22 réflexions sur « ESSEC – Imagination Week : Paul Jorion & Vincent Burnand-Galpin, le 27 août 2020 à 9h00 »

  1. « I do not know how serious you are, or how curious you are, with what intention you come and listen to these talks; if these talks have any relationship to your life, to your daily existence or you are merely seeking something that is pleasurable for an hour or entertaining intellectually and then go away without actually understanding what is being said and related to our daily life. So in communicating with each other, that is, not only verbally, and also there is non-verbal communication which demands a great deal of earnestness, a great deal of not only intellectual capacity; that is, to be awake and to find out for ourselves what is true and what is false. And so on a lovely morning we have to spend, not only the understanding of words, because each will interpret a meaning or give a meaning to the word, but we have to meet each other at a level that is serious, that demands your attention, your care, your affection. » K.

  2. « Je ne sais pas si vous êtes sérieux ou si vous êtes curieux, avec quelle intention vous venez écouter ces entretiens ; si ces entretiens ont un rapport quelconque avec votre vie, avec votre existence quotidienne ou si vous cherchez simplement quelque chose d’agréable pendant une heure ou de divertissement intellectuellement et que vous partez ensuite sans comprendre réellement ce qui est dit et lié à notre vie quotidienne. Donc, dans la communication entre nous, c’est-à-dire non seulement verbale, mais aussi non verbale, il y a une communication qui demande beaucoup de sérieux, beaucoup de capacité non seulement intellectuelle, c’est-à-dire d’être éveillé et de découvrir par soi-même ce qui est vrai et ce qui est faux. Et donc, par une belle matinée, nous devons passer, non seulement à la compréhension des mots, parce que chacun va interpréter un sens ou donner un sens au mot, mais nous devons nous rencontrer à un niveau qui est sérieux, qui demande votre attention, votre soin, votre affection. » K

    1. Le rêve , jamais intégralement réalisé , de tous les pédagos .

      Remarque faite qu’il y a deux sortes de pédagos :

      – ceux qui transmettent dans le  » rigoureux » , le structuré et la concentration ( rapport privilégié au temps présent )
      – ceux qui transmettent dans le jeu , l’affection , l’illustratif créatif .( rapport privilégié au « temps suspendu  » , le hors temps ) .

      Les deux ont leurs vertus et limites , et généralement ils n’ont pas l’efficacité selon la tranche d’âge de leurs élèves . Mais le plus rare ,c’est de trouver les deux qualités dans un seul pédago , et c’est pourquoi un attelage tel que celui constitué par le vieux ( paradoxalement de la deuxième race selon moi ) et le jeune ( remarque inverse ) est bénéfique .

      Le tout est que les deux aient des choses pertinentes à dire ou susciter , mais ça ,on ne le sait qu’à la fin .

      1
  3. Bonjour !

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir tous les films dont vous parlez, pardon.

    Mais, en tant que « films-catastrophe » (« Speculation-Fiction »), avez-vous vu le film « La bombe » > en anglais « the war game » de Peter Watkins ?

    Un documentaire commandé par la BBC, mais tellement réaliste qu’il a été censuré à la veille de son passage à la télévision…
    > et, en Angleterre, pendant 20 ans !
    (ailleurs, un peu moins)

    C’était, je crois en 1965 : guerre froide, et cætera…
    Une sorte de « fin du monde », programmée par les hommes, contre les hommes.
    A voir ! (si ce n’est déjà fait…. 😕 )

    Bonjour/Bonsoir à tous…

  4. Pas de commentaires de l’ESSEC ? Ca ne les a quand même pas laissés … secs ?
    (Dites que vous leur offrez 1 mois d’abo gratuit au BPJ !)

  5. Autre chose…

    Ayant moi-même navigué, j’ai beaucoup apprécié votre remarque sur notre obligation, dans certains cas, de faire appel à tout ce qu’on sait ou ce qu’on a su : c’est un réflexe de survie indispensable.

    J’ai pris l’habitude de comparer avec une panne de voiture : on peut toujours (+/-) s’arrêter, puis se demander comment on va faire…

    En mer, on ne peut pas dire à la prochaine vague « Oh ! Attends un peu, je ne suis pas prêt… ».

    Or beaucoup de choses sont ainsi, mais plus discrètement.
    Et encore, si on a navigué, on sait plus ou moins (à l’odeur ? au pif ?) quelle sera sa forme, sa force à cette vague, celle qui arrive, et on tâche de marchander avec ça.

    Mais, que ce soit ce « covid », ou le suivant, la prochaine guerre civile aux USA, entre autres, le réchauffement et ce qu’il va entraîner de catastrophes, personnellement, je n’ai pas encore assez navigué pour anticiper les manœuvres à appliquer.

    Bonne soirée à tous et à toutes.

  6. Bonsoir
    Sur la victoire de l’IA, juste par curiosité/réflexion…ce serait intéressant de savoir à combien de « G » négatifs/positifs cette « IA » est « programmée » pour « tomber dans les pommes »…comme un pilote humain/humaine…
    – G négatifs : le sang aura tendance à descendre du cerveau vers les pieds…manque d’irrigation…pommes
    – G positifs : le sang aura tendance à remonter des pieds vers le cerveau…inondation…pommes

    Et aussi de savoir si les manœuvres de l’IA sont sans conséquences pour l’intégrité de l’appareil.

  7. Tiens, l’économiste semi-hétérodoxe Laurence Scialom (Nanterre) se met à parler de survie de l’humanité.

    « Ce dont il faut s’inquiéter c’est que la crainte de la dette fasse que, trop vite, les gouvernements resserrent les boulons, veuillent maîtriser la dette publique et donc ne fassent pas les investissements requis dans la transition écologique. Là, ce n’est pas un problème de macroéconomie, c’est un problème de survie de l’humanité – Laurence Scialom »

    C’est sur France QQ
    https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/entendez-vous-leco-emission-du-vendredi-28-aout-2020

    1. Sacrilège Timiota, les invités commencent le débat par la théorie complotiste (cf PJ) de la création monétaire par les banques commerciales ;-P

      1. C’est à pleurer ! J’ai un jour eu une discussion à ce sujet avec Gaël Giraud. Je me suis alors rendu compte que ce qui me semble relever de l’évidence (et que j’espère avoir su expliquer clairement dans L’argent, mode d’emploi) demande en réalité une bonne familiarité avec plusieurs domaines de la finance dont la doxa prétend qu’ils sont distincts, voire étanches les uns par rapport aux autres. Je crains que d’avoir été élevé selon les principes de la prétendue « science » économique ne vous rende quasiment imperméable une fois pour toutes à une compréhension de la manière dont fonctionne l’argent.

        Pour être encore plus explicite : si vous croyez ce que raconte la « science » économique, la finance ne devient effectivement compréhensible que grâce à l’irruption d’un deus machina : le miracle (à proprement parler) de … la création monétaire ex nihilo.

      2. Oui, j’ai écouté l’émission après avoir lu l’extrait posté sur France-QQ.
        On se croirait aux temps du « Nom de la Rose », avec des sectes cathares, des relapses et autres hérésies.
        Je soumets quand même cet argument à l’opinion générale: Plutôt que l’hypothèse du lavage de cerveau par la science économique générale (pour Gaël Giraud j’ai un peu de mal vu le recul qu’il peut prendre comme jésuite, des fois, et pour plein de gens comme L Scialom, ils ont un cerveau dont pas mal de bouts fonctionnent encore), je propose que le mal a ceci de particulier qu’il n’a pas de portée négative sur tout le flanc social de l’économie (donc en ignorant le couplage monétaire/social).

        Dit autrement, si on compare au problèmes du système ptoléméen (la terre au centre, les sphères emboitées, etc.) face au système héliocentrique (galiléen), le premier devait se munir d’une couche de complexité à chaque raffinement, tandis que le second avait une base qui poussait à la simplicité, et dont les raffinements « coulaient de source » une fois posée la base (par exemple, l’analemme qu’on peut tracer en principe avec un cadran solaire et une montre correctement étalonnée, lié en partie à la légère ellipticité de l’orbite, de l’ordre de 1%).

        Bref, le bricolage à faire pour parler du reste après avoir déclaré que les banques « n’ont qu’à ajouter une ligne d’écriture » ne se propage pas « gravement » aux autres choses qu’ils disent. Certes il induit des choses fâcheuse en facilitant le complotisme, mais cela ne dynamite pas le reste des blabla des économistes. Ils s’en sortent eux-mêmes en énonçant les limites (Bâle II ou III ou IV sur les limites fonds propres/encours), et je ne sais plus quel autre « grand bilan » qu’il convient de respecter un tant soit peu.

        L’argent-dette correspondant est mis sous le paillasson « banque centrale », tandis que la reconnaissance de dette d’un particulier ordinaire, elle est tenue en bonne place dans le livre de compte de la banque créancière, pas sous son paillasson.

        Modulo ce genre de glissement successifs du plaisir monétaire, on peut apprécier quand ils tendent le foc dans le même sens que votre spi.

      3. Un VRAI « machin » pas complotiste garanti…..

        Les rétroactes :
        2020 ; Grèce du sud ; resto hors tourisme de masse , disons « bien fréquenté »; une addition vaguement relue ; un payement par carte VISA sur terminal portable ; … ; tout a une fin…retour au pays ; contrôle « grossier et à postériori » des dépenses à partir des extraits électroniques bancaires ; l’addition « vaguement relue » passe mal.. débit correct mais un peu chérot pour l’endroit.. surtout que l’intitulé-identité du crédité ne signifie pas grand chose : un nom X et un prénom Y au lieu de l’attendue dénomination du resto en cause!
        Enquête (par des voies détournées) pas facile.. mais aboutie.. : on parvient à identifier que le sieur X.Y. est le sympathique proprio d’une minuscule pension de famille sise … à CHYPRE…!

         » Mais c’est bien sûr ..!  »
        Présentation du « système » : (bien entendu à l’insu du plein gré des zotorités)
        Suffit d’enchaîner (dans l’ordre) les trois liens suivants :
        https://fr.mobiletransaction.org/comment-se-procurer-terminal-de-paiement/

        https://fidulink.com/terminal-de-paiement-en-ligne-ou-terminal-de-paiement-virtuel-tpe-tpv-souscription-en-ligne-onshore-offshore/

        https://www.compte-offshore.info/compte-bancaire-offshore-chypre/

        Et le tour est joué… dans le noir on peut confondre les terminaux..!..personne n’est volé… sauf… sauf …? Devinez.

      4. @ Otromeros:
        C’est vrai que Chypre a une certaine antériorité dans la « création off-shore » au sens propre :

        Une certaine Aphrodite, disent les mythes, naquit dans l’écume de ses eaux avant d’en rejoindre la côté.

        Le début (ouranien) de l’histoire est un peu trop gore, cela ne mérite pas de figurer ici, alors que les affaires d’argent off-shore, elles, sont réellement « ob-scènes » (hors scène)

  8. Le futur Risque d’être aussi bizarre que le silence actuel de Paul Jorion …

    « Il a aussi évoqué la possibilité de communiquer des pensées brutes, non limitées par les langues humaines -de la « télépathie non linguistique consensuelle et conceptuelle ». Son équipe rêve, entre autres, de mettre fin aux douleurs extrêmes, de guérir les dépressions et addictions ou encore de percer les mystères de la conscience.

    Faisant référence à un épisode de la série Black Mirror, qui enchaîne les scénarios cauchemardesques où les humains sont dépassés par les technologies, Elon Musk a aussi affirmé qu’il serait possible de stocker ses souvenirs sous forme numérisée.« 
    https://www.bfmtv.com/tech/la-puce-connectee-d-elon-musk-implantee-dans-le-cerveau-d-un-cochon_AD-202008290014.html

    1. Vous avez raison, c’est suspect. L’explication vous rassurera : une personne de mon entourage avait besoin d’un lift, que j’étais le seul à pouvoir offrir dans un contexte ± sûr (condition préexistante).

      Tout est Covid de nos jours : pour que PJ prenne des vacances il fallait en effet que ce soient des Covid-vacances

Les commentaires sont fermés.