21 réflexions sur « « Law and order », par Chantal Montellier »

      1. Oui mais elle ne respire pas l’odeur de fromage blanc mal coagulé du Trump sympathiquement minci qui la plaque.
        De la vie qui réagit, c’est ça AOC.
        (Et c’est bien rendu par Chantal Montellier).

      2. Ah! Oui, vous avez raison, Timiota, mon Trump est trop mince… Je me disais aussi que quelque chose n’allait pas; c’est parce que j’ai pris pour modèle le corps du chien de garde et pas de celui de son maitre… Zut! A refaire.

      3. Bah, un peu de dissonance :
        Trump ainsi campé n’est pas repoussant comme le vieux blanc ventripotent mâle dominant s’écoutant parler qu’il est (pour le dire poliment). Il faut donc lire sa domination un peu plus dans le geste et l’environnement, ça ne fait pas de mal.

        (( un peu comme les couleurs des fleurs peuvent quelquefois mieux se révéler dans l’entre-deux de crépuscule, à peine avant l’heure la « brunante » de nos amis québécois : notre rétine perçoit encore les couleurs et notre cerveau se croit obliger d’amplifier le peu qu’il en arrive ))

    1. Le titre Papaoutai utilise une forme de jeu de mots abstrait appelé trompe-oreilles. Ce mot inventé joue entre les deux sens : « Papa où t’es ? » et « empapaouter » signifiant « duper quelqu’un » en argot, rappelant ainsi l’attitude volage du père et les souffrances du fils.

  1. Enfin, de l’humour dans ce monde de brutes.

    The Postillon est, tout comme le Gorafi, un site animé par un troublant sérieux, gage d’un professionnalisme journalistique de bon aloi. Seules manquent les preuves immédiates à leurs affirmations. Mais si on veut bien analyser les faits au-delà des apparences, les raisons profondes finissent par apparaître clairement. L’intuition les guide et c’est souvent bien en phase avec l’actualité.

    On se souvient certainement de l’ouverture récente de ce blog à R************** T* (tout ou partie subventionné par le gouvernement ex soviétique (=Poutine, ex KGB) ) et au Petit Actuaire Colérique. Dans le cadre de cet aggiornamento inattendu, j’ai pensé d’abord pouvoir donner sans arrières pensées l’adresse du blog français ayant attiré mon attention sur l’article de The Postillon. Finalement, j’ai estimé que ce serait faire courir des risques indus aux lecteurs étourdis ou trop curieux. Je ne me sens pas en droit de mettre en danger votre santé mentale, à vous chers lecteurs de ce blog. Et pis d’abord, les Russes passés aux USA pour baver sur ce pays d’accueil me deviennent insupportables. Ça suffit.

    Je l’ai donc traduit avec l’aide de DeepL, à partir du site anglophone de The Postillon.

    Voici :

    *La Syrie annonce un soutien militaire aux rebelles américains modérés*

    Damas (dpo) – Le gouvernement syrien prévoit de soutenir par des moyens militaires les forces pro-démocratiques et modérées des Etats-Unis contre le régime autoritaire de Washington, comme l’a annoncé aujourd’hui le président Bachar al-Assad dans un discours.

    « Nous ne pouvons plus rester les bras croisés pendant que ce dictateur fou réprime brutalement sa propre population et piétine les droits des manifestants pacifiques », a déclaré Assad. « C’est pourquoi nous soutiendrons les rebelles modérés de Seattle à New York avec des armes et des instructeurs militaires, avec effet immédiat ». Selon Assad, c’est la seule chance d’une paisible évolution vers une juste démocratie de ce régime en crise.

    Le succès du soutien stratégique de Damas reste incertain – après tout, l’autocrate instable Trump semble bien décidé à écraser dans le sang les protestations dans son pays par tous moyens militaires à sa disposition. Le président syrien a déjà annoncé qu’il n’excluait pas des attaques aériennes à long terme contre des installations militaires et des bâtiments gouvernementaux aux États-Unis si l’aide accordée aujourd’hui s’avérait insuffisante.

    Assad a déclaré à la fin de son discours : « Tant qu’il y aura de l’espoir, nous continuerons à soutenir le printemps américain. »

    Traduction avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite), légèrement modifiée par mes soins.

    On remarquera les qualificatifs employés pour décrire Trump et son régime.

    Source : https://www.the-postillon.com/2020/06/syria-supports-US-rebels.html

  2. Plutôt que le jour de l’independance day , est ce que ce n’est pas la convention de Philadelphie du 1787 qui fondait la Constitution des Etats unis qu’il aurait fallu mettre dans les bras de la statue de la liberté ?

      1. C’est qu’il est prêt à faire de la politique , selon son gendre .

        PS pour Chantal Montellier :

        j’avais proposé dans une réponse ( victime de la maintenance ) à la femme d’exception que vous êtes et qui s’inquiétait de sa postérité , , dans le billet la Makronie Kraque , que nous lancions une souscription pour une statue de Chantal Montellier , dans la position de cette statue de la Liberté , tenant en main sa dernière BD .

        Je proposais qu’on la dresse à Andrézieux Bouthéon , au « giratoire de l’avion » qui accueille actuellement une fontaine sculptée et un avion miniature , que l’on pourrait favorablement modifiée .

        Tous les ans , on y ferait une cérémonie , en bloquant le giratoire , avec au premier rang , toutes les dessinatrices du moment se réclamant de ce précieux héritage , et au dernier rang , les dessinateurs de Charlie Hebdo , tète inclinée et un genou ( ou les deux ) à terre . Il ne me manquait plus que la citation immortelle à mettre en valeur , comme le titre de la BD ultime par exemple .

        Ceci étant , comme les statues ( objets transactionnelles bienvenus , dirait peut être un psy ) ont l’air de déguster , je ne sais pas si c’est une bonne idée .

      2. Andrézieux-Bouthéon, tout près de chez le sympathique Angénieux, mais aussi tout prêt de chez l’antipathique fabricant de matières genre mousse acrylique Picq (de mémoire), milliardaire jusque là discret, qui menaçait ses employés des pires choses s’ils ne prenaient pas l’HCQ et faisait les mauviettes en refusant de bosser en conditions contaminantes ? Le modèle d’un certain « medef encore et toujours droit dans ses bottes » (et à la schlague jamais très loin).

      3. En tout cas, l’intention est louable. Quand aux dessinateurs de Charlie, ils ont surtout un (et même deux) genoux sous terre, et ceux qui sont vivants dessinent avec leurs pieds; mais c’est un point de vue très subjectif et qui n’engage que moi. Quand à Bouthéon (et Andrézieux), j’y suis interdite de séjour car on y a massacré ma mère au cours d’un avortement clandestin en 1948. Mon père a payé 1 million de l’époque pour faire assassiner sa femme, et plonger la famille dans le malheur, la ruine, et la honte. Mais les bouchers et leurs héritiers vont très bien, merci. Ils ont des propriétés et même un stade à leur nom… C’est moi qui suis ostracisée, pas eux.

  3. J’aurais aimé embrasser Juannessy en retour, mais je suis à des kilomètres de lui pour « laisser un commentaire » ! Est-ce normal, docteur Jorion?

    Baci. Chan

Les commentaires sont fermés.