Coronavirus : France, Belgique, Suisse, et les autres

J’ai commencé, c’était le 8 mars, il y a 3 semaines, à vous donner des chiffres, et j’ai pensé alors que ce qui était le plus important, c’était de mettre en évidence le nombre de nouveaux cas, pour qu’on puisse voir s’il s’agissait avec cette pandémie, d’un feu de paille ou d’un phénomène qui prenait sans cesse de l’ampleur. À l’époque, il prenait de l’ampleur partout dans le monde.

Puis est apparu le moment où deux pays ont maîtrisé le processus : la Chine, d’où l’épidémie était partie, et la Corée du Sud. Je vous ai expliqué comment lire un diagramme du nombre de cas en échelle (semi-)logarithmique, un bref rappel : 1° processus non-endigué = la tendance est représentée par une ligne droite, 2° processus en voie d’endiguement = une courbe fléchissant vers l’horizontale, 3° fin (locale) de la pandémie = une horizontale.

Les 3 moments sont particulièrement visibles en Corée du Sud. Après quelques cas isolés, 1° partie rectiligne (pas d’endiguement), 2° courbe fléchissant (endiguement progressif), 3° horizontale (plus de nouveaux cas, ou presque).

Ce qui devenait intéressant à partir de ce moment-là, c’était qui endiguait, et quel était l’efficacité des mesures prises, et c’est alors que j’ai commencé à montrer la tendance plutôt que les chiffres bruts du nombre de cas.

Maintenant que tous les pays du monde ont compris la nécessité d’endiguer (même Trump depuis hier, c’est dire si tout le monde a vraiment compris), ce qui va nous intéresser, c’est la capacité des différentes nations à endiguer efficacement, et l’état dans lequel elles se retrouveront à l’arrivée, ce dont le nombre de morts fournira une bonne mesure.

Vous verrez dire que le nombre de morts est beaucoup moins contestable que le nombre de cas, parce que plus le dépistage est médiocre moins les cas apparaissent nombreux. Cela dit, le nombre communiqué des décès n’est pas entièrement fiable non plus : on parle aujourd’hui en Chine d’un nombre d’urnes funéraires transmises aux familles qui apparaît sensiblement plus élevé que le chiffre officiel des victimes, quant à la France, les chiffres officiels n’intègrent ni les décès en EHPAD, lieu privilégié pour de hautes mortalités en cas de contamination, ni les morts à domicile qui grimpent en flèche quand les hôpitaux sont débordés.

Quoi qu’il en soit, deux listes : classée par nombre de cas, et par nombre de morts :

Partager :