Des experts de la CIA lisent dans le comportement de Trump un scénario familier

Un article très intéressant dans le Washington Post : « Des anciens de la CIA ayant couvert des répressions à l’étranger voient des parallèles troublants dans la manière dont Trump réagit à la contestation »

Que voient-ils ? La chute d’un tyran !

Partager :

15 réflexions sur « Des experts de la CIA lisent dans le comportement de Trump un scénario familier »

    1. Vous faites bien de faire allusion au combat (tout de finesse) entre le SIS , et plus précisémment la London Controlling Section, et les restes glorieux de l’Abwher. Soit dit en passant je n’oublie pas la chair à canon entre les deux, les Résistants.

      Passe que ce truc-là me fait tiquer: « Marc Polymeropoulos, qui a dirigé les opérations de la CIA en Europe… ». Quelle époque, devoir faire appel à un type de la CIA pour qui l’Europe était un terrain de jeux!

      D’un autre côté pour avoir suivit l’action de McGurk pendant sa mission en Syrie-Irak et Turquie, 2 ans environ avant d’être débarqué par Trump, je suis convaincu que c’est un type bien. Et même très bien. J’en ai déjà parlé brièvement, ici même.

      Il avait montré une grande et agissante sympathie vis à vis des Kurdes du Nord-Est de la Syrie. Jusqu’au moment du feu vert de Trump à l’invasion partielle du territoire syrien arabo-kurde par le dictateur turque. Bien que hors fonction , il n’a pas cessé de défendre cette expérience politique unique au Proche-Orient. Rappelons que les Kurdes et leur alliés Arabes plaident pour une Syrie unitaire et décentalisée.

      Le département d’Etat et ses diplomates, c’est une autre classe que les marloux louches de la CIA…

      1. « INR », connaît pas. Pourriez-vous préciser ?

        A la relecture, je dois reconnaître que mon truc est plein de trous. Ce qui probablement rend la compréhension de la première partie difficile.

        Mais aussi, pourquoi avez-vous joué avec ce vers historique de Verlaine?
        J’aimerais savoir si la petite histoire à intérieure de la grande dit qui est l’auteur de l’emploi de ce vers ? Un résistant poëte? Un scrongneugneu multigalonné londonien sans une once d’imagination?

  1. Cet article du Washington Post n’est pas en accès libre.

    Voici un article sur le même thème par un autre journal, qui peut être lu sans abonnement https://www.greenwichtime.com/news/article/CIA-veterans-who-monitored-crackdowns-abroad-see-15312234.php

    Quelques extraits :

    [début de citation]
    « J’ai vu ce genre de violence », a déclaré Gail Helt, une ancienne analyste de la CIA chargée de suivre les développements en Chine et en Asie du Sud-Est. « C’est ce que font les autocrates. C’est ce qui se passe dans les pays avant un effondrement. Cela me déconcerte vraiment ».
    (…)
    Marc Polymeropoulos, qui a dirigé les opérations de la CIA en Europe et en Asie, faisait partie des anciens responsables de l’agence qui ont reculé devant les images de Trump hissant une Bible devant l’église épiscopale St. John’s après que les autorités aient tiré des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène pour dégager le chemin du président des manifestants.
    « Cela m’a rappelé ce que j’ai rapporté pendant des années dans le tiers monde », a déclaré Polymeropoulos sur Twitter. Il a fait référence aux dirigeants despotiques de l’Irak, de la Syrie et de la Libye : « Saddam. Bachar. Kadhafi. Ils ont tous fait cela ».
    (…)
    D’anciens responsables des services de renseignement ont déclaré que les troubles et la réponse militariste de l’administration font partie des nombreuses mesures de dégradation qu’ils signaleraient s’ils écrivaient des évaluations sur les États-Unis pour le service de renseignement d’un autre pays.
    (…)
    L’image d’un chef d’État dans un appel avec d’autres fonctionnaires du gouvernement disant « dominez les rues, dominez l’espace de combat » – ce sont des images iconiques qui définiront l’Amérique pendant un certain temps », a déclaré M. McGurk, qui a dirigé les efforts diplomatiques des États-Unis pour contrer le groupe terroriste d’État islamique. « Il est beaucoup plus difficile pour nous de nous distinguer des autres pays que nous essayons de contester » ou d’influencer, a-t-il dit. (…) Ramzan Kadyrov, un dirigeant tchétchène précédemment sanctionné par les États-Unis pour de prétendues violations des droits de l’homme, a déclaré mardi qu’il « observait avec horreur la situation aux États-Unis, où les autorités violent malicieusement les droits des citoyens ordinaires », selon des rapports en provenance de Moscou.
    [fin de citation]

    1. L’accès à l’article est libre, en choisissant la version gratuite (encart gauche, bridée à un nombre d’articles donnés) et en acceptant ensuite explicitement les cookies. (J’ai vérifié dans 2 navigateurs différents, au cas où mes extensions uBlock Origin et uMatrix ne me laissaient pas passer dans certaines mailles du filet 🙂 )

      1. Vous avez raison… au temps pour moi ! Et merci.

        Une fois vérifié, l’article du Washington Post est exactement le même que celui du Greenwich Time que j’ai cité.

  2. Je ne peux m’empêcher de penser que depuis quels jours, l’agent orange (DT) se prépare, prépare ses conseillers, prépare le peuple américain au fait que s’il n’est pas sûr de remporter la prochaine élection, il mettra tout en œuvre pour trouver un prétexte afin de la repousser ou l’annuler. Ou bien s’il participait bien à cette élection mais qu’il perdait, il ferait en sorte de ne pas en tenir compte… Bref, de se maintenir coûte que coûte. D’où son coup de fil très récent à Poutine peut-être…
    Et sa mise en scène avec son bouquin devant l’église me fait autant flipper que ses menaces de recourir à l’armée. Effectivement, moi non plus je ne vois pas la différence avec d’autres chefs « religieux » qui brandissent un autre livre et sont réputés ennemis de l’Amérique.

  3. Pourquoi n’y a-t-il jamais de coup d’Etat aux USA ?
    Parce qu’aux USA il n’y pas d’ambassade américaine.

    Les choses seraient-elles en train de changer ?…

  4. Cela recoupe un peu le livre (dot Piketty se fait l’écho brièvement vers la page 1120 de son pavé):
    « How Democracies Die » (Comment meurent les démocraties) de Ziblatt et Levitsky.
    https://en.wikipedia.org/wiki/How_Democracies_Die
    En français :
    https://calmann-levy.fr/livre/la-mort-des-democraties-9782702164952
    Au départ, le point est surtout sur les « gatekeepers », ceux qui par « design » sont aux barrières qui évitent les dérives.
    Mais, comme l’indiquent les synopsis, l’analyse est assez « systémique » pour englober le cas Trump dans une logique assez générale.

    A recommander aux curieux et à ceux qui agissent sur le flanc politique (Vincennt B G ?)
    (mais dispensable si vous lisez d’autres livres du déconfinement avidement)

Les commentaires sont fermés.