Le Média – « ON EST DÉJÀ DANS UNE CRISE FINANCIÈRE » – PAUL JORION, le 10 mars 2020

Ouvert aux commentaires.

Partager :

17 réponses à “Le Média – « ON EST DÉJÀ DANS UNE CRISE FINANCIÈRE » – PAUL JORION, le 10 mars 2020”

  1. Avatar de Juillot Pierre

    Et si la lecture sur les « réseaux sociaux », les médias indépendants du net, dénigrés par les dominants, lecture et visionnage de « nouvelles », d’images censurées, de concepts, dont le développement sort du cadre du slogan, du « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement », du « choc des mots, et du poids des photos », n’était pas équivalent à une forme de « télétravail » comme décrit dans le dernier épisode (« Dystopie et/ou « post réalité » ? » https://www.facebook.com/pierro.sanslalune/posts/1395997453913018)…?

    « Dystopie « ordinaire » ou « post-vérité » concernant le risque de pénurie ?

    Dans ce nouvelle épisode, il sera « OFFERT » en distraction, si vous n’êtes pas couchés, et n’avez pas éteints vos télés (et si la lecture sur les « réseaux sociaux » de « nouvelles » n’était pas équivalent à une forme de « télétravail » comme décrit dans le dernier épisode…?)… l’effroi dans lequel l’ordinaire, le banal fait de « penser à faire ses courses » par exemple, peut par le détournement du langage, l’égarement dans les rayonnages de la « pensée complexe », assombrir inexorablement le quotidien de chacun.e.

    Quoi de plus effrayant peut gâcher « nos dévotions » faites au « culte » des « temples » de la « religion féroce », que sont les rondeurs maternelles, nourricières (conçus au niveau architectural pour les nouveaux « centres », à cette fin ou faire les courses renvoie au coté – pas de l’autre coté de la rue, non ! – rassurant de l’enfance) des grandes surfaces… ? C’est peut être le fait que les voix du « seigneur » des lieux, les têtes de gondoles promotionnelles, les « promesses du pas cher », restent aussi impénétrables, sont vides de sens propre et figuré quoi… que celle voix du « vrai dieu », qui étant mort, nous dit la psychanalyse… est au abonné « abstentionniste ».

    La « pénurie » étant « sacralisée », elle s’élève au rang de hantise, publique, si généralisée qu’elle est virale. Contagieuse est-elle..? En tout cas, elle provoque en « nous » un manque (pire que le « manque à gagner », de « pouvoir d’achat »…?) dont la similarité, comparaison avec une addiction à la drogue, n’est pas déraisonnable… Être en manque, fait peur. Et la peur paralyse le raisonnement qui veut que pour être rassuré, si c’est encore possible de l’être, chercher le pourquoi du comment, hiérarchise un ensemble de valeurs, inversées par la distorsion que la peur et un langage de bois, parcellaire, segmenté, provoque… Mais il existe un autre moyen pour se rassurer, qui est de conjurer la « peur d’avoir peur » en agissant immédiatement, en dévalisant les rayons par exemple, derrière un comportement moutonnier, justifiant et excusant d’être comme les autres en en faisant autant…

    Retrouver du sens, permet d’appréhender (et comprendre aussi) au mieux le problème actuel, comme les anticipations possibles à faire… La « pénurie » est à la fois l’écume à la surface de l’eau bouillonnante pour les grenouilles que nous sommes, y barbotant, y consument notre « pouvoir d’achat », ou oscillent entre peur et réconfort nos doutes, incertitudes disant qu’il sera toujours temps de sentir le danger arriver juste à temps, avant que la soupe (dérèglement climatique, perte de biodiversité, effondrement systémique des démocraties, du modèle, de croissance, financier, etc) nous cuise… « En même temps » donc la pénurie annonce des courants et remous de fond (« secrets d’affaires »…) d’une toute autre dimension, profondeur (possible risque d’aggravation de la rareté et donc d’augmentation des prix), que la communication qui nous est dispensée… au goutte à goutte thérapeutique.

    Faut-il alors se satisfaire de la « pédagogie de crise » tentant de rassurer la « foule », sur l’absence de pénurie, en France (avec des images montrant des rayons vides) , concernant des denrées alimentaires, d’hygiène, etc, dans certaines grandes surfaces de certains territoires, quand la rareté à terme, (qu’elle vienne d’un vent de panique que les médias de masse, dérégule plus… que le contraire – dans la recherche du « sensationnel », de « l’inédit » de « l’exceptionnel » – ou d’un problème récurrent d’approvisionnement des grandes surfaces…) peut être un risque d’augmentation des prix (l’exemple des prix de gel hydro-alcoolique régulés par l’intervention étatique est illustratif à ce titre)… ? Rien que poser la question fait peur.

    La rareté de l’offre pouvant être organisée à plusieurs échelons de la chaîne de production/distribution, autant les médias de masse et leur dérégulation de l’actu, déresponsabilisée, que les grands distributeurs/producteurs régulant temporairement (qui se passerait d’acheter du papier toilette pour X jours, parce que le magasin n’en a pas le jours des courses, va voire ailleurs ou reviens le lendemain…?) les achats de leurs clientèles, ne prennent de risque d’être accusé en cas de hausse des prix, d’actions volontaires, calculées pour être rentable. Tôt ou tard sera à notre « charge » d’apporter la preuve de « l’emploi complaisant » d’une connivence masquant leurs intentions, mauvaises.

    Cette même rareté étant en partir liée au comportement de panique d’un pourcentage de la « foule » (qui comme par hasard est toujours désignée comme principale responsable… Comme les abstentionnistes, sont suspects d’aller à la pêche) , qui par anticipation, peur, fantasme, dérégule et désorganise la demande habituelle (dans un système de gestion de stock à « flux-tendu »), fait autant les affaires de la presse à « sensation forte », celle de masse à la recherche de « choc » (« stratégie du choc » en période de « crises » – sanitaire, financière économique… qui montre des images, en affirmant qu’il ne faut pas en avoir peur), qu’elle participe à entretenir le climat ambiant de défiance, de déstabilisation, d’un « marché », y trouvant par ailleurs, son compte, lorsqu’il peut parier, spéculer, à la hausse et/ou à la baisse. Quelques stratégies qu’il choisisse, « pile il gagne, face le consommateur du pas cher, perd ».

    La production et distribution industrielle (et leurs actionnaires qui assistés sans contrepartie, comme les grands patrons, cadres sup, payés en salaires variables, stock-option… peuvent donc parier et gagner à la hausse ou à la baisse de telle matière première – se rappeler des banques qui spéculent sur la faim dans le monde, la colonisation de territoires occupés…), dont certaines grandes surfaces « subissent » une « pénurie temporaire », une « désorganisation provisoire », qui a comme part de responsabilité, de gérer la rareté, ou la constance de l’approvisionnement, au niveau local, est à scruter dans des possibles ententes sur des éventuels augmentations de prix, et dans des stratégies de concurrence déloyale (certains produits ne se trouvant pas dans un-tel reste disponible dans un autre magasin, d’une même zone géographique…). Pourquoi n’est-ce pas proposé aux droits de savoir de la citoyenneté, prise pour des « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à leur « ras le bol fiscal », « poujadisme », qu’à la dictature des émotions » qui sondant leurs doutes, leur fait se déresponsabiliser avec la « foule » dévalisant les rayons…?

    Scruter aussi la fluctuation des stocks et prix sur le « E.commerce » renseigne une « vérité », une réalité objective, soit le contraire de la « post-vérité », voulant nous convaincre que le pire à craindre, est la pénurie. Les grandes surfaces de la distribution, productrice en partie, pour certaines enseignes, qui se plaignent de la concurrence déloyale du « E. commerce », se gavant de l’assistanat sans contrepartie des actionnaires… et du « devoir de travailler gratuitement » de chômeur.e.s longues durées (contre un droit au RSA) de stagiaires… de l’assistanat visant à « ubériser » le travail, automatiser l’emploi, ne se privent pas de prétexter que les licenciements massifs (départs volontaires, collectifs…?) qu’elles opèrent, en s’en prenant à des mères isolées… ne consistent qu’à s’adapter à une « DEMANDE » qui est loin de souhaiter en réalité, objectivement, des magasins ouverts 7/7 jours, 24/24 heures, ou seules (ou presque), des caissières automatisées, (aseptisées au point de ne pas pouvoir vous contaminer au covid-19, à la grippe saisonnière…?) vous offrent une version de « l’Humanité », de « l’écologie » de la « responsabilité », de la « marque » multinationale. »

    1. Avatar de Decoret Lucas

      Merci, les deux jeunes [censuré par l’auteur] derrière Thomas Porcher auraient tout de même pu s’esquiver ! D’ailleurs j’espère que Monsieur Glucksmann arrive à faire bouger les lignes au parlement. Non en fait je sais que non.

      1. Avatar de Decoret Lucas

        Oups je ne savais pas que gourgandine voulais dire » jeune fille facile ». Je m’excuse. Quoique étant un gourgandin je peux me permettre. 😀

  2. Avatar de Antonin Arlandis

    Bonsoir Mr Jorion. Dans ses récentes prévisions l OCDE a parlé de 2 scénarios : le premier (qui n’est déjà plus le scénario actuel) dans lequel la croissance mondiale serait de 2,5% en 2020 et le deuxième (celui vers lequel on se dirige) dans lequel la croissance mondiale serait de 1,5% celle des États-Unis et la zone euro serait de l’ordre de 0. Vous pensez que ça peut être encore pire ? Je vois que le Dow Jones baisse de plus de 6% maintenant…

    1. Avatar de jeanpaulmichel

      Pire, bien naturellement.
      Le gentil virus aurait déjà évolué en une seconde souche plus contagieuse et un chouia plus agressive. Quid d’une troisième évolution ou mutation encore un chouia plus défavorable ?
      Quand je pense que notre cher gouvernement souhaitait promouvoir la retraite par capitalisation …

      1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine

        Il semblerait que tout ne soit pas encore très limpide.
        En fait d’après des chercheurs de Pékin deux souches coexistent, cependant que des chercheurs des chercheurs Français relativisent, observant que tous les tests n’ont pas encore été faits, et que d’après eux ces deux virus sont très proches, et que globalement le virus ne mute pas beaucoup.
        https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/epidemie-de-coronavirus-une-mutation-a-t-elle-rendu-le-covid-19-plus-agressif_3853581.html
        D’autres par contre soupçonnent des mutations de plus grande ampleur en Iran :
        https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-deux-souches-sars-cov-2-circulent-plus-virulente-represente-70-infections-79909/

      2. Avatar de Bernard

        Et les gens qui pensent encore à leur porte monnaie ! On est dans du très lourd , regardez les mesures qui commencent à être prises , inedit , jamais vu , completement fous! Maintenant les considérations économiques passent au deuxième plan , je me demande même si c’est pas un cauchemar et si on va pas bientôt tous se reveiller !

  3. Avatar de Isabelle

    Merci Monsieur Jorion pour votre interview sur le média, je ne suis pas du tout économiste, mais depuis 2008, grâce à vous, je comprends mieux ce qui se passe sur cette planète éco-financée !
    Bien cordialement

  4. Avatar de Philippe Soubeyrand

    Nous y sommes…

    Après l’annonce d’une ouverture théorique à 4.383,86 pts ce jeudi 12 mars 2020, contre 4.610,25 pts hier soir à la fermeture, la bourse de Paris ouvre ce jeudi matin avec un CAC40 à 4.383,10 pts, soit -5% dès l’ouverture…

    Nous avions commencé l’année avec un très joli 6.111,41 pts… Forcément, nous ne pouvions guère monter plus haut, voire à l’infini dans une économie en forme uniquement de Casino depuis des décennies…

    C’est bel et bien la fin d’un paradigme économique totalement foireux, une fin pourtant si redoutée depuis plus de 10 ans maintenant pour les uns (les sachants/ignorants, les intéressés/indifférents, les avides/cupides, les princes/enfants rois), et pourtant si inespérée aujourd’hui pour tous les autres (les volontaires, les bénévoles, les combattants, les résistants, les anonymes) ! Et de toutes les strates systémiques que j’ai pu observer dans ma courte vie et jusqu’à maintenant, c’est bel et bien la strate biologique, celle propre à notre biosphère terrestre, qui vient de nous donner le LA avant la grande symphonie qui doit suivre…

    Un avion de chasse vient de passer à l’instant au dessus de nos têtes, sans doute pour nous rappeler que les bruits de bottes à l’horizon n’ont jamais été aussi proches de nous en ce jeudi 12 mars 2020…

    Préparez-vous à l’impact !

  5. Avatar de Pierre-Yves Dambrine

    Face à l’épidémie le gouvernement découvre soudainement la nocivité de sa loi sur l’assurance chômage https://www.liberation.fr/direct/element/la-ministre-du-travail-prete-a-amenager-les-nouvelles-regles-de-lassurance-chomage-critiquees-en-tem_110385/

    Dans le même registre, la privatisation d’ADP est suspendue : https://www.lefigaro.fr/societes/adp-les-conditions-de-marche-pas-du-tout-favorables-a-une-privatisation-dit-le-gouvernement-20200311

    Encore un effort : suppression de la réforme des retraites !

    1. Avatar de Philippe Soubeyrand

      C’est un très bel article de Frédéric Lordon en effet… même si je le trouve hélas ! de courte vue…

      Car ce Coronakrach ne sera hélas ! pas suffisant pour provoquer la chute définitive du monstre.

      Le virus SARS-Cov-2 agit à lui seul comme un filtre. Si vous ne correspondez pas à ses critères, alors il ne vous fera pas grand mal, voire rien du tout ; c’est que vous faites partie des 80% (votre cristal reste transparent). Si par contre vous correspondez à ses critères, alors il vous attaquera plus sérieusement ; c’est que vous faites partie des 20% restant, dont 5% voient leurs vies directement menacées (à ce stade, votre cristal devient rouge).

      Son premier critère, c’est l’âge du patient. Son second critère, c’est la présence ou non d’une comorbidité plutôt grave. Aussi, peu importe pour lui que vous soyez ultralibéral ou non, et ceci d’autant moins que quand il y a un krack, il y a toujours des gagnants et des perdants ; ce SARS-Cov-2 ne changera donc en rien cette bien sinistre réalité vécue décennie après décennie…

      Ce virus SARS-Cov-2 contre lequel nous devons-nous battre façon guerre des tranchées, c’est bel et bien à lui tout seul l’Âge de Cristal, tel qu’il avait été imaginé par George C. Johnson et William F. Nolan dès 1967 ! Ce virus né en pleine nature, n’est donc pas un prédateur, c’est avant tout un régulateur naturel de notre population, rien de plus à ce stade. Les places de marché réagissent donc simplement, comme il se doit, aux bouleversements sociaux économiques à venir du fait de cette régulation naturelle en mode accéléré fraichement amorcée ; certains n’en attendaient d’ailleurs pas moins de leurs parts… mais passons.

      Dans l’Âge de Cristal, cet évènement n’est ni plus ni moins que le moment du Carrousel ; au centre, vous avez les cristaux rouges qui tournent, lévitent, se rapprochent du cristal, et ne savent pas encore ce qui les attend, à savoir la mort, et tout autour d’eux, vous avez les cristaux transparents qui ne comprennent strictement rien à la situation et qui clament malgré tout en coeur le renouveau. Séance après séance, le Carrousel en ressort à chaque fois un peu plus grandi, et si par hasard vous deviez vous opposer à son fonctionnement, et bien des limiers disséminés un peu partout au sein de la population sont justement là afin de vous terminer en tant que fugitif…

      Pour provoquer la chute du Carrousel, les fugitifs devront trouver un rouage au sein de la population qui soit en mesure de dépasser la désinformation qui règne en maître tout autour du Carrousel. Ce rouage n’est autre qu’un limier en mission justement, détenteur d’une clé de fugitif (l’Ankh), du nom de Logan 5, à qui l’on a demandé d’enquêter sur l’existence d’un certain sanctuaire, un lieu que convoitent ardemment tous les fugitifs afin d’y vivre bien au delà de la limite d’âge qui leur est accordée par le cristal. Outre la désinformation, il devra non sans obstacle (roBox), dépasser les limites du dôme de protection de ce qui leur sert de cité, et ceci afin d’en percevoir tous les contours extérieurs demeurés jusque là inconnus à ses yeux. C’est seulement là, au contact notamment d’une fugitive comme lui, et d’un vieil homme, qu’il parviendra à lever une bonne fois pour toutes, le voile sur le mystère du Carrousel dont il provoquera violemment la chute…

      Partant de cette histoire d’anticipation absolument superbe, qui au sein de la population mondiale, serait ainsi capable de dépasser la désinformation qui règne en maître tout autour des places de marché, ainsi que les limites des cloisonnements si minutieusement érigés et soigneusement gardés tout autour de chacun de nous…

      De mémoire, ceux qui s’y sont risqués jusqu’à présent, sont désormais pourchassés et condamnés…

      Or, sans cette personne providentielle, ce sera une nouvelle strate de la crise systémique globale qui l’emportera, et ainsi de suite, de manière cyclique, année après année, jusqu’à l’effondrement final de notre civilisation…

      … à méditer.

      1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine

        Merci Philippe, beau résumé, par contre je ne serais aussi affirmatif concernant la capacité de résilience du système actuel, je dis bien, du système actuel, économico-financier.
        Cette fois ce n’est plus une banale, si on peut dire, crise financière, mais c’est une crise qui peut déboucher sur une dépression, car l’économie cette fois est touchée à l’os.
        Il me semble qu’en économie comme en tout système, il y a des seuils irréversibles au delà desquels un système disparaît on mute. Où sont les marges de manoeuvre des Etats pour remettre la machine en route à l’identique comme ce fut le cas en 2008 ?
        Bon, je ne suis pas économiste, ni financier, mais en reliant quelques pointillées, cela me semble pas absurde d’affirmer que le système est au bord du collapse.
        Je pense qu’il y a vraiment péril en la demeure, pour que comme par enchantement, un pan de la réforme du travail est remis en cause par le gouvernement Macron-Philippe, idem pour ADP, dont la privatisation est suspendue. Ne sont-ils pas dans la situation d’un Bismarck qui à l’insu de son plein gré avait dut mettre en place la première sécurité sociale ?

      2. Avatar de Pierre-Yves Dambrine

        PS. Je ne dis pas que Macron a décidé de changer de cap, loin de moi cette idée, mais les tenants du système sont acculer à prendre des mesures exceptionnelles qu’ils n’auraient jamais imaginé prendre eux-mêmes il y a encore quelques semaines, des mesures qui cette fois impliquent une nouvelle répartition des revenus, qui marquerait de fait un retour du socialisme même s’il ne s’annonce pas comme tel. On en est pas là, mais c’est l’étape obligatoire pour que le système puisse muter et permette une transition vers une autre civilisation.

        S’ils ne prennent pas de mesures à la hauteur du danger, le système s’effondre, et l’impéritie aura éclaté aux yeux de tous ; c’est la fin de la mondialisation néo-libérale et nous entrons alors dans l’inconnu.

        S’ils prennent quelques mesures consistantes, ils deviennent malgré eux les vecteurs d’une mutation du système et c’est également la fin de la mondialisation néo-libérale. Nous sommes à la croisée des chemins.

      3. Avatar de PIerre-Yves Dambrine

        PS 2
        Je viens d’écouter le président Macron.
        Franchement c’est la première fois que je l’écoute sans m’ennuyer. Pas de double langage cette fois, le ton est juste, même si concernant les moyens déployés pour lutter contre Covid19, le compte n’y est sans doute pas, et l’effort déployé aux débuts de la crise ont été insuffisants.
        Si je mets donc entre parenthèses l’épidémie elle-même, incontestablement ce que nous avons entendu c’est un discours d’inspiration socialiste. Une ode à l’Etat providence, à la solidarité. IL évoque même des services qui doivent sortir du secteur marchand.
        Est-ce le prélude d’un changement de cap comme j’en émettais la possibilité dans mon commentaire plus haut face à des évènements exceptionnels , ou juste un discours en trompe-l’oeil le temps de passer la crise ?

        Sarkozy en 2008 nous avait tenu un discours de ce genre, certes pas socialiste, mais qui annonçait tout de même une nouvelle approche ….. laquelle n’est jamais venue.
        Quand viendra l’heure du bilan, souvenons-nous des mots qui ont été prononcés ce soir !

      4. Avatar de Jacques Seignan

        Cher Pierre-Yves, je n’ai pas vu la même chose que toi. Habituellement je ne regarde pas ce petit monsieur mais je m’y suis obligé car je voulais savoir.
        J’ai vu un grand communicant, pour sûr. Comme Sarko en 2008. Rien de plus. Comme Hollande : plus socialiste tu meurs ; lui, plus progressiste tu meurs. De sales rhéteurs.
        Comment tout à coup des faits pourraient miraculeusement venir rectifier l’accumulation des mauvaises actions précédentes ? Le Dr Salachas avait proposé une mesure forte et immédiate : faire revenir les personnels (en particulier les infirmières parties dans le privé) en revalorisant significativement les salaires. De plus il suffit de voir le graphique montrés sur le site du Yéti concernant le nombre de lits par 100.000 habitants.
        La recherche française en crise par manque de fric. Etc.
        Comme disait Alexis, on avait avec ce décalage de 8 jours pour l’Italie la possibilité de prendre la décision d’un arrêt total du pays. Et que dire du maintien des élections ?
        Mais son bilan, il est déjà potentiellement là ! Se souvenir de la porte-parole du gouvernement et son honteuse intervention quand il y avait encore seulement 200 cas : une grosse grippe. Et Mme Buzyn avec son « bed management ». Son gouvernement et lui mènent depuis deux ans des politiques injustes et dégueulasses. Ils suspendent mais ils n’annulent pas la réforme des indemnisations de chômage : tout est dit !
        Il faut vite les dégager (lui compris) : question de survie.
        Alors tout d’un coup ce beau parleur aurait eu son chemin de Damas. Il cherche à regagner de la popularité à la faveur d’une crise et ça va marcher parfaitement.
        Oui, il faut qu’on soit unis : à 99% !
        Désolé, trop vieux pour y croire.

Répondre à Pierre-Yves Dambrine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. @ gaston La guerre : les artistes n’y sont pour rien. Probablement. Et pourtant… Sun Tzu dit, dans «l’Art de…

  2. « Pecker et Trump « ont parlé de l’île privée d’Epstein, où la rumeur disait qu’il amenait des hommes puissants pour avoir…

  3. Gérald qui a su rester ministre Après avoir avoué, quand-même, Pousser des dossiers de deux citoyennes En échange de leur…

  4. Neom fera une morgue très performante pour les morts climatiques de la région. Cynisme pour cynisme, je ne me gêne…

  5. Koehler et dupont-moretti vous avez désormais une autre place à occuper, un autre rôle à jouer parmi nous… On me…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx La survie de l'espèce pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta