15 réflexions sur « L’ami des mauvaises herbes »

    1. Bien vu , il y a des signes et des présages partout il suffit de bien observer , la molécule miracle est peut être là

      1. Je suis d’accord Mr Le Bitoux, il y a là, matière à exploration. Cela étant, le bouillon blanc, contrairement à d’autres , si mal nommées « mauvaises herbes », a des propriétés , certes, non négligeables, mais limitées…contrairement au plantain. C’est donc, un anti- expectorant efficace, et léger diurétique. Cela dit, il est utile pour évacuer les glaires et les mucosités et autres mucus pulmonaires. Idem, pour drainer l’organisme et pour évacuer via l’urine , l’urée et quelques chlorures . Même si, le plantain est, de loin, bien plus efficace. Le bouillon blanc semble favoriser l’endormissement. Possible.

        D’autres « mauvaises herbes » ont des propriétés prophylactiques bien plus intéressantes ie antivirales, antibactériennes, antifongiques. Elles sont donc, de fait, plus utiles, pour protéger contre les infections de toutes natures. Mais, dans la nature, chaque élément a sa place, et son utilité. Comme évoqué par votre exemple cité en référence, ie l’étude et les recherches scientifiques sur les matières fécales, nonobstant certains gaz hilarants émanant de leurs décompositions, et qui peuvent en incommoder certains. Peu importe, laissons rire ces ignares ignorants ! Les recherches sur le microbiote intestinal n’ont pas fini de nous émerveiller, à raison !

        Bref, le bouillon blanc, sauf décomposition en cours , est parfaitement inodore. De fait, un adjuvant, accessoire, et d’une totale inutilité prophylactique, comme vous l’ avez si bien compris en évitant de sucrer les fraises . Rien, non rien, ne saurait interrompre l’élan passionné et l’enthousiasme valeureux voire besogneux du scientifique Entre autres. Bernadette, déclamait agenouillé le pèlerin de Lourdes, Bernadette, bénie, bénie oui, oui est ton prénom !

        Ben vi…, la bandaison, papa, ça ne se commande pas chantait Georges, ce grand poète aux bras saints.

    2. Je ne cherchais pas à relancer Raoult qui n’a pas besoin de moi pour ça , mais plutôt à dédramatiser les dix dernières secondes de cette petite vidéo , où derrière le souffle de mourant qui propulse l’allégorie des  » mauvaises herbes » , j’avais cru déceler un peu du dépit de Paul Jorion devant l’aveuglement des visiteurs quand il interview des  » mauvaises herbes »… qui sont les bonnes .

      J’ai aussi repensé à la « stratégie désespérée » de Laure Després et à la soumission au « fil de l’eau »…

      « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux
      et j’en sais d’immortels , qui sont de purs sanglots « 

  1. Avec les temps qui sont les miens, empreints de profondes dépressions, j’observe avec tendresse : les fleurs, les insectes et les nuages. Plus quelques tableaux de maîtres. Et je continue à me projeter dans la beauté du monde et des choses, très loin de tout jugement de valeur.

  2. Cette petite vidéo m’a donné l’occasion de réécouter Léo Ferré dans sa chanson « La Mauvaise Graine » (1959).

    A vos cassettes !!!

  3. merveilleux! Merci Paul
    cette plante fait partie des 5 identifiées par le GRAB
    pour abriter une petite guêpe inoffensive pour les humains
    qui élimine la mouche de l’olive
    quand on tond ou pire, désherbe chimiquement sous les oliviers,
    on se prive de précieux auxiliaires
    voir grab.fr

  4. Que vivent les mauvaises herbes…
    Comme on le dit : « il n’y a pas de mauvaises herbes, il n’y a que des herbes à la mauvaises places » qui en générale est le potager.
    J’en ai plein chez moi : de l’ortie pour la soupe, du mouron blanc pour les poules, des renoncules rampantes et lierre terrestre pour les abeilles, de la lampsane commune pour les salades, … Bon j’avoue quand même retirer les chardons et le rumex… qui ne sont pas avares en graines… et couper les inflorescences des sénéçons de Jacob, une fois utilisées par les butineurs…
    Laisser les mauvaises herbes, c’est voir de la diversité de vie végétale et animale.

Les commentaires sont fermés.