64 réflexions sur « Vidéo – Covid-19 : Avons-nous la berlue ou sommes-nous malades ? »

  1. Bonjour,
    Cessez de formater les cerveaux. Il devient nécessaire et urgent de relier les humains entre eux. La machine est simplement un outil qui devient un atome et qui est dirigé par l’intelligence artificielle.
    Très bonne journée à tous et pensez à vous
    Cordialement

      1. Ce film été critiqué par les fans de Batman, justement parce qu’il n’est pas « dans les clous » du genre.
        C’est une plongée dans la « folie » d’un individu mais où la critique sociale n’est pas absente, qui devrait intéresser un psychanalyste 😉
        Excellente musique d’une artiste islandaise (Hildur Guðnadóttir)
        Film un peu glauque, sans grands espoirs, à l’esthétique très élaborée tout en se démarquant de celle de Tim Burton, servi par une prestation d’acteur tout à fait remarquable.
        Bref à voir, mais pas un soir de déprime 😉

      2. Non vous êtes cinéphile
        et les grosses ficelles combinés au Melon dla star à la crotte de nez,
        pas la peine pour vous. Certain !

      3. Franchement FlopFlop Rien avoir avec les « corchinories tolkiénesque » a gros budget car ça c’est poetiiiique, un peu,
        Surtout pour un « béni oui oui forcené » dans votre genre.

      4. Je n’ai pas vraiement réussi à trancher si c’est vraiment un très bon film ou si c’est la médiocrité de l’offre actuelle qui le fait se détacher de la masse informe qui est sortie ces derniers temps…

      5. Joker avec Joaquin Phoenix, ou comment interpréter une sorte de d’autiste vivant seul dans son monde, mais qui cherche à séduire le spectateur extérieur en vue d’un oscar… Et donc comment faire un contresens total sur le rôle.

    1. @CloClo
      Vous êtes bien sévère, mais peut-être que Dup a raison (sur la masse informe de la production cinématographique actuelle).
      Très bon film peut être pas, mais dans la catégorie bon je crois, à voir pour qui s’intéresse au cinéma.

  2. Bonjour,
    J’oubliais de signaler en complément à mon précédent message que les neurosciences ont donné naissance à l’intelligence artificielle.
    Bien cordialement

    1. @ Bernadette
      Pour exemple , le rappel de la bonne utilisation et compréhension de notions simples… telles que les pourcentages n’a rien d’une volonté de formatage des esprits , au contraire .Le « formatage «  ne tolère pas la discussion , du coup vos propos péremptoires ne tiennent pas compte de la possibilité qui vous offerte d’exprimer votre différence .
      Je vous trouve surtout bien vacharde dans vos propos , même si ceux ci se terminent par une formule de politesse qui du coup apparaît ô combien convenue.

      Peut on faire simple pour expliquer quelque chose de compliqué , sans pourtant tomber dans une autre forme d’intelligence artificielle ( basée elle sur l’artifice ) ?
      Auriez vous l’amabilité de décliner les sources Scientifiques de vos convictions si fortes, que quiconque ,allergique au formatage , puisse se faire une idée ( dans la mesure toujours de ses compétences) … en tenant compte de la diversité des arguments et non point de celle des injonctions ?

      Selon Wikipedia
      « L’intelligence artificielle (IA) est « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence »

      « Les neurosciences sont les études scientifiques du système nerveux, tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement, depuis l’échelle moléculaire jusqu’au niveau des organes, comme le cerveau, voire de l’organisme tout entier. » 

      « Bien à vous «  😊🧐

      1. Le problème est je pense (autant rester prudent 🙂 ) que l’outil mathématique devient le seul moyen de représentation quand on atteint ces niveau là de complexité, si vous le mettez en cause c’est comme si vous fermez vos yeux et tentez de décrire un paysage. Il faut comprendre que nous qui ne maitrisons pas cet outil c’est comme si nous étions aveugle de naissance et métions en cause les yeux qu’utilise le type qui nous décrit le paysage en lui disant que ça n’a ni queue ni tête. Forcément le gars il s’énerve quand il vous parle de couleur et que vous lui répondez mais c’est rugueux ou c’est doux expliquez moi simplement crénom! Bref, un dialogue de sourds 🙂 🙂 🙂

  3. Quand vous parlez de Mars, j’ai l’impression que c’était juste avant la vidéo (…) c’est pas comme en réanimation avec la pendule au dessus de la gueule ! À ça non.

    1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6302597/

      « Dans les mains des experts, le R0 peut être un concept précieux.

      Cependant, le processus de définition, de calcul, d’interprétation et d’application de R0 est loin d’être simple. La simplicité d’une valeur de R0 et de son interprétation correspondante par rapport à la dynamique des maladies infectieuses masque la nature compliquée de cette mesure.

      Bien que R0 soit une réalité biologique, cette valeur est généralement estimée à l’aide de modèles mathématiques complexes élaborés à partir de divers ensembles d’hypothèses. L’interprétation des estimations du R0 dérivées de différents modèles nécessite une compréhension des structures, des entrées et des interactions des modèles.

      Comme de nombreux chercheurs utilisant le R0 n’ont pas été formés à des techniques mathématiques sophistiquées, le R0 est facilement sujet à de fausses déclarations, à des interprétations et à des applications erronées. Parmi les exemples notables, on peut citer la définition incorrecte du R0 et la mauvaise interprétation des effets de la vaccination sur le R0. En outre, de nombreuses leçons tirées de l’expérience concernant cette mesure semblent avoir été perdues ou négligées au fil du temps. Il est donc nécessaire de revoir le concept de R0, étant donné l’attention accrue que cette mesure reçoit dans la littérature universitaire.

      Dans cet article, nous abordons les idées fausses sur le R0 qui ont proliféré à mesure que cette mesure est devenue plus fréquemment utilisée en dehors du domaine de la biologie mathématique et de l’épidémiologie théorique, et nous recommandons que le R0 soit appliqué et discuté avec prudence. »

      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  4. Si maladie il y a, n’est-elle pas celle qui tente d’atteindre un palier suffisant « d’immunité de la horde » des plus « forts », en « démagogie », en « grande gueule »… en manipulation de « fausses nouvelles », en figure « d’autorité naturelle », en poids censitaire électoraliste… pour inoculer, non pas un vaccin contre la bêtise, contre la médiocrité, contre « l’abstentionnisme »… mais le virus du doute, de l’incertitude…?

    C’est ce qui est tenté d’être démontré dans ce billet (si dessous) ou lorsqu’est priorisé dans l’actu, l’action publique… la sur-réactivité « politique » face à un « ressenti d’insécurité » des propriétaires privés de logements, « maisons de vacances », « résidences secondaires » , derrière ce qui jadis n’était qu’un fait divers de « squatte »… parmi d’autres faits… d’autre nature… la ‘loi et l’ordre » vient tenter de soigner le symptôme, de « malades imaginaires », nettement en défaveur, comparativement, à la gravité qu’occasionne comme pathologies mortelles, comme souffrances réelles, comme inégalités, injustices… le capitalisme néolibéral…

    « Il paraît que le problème des « squatteurs tout-puissants » est le mal qui préoccupe « les Français.e.s » aujourd’hui…

    Du moins c’est que prétendent les chaînes d’info en continue, les « chien.e.s de garde », « donneurs de leçons de morales », politicien.e.s, et la ministre au logement… voulant légiférer plus sévèrement en direction de sanction immédiate ciblant des cas sur-médiatisés, ne représentant même pas 1200 par an… soit un « squatte » sur plus de 2000 résidences secondaires inoccupées (chiffres de la « Fondation Abbé Pierre »)… Seraient-ce les mêmes « résidences… », qui ont permis à des CSP+, de fuir les mesures de confinements, de s’exonérer des contraintes urbaines à vivre le confinement dans une promiscuité, qui a plus pesée et impactée les familles pauvres, que toutes autres …?

    Comme s’il n’y avait aucun problème d’urgence sociale, et « sociétale » dans le manque de logements sociaux, d’inégalités territoriales… dans un pays si riche en milliardaire (Malgré la suppression partielle de l’ISF, la quatrième fortune mondiale, étant Française se fait en vendant « le culte du luxe et de la luxure à la française ») et de salubrité d’habitation « destinée » à abriter/cacher la misère (marchands de sommeil à Marseille par exemple…) à traiter en priorité… ?

    Comme s’il n’y avait aucune corrélation politique à établir entre manque de logements sociaux, délabrement du parc locatif abritant les plus pauvres, précaires (combien dorment dans leur voiture d’ailleurs ?) explosion des loyers (airbnb, gentrification des centres villes, et grandes agglos etc) et des inégalités (scolaires, etc) et discriminations « systémiques » impunies à l’accès au logement (l’aspect « systémique » des discriminations, concerne aussi bien les cas de NON RECOURS qui vont des discriminations impunies dans les 80 % d’embauches ne se faisant plus qu’en CDD très courtes durées, temps partiel subi… le non partage et la non redistribution de la solidarité, impactant plus de 30 % des « bénéficiaires » du RSA – « inégalités de destin » – qui ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent » jusqu’aux brutalités policières impunies, commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites »…) à traiter en priorité… ?

    Comme s’il n’y avait aucun « biais cognitif » (n’est-ce pas M. le ministre de l’éducation nationale) dans la façon de prioriser « l’urgence » d’une action publique et politique, à sécuriser les « propriétés privés », « maisons de vacances » (des mêmes propriétaires privés assistés sans contreparties par un «néo-ruissellement » démesuré… quand ils sont actionnaires, patrons…?) en ne traitant qu’un « sentiment d’insécurité » de « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » aux incertitudes, doutes, concernant leur « ras le bol fiscal », « poujadisme », sondés tous les quatre matins par la « dictature des émotions », lorsque l’insécurité dans l’accès au logement, la salubrité et sûreté des dits logements, dans l’accès à la solidarité, à l’emploi, et à la justice, n’est pas qu’un « ressentiment », mais du vécu, de la souffrance quotidienne… amplifiant les facteurs multiples de comorbidité… en cas d’infection à la covid-19… pour des millions de citoyen.e.s (il serait même d’aligner l’âge de départ à la retraite, dans l’espoir de la vivre en bonne santé, qui recul pour les plus pauvres précaires, au taux de mortalité de ce coronavirus, en plus d’imposer le « travail gratuit », le « bénévolat subi », aux ayants droits à la solidarité et aux chômeur.e.s, contre un RSA, une prestation chômage) … ?

    Combien de cas de menaces d’expulsions, et de refus de loger des locataires (à l’heure ou il ne serait plus prioritaire paraît-il de se scandaliser, s’indigner, du chantage à l’emploi, contre la baisse de 20 % du salaire, le sacrifice des RTT, congés payés, majorations d’heures sup, jours fériés…) recensent les affaires de propriétaires privés de logements… « indélicats »… obligeant des « locataires » à coucher avec eux, contre la baisse… du loyer… des « charges »… ? »

    2
    1. Quelle étrange époque vit-on, quand un « prof » (incarnant la « dualité extrêmement droitisée » de la « province contre la centralisation parisienne » du pouvoir du « roi te touche dieu te guérit »… en pleine période de campagne électorale sénatoriale) auditionné au Sénat en ce jour… peut paraître suffisamment crédible, « légitime » en tout cas (pour les médias mainstream)… même à prétendre en substance, pour défendre ces « théories », qu’il peut rendre malade quiconque, rien que par le « pouvoir de conviction », de « persuasion » quoi (« autorité naturelle »… reconnue en les « représentant.e.s » de la science, dans une guerre de « civilisation », monétaires, commerciales, ou les « schistes » religieux, se disputent les « voix » des « indécis.e.s », dans ces temps d’incertitudes de doutes, derrière les « théories » des anti-masque, mesures barrières, confinement, prétendant que ce qui est le plus dangereux face à pareil coronavirus, c’est la peur affaiblissant les défenses « immunitaires naturelles », tellement risqué qu’il est « interdit d’interdire » la spéculation sur les masques,médicaments, respirateurs, vaccins, gel hydroalcoolique, denrées alimentaires, places de lits de réa…?) alors que lorsqu’il est avancé l’idée que la nuisance de ce « pouvoir de conviction » émanant de l’idée de « l’homme providentiel »… peut être manipulé, dans toutes autres circonstances, comme celles électoralistes des « bas instincts », du « ras le bol fiscal », du « poujadisme »… par la « dictature des émotions » ne sondant que des « temps de cerveaux disponibles » qu’à ne vouer… rien d’autre qu’un « culte féroce »… dans un « Etat providence laïc » en cours d’effondrement… par exemple… vous vaut le qualificatif d’adepte de « théories conspirationnistes »… colportant des « fausses nouvelles »…?

      1
  5. Cours à refaire ! Je sais que j’ai l’esprit étriqué, mais il se trouve que ce danger des phénomènes exponentiels m’intéresse particulièrement, j’ai déjà posté sur le sujet. Et ce n’est pas vraiment en visionnant votre vidéo qu’on peut s’éclaircir les idées. J’en suis désolé.

    2
    1. Misère ! Il faudrait pour certains que chaque billet, chaque vidéo, réexplique entièrement l’histoire de l’univers de l’origine à nos jours ! Si cette vidéo ne vous dit pas tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les processus exponentiels, parce qu’elle n’en parle qu’en une seule phrase, mais allez donc compléter ailleurs ! (et ici en particulier).

      3
      1. Merci bien, mais dans les 10 dernières minutes de la vidéo il aurait été très facile de faire beaucoup plus clair.

        Je prends le premier article qui sort de votre lien.

        « Or, la fonction exponentielle, comme disait je ne sais plus trop qui, c’est une vraie vacharde. » Figurez vous que c’était moi, le « je ne sais plus trop qui », quelques jours avant cet article dans les commentaires du blog.

        Mais « 1,4 élevé à la puissance 32 », ça ne parle pas a beaucoup de monde, malheureusement… Même si tout le monde a dans la poche le moyen de faire le calcul, quand exactement faut-il le faire ce calcul ? Ce n’est pas dans la vidéo alors qu’il y avait la place de le réexpliquer clairement.

        Et donc ça donne ceci.

        Il est extrêmement facile de démontrer que toute fonction exponentielle en fonction du temps a une durée de doublement fixe. Les cas chinois et italiens ont montré que la durée de doublement du nombre de cas de covid, dans cette première phase d’expansion du virus, était de 3 jours. Nous avons eu le premier mort en France le 26 février. Une simple itération par calcul mental que tout vieux comme nous peut encore faire donnait 2 morts le 29 février, 4 morts le 3 mars, 8 morts le 6 mars, 16 morts le 9 mars, etc………, 2048 morts le 30 mars. On est monté à environ 800 morts par jour à cause du confinement du 17 mars.

        Et vous savez quoi ? Ce calcul je l’avais fait, c’était tellement simple ! Et je bouillais littéralement devant mon écran en voyant notre président Macron au milieu de la foule du Salon de l’Agriculture le 22 février alors que j’étais persuadé que c’était exactement la manifestation à annuler.

        Et pourquoi je regardais tout ça d’aussi près ? Parce que ma mère, née en 1942 avec des problèmes de thyroïde depuis Tchernobyl, avait eu l’excellentissime idée d’aller visiter sa famille en Allemagne entre fin-janvier et mi-février ! Pour vous rassurer: elle n’a rencontré le virus ni dans le train aller ni sur place ni dans le train retour. Ouf !

        Y avait bien 5 minutes dans la vidéo ci-dessus pour présenter à nouveau le problème clairement, non ?

        Une dernière pour vous remonter le moral, tout de même : le 24 février nos virologistes les plus réputés du monde n’avaient rien compris, mais alors rien du tout, pour vous en persuader vous pouvez réécouter ce podcast :

        https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-24-fevrier-2020

        Comme quoi, l’exponentielle, il ne suffit pas d’être chef de service à l’Institut Pasteur ou à l’hôpital Bichat…

        NB Jean-Claude est un copain de lycée, on n’est vache qu’avec les gens qu’on aime bien, ce qui compte aussi pour vous, cher Paul Jorion, même si j’ai un esprit étriqué incapable de donner un avis. :))

      2. Bonjour Mr Jorion.
        J’ai bien entendu votre raisonnement qui évoque les résultats statistiques du professeur Raoult.
        Je n’ai rien contre lui, ni pour ni contre cependant juste une petite précision qui sont celle de son service.
        L’équipe du Pr Raoult à l’IHU-MI, a pris en charge et traité 5862 patients infectés par le Covid19, avec l’association HCQ+AZM.
        Elle a fait pratiquer près de 9500 ECG pour s’assurer de l’absence de contre-indication ou d’effet secondaire d’ordre cardiaque, à la prise de ce traitement.
        Elle ne déplore que 22 décès (0.4%) parmi ces patients, aucun de ces décès n’ayant été causé par des troubles cardiaques dus au traitement.
        Fidèle au serment d’Hippocrate, elle a mis en oeuvre avec beaucoup d’efficacité, les recommandations de l’OMS: tester/tracer – isoler – traiter au mieux des connaissances du moment.
        Voilà c’est juste pour donner un fait.
        Amitiés

        4
  6. Bonsoir ! Je « plussoie » sur -Catherine- :

    ….j’aurais bien voulu suivre votre prochaine série de cours, mais les horaires ne me conviendront sûrement pas tout le temps.

    Si je peux les attraper au vol, sera-se sur votre site ?
    Ou ailleurs ?
    S’inscrire, peut-être ? Comment SVP ?

    Et sinon, en « replay », comme on dit aujourd’hui, votre site ou bien…?

    Merci d’avance et bonne soirée.
    G.M.

  7. Vidéo pas très convaincante, notamment comparée à celles récentes de Raoult, Péronne, Toussaint…. qui semblent mieux maîtriser leur sujet.
    En sur-titre, supprimer le terme « Épidémiologie », car vous traitez seulement de « Probabilités et Statistiques « .
    Comme quoi une expertise dans les techniques bancaires (les centimes…) ne permet pas forcément de parler valablement de tout.

    4
      1. Raoult, Péronne, Toussaint: Ils n’y connaissent rien! Tous devraient passer quelques années a calculer les risques des prêts bancaires aux US peut-etre 😉
        Allons Paul appliquer les stats dans des domaines différents quand on ne connaît pas ce domaine, vous fait dire des bêtises, et vous le savez bien.
        Pourquoi dénigrer des gens qui présentent des faits montrant l’ignorance crasse de ceux qui nous gouvernent?

        1
      2. Non, cher ami, il n’y a pas 100 façons d’appliquer les statistiques et la façon dont le Pr. Raoult les utilise ne montre qu’une seule chose – et qui n’est pas qu’il sait comment les appliquer en médecine alors que d’autres ne savent que les appliquer à la finance – qu’il n’y entrave que pouic !

        2
      3. Je professeur Raoult s’est peut-être, même certainement, lamentablement planté, l’histoire le dira. Mais je trouve sa démarche courageuse.

        <>

        1
      4. Et sa démarche qui n’est pas passée donne, de mon point de vue :

        « Je suis médecin, j’ai fait le serment de soigner, il y a une nouvelle maladie avec aucun médicament disponible, je suis assez certain qu’une vieille molécule pas chère et disponible mais interdite depuis 2 mois pourrait aider à condition de la prendre tôt, je vais donc utiliser ma notoriété pour tenter d’avertir les médecins généralistes qui ont encore le droit de la prescrire. Si j’ai raison, tant mieux, sinon ce n’est pas grave sauf pour ma pomme, mais dans ce cas je peux encore prendre ma retraite. »

        J’aime bien.

      5. S’il avait constaté un semblant de résultats et n’avait rien publié quand à sa méthode on aurait de bien plus sérieux griefs contre lui non? D’autant plus que les bons chiffres de son service auraient inévitablement attiré l’attention… ça me rappelle un type qui a essayé d’alerter contre la crise des subprimes et qu’on a pas écouté, au moins il est tranquille dans sa conscience, il a fait ce qu’il a pu… Il aurait aussi bien pu avoir tort lui aussi et passer pour un uluberlu 😉

  8. Les mathématiques et la démonstration statistique par l’exclusion de l’hypothèse nulle ont un côté implacable. Il faut dépasser l’abstraction pour comprendre. C’est step by step que l’on étudie alors l’influence de la taille de l’échantillon, du bon test à appliquer etc… c’est se faire violence intellectuelle à chaque fois car c’est contre intuitif. Et d’un coup la lumière. Je pense que peu de gens sont initiés et c’est un monde d’incompréhension qui sépare les deux groupes.

    1
      1. « il n’y a pas 100 façons d’appliquer les statistiques »
        Les statistiques,comme les autres mathématiques, ne sont après tout qu’un outil pour nous faire comprendre le monde et, éventuellement, le changer. Comme tout outil, le marteau par exemple,on peut l’utiliser pour construire sa maison ou pour fracasser la tête de son voisin. L’outil n’est donc pas une fin en soi,tout depend comment et pourquoi on l’utilise.

      2. Bien sur que vous avez compris! Les statistiques que vous avez montrées sur votre dernier graphe correspondent seulement a votre thèse d’augmentation exponentielle de la maladie,pas a la réalité présente.
        La pirouette, une façons de s’en sortir quand on ne sait que dire, ..hein?

      3. Pourquoi dénigrer des gens qui présentent des faits montrant l’ignorance crasse de ceux qui nous gouvernent ?

        Oui, ça va, on a compris : vous êtes dans une croisade politique, et ce qui se passe vraiment ne vous intéresse pas du tout. Vous êtes là pour régler des comptes, avec « ceux qui nous gouvernent », et entre autres avec moi, qui « invente des données dans mes graphes », vous voulez sans doute parler du graphique qu’on trouve, mis à jour tous les jours, dans la base de données Worldometer. Désolé, je ne suis pour rien dans ces chiffres qui sont ceux que communiquent les services de santé français, et qui ont la vertu de vous faire délirer.

  9. J’ajouterai un autre facteur à l’écart entre le nombre de personnes testées positives et le nombre de morts : il faut compter entre 3 à 4 semaines entre le début de la maladie et le décès des personnes les plus gravement atteintes. Les décès d’aujourd’hui sont à mettre en parallèle avec le nombre de cas du mois dernier et non d’aujourd’hui.
    Un article du monde illustrant votre vidéo : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/08/26/covid-19-pourquoi-la-hausse-des-cas-ne-permet-pas-encore-de-conclure-a-une-deuxieme-vague_6050010_4355770.html.

  10. Après avoir traité une interprétation libre, de l’aspect « maladif » du sujet posé ici… c’est celui de la « berlue » qui vous est proposé si dessous… Est-il pas besoin d’être « dieu » ou « roi », pour rire « jaune » de ceux et celles qui déplorant des méfaits, des conséquences… n’en chérissent pas moins les causes… en se proposant de les « réformer »…?

    « Devinez quelles solutions « l’IFRAP » propose – sur lci dans l’émission de Brunet – pour lutter contre les « fraudes sociales » qui représenteraient selon elle, 20 milliards d’euros par an… ?

    Rien d’autres que de fusionner toutes les prestations sociales comme celle du chômage, du RSA, familiale, au logement, etc – en oubliant pas de les raboter au passage ? – et en les imposant… confier les contrôles des fraudes… à Bercy… ?

    Quelle étrangeté que cette « idolâtre » confiance… en un ministère (chantre de l’endogamie, reproduction de classe), qui ne s’est jamais illustré par une indignation quelconque (sauf peut-être, dans le fait de se demander « comment lutter contre la menace de justice sociale ? »), concernant les plus de 10 milliards d’euros/an « d’économies de dépenses sociales » (RSA et allocation familiales…), qui sont faites sur la non redistribution et le non partage des droits à la solidarité – cas des « inégalités de destin », dits aussi NON RECOURS qui concernent aussi bien 30 % de « bénéficiaires » du RSA ne touchant aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent » et s’étendent jusqu’aux discriminations impunies dans les 80 % d’embauches ne se faisant plus qu’en CDD très courtes durées, temps partiel subi…jusqu’aux discriminations impunies dans l’accès aux logements manquant cruellement…jusqu’aux brutalités policières impunies, commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites »… – alors qu’il serait question d’imposer le « travail gratuit », « bénévolat subi », aux plus pauvres, chômeur.e.s, précaires, contre un accès au droit du RSA, contre une indemnisation du chômage, « en même temps » que de « justifier et excuser » le chantage à l’emploi… ?

    Et comme dans cette émission il est question de mettre en concurrence des « idoles », comme il en existe dans un « concours Lépine » de jeunes entrepreneurs de la « start-up nation » il paraît – sous entendant que « l’État providence » ne peut être que mieux géré, s’il est réduit à une vulgaire entreprise (Et qui en serait son propriétaire privé, tant assisté sans contrepartie actuellement, que le « ruissellement » se traduit par « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics privatisés, digitalisés technocratisés, et de l’emploi se précarisant quand il ne disparaît pas, ne peut pas être remplacé par des algos, automates ?) – est-il étonnant que ne soit pas « idolâtrées » les « réformes structurelles », plans d’austérités, RGPP, MAP et autres « politiques du chiffre »… qui n’ont eu de cesse de diminuer et d’amoindrir les moyens et finalités, prérogatives, de l’inspection fiscale de Bercy (sauf pour les plus hautes fonctions, comme celle de pantoufleur dont est sortie la cuisse de « Jupiter », un « secret d’affaire » du « roi te touche, dieu te guérit », « de l’autre coté de la rue » quand un conflit d’intérêt, une affaire de favoritisme, etc te guette )… ?

    S’en prenant aux hautes fonctions publiques des administrations territoriales, de la CNAF, des CAF, des ASSEDIC, etc. et nationales comme la Cour des Comptes…- Si ça sent pas un règlement de compte, sur fond des prochaines sénatoriales, c’est que je n’y comprends rien… ? – qui auraient soit disant empêché qu’aboutisse la « vérité » de cette « formidable étude indépendante » et de ce « rapport sénatorial sur les fraudes sociales »… encensés tous deux par l’arbitraire « juge et parti pris » du plateau… n’est-il pas étrange de proposer comme « pas d’autre alternative possible »… que de confier la lutte contre les « fraudes sociales » au travers du fait d’une part : de faire payer injustement un impôt sup au plus pauvres, précaires (les hausses des dépenses contraintes, et les hausses des « impôts injustes » y afférant… ne suffisent pas…?)…et d’autre part : en s’en remettant à ce qui reste de « petit personnel » de Bercy…. qui manque tellement de moyen… qu’à la fin… il ne « peut » même pas lutter efficacement contre les fraudes aux cotisations sociales patronales (entre autre actu, les fraudes au dispositif de chômage partiel, par des propriétaires privés d’entreprises, ayant fait travailler en « télétravail », leur subordonné. Et ces fraudes ne baissent pas alors que les « charges » elles, ne cessent de baisser avec « l’intention » de baisser de 20 % les salaires, de sacrifier nos RTT congés payés, jours fériés, majorations d’heures sup…) , contre les fraudes au impôt sur société, et sur la production (alors que leurs baisses sont « attractives » paraît-il)…contre les fraudes à la TVA, et contre les « optimisation fiscales immorales » illégales (flat tax, suppression partielle de l’ISF, exonération annulation de dettes fiscales, sociales, morales… patronales et paiement de loyers…), creusant de prêt de 10 fois plus les déficits des caisses sociales, familiales, vieillesses, santé… que les « fraudes sociales »… alors que les dettes publiques locales (concentrant une partie des « dépenses sociales » à condition que la compensation de l’État joue le jeu) et nationales deviennent l’enjeu des prochains scrutins électoraux censitaires… ?

    Alors que la crise sanitaire repart en gravité et dangerosité (avec un scandale sur des tests à 100 euros à Paris… Avec une « intention » d’aligner l’âge de départ à la retraire, dans l’espoir de la vivre en bonne santé, pour les plus pauvres, précaires, en net recul, au taux de mortalité de la covid-19… quand c’est ce public qui cumule, non pas des mandats, privilèges, avantages, mais des facteurs multiples de comorbidité) et que les crises sociales et « sociétales » ne vont pas attendre qu’explosent plus encore les inégalités territoriales, scolaires, etc… et leurs yeux dans leur orbites… pour faire entendre « quoi qu’il en coûte » leur légitimité (légitimité qui pourrait très bien finir par revendiquer d’interdire la spéculation sur la hausse ou baisse des stocks gérés et flux tendu, et des prix, de tests, masques, médicaments, vaccins – il serait question de rendre celui contre la grippe saisonnière, obligatoire ? – respirateurs, place de lits de réa, denrées alimentaires, loyers, et de taux d’emprunts des États, collectivités … par exemple), et risquent de ne pas s’encombrer d’opérer un « tri sélectif » façon « darwinisme social », pour agir par rapport aux urgences climatiques, sociales… la « horde des démagogues mondains » est-elle à ce point « immunisée », inconsciente, inconsciente, « médiocre »… pour se croire en capacité, en position de force suffisante, pour traiter pareil sujet sensible (des « fraudes sociales »), en ne s’adressant qu’aux consumérisme de « temps de cerveaux disponibles » (épuisant plus de trois planètes par an, avec entre des « externalités négatives » polluantes, aggravant le dérèglement climatique la perte de biodiversité, les guerres commerciales, monétaires de « civilisations » en vendant des armes à qui veut… les crises des réfugié.e.s ne désarment pas….) disponibles qu’à ne vouer un « culte féroce » à la « dictature des émotions » ne sondant que de quoi réconforter les doutes, incertitudes, de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme », « bas instincts », lorsque les derniers scrutins comptabilisaient plus de 50% de taux d’abstention…? »

    1
  11. @Paul Jorion
    « Oui, ça va, on a compris : vous êtes dans une croisade politique »
    Non vous ne m’avez pas compris cher ami,je suis contre toutes les croisades et bien au contraire je m’intéresse a tout ce qui se passe concernant cette pandémie en France en essayant de garder raison. Je ne vous accuse pas d’avoir fait ce graphe mais de l’utiliser a des fins d’auto satisfaction personnelle montrant que vous aviez raison de prédire une second vague. Comment pouvez-vous croire qu’aujourd’hui il y a plus de cas positifs qu’aux mois de Mars/Avril au pic de l’épidémie? Ceci vous range malheureusement dans les rangs des macronistes,peut-etre sans vous en apercevoir,mais dont la politique est a l’opposé de tout ce que vous avez écrit sur ce blog jusqu’à présent et que personnellement je partage. Ne voyez-vous pas que la distillation de la peur permet a ceux qui nous, vous gouvernent de justifier la répression des libertés nécessaire pour la survie du néolibéralisme. Vous appelez cette opinion « un délire » Je l’appelle plutôt un cauchemar a yeux grands ouverts.

    1. Mais oui, montrer ici un graphique représentant le chiffre des contaminations me « range dans les rangs des macronistes ».

      Mais pour vous faire plaisir je vire de bord : la pandémie est une affabulation, la hausse du nombre des cas est truquée en France comme partout ailleurs, et le port du masque donne le cancer.

  12. Je n’ai pas dis que le graphique était truqué,simplement qu’à y regarder de plus pres il representait des cas de covid à des temps et des conditions différentes: Au début de l’épidémie ou on ne faisait pas de tests systématiques sur toute la population et maintenant ou on fait des tests de masse ou l’on voit apparaître les faux positifs dû aux limites de la méthode PCR et dont le process n’est pas régulé au niveau national. Trop d’amplification dans beaucoup de cas. Je mangerai mon chapeau dans une semaine ou deux ,tristement, si le nombre de morts augmente dans les mêmes proportions que les cas détectés aujourd’hui,dans le cas contraire j’espère que vous en ferez autant avec votre casquette – Bon appétit🙂

  13. Bon! Et bien si nous sommes d’accord,je vais aller dormir,pourtant, comme disait Columbo, encore une petite question: Pourquoi diable rejetez-vous le traitement avec la chloroquine? Vous n’avez pas de stocks avec Gilead tout de même?

    1. Je vois qu’il y a un « Alain Samoun » sur la toile, qui est médecin, et qui est donc censé savoir la différence entre un antiviral et un anti-inflammatoire et donc dans le cas de la Covid-19, la différence entre un traitement de fond (qu’on n’a pas) et un traitement symptomatique (dont la chloroquine est l’un parmi de multiples autres anti-inflammatoires).

      1
      1. Non de nom seulement.
        Votre réponse montre que vous n’avez pas une solide information sur cette molécule qui est bien connue pourtant pour ses effets antiviraux, notamment HIV 1, hepatite B, herpes 1 etc…
        Ceci explique cela peut-etre…

      2. L’hydroxychloroquine bien connue pour ses effets antiviraux ?

        Je crains que votre

        solide information sur cette molécule qui est bien connue pourtant pour ses effets antiviraux, notamment HIV 1, hépatite B, herpes 1 etc…

        … ne doive être revue à la lumière d’une solide contrenquête 😉

        Clinical Microbiology and Infection, le 26 mai 2020 : Clinical evidence for repurposing chloroquine and hydroxychloroquine as antiviral agents: a systematic review
        C. Rodrigo, S.D. Fernando, S. Rajapakse

        Despite being researched for several decades and being supported by a large volume of in vitro and animal study data for plausible mechanisms for antiviral effects, neither HCQ nor CQ is currently recommended as an antiviral agent for any of the infections for which they were tested in clinical trials (with the exception of COVID-19 which is an evolving situation at the time of writing).

        Quant à « COVID-19 which is an evolving situation at the time of writing » :

        Nature, le 22 juillet 2020 : Hydroxychloroquine use against SARS-CoV-2 infection in non-human primates :

        Neither HCQ nor the combination of HCQ and AZTH showed a significant effect on viral load in any of the analysed tissues. When the drug was used as a pre-exposure prophylaxis treatment, HCQ did not confer protection against infection with SARS-CoV-2. Our findings do not support the use of HCQ, either alone or in combination with AZTH, as an antiviral drug for the treatment of COVID-19 in humans.

        La prochaine fois, faites-nous le plaisir de réaliser votre test de solidité avant de revenir à la charge.

    2. Si vous voulez prendre le chemin de citer les publications, vous auriez pu commencer avec celle du Lancet (celle retirée depuis). J’espère que vous savez que « big pharma » est derriere beaucoup de ces publications.

      Enfin, en voici une qui date de 3 jours, et non! votre bête noire de Marseille n’y est pour rien:

      Hydroxychloroquine is Effective and Safe for the Treatment of COVID-19, and May be Universally Effective When Used Early Before Hospitalization:
      A Systematic Review Chadwick Prodromos MD, Tobias Rumschlag MD

      1. Dr. Chadwick Prodromos est chirurgien orthopédique. Son collaborateur Tobias Rumschlag, également.

        Leur papier est publié à un seul endroit : le site de la Palmer Foundation, une fondation australienne dont la vocation est la promotion de la chloroquine.

        Hydroxychloroquine has been shown to have consistent clinical efficacy for COVID-19 when it is used early in the outpatient setting, and in general would appear to work better the earlier it is used. Overall HCQ is effective against COVID-19.

        A aucun endroit dans le papier il n’est indiqué ce à quoi « clinical efficacy » renvoie, ni « to work ». L’HCQ est dite « efficace », le mot est utilisé 35 fois dans l’article. A deux reprises l’efficacité est définie comme « un effet positif ». L’expression « positive effect » est utilisée à 3 reprises. Dans aucun des 3 cas il n’est précisé de quoi il s’agit.

        Cher Alain Samoun, les commentateurs du blog me sont témoin que je vous ai accordé le bénéfice du doute, et encore davantage. Vous ne m’en voudrez pas si j’arrête là : mon opinion est faite.

      2. Avec le recul il est assez évident que l’effet de HCQ est négligeable, mais vous faites un faux procès à Raoult pour ce qui est de sa méthode mathématique, c’est justement parce qu’il est parfaitement conscient de ce qu’est une exponentielle qu’il a publié trop tôt (ou pensez vous sincèrement qu’un gars de son niveau ait besoin qu’on lui explique que pour faire des stats solides il faut de gros échantillons??). Face à une exponentielle on est obligé de faire un pari Pascalien, c’est presque criminel de ne pas le faire d’ailleurs si on a ne serait qu’une théorie qui tient un peu la route et quelques résultats (et on va en avoir rapidement la démonstration au niveau climatique j’ai bien peur…). Si l’HCQ avait marché il aurait sauvé bcp de vies à surréagir précipitament. Mettre en cause ses compétences est un peu mesquin je trouve, même s’il l’a un peu cherché par la suite en continuant de ramer ensablé jusqu’aux genoux du fait d’un caractère quelque peu « particulier ».

        2
  14. Pourquoi il n’y a pas de données sur les positifs au sras-cov-2 qui ont des symptômes de la covid19 ? Que ce soit dans les tests, les entrées en hôpital ou les décédés. On mélange tout.
    Si on vérifie en moyenne à 7J le nombre de décédés par le nombre de positifs au sras-cov-2, on a une létalité de 36/8684=0.4% comme une grippette.

    1
    1. Honnêtement je pense que les tests sont conçu pour donner bcp plus de faux positifs que de faux négatifs, en tous cas en toutes logique ils le devraient vu que le traitement pour un faux positif est une simple quarantaine de 14 jours c’est tout bénef à avoir des test qui ne donnent aucun faux négatifs quitte a donner même 10% de faux positifs… Espérons que les chiffres s’en trouvent ainsi déformés et que la létalité ne suivra pas d’aussi près la positivité que dans la vague précédente ou on ne testait que les gens avec des symptômes graves (hospitalisés).

      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.