6 réflexions sur « Vidéo – Formule abonnement : premières impressions »

  1. J’apprécie votre volonté de justifier le justifiable ( travailler génère des frais, même les impôts admettent ce fait).
    Vous ne devriez pas

    Compenser des frais liés à une activité avec une épargne, la retraite, est de toutes façons irrationnel et reviendrait à dire qu’en deuxième partie de vie vous consommiez cette épargne pour pouvoir continuer à travailler

    Un blog comme le vôtre est une fenêtre ouverte sur un monde fermé. Adopter ce pré requis suppose qu’on ne commente pas simplement pour le plaisir de profiter de cette fenêtre ouverte et de la transformer en caisse de résonance pour son propre compte et sa volonté de marquer son territoire dans le vôtre (votre blog).

    Je pense que la minorité qui compte sur votre blog (mais pas autant que ça finalement) est peut-être plus silencieuse mais également plus fidèle que celle qui compte les coûts pour justifier les dons.

    Transformer un don en participation est selon moi une démarche plus claire si on part du principe que vous n’avez pas d’autre rentrée pour couvrir cette activité, pas de publicité, pas de subvention, donc pas de contrepartie pour singer le monde financier qui use et abuse de cette notion (Je suis dans la finance). Le don qu’on le veuille ou non est souvent lié à la notion d’aumône et de pouvoir que vous donne sur celui qui la reçoit celle-ci puisqu’il faut la redemander régulièrement et vassaliser en quelque sorte.

    Une subvention (participative, divisée en de multiples montants dans ce cas ci contrairement aux subventions uniques beaucoup plus sujettes à caution) en Anglais se traduit par Grant dont le verbe « to grant » en revenant vers le Français se traduit souvent par accorder, mais également admettre, concéder.

    J’aime beaucoup ce concept de concéder, même si on n’est pas d’accord, parce qu’il est sous tend un ensemble de faits, de connaissances, d’échanges, d’apprentissage conscient ou non qui nous poussent à l’honnêteté intellectuelle d’admettre certaines choses simplement, sans polémique inutile pour que celles-ci nous nourrissent et nous poussent à la curiosité (il n’y a pas que le blog de Paul Jorion!).

  2. De ce qui semble se dégager à ce jour, j’ai l’impression que :
    * la nouvelle formule permet (comme on disait jadis à la fête de l’Huma) de se compter ;
    * c’est à la fois un changement de formule, un nouveau ton et un réengagement où se ressent une recherche accrue d’utilité, d’efficacité immédiate (sans doute la pudeur qu’on imagine bien chez un authentique pêcheur breton qui n’envisage pas de prendre leur argent aux gens sans une compensation suffisante).

    Pour ce qui concerne le prix de l’abonnement, il me semble que la question n’est pas uniquement de savoir si l’accès aux publications et aux archives vaut 4 € par mois. J’espère ne pas commettre trop de maladresse en évoquant le fait que les lecteurs du blog sont peut-être du genre à faire un calcul du revenu mensuel probable (possible). Surgit alors, je crois, la crainte d’un changement conséquent du rapport de force ou plus exactement celle de l’installation rapide d’un différentiel de revenu et donc de position sociale entre Paul Jorion et chacun de ses lecteurs. Certains lecteurs ne craignent-ils pas (peut-être sans pouvoir se l’exprimer clairement) un trop grand changement entre l’avant et l’après nouvelle formule? M’enfin ce n’est qu’une impression…

    Il me semble que la méthode des contributions volontaires a pu fonctionner à ses débuts à la fois parce que c’était original et parce qu’un objectif mensuel avait été fixé, le surplus étant reporté sur le mois suivant.

    De la même manière, ne serait-il pas possible de déterminer un objectif mensuel à réaliser via les abonnements avec l’engagement d’ouvrir l’accès à tous, jusqu’à la fin du mois, dès lors que cet objectif serait atteint ? Soit une façon un peu originale de financer la gratuité. S’agissant du blog de Paul Jorion, il me semble que les abonnés ne se sentiront pas lésés que ce qu’ils ont financé et dont ils ont bénéficié en primeur (pour les premières publications en tous cas) puisse être rendu accessible aux autres.

    Le risque avec ce type de solution c’est que chacun se dise que le premier qui bouge a perdu. Ce qui, en soit, serait très instructif sur la mentalité des lecteurs du blog et dans une certaine mesure (une certaine mesure seulement) sur leur capacité d’adhésion à une autre façon de traiter les affaires communes.

  3. Bonjour Monsieur,
    « tout travail mérite salaire », c’est ce que disait mon Père, donc je paie, avec plaisir, (depuis qq mois déjà) pour vous lire et écouter.
    ceci dit, je ne suis pas fana des abonnements, (en plus paypal ne le fait pas, j’ai l’impression).
    donc, je continuerai volontairement de contribuer chaque mois….m’enfin……tant que vous joindrez de la bonne musique.
    merci pour l’éclairage que vous apportez sur notre société et notre époque.

    Bonne continuation, prenez soin de vous.

    Marc Flament.

  4. Bonjour,

    Il m’est arrivé par le passé de contribuer à votre site, chaque fois de manière modeste (5 €), mon budget étant un peu serré, et souvent lorsque j’avais le sentiment que vous auriez du mal à atteindre votre objectif. Je dois préciser que je fréquente votre site depuis plusieurs années. Un peu étrangement peut-être, je ne me manifestais qu’à l’occasion parce j’éprouvais une sorte de gène de ne vous verser que 5 €. Je trouvais ma participation bien dérisoire. Désormais tout a changé. Je peux marcher la tête haute : j’ai pris un abonnement qui me permets de soutenir à hauteur du prix de l’abonnement réclamé un site que je fréquente quotidiennement. Je ne suis plus un coucou, soutien très occasionnel, mais à partir de maintenant un des piliers de votre site. Donc, à ce titre -là, merci d’avoir modifié votre formule, cela me rend mon honneur !

    Bien cordialement, en souvenir de quelques rondelles d’andouille partagées sur le toit d’une guinguette.

  5. je suis plus mitigé concernant ces nouveaux abonnements payants , n’est ce pas remettre un peu plus de fuel dans la grande machine capitaliste ? Ne pourrait- on pas retribuer avec un système de troc , par exemple avec de l’andouille ou une bouteille de vin ?

    1. De l’andouille, oui ! Pour ce qui est du vin et du café : un médecin spécialiste (vedette de la télé) que mon généraliste en Californie m’avait conseillé de consulter, m’a convaincu de faire le test de m’abstenir de vin et de café pendant un mois pour voir si je ne me sentirais pas beaucoup mieux après (sa théorie était qu’il s’agit de deux poisons violents).

      Étant résident en France et ne voulant pas être reconduit à Quiévrain manu militari, je ne vous révélerai pas le résultat du test.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.