À propos de 6. Le retour des utopies, par Jacques Printz

Jacques Printz à propos de ma sixième conférence dans le cycle L’après-Covid : 6. Le retour des utopies, à l’Université catholique de Lille.

Bonjour Paul, bonjour à tous.

Je viens d’écouter ta 6ème conférence que malheureusement je n’ai pas pu suivre en temps réel. Voici cependant qq. réflexions, à la volée, que me suggèrent tes propos par ailleurs fort intéressants, dont on pourra débattre, si vraiment il y a une fin, et donc un après.

Je partage ton analyse sur le poids des syndicats patronaux aux US et ailleurs [mon collègue du Cnam Alain Bauer que tu connais peut-être, dans une communication privée, nous avait expliqué qu’il y avait plus que probablement une composante mafieuse, pour ce qui concerne les autorisations de prêts, compte tenu de la structure du système bancaire aux US]. Ceci étant, le problème de tout pouvoir est le contre-pouvoir. Force est de constater que la démocratie ne sait pas, ou ne peut pas, ou ne sait plus, organiser ces contre-pouvoirs.

Un économiste français, Maurice Allais, par ailleurs prix Nobel d’économie, considérait que le crédit non régulé était un puissant facteur de déstabilisation de l’économie, car c’était un moyen de créer une richesse apparente qu’on ne pouvait pas compenser. Vu de ma fenêtre, une bonne partie de nos problèmes vient de là. On a d’ailleurs un contre-exemple intéressant qui est la façon dont les dirigeants d’ENRON, en « bons » financiers faisaient du trading de l’énergie comme si c’était des $. Bien évidemment, ça disjonctait systématiquement dès que la demande, ce qui avait été vendu, dépassait l’offre des centrales. Un problème typique de compensation où l’offre ne doit pas dépasser la demande.

Je suis d’accord avec toi quand tu proposes d’interdire la spéculation, ce qui est une perversion absolue du travail réel, celui que précisément on va pouvoir compenser. Par définition, pourrait-on dire, la spéculation ne peut-pas être compensée. C’est simplement du vol travesti en jeux, comme d’ailleurs les cryptomonnaies, ce que tu as fort bien expliqué.

Au moyen-âge, dans la chrétienté, le pouvoir religieux interdisait le prêt avec intérêt, on peut comprendre pourquoi ; la devise des moines cisterciens qui ont tant fait pour créer l’Europe dont nous avons hérité, était Ora et Labora, prie et travaille, aujourd’hui oubliée. A ce sujet j’ai une anecdote intéressante qu’a vécu mon collègue chinois avec lequel j’avais monté mon projet en Chine. Comme il était brillant mais d’une famille paysanne pauvre du Sichuan, son village s’était cotisé pour lui payer ses études, tout cela sans contrat, à la mode asiatique ; bien sûr, il est membre du PCC comme environ 50% des diplômés de niveau master. Dix ans plus tard, le temps de la restitution étant venu, suite à la bonne marche de ses affaires [Il est aujourd’hui directeur de l’antenne Cnam en Chine], il avait proposé au chef de son village natal, après avoir construit une maison pour ses parents, de restituer la somme prêtée, et même avec des intérêts, ce que le chef du village avait refusé s’estimant honoré par le succès de l’investissement du village sur sa personne. Il n’y a pas de droits sans devoirs. Une histoire inimaginable chez nous …

Je ne pense pas que l’on puisse vivre sans argent qui est quand même un moyen d’échange plus commode que le troc. Mais ça exige d’être responsable en matière de compensation. Quand la France a proposé à l’Allemagne de faire l’€, je croyais naïvement que ça allait rendre la classe politique et les « élites » responsables … grosse déception !!! Un théologien allemand que j’aime bien, Romano Guardini, disait dans son livre La fin des temps modernes, écrit en 1952, qu’il fallait « combattre le traitre qui est en chacun de nous » par une ascèse personnelle. Dans le dernier livre de M. Onfray, grand admirateur de Nietzsche, La résistance au nihilisme, il y a un peu de ça, sauf que ce qu’il propose me parait une parfaite utopie.

J’ai bien aimé la séquence sur les Guaranis, mais tu sais probablement qu’un peu avant, comme tu me l’as fait remarquer, il y a eu la controverse dite de Valladolid, d’où a été tiré un excellent film, car certains colons défendaient l’idée que les Amérindiens n’avaient pas d’âme, et donc que l’esclavage n’était plus un problème. Mais le concile réuni à cette occasion avait refusé de rentrer dans cette abomination. C’est un peu aussi ce qui s’était passé en Chine, à quasiment la même époque, avec les jésuites qui essayaient d’inculturer le christianisme dans le confucianisme, et réciproquement, car pour Matteo Ricci et ses collègues, ils trouvaient le confucianisme tout à fait acceptable. Le Dieu chrétien proposé aux chinois par M. Ricci dans son traité écrit directement en chinois, Le sens réel de « Seigneur du Ciel » [traduction/adaptation du mot Dieu en chinois, avec 2 idéogrammes 天主 (Tianzhu)] était plus proche du Christ Pantocrator que celui du Christ supplicié et martyr du Concile de Trente. Ce qui ne fut pas au goût des dominicains, d’où la querelle des rites, et la fin tragique de l’épisode chinois, comparable aux Guaranis tel que tu l’as relaté … Je ne crois pas que l’on puisse vivre sans transcendance, sans perspective, mais la transcendance ne suffit pas, il faut également un système immunitaire. Le Covid-19 montre certains aspects contre-intuitifs du système immunitaire, car si globalement il nous protège bien, et même très bien, parfois, il tue sans sommation …

Partager :

8 réponses à “À propos de 6. Le retour des utopies, par Jacques Printz”

  1. Avatar de Hervey

    Tilt ! Tilt ! Tilt !
    Je prends.

  2. Avatar de timiota
    timiota

    Sur le prêt à intérêt « interdit » (ou « réservé aux juifs ») dans l’occident chrétien, on peut lire Giacomo Todeschini « L’argent et le temple ».
    Il indique que la doctrine avait pour but de « ne pas dilapider les biens d’Eglise », quand le réseau des abbayes et eds bien d’évéchés etc. a commencé à atteindre un point de développement suffisant pour que la question soit sa stabilité et plus sa croissance.

    L’attribution de revenus (aux évêques, etc. ) se transformait facilement en dilapidation par nombre d’entre eux.
    Et à l’inverse, la formation d’une richesse par l’intérêt du prêt semblait contraire à la formation de la richesse par voie matérielle dans ce système.
    C’est donc dans cet arbitrage que s’est définie le périmètre très restreint (mais non nul) du prêt chrétien à intérêt, avec une expertise chargée d’en évaluer
    la juste mesure (correspondant mutatis mutandis au ressenti « droits et devoirs » du villageois chinois dans l’exemple cité).
    On n’en a retenu que l’exclusivité laissée aux juifs pour le prêt à intérêt, en gros parce que cela arrangeait nombre de parties en présence.
    (Il faudrait que je le relise, y est évoqué la parabole des talents aussi, même si ce n’est pas dans la version de Paul Jorion, c’est étayé par certains arguments assez solides pour qu’on s’y attarde).

    Quant à l’ascèse personelle, elle a aujourd’hui une signification qui pourrait être clarifiée à la hauteur des flux d’énergie et de matière qui nous « environnent » (au sens des « coûts environnés ») , notre façon d’être trop Homo Detritus, et de régler l’immensité de nos impacts par plus d’impact (on voit de la surface habitable, donc du béton, donc des m² à aspirer de leur poussière, donc de l’asphalte pour la desserte routière et du cuivre pour la desserte électrique, sans parler des tonnes de plastique qu’un Rudy Ricciotti (l’architecte du MUCEM) , adapte un peu foutraque d’un « béton embelli et anthropisé » dirais-je , brocarde non sans un peu de raison au sujet des « éco-quartiers » où le bâti utilise le plastique comme « jambe de bois » pour ce qu’il ne fait pas bien dans la version de base de la cage à lapin dépourvue de flexibilité spatiale ou énergétique.
    Réinventer de l’utopie technique est assez exigeant, mais nous somme partis pour ne le faire que par « sélection naturelle », celle qui survivra aux externalités négatives des mauvaises techniques sera par défaut la bonne.
    Evitons le « wagon plombé » quand même, même si celui de Lénine à son retour en Russie via l’Allemagne et la Scandinavie fut une métaphore inventée par le PC russe et l’Allemagne pour dédouaner l’Allemagne en guerre de sa responsabilité dans la déstabilisation souhaitée de l’armée russe en 1917 (encore « blanche » au bien sûr au moment du retour de Lénine).

    1. Avatar de Juannessy
      Juannessy

      Partir du prêt à intérêt pour arriver au wagon plombé de Lénine , c’est encore plus fort que les points de suspension de Pierre Juillot !

      1. Avatar de timiota
        timiota

        J’ai un peu massacré le pénultième paragraphe, écrit sans relecture:

        Quant à l’ascèse personelle, elle a aujourd’hui une signification qui pourrait être clarifiée à la hauteur des flux d’énergie et de matière qui nous « environnent » (au sens des « coûts environnés ») , notre façon d’être trop Homo Detritus, et de régler l’immensité de nos impacts par plus d’impact (on vEUt de la surface habitable, donc du béton, donc des m² à aspirer de leur poussière, donc de l’asphalte pour la desserte routière et du cuivre pour la desserte électrique, sans parler des tonnes de plastique qu’un Rudy Ricciotti (l’architecte du MUCEM) , adEpte un peu foutraque d’un « béton embelli et anthropisé » dirais-je , brocarde non sans un peu de raison au sujet des « éco-quartiers » où le bâti utilise le plastique comme « jambe de bois » pour ce qu’il ne fait pas bien dans la version de base de la cage à lapin dépourvue de flexibilité spatiale ou énergétique.
        Réinventer de l’utopie technique est assez exigeant, mais nous somme partis pour ne le faire que par « sélection naturelle » : celle qui survivra aux externalités négatives des mauvaises techniques sera par défaut la bonne.

  3. Avatar de Juannessy
    Juannessy

    Sur démocratie , pouvoir et contre pouvoirs :

    L’architecture selon Montesquieu reste indépassable et juste .

    Les principes justes de l’architecture sont tenus en échec , et la démocratie le cède au marché , en raison du cheval de Troie de la propriété  » sacrée » , car il donne prise à « l’argent » et à son accumulation , sur les trois composantes ( exécutif , législatif , judiciaire ») et la quatrième qui est apparue ( information et media ) . Lequel devient alors le vrai pouvoir visible ou diffus .

  4. Avatar de Alain Adriaens
    Alain Adriaens

    Les Indiens guaranis et le socialisme utopique sont 2 longs chapitres du livre « Un millénaire de simplicité volontaire en Occident » où j’ai recensé et décrit une trentaine d’expériences concrètes et de projets intellectuels dans lesquels la recherche de l’accumulation matérielle n’est pas prioritaire, entre l’an mil et 1936 (les Cathares à Richard Gregg). J’y ai aussi inclus les Quakers (ce qui fera plaisir à Paul) et les Amish (ce qui ne fera pas plaisir à Emmanuel).
    Je retrouve dans cette conférence le pessimisme « freudien » de Paul. Certes, le paradis sur terre n’est pas imaginable (ni sans doute souhaitable) mais entre l’état proche de l’enfer que vivent beaucoup et le paradis, il y a de multiples purgatoires possibles.
    La science-fiction est certes plus riche en distopies qu’en utopies ces dernières décennies mais on constate que les utopies sont souvent le fait d’auteures (depuis Ursula Le Guin – « Les dépossédés » – jusqu’à Anne Frémaux – « L’ère de Levant »). Même si les utopies sont partielles et passagères, comme le titre une autre dame, «Mieux vaut couler en beauté que flotter sans grâce (Corinne Morel Darleux).

  5. Avatar de Juannessy
    Juannessy

    On ne devrait jamais parler d’utopie pendant une élection américaine .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Une autre photo assez rare : https://cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/N6JD5IVQLVCXNBORPQFNVQHGXM.jpg Pour que Trump ne soit atteint que latéralement à l’oreille il fallait qu’il…

  2. Donald Trump blessé : des tee-shirts avec la photo le représentant le poing levé déjà en vente sur Internet https://www.leparisien.fr/international/etats-unis/donald-trump-blesse-des-tee-shirts-avec-la-photo-le-representant-le-poing-leve-deja-en-vente-sur-internet-14-07-2024-WZLBKDQ5KZDZVBMEQZVPAKORIU.php

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon Joe Biden John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta