Jeff Koons est un « artiste »).

  16. @paul,
    Le cocon à « fils de » dans les grands groupes a toujours existé. Pas dans les PME et TPE où la fonction marketing est essentielle pour avancer dans la jungle concurrentielle. Le produit vendu, même excellent, ne suffit pas car l’effet taille joue contre la pme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.