37 réflexions sur « “Make Donald Trump Great Again”, par Chantal Montellier »

  1. Cette fois je suis d’accord.
    Biden est hors cadre (ce qui veut dire “au-dessus”) et Trump s’enfonce, “creuse sa tombe”.

    J’anticipe aussi comme vous, Chantal.
    Je crois que c’est ce qui va se passer.
    Un souhait aussi.

    1
  2. Le résultat de l’élection sera déterminé par les lois et les procédures en vigueur aux Etats Unis

    16
  3. Joe Biden n’est pas la panacée mais il sort du cadre étriqué du golfeur le plus connu (et le plus dangereux) de la planète.

    2
  4. Finalement, le père-Noël n’a pas été réélu.
    Comment Joe Biden va-t-il sublimer la peine de 70 millions d’enfants et de lutins ?

  5. Merci Chantal Montellier, pour ce coté soft de votre caricature, d’une affaire se jouant aujourd’hui, aux USA, qui parmi tant d’autres affaires, “mondialistes”…. sur lesquelles d’autres surfent, aussi oisifs… “qu’immoralement optimistes”…. devrait être suspecter à minima de penser uniquement à ce que leurs naïvetés, suffisent à les défendre…

    Les réjouissances boursières du jour, ne sont-elles à ce titre, indicatrices de la lecture impossible d’une boussole, qui même si elle ne donne plus le nord, semble essayer de tout changer…. pour que rien ne change l’instant d’après les doutes, incertitudes revenant vous envahir…. vous hanter…. et qui est capable de s’autoriser à revendiquer, avoir suffisamment de “magnétisme”, pour lire le cap…?

    “Alors que le “monde d’après” la gestion néolibérale d’une grave crise sanitaire… laisse pointer de sa matrice les pires défauts amplifiés d’un “monde d’avant” (un arrière goût du “tout changer… pour que rien ne change”)… reste plus qu’au “monde à voir” (propos de “Jupiter”, jouant aujourd’hui au “roi de touche, dieu te guérit” lors de commémoration) de faire preuve d’autoritarisme militarisé, pour imposer sa “novlangue”…?

    De quelle « nature » est cette confiance aveugle, « optimiste », qui transpire derrière ce que la hausse soudaine des indices du CAC 40 (cours de bourse pas les seuls à la hausse -presque à + 8 points – d’ailleurs), et autres « immorales optimisations » de la « main invisible » des « marchés » « légalement » sans morales, ni éthiques d’ailleurs… spécule sur la hausse ou baisse des stocks gérés en flux tendus, et des prix, de masques, gants, sur-blouses, respirateurs… manquant aussi cruellement en tant que biens de premières nécessités sanitaires , essentiels… à soustraire aux ravages de l’ultralibéralisme financier… que les services publics hospitaliers, manquent de place de lits de réa, personnel, en pleine seconde vague épidémique… ?

    Quel est donc l’origine de cet étrange « ressentiment » d’un « moral au beau fixe », des paris indécents reprenant (avec la flat-tax, « socialisation » des dettes privées pourries, pertes casinos, loyers, « charges », impôts… des propriétaires privés d’entreprises, d’actions…) et misant en gagnant toujours plus… sur pile : des pénuries… des problèmes d’approvisionnement en denrées alimentaires, des hausses de dépenses pré-engagées (et autres « externalités négatives » polluantes, aggravant le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité – et autres risques de Zoonoses pouvant induire de nouvelles pandémies – jetant sur les routes ou au fond des mers, toujours de réfugié.e.s refoulé.e.s…), rendent encore plus malades, vulnérables, fragiles, les pauvres, précaires, « en première ligne » … quand face… : les plus démuni.e.s, les personnes à risque… cumulent non seulement des facteurs multiples de comorbidité, ne pouvant être soignés à cause d’une saturation systémique des services hospitaliers, n’ayant pas d’autres choix que de se dédier qu’à sauver les vies atteintes du coronavirus (“tri sélectif” “naturel…?)… mais « en même temps », succombent au « chantage à l’emploi », à toutes les inégalités territoriales, scolaires, « de destin », et autres « discriminations systémiques » (NON RECOURS concernant aussi bien la non redistribution et le non partage avec plus de 50 % des « bénéficiaires » du RSA, du soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, que faits que les pauvres le restent et se déresponsabilisent »… jusqu’aux discriminations impunies à l’embauche dans l’accès au logement insalubre, insécure, jusqu’aux discriminations des brutalités commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites », par 50 % du personnel du « monopole de la légitime violence de l’Etat », votant pour l’extrême droite »)… ?

    Est-ce le fait d’espérer seulement (l’affaire n’est pas finie promet le camp Trump, et les médias manstream français s’en gargarisant d’avance), avoir évité le pire incarné par le trumpisme… aux USA… qui « rassurent », redonnent confiance au soit disant « retour des jours heureux », des boursicoteurs et entreprises… pour qui « quoi qu’il en coûte » revient à des exonérations, annulations, socialisations, d’impôts, « charges », taxes… et autres impunités de fraudes (fraudes au chômage partiel, pour le « télétravail » »…)…. qui alignant au moins disant social, moral, fiscal, environnemental… le modèle social, l’intérêt général, les services publics en souffrances… même pour trouver un vaccin, un traitement à la covid-19 (qui ne manqueront pas d’être privatisé)… ne sauvera pas le nombre de mort dû à l’infection/contamination… qui ne cesse de croître… pas plus que le nombre de décès, comme pour la première vague, des pathologies chroniques, non soignées à temps, qui viendra faire baisser, « réguler » soit disant « naturellement »… la pression sur la « compétitivité de la croissance démographique » (à en croire un philosophe reçu sur cnews ce matin, qui relativise « la mort des vieux », à par rapport aux 9 millions de personnes mourant de faim, chaque année dans me monde) sur fond de raréfaction des ressources, mais pas de la sur-concentration des richesses… ?

    Ou serait-ce la commémoration sur-médiatisée de l’anniversaire de la mort de l’incarnation d’une gouvernance militarisée d’une “nation” (réconciliée avec ses “collabos” d’un régime fasciste, raciste, xénophobe…), du “héros de la cinquième république” (d’une monarchie républicaine que certains “procès d’intentions” seraient tentés de qualifier/reprocher de “commémoration privatisée sous prétexte de crise sanitaire”, ou encore pour d’autres de profiter de la gestion néolibérale et liberticide de la crise sanitaire pour empêcher, interdire toutes manifestations contradictoires, de s’exprimer…?) qui divertissant les “temps de cerveaux disponibles” qu’à vouer un “culte féroce” à la seule “DICTATURE des émotions” sondant les doutes incertitudes de leurs “ras le bol fiscal”, “poujadisme”… les réconfortant dans leur “peur d’avoir peur” “d’insécurité”, et autres crises d’autoritarismes… de “déclinisme”… fait regarder à “l’opinion” (“cette pute qui prend par la main, le juge” des “bas instincts”…?) un doigt montrant la lune, “l’immunité de la horde” des parieurs jouant au “Monopoly du tricheur”…?

    Et si pareil “coté obscure de la force” de la “main invisible” des “marchés”, “anonymes”… jouait à qui sera en capacité de prétendre être du “bon sens”, du “bon coté…” celui d’un “dieu en somme, dans le “tri sélectif” qui sera à opérer au travers de la distribution des vaccins, derrière le mythe de des “soins thaumaturgiques” à qui “mérite” en tant que propriétaire privé de “l’économie”, d’être sauvé, par rapport aux “perdant.e.s” ‘propos tenus en substance par le trumpisme, pour qualifier les pauvres mourant de la covid-19) dans une vision”optimisée immoralement” du “darwinisme social”…?”

  6. Sur l’objet volant non identifié à gauche, il faudrait préciser “ceci n’est pas une pipe”. Ou encore (plus proche de Magritte) : “ceci n’est pas un club”.
    Donald est au trou (ne dites pas : au “put”) : Biden pourrait le sortir du put avec trois doigts.
    Pour le regonfler par contre…

    1
  7. Trump au trou : bon débarras !

    Joe Biden sauveur ou affreux Jojo ?

    Je viens de lire un long article du journaliste américain Chris Hedges, figure de la gauche US, paru sur Consortium news le 20/10 et traduit sur le site “les-crises” (catégorie politique) ce 7/11.

    Brrr… ça fait froid dans le dos et ce qui est plus que jamais “Great Again” c’est l’effondrement du pays. 😢

    Bien vu Monsieur Jorion !

    1
    1. Merci Gaston de ce renvois vers un écrit de Chris Hedges :
      https://www.les-crises.fr/biden-ou-trump-la-politique-du-desespoir-culturel-par-chris-hedges/
      En lisant ceci je me suis dit que Paul allait pouvoir se mettre à écrire encore 2 tomes sur Biden, comme il a su si bien le faire sur Trump.
      C’est bien ce qui m’intrigue depuis le début qui est ce Biden un vieil ovni de la politique américaine.
      Allez Paul un beau défi.
      Amitiés à vous deux

      3
    1. Pourquoi “curieux”, Juannessy? Sinon, je suis très impressionnée par le texte terrible de Pierre Juillot. Et c’est bien la première fois de toute ma vie de dessinatrice que l’on me remercie (ironiquement?) d’avoir été “soft”… Peut être pour compenser un millipoil la dureté extrême des temps que nous sommes condamnés à vivre. Enfin, “vivre”, c’est un bien grand mot n’est ce pas? … Quand au club de golf cassé, il n’est pas plus mal dessiné que la pipe de Magritte, mais comme je ne suis pas un peintre belge surréaliste consacré, mais une dessinatrice ‘réaliste socialiste”, huhuhu, stigmatisée, certains méchants se moquent. C’est facile! Pfff!

      1
      1. Toutes mes excuses Chantal montellier, si je vous ai choqué (et avec vous, d’autres commentateurs et commentatrices), tant par le pessimiste et la noirceur de mon texte, que par ces remerciements, qui vous surprennent. Ils veulent seulement souligner, dans mon interprétation de vos œuvres, génialissimes, ce que je pense être une nuance de votre humeur, entre celui qui avant l’élection, montrait une famille américaine (du camp Trumpiste, mais pouvant aussi bien représenter, toutes familles, dans un pays ou le droit du port d’une arme à feu, est sacralisé) armée jusqu’aux et prête à en découdre… alors que ce dessin là, semble plus “apaisant”, “tranquillisant” momentanément du moins, dans la posture que vous attribuez aux “héros” d’un “duel”…

        Ne pouvant m’empêcher d’être submergé par un tsunami de pessimisme, qui comme vous le laissez entendre (“…. Enfin, « vivre », c’est un bien grand mot n’est ce pas?…”) va devoir être vécu par chacun.e de nous, avec le moins possible de distorsion, “disruption”, dissension entre nous (nous dont le sens propre est soumis à une “distanciation”, comme au sens figuré, ou la gestion néolibérale et individualiste de la crise sanitaire, sociale, “sociétale”, nous soumet à des injonctions contradictoires, délitant l’idée d’un “contrat social”, l’intérêt général quoi…) mon optimisme se consacre lui à tenter de surfer des vagues, celles de travers… toujours plus grosses en cas de gros temps… par rapport à la direction que prend le SOLITON… et en contextualisant par exemple la proposition de M. Jorion, d’interdire la spéculation… a l’actualité boursière… j’essaie ainsi de faire front… sans déchoir… aux plus hauts pics, d’un ras de marée plus que terrible… pour affronter les suivantes.

        1
      2. “Curieux” parce que , même si l’amour de la bagarre de Trump peut naturellement l’amener au défi ( “en garde” signifiant à la fois battons nous , et je t’avertis que tu vas déguster , je te mets “en garde” ) , c’est une expression qui fait plutôt partie de notre patrimoine épéiste à la mousquetaire , que du duel au colt des westerns américains .

  8. Ah Chantal, qu’il est beau Joseph Robinette Biden Jr. ! Robinette, ça coule de source non ? Il peut être ouvert (plutôt), fermé (ou demander de la fermer !), ou en position intermédiaire. Avoir un débit (d’allocution) variable, et supportant plutôt bien la pression. Néanmoins avec l’âge, la fuite est à redouter, une simple affaire de joint (Euh Kamala, … ton cousin Jamaïcain… il est quoi déjà ? Herboriste ?…)
    Et d’ailleurs qu’est ce qui relie Biden à Jorion ? Un tuyau voyons ! Entre Robinette et Vanne ça ne peut être qu’un tuyau !
    Ok, je sors…

    1
      1. Aucun rapport avec le “robin” ? (le rouge-gorge en anglais), dont “robinette” serait un féminin ?
        Plus sérieusement, en voyant le “risque Macron” en France pour 2022-2027, c’est-à-dire le fait de continuer à précipiter la France vers l’extrême droite
        qui finit bien par se trouver des leaders (un peu d’ADN zemmourien avec une séquence Vallsienne et un jeune à la Sebastian Kurz qui prendrait la place d’un Dupont-Aignan et nommerait Marion MLP premier ministre), je me dis que très paradoxalement, la seule chance de Biden est de combiner son aile gauche ( la seule en prise avec les réalités des gens, Warren, AOC, Bernie) avec quelques gens d’influence du milieu des affaires comme le patron Mark Carney (voir son discours de 2015 aux assureurs) et d’autres qui voudraient limiter la casse des dérèglements à venir, et ne pas jouer que au jeu de con “la volatilité c’est le bonheur” (Stratégie du choc 3.0).
        Il ne pourrait toutefois le faire ouvertement. Mais passer à un deuxième âge des réseaux sociaux par exemple, qui inclue plus implicitement le “care” que l’actuelle version des FB twitter etc. dont chaque “like” est au fond un peu humiliant (unidimensionnel, tronquant la dimensions humaine, la philia…, idées à la Stiegler notamment) . Un indicateur “écosystémique” des réseaux sociaux qui stabiliserait leur point de fonctionnement (sans stériliser leur dynamique propre) serait une base nécessaire pour éviter les chemins où nous sommes engagés. Certes, il y a un modèle chinois de réseau social, il a peut-être une façon a lui d’êtr stabilisée, mais on se doute que cela ne sera pas “copié”. Je rêve un peu à voix haute, et je dois admettre que comme un Evgueni Morozov n’a pas de “solution sur étagère” à ce type de questionnement, on peut continuer d’aller vers le pire, un peu comme le Macron cru 2022-2027 qui nous attend (Ah tiens, Mélenchon vient-y-pas d’aider à conforter ce scénario !).

        1
      2. D’après mes dicos d’étymologie des noms propres , Robinet et Robinette seraient plutôt l’une des très nombreuses variantes de Robert ,qui était un nom d’origine germanique : Hrodberht ou Rodberht ( Rod- pour gloire et – Berht ,pour brillant , illustre ) .

        Pour Mélenchon , je n’ai rien trouvé , à moins que ce soit un ” Melchior “très déformé et approximatif .

    1. Réponse à Juannessy. 1) Pour une fois qu’un américain se fait coloniser par la langue et l’imaginaire français, on va pas se plaindre amis du BPJ, ou BDPJ, je ne sais plus. 2) Quand je racontais un rêve méchant, sadique, violent à ma psy dans lequel je tenais invariablement ou presque le rôle de la victime, elle me répondait généralement: “Oui, mais comme c’est vous qui rêvez, c’est vous qui êtes sadique avec vous même”… Trump, sous cette forme, n’est que le personnage de mon rêve, enfin, de mon cauchemar. Normal qu’il parle ma langue, n’est-ce pas, Paul?

  9. Bon, vous avez réussi à me faire rire Max F. , à 9h 43, alors que j’ai mal dormi et me réveille de mauvaise humeur, faut le faire. Merci.

    1
  10. N’empêche, heureusement que je suis là pour mettre un peu de drôlerie dans tout ça, non? Le rire est paraît-il la politesse du désespoir, et le mien est profond, croyez-moi. J’aurais du mourir en 1969! Si,si.

    2
    1. Oui, mais comme disais Desproges, “l’homme donne à pleurer, mais prête à rire, faut pas déconner non plus” ! 🙂

      1
  11. Ah ce grand et magnifique Joe, habillé comme un croque-mort, parfumé jusqu’à l’os ! Il vous vendrait du “j’suis copain avec tous les travailleurs” comme il vendrait du dentifrice à faire rire les squelettes à pleines dents.
    L’autre creuse sa tombe, mais comme il n’a jamais travaillé de sa vie, il n’a toujours pas compris que ce n’est pas le bon outil.

    6
  12. Tableau clair car dépouillé , donc qui me plait . Surtout que j’ai l’impression d’avoir pu en décoder toutes les implicites allusions.
    Visible et appréciable tout public sans qu’il ait besoin de se torturer les méninges.
    Votre meilleur , à mon sens , et de loin.

    2
  13. Et que ce soit bien clair pour tout le monde, j’adore le réalisme socialiste et ceux qui sont pas d’accord iront dessiner 8h par jour pour des peanuts, dans mon goulag des bords de Seine! Aaah mêêêêh! comme disait la chèvre de Monsieur Seguin, cette idiote infoutue de se servir de ses cornes!

Les commentaires sont fermés.