85 réflexions sur « En marche vers le Moyen Âge, par Chantal Montellier »

  1. Chantal, tout le monde sait que je dis ça depuis plusieurs années. Quand c’est M. Macron qui le redit (sans citer sa source d’ailleurs) tu en fais un dessin, quand c’est moi, tu ignores. C’est pas très sympa !

    1
    1. Tu plaisantes, j’espère, Paul… Contrairement à Micron, tu ne t’es jamais fait passer pour le parangon de l’hyper modernité, et puis venant de Jupiter, reconnais que ça prend un autre sens… “D’où tu parles?” comme on disait en1968. Ceci étant, mes dystopies de l’époque (début 70) parlent aussi d’un retour au Moyen âge, enfin, je crois. Il y a longtemps que je ne me suis pas relue… Le passé c’est l’avenir, le futur c’était les sixties … Mais c’est le côté Monty Python de la chose qui me semble le plus à retenir… La tragédie de l’histoire qui se répète en farce. Et notre mister président est surement beaucoup plus autoritaire que le roi Dagobert, ce grand distrait…

      1
    2. Se doit-on d’être rassuré ou inquiet que Macron pense comme vous ou l’inverse ? 😉

    3. @ Paul,

      Etant un grand passionné de cette période du Moyen Âge (très méconnue de la plupart de mes concitoyens), je m’inscris en faux contre les propos d’Emmanuel Macron (et donc les votres compte tenu du plagiat opéré par le premier cité… ;-))

      Le Moyen Âge est considéré comme une période synonyme de violence, saleté, archaïsme, obscurantisme et régression car il se trouve coincé entre l’Antiquité et la Renaissance. Pour autant, il n’en est rien !

      Ce concept de “Moyen Âge” est une construction des humanistes de la Renaissance : dans leur vision des choses, il y avaient l’Antiquité et « eux » ; et entre les deux, il y a un âge du milieu, peuplé de Vandales et de Goths. C’est évidemment une conception tout à fait exagérée, comme le démontre la recherche historique actuelle.

      S’assimilerai bien plus la période que nous vivons à la chute de l’Empire Romain… Mais pour qu’Emmanuel Macron face cette analogie, faudrait-il encore qu’il reconnaisse que nous vivons un effondrement !

      1. On voit bien que vous n’avez pas vécu à cette époque-là 😉 !

        Plus sérieusement, et en ce qui me concerne, où trouverez un livre comme mon “Principes des systèmes intelligents” où l’on trouve cités 8 auteurs scolastiques ?

        1. @ Paul,

          J’avoue que c’est rare d’avoir autant de citations d’auteurs scolastique dans un livre qui ne se rapporte pas directement à la matière “Moyen Âge” !

          Et par ailleurs, vue votre localisation géographique, vous avez la chance de vous trouvez pas très loin du diocèse de Rhuys où notamment Pierre Abelard (considéré comme le père de la scolastique et inventeur du conceptualisme) fut abbé. Ca peut aider parfois à suciter de l’intérêt pour la matière… Mais je ne doute pas que votre curiosité a été stimulée bien avant ça 😉

          Enfin pour clore ce chapitre sur la scolastique et pour vous inspirer pour le 10/06 prochain, je vous propose le détournement d’une citation de Sainte Scholastique, soeur jumelle de Saint Benoît.

          Selon Saint Grégoire le Grand, trois jours avant sa mort, alors que Sainte Scholasitque désire passer la nuit en entretiens spirituels avec son frère, saint Benoît le lui refuse. Mais elle obtient du ciel un orage si violent qu’il empêche saint Benoît de partir.

          Ce dernier lui aurait alors dit : “Que Dieu tout puissant te pardonne, ma sœur ! Qu’as-tu fait là !”
          Sainte Scholastique lui aurait répondu : “Voilà, je t’ai prié, tu n’as pas voulu m’entendre. J’ai prié mon Seigneur, et il m’a écoutée.”

          Je vous vois bien vous adresser à la Gauche et dire sur le sujet de la dette : “Voilà, je t’ai prié, tu n’as pas voulu m’entendre. J’ai prié François Ruffin, et il m’a écoutée”. 🙂

      2. Je suis d’accord assez bien avec vous.
        Après, il faudrait développer une connaissance fine des sociétés de cette période. Or les wisigoths ont été rapidement considérés comme des ignares par les francs de Clovis qui les ont dominés. Mais il y avait une société des Ostrogoths/Visigoths qui ont géré la fin de l’empire romain et qui ont régné un domaine LomBardie (Ravenne)/ Provence/ Catalogne (Barcelone)/ Aquitaine (Toulouse) qui est mal connu. Laminés dans la mémoire par le mythe de “LA-France” qui date de 800 ans plus tard… De mon côté, je me suis intéressé à la société des Burgondes, une peuplade de Germanie que les Romains ont autorisé à occuper (et dès lors à défendre) les marges de l’Empire. Société contemporaine des autres cités ci-dessus mais sans alliance et ayant disparu dans des alliances avec les francs. Ensuite un Royaume de Bourgogne renaît après Charlemagne dans un esprit de renaissance et de continuation de l’ancien espace antique, mais avec un autre esprit qui va notamment s’appuyer sur la main-mise par les seigneurs féodaux sur les évêchés, ancien canal du pouvoir des Romains puis des Carolorégiens. Voilà venir la féodalité mais aussi la perte de la société Barcelone-Toulouse-Avignon qui se manifestera encore par les Albigeois, les Vaudois, les Cathares. Il faudrait parler des invasions barbares et sarrazines aussi bien.
        Autant de leçons d’histoire qui nous manquerons pour affronter le futur.
        A MAcron d’autant plus, qui n’a pas quitté le niveau de son enseignante…

        2
        1. @Chabian,

          Vous avez tout à fait raison de souligner que les sociétés au Moyen Âge étaient multiples et loin d’être homogènes.

          J’aimerai tant que cette période de l’histoire soit mieux abordée d’un point de vu de l’enseignement.

  2. Calice de Christ ! Quelle est cette épée que notre bon Roy républicain porte au côté, Excalibur ou Damoclès ? 🙂

      1. Puisque l’inspiration est Sacré Graal, cela doit être Excalibur, pourtant. L’un de mes passages préférés du film est quand Arthur demande son chemin à un couple de paysans avec des opinions marquées visiblement TRES à gauche.

        https://www.youtube.com/watch?v=t2c-X8HiBng


        – Et comment vous êtes devenu roi alors ? – La Dame du Lac, levant son bras revêtu de la soie la plus brillante, brandit Excalibur depuis les profondeurs de l’eau, signifiant ainsi que la Divine Providence m’accordait à moi, Arthur, la grâce de porter Excalibur. Voilà pourquoi je suis votre roi. – Ecoutez, une bonne femme bizarre couchée dans une mare et distribuant des épées n’a aucune légitimité pour établir un système de gouvernement. Le pouvoir exécutif suprême ne peut provenir que d’un mandat des masses, pas d’une cérémonie aquatique ridicule.

        1
        1. Et pourtant… Je ne suis pas la dame du lac, ni celle de mares aux canards, mais peut être qu’il vaut mieux écouter les “bonnes femmes bizarres” que la camelotte au pouvoir, par les temps qui courent…? ” Le réel , c’est quand on se cogne”, disait Lacan … Mais les cognes qui nous gardent et leurs maîtres n’ont plus aucun rapport avec le réel, si?

          1
          1. Oui, selon Lacan, le réel est quelque peu contendant. Je me demande pourquoi personne ne trouve jamais que boire une boisson délicieuse, ou faire l’amour, soit une expérience convaincante du réel. Si le réel ne heurte pas, ce n’est pas un réel bien sérieux, n’est-ce pas ?

            Quel névrosé, ce Lacan ! 😉

            1. Je crois que ce névrosé de Lacan veut dire que tant que l’on ne se cogne pas au réel, on l’ignore. On peut très bien faire l’amour tout en ignorant complément le réel, chacun étant dans son fantasme et son plaisir. N’est- ce pas, Paul?

  3. Je n’ai jamais lu qu’un roi du Moyen Âge se soit donné en spectacle avec des bouffons.

    Ceci pour amuser le peuple, en particulier les plus jeunes, qu’il méprise assez pour les identifier aux dits bouffons.

    A moins que… Charles VI le Fol ? Il faudra creuser la question.

    2
  4. Arkao pourrait sans doute relativiser les idées négatives que l’on associe à ” moyenâgeux” ( ne serait ce qu’en remarquant que lorsqu’on parle de “médiéval” , le regard devient louangeur ) .

    Plutôt que les caricatures hâtives faites via les jacqueries , les pandémies et les grandes peurs ( qui sont des faits réels mais , selon moi , pas l’exclusivité de cette période historique et de nos territoires, je préfère voir dans ” le moyen âge” , le moment de l’histoire de l’Europe où la Foi inconditionnelle en un Dieu , supplante sans partage la raison et le savoir dans le rapport au réel ; Ce qui donne aussi bien les croisades ou la saint Barthélémy que la construction de cathédrales ou la production d’œuvre d’art inouïes .

    Et la Renaissance vint , dont il est intéressant de prendre un peu le temps de comprendre d’où elle venait , pourquoi et comment elle est advenue et les dogmes qu’elle a bousculés .Pour le premier d’entre ces dogmes , il me semble que c’est la contestation de cette ” Foi en Dieu ” fût ce contre la raison , qui a “dynamité” les pouvoirs , les propriétés et les esprits . Ce que Blaise Pascal a bien du acté en transformant un dieu ” d’évidence”, ” naturel” , “maître et seigneur” , en un dieu simplement ” parié” .

    Il n’y a et aura donc pas selon moi , de “retour” au moyen âge , même si les perturbations fortes de ces décennies ne sont pas sans similitudes de manifestations avec celles de cette époque . On ne reviendra pas à la foi aveugle .

    Pour le coup , je vois plutôt une remise en cause de la Foi mal comprise qui avait pris la succession de la Foi en dieu , la Foi en la raison posée comme pouvoir magique , la Foi en l’individu unique posé comme avenir structurant alors que seul un individu social peut survivre , la Foi en la science pour apporter des solutions à toutes natures de question , la Foi en la propriété privée pour permettre à chacun de subvenir à ses besoins et aspirations . Bref une remise en cause du libéralisme philosophique dont les attendus vertueux initiaux n’ont pas résister longtemps aux mauvais disciples et au capitalisme prédateur .

    L’Histoire peut hoqueter , mais , sur le moyen et long terme , elle ne se répète pas .
    La raison et les sciences restent nos seules forces d’action sur le réel .
    La raison et les sciences ne sont pas des gri-gris qui peuvent donner une “Foi” aveugle et garantissant un ” jardin d’Eden ” et une vie sans contrariétés et douleurs .
    En quoi l’espèce humaine veut elle croire ?
    La France , même si elle a déjà besoin de recroire en elle , n’aura pas la solution toute seule dans son coin .

    4
    1. Je crois en Toi, mon cher Juannessy. J’ai foi en Ta parole et Te vénère. si,si. De plus en plus. (Vous ne voudriez pas m’adopter ? Juan) Ceci étant, un peu de sacré par ci par là… Un peu de magie… personnellement, je ne suis pas contre. Le réel est trop dur, sinon. Et puis ce dont nous procédons, ce dont toute vie procède, est tout de même un millipoil mystérieux, non? A part les frères Bogdanov, personne n’y comprend rien (i am plaisanting… quoique…)

      2
      1. Oui le réel est dur. On ne peut le “supporter” seule ou seul . Complètement , éperdument .

        Oui la souffrance est parfois ” trop” , et ce qui la soulage ou supprime ( parfois “définitivement” ) est digne de l’humanité .

        Oui , il y a des “mystères” . Le bouquin de Misha Gromov , ” introduction aux mystères ” , est l’un de mes livres de chevet . L’un des nombreux mystères qu’il y pointe , c’est ce qui se passe dans le cerveau d’un enfant entre sa conception et ses deux ans à l’air libre . Oui , il m’est arrivé de mettre ” un genou à terre” , et c’est mon corps qui n’a pas voulu s’arrêter là ,

        Et je ne sais pas pourquoi , c’est un mystère de plus !

        1
        1. Interroger mieux votre corps, Juan, il finira par vous expliquer. On ne connait jamais son corps, sauf si l’on traverse la mort dès cette vie. Alors on sait.

          1
        2. @Juannessy
          Pour supprimer “définitivement ” la souffrance, vous nous proposez quoi ? La saignée, dame guillotine, le modèle chinois, la psychanalyse, le transhumanisme. . .?

          1. Je me trompe peut être, mais je crois que Juan parle surtout de sa propre souffrance dans ce message. Son corps a tenu bon, et je l’en remercie. J’aime son intelligence,, celle d’un homme qui est passé par le feu des douleurs. Les grandes. Ce qui ne nous tue pas nous rend moins niais. Dommage qu’il faille quand même mourir et laisser la place aux imbéciles heureux.

            2
            1. @Chantal :

              On s’est compris . Et le plus dur était qu’il fallait donner envie de vivre aux autres pour faire barrage au malheur .

              1
              1. Il est de nombreuses souffrances. Certaines horriblement vives du corps comme les coliques néphrétiques, que j’ai découvert il y a peu, mais heureusement que la chimie peut rendre silencieuses.
                Il y a aussi ces douleurs plus sourdes et plus profondes que notre esprit construit à l’ombre de notre inconscient. Pour elles, c’est la parole qui avec le temps nous libère, à condition de le savoir et d’en trouver la force. Oui, la psychanalyse mais dans cette culture judéo-chrétienne , on fait de la souffrance une icône qui paraît il nous rapprocherait de Dieu. C’est surtout un bel outil institutionnel pour soumettre les ignorants crédules. Il est d’autres cultures qui abordent différemment la souffrance et dans lesquelles c’est se libérer de celle-ci qui nous rapproche du divin.
                Sur la souffrance, il est bien dommage que notre éducation ne nous apprenne au mieux la consolation, au pire le silence.
                Ce que j’ai appris de la souffrance, c’est que bien souvent celui qui souffre devient indifferent ou indisponible à la souffrance des autres. Celui qui souffre peut également, consciemment ou inconsciemment, provoquer de la souffrance autour de lui. Il est difficile de reconnaître souvent que les plus grands salauds sont d’abord des gens qui souffrent.
                Parvenir à se libérer de la souffrance ne serait il pas le plus sûr moyen de construire une société plus “humaine “?

                1
                1. Bien sûr que oui, Pascal Tout le reste n’est que bavardage. Mais souvent ceux qui souffrent le plus sont ceux qui se taisent le plus, jusqu’au jour où… boum! Et là, peut surgir l’horreur quelque soit son nom. Or, on nous a appris à refouler la souffrance… Comme disait feu ma psy ” l’analyse libére une parole que la société ré emprisonne.” Mais cette planète semble être définitivement celle de la souffrance, psy ou pas, médecine ou pas, elle est maudite dirait-on. Dommage, elle est si belle.

                  1. La douleur est inévitable, pas la souffrance. La souffrance, c’est ce que nous faisons de notre douleur. C’est une identification à la douleur. Se libérer de la souffrance, c’est ne plus s’identifier à la douleur. En y travaillant, on peut progressivement faire changer cela. J’y travaille et j’en mesure modestement les possibilités. Y a t il plus optimiste que cette opportunité ? 😊

                    1
          2. @Pascal :

            Il y a beaucoup plus évident : un patch de morphine supplémentaire .

            Avec de vrais amis autour de soi .

            4
    2. Coucou,

      On ne reviendra pas à la foi aveugle , dites vous.
      J’ai un peu de mal à vous suivre sur ce sujet.
      J’ai plutôt l’impression qu’on baigne dedans ! et sur pratiquement tous les sujets.

      Il faudrait plutôt essayer d’en sortir de ces foi aveugles, s’interroger sur cette cecitée , cette fascination pour “les solutionnistes et autres messies”

      Bonne journée

      STéphane

      1
      1. De quoi parlez vous ?
        Lisez moi mieux .
        Il faudrait essayer de sortir des jérémiades de circonstance .
        Bonne soirée .

        1
        1. Coucou,

          Je lis votre texte et ne suis pas d’accord avec une phrase. C’est tout.

          Jérémiades ? circonstances ? J’evoquais plutot les eructations politiques des 40 dernières années dont les “idées” ou autres lubies pourrissent un peu l’ambiance !

          Bonne soirée

          Stéphane

          1. Je vois où l’erreur a pu se faire . Dans la suite de mon commentaire ” on ne reviendra pas à la foi aveugle ” serait mieux exprimé par ” on ne reviendra pas à la foi aveugle en un ou plusieurs dieux “.

            Mais , dans la mesure où Foi se traduit par “confiance en “, si , forcément , il y aura une Foi pour répondre à nos besoins psychiques . Quelle que soit cette Foi nécessaire , elle ne nous sauvera pas plus que les 3 autres , si elle est aveugle et non partagée dans une nouvelle pratique du Pouvoir et de la Propriété .

            Et , the last but not the least , mondiale . Aristote , Confucius et les autres , Help !

            On est là , à des années lumières d’un retour au moyen âge. Sur un blog optimiste , on pourrait même avancer que c’est la façon de ne pas éteindre la lumière trop vite avant de s’en aller . Du moins en tant qu’humain qui n’existe que par raison et empathie , par les corps , les langages et une Foi . Sinon , la main passera à autre chose qui n’est pas nous .

              1. Si j’en reste au ” je est un autre ” de Rimbaud , il me semble que la schizophrénie ( une des interprétations ) , ou le constat de la réponse du corps ( ou de l’expression artistique) “autre” que la déclaration de la conscience “volontaire” , ne dénie pas cependant la nature “humaine” de “l’être” qui , selon moi , nécessite cette réunion du corps , du langage et d’une foi .

                Je chipe cette trilogie en fait à ce que j’avais ressenti et compris de Democracy in America de Romeo Castellucci , où j’ai traduit qu’un ordre nouveau nécessitait un nouvel accord entre les corps , les codes et le Sens . Mais je n’avais pas lu le programme et sa mise en interrogation , et ça n’est peut être pas du tout ce que ce spectacle étonnant , émule du théâtre tragique grec qui a bercé les premiers pas de la démocratie athénienne, voulait montrer !

            1. @Paul Jorion :

              Après ( ou avant ?) la Constitution économique , la Constitution des Liens ?

              https://www.centrepompidou.fr/en/program/calendar/event/8OykxRx

              En adepte du P2L à ma sauce , je trouve là plutôt un petit caillou blanc intéressant dans la grande quête mondiale d’une nouvelle chance de réunir les corps , les langages et une Foi .

              J’ai vu qu’Etienne Klein participe . Il pourrait peut être citer, en votre nom , un certain bouquin à quatre mains , pour nourrir efficacement ces trois journées .

              Bon congé , ou plutôt , bon repos ( au moins 9 heures de sommeil par jour !).

    3. Je me suis déjà exprimé au sujet des “jacqueries”. Nous n’avons que les récits écrits par les dominants de l’époque.
      C’est comme si dans 500 ans, on prétendait expliquer le mouvement des Gilets Jaunes avec comme seule source les éditorialistes de BFMTV.

      2
      1. Heureusement, il y a Aude Lancelin et beaucoup d’autres, sans parler de toutes les vidéos, interviews, etc … On n’est plus au moyen âge, justement. Et le réel, résiste au désir de nos dominants, ils risquent de s’y cogner très durement, non?

        1
          1. Elle n’est pas mal Tatiana, mais il faut encore qu’elle grandisse, et que les petits cochons ne la mangent pas, et qu’elle garde sa flamme et sa colère, même si elle devient une maman et une femme comblée. J’en ai vu
            beaucoup disparaître dans les pots de confiture, des femmes de talent, des grandes créatrices et des passionarias. Le bonheur domestique est un grand meurtrier de femmes d’exception… Tenir, tout est là. Pour ce qui me concerne je ne suis pas malheureuse en ménage, au contraire, mais ma colère semble être inextinguible.. que fait la psy police?

          2. J’ai regardé, j’ai aimé, j’ai incité des amis à en faire autant, mais il ont tous trouvé ça trop long et un peu répétitif. Dois- je changer d’amis?

            1. Envoyez-leur ça pour vous faire pardonner: (laissez-vous surprendre à la seconde 00:42)
              https://www.youtube.com/watch?v=aVevvbFNKiY

              Et ceci pour leur faire comprendre qu’on n’arrête pas l’artiste, quel que soit son âge
              https://www.youtube.com/watch?v=H2h-_9PH01E&list=RDZEcqHA7dbwM

              Si après cela ils vous en veulent encore , proposez leur 20mn de vos trucs, contre 20mn des leurs; c’est une règle que j’ai établie avec ma femme , et qui me fait bien souffrir tout en l’amusant follement ; car elle est d’une insincérité totale en choisissant exprès tout ce qui me fait fumer….Mais comme tout ce qui la fait rire me fait du bien, je fais contre mauvaise fortune bon coeur, avec un sourire jaune de circonstance, genre “même pas mal”…

              1. Merci pour cette vidéo sublime de ce batteur sublime. Je suis plus qu’impressionnée. Que dire d’autre?

        1. Oui, mais que restera-t-il de la mémoire inscrite sur des supports numériques dans 500 ans ?
          Déjà, ce qui est sur les vieilles disquettes 3.5 c’est mort.

          1. Pourquoi devrions conserver une mémoire ? Pour se laisser l’illusion d’exister encore après le grand départ ?

            1. @Pascal
              Je ne parlais pas de la mémoire de notre brève existence en tant qu’individu, mais de mémoire collective, en un mot, d’Histoire.
              Est-ce qu’une société à besoin d’Histoire, à vous de me proposer une réponse.
              Moi j’aurais envie de répondre oui, mais en fait je ne sais pas.

              1. Une mémoire collective, pour en faire quoi ? Sans doute y a t il un morceau de réponse de ce côté là !
                Si la mémoire collective est un roman national au service d’une idéologie, je dirais plutôt non.
                Si la mémoire collective est une vaste encyclopédie des savoirs, je dirais plutôt oui.
                Que faisons nous, même individuellement, de notre mémoire ? Est elle émancipatrice ou conservatrice ? Nous impulse t elle un élan ou nous enferme t elle dans nos habitudes ?

                1. Moi je dirais que la mémoire collective , c’est ce qui reste quand on a tout oublié , comme la culture .

                  1
                  1. Michel Foessel fait en final de son “Récidive 1938” une citation intéressante de l’historien médiéviste Marc Bloch (l’Etrange Défaite 1942 ?),
                    en allant quelques phrases au-delà de l’évocation des “deux catégories de français qui ne comprendront jamais l’histoire de France,
                    ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims, et ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération”:
                    il ajoute qu’il pense ici à l’immense majorité de la bourgeoisie qui, en cette fin des années 30,
                    demeurait parfaitement insensible à ce qu’une “grève de solidarité, même peu raisonnable, a de noblesse”.
                    L’histoire me semble donc aussi avoir pour but d’éclairer par-dessus les tumultes médiatiques du moment,
                    les “dignités” des uns et des autres (mot polysémique commenté par Paul Jorion ailleurs sur ce blog il y a … quelques années).
                    Ce qu’il reste d’une Gauche pourrait se reconnaitre dans cette quête, à l’opposé d’un paternalisme volontiers pratiqué par ladite bourgeoisie évidemment.

    4. Le Moyen-Age est né de l’écroulement de l’Empire qui “s’évertuait” à faire régner partout le droit romain … Les raisons de cet écroulement sont multiples mais sa chute a créé un désordre, des désordres qu’il a bien fallu circonscrire avec toutes les expériences que l’on sait et ce fut long.
      La période Renaissance c’est aussi une forme de réminiscence d’un monde ancien inscrit dans l’Empire romain et l’histoire d’une vitalité chevillée à une foi nouvelle qui n’était pas d’ordre religieux ou à 50% seulement.
      Le marchand, le seigneur et le religieux à la recherche du pouvoir, c’était typiquement Renaissance.

      Aujourd’hui nous sommes dans un effondrement qui n’a rien à envié (sans doute) à l’écroulement de l’Empire romain mais qui va son chemin.
      Certaines régions du monde le savent mieux que nous. C’est par eux que passe la compréhension de ce qui vient.

      1. Non , ça s’est fait (et depuis bien plus longtemps que la Renaissance ) , et un peu partout dans le monde dans l’ordre : pouvoir du religieux , pouvoir des princes , pouvoir des clercs . Le Chaos actuel , c’est la faillite principalement du dernier cité qui est le dernier puissant en place , pour cause structurelle du poison interne du capitalisme , mais avec par ci par là des formes hybrides du mélange des trois .

        Et c’est bien Un nouveau type de pouvoir qui est en gestation . Avec une nouvelle définition et de nouveaux usages communs de la propriété .

        2
        1. Pouvoir Orwellien de l’hyper bourgeoisie mondialisée? L’avenir est à la perversité ? Où..?

          1. Non , je parlais plutôt de l’accouchement d’une foi et d’un Pouvoir encore pas tenté ou imaginé .

            Le pouvoir orwellien de l’hyper bourgeoisie , ça n’est pas inconnu , et c’est même le pouvoir en place depuis plus de trente ans de par le monde . Encore s’agit il de la version ” hyper” dont une des caractéristiques est d’être une réserve de recrutement privilégié par le transhumanisme .

            La version ” bourgeoisie” simple a d’ailleurs une histoire mondiale assez longue et universellement répandue dont on retrouverait des traces en Afrique antique , en Mésopotamie , en Egypte pharaonique … Il me semble que sous cette forme là , on a pu distinguer une première version de bourgeoisie que l’on pourrait qualifier de relativement vertueuse : commerçants , artisans , chefs d’entreprises … qui ont pu donner , d’une certaine façon , du répondant à l’association du ” mérite” au travail que le libéralisme philosophique synthétisera in fine . De façon plus contemporaine et européenne c’est ce qu’on a pu appeler la bourgeoisie “active”. La ” perversion de cette bourgeoisie là est sans doute apparue quand elle est devenue “bourgeoisie de rente “,ce type d comportement où l’on pourrait dire que “l’enrichissement sans cause” a pris la succession l’enrichissement par le travail ; Le shadow banking et les jeux de casino tel le bitcoin en sont une des illustrations actuelles .

            Bref , au total on passe d’une ” bourgeoisie dans l’économie réelle ” à un “esprit bourgeois ” polluant potentiellement tous les membres la société .

            Mais il n’y a que les moins de 1% d’hyper-bourgeois qui en font leur pelote , leurs plaisirs assouvis et leurs mythes factices de bonheur éternel .

            Je ne peux et veux pas croire que les 99 % autres ne sont pas capables d’inventer autre chose . Encore faut il qu’ils y travaillent 99 ensemble , car ce qui est au menu l’exige .

            3
            1. La grande bourgeoisie en France, les winners aux US ont su s’imposer comme des modèles. Depuis l’enfance on apprend aux petites filles à rêver d’être des princesses et aux petits garçons des chevaliers. Les magazines people se vendent encore comme des petits pains et dominent dans les salles d’attente chez les coiffeursujets.
              Nous avons été éduqué à l’école en apprenant par coeur les lignées des monarques qu’on enchaîne jusqu’à Macron. La télé fait ses choux gras des mariages princiers ou des funérailles royales. Et dans Voici Gala se côtoient princesses et fils de PDG du CAC.
              C’est LE modèle de la réussite. Il n’en existe pas d’autres.

                1. Mandela, l’abbé Pierre, Martin Luther King. … Quand ils sont connus ne sont pas considérés comme des modèles mais comme des exceptions. Malheureusement !

                  1. Presque toute l’Afrique du Sud s’est levée contre l’apartheid qui sévit en Palestine occupée, lors de la dernière crise. Et la jeunesse du monde arabe a suivi, et le monde entier, usa compris, a emboîté le pas. Mandela était dans toutes les têtes encore capables de penser. Comme exception, on a vu mieux! Mandela est le modèle de demain pour toute l’humanité si elle veut échapper à la bêtise, à l’égoïsme, à l’ ‘infantilisme et à l’esclavage qui serait la liberté d’après Big Brother.

              1. Citer des rois , des princesses , des chevaliers comme cheval de Troie modèle de la bourgeoisie , me semble conceptuellement faux . Mais il est sans doute plus ….vraisemblable que , de la même façon que les princes se sont encousinés Dieu , pour prendre le pouvoir sur les esprits , la Bourgeoisie , pour conforter son pouvoir marchand , peut se recommander des Princes car Dieu n’est plus assez porteur .

                Si la réussite a besoin d’un modèle , elle se tue toute seule .

                1
            2. 10/10, comme d’habitude. Sinon, CA travaille et CA commence à se voir un peut partout. La charmante Tatiana en parle très bien dans sa longue vidéo qui semble en irriter pas mal, y compris parmi mes proches, des rouges qui font de la politique professionnellement. La fin des rentes de situation approche, mais ce qui se dessine me semble tout de même extrêmement flou. Non, camarade stéphanois?… Question subsidiaire, Juannessy, de quoi votre métier est il le nom?

              1. – Tatania est parmi les traces et symptômes qu’un besoin et un désir de nouveau type de rapport à la politique se ( re?) découvre en prenant les êtres là où ils sont et pas comme on les voudraient . C’est un peu l’attitude d’un ( bon ) psychiatre ou d’un (bon) père de famille . En cela elle participe , avec l’apport de son jeune sang tout bouillant , à cette marche du monde vers un nouvel équilibre . S’agissant de la “mondialisation” dont elle fait un peu une totémisation satanique , je crois qu’elle confond trop facilement l’inévitable mondialisation ( la gestion partagée de notre vaisseau terrien ) avec l’utilisation mercantile qu’en ont fait les happy fews du système économique , qui auraient pu s’en passer , mais qui , eux , ont très vite compris et anticipé qu’il fallait s’emparer de cette nécessité . Il y a aussi quelques abandons aux vices propres qu’elle dénonce à juste titre . Mais surtout , je prie pour que , plus que la maternité , ce ne soit pas , paradoxalement , une méconnaissance dans la durée et la complexité des “vies réelles “, qui la laisse dans le rôle de l’intello douée qui théorise sur ce qu’elle ne partage pas intimement . Sur le flou : mon maître est Tolstoï . C’est quand tout un tas de pensées , travaux , créations artisanales ou pas …. “précipitent” ensemble parce qu’ils sont compatibles et en adéquation avec les grands enjeux du moment ( pour assurer la survie de l’espèce , rien que ça , ce coup ci ) , que la sortie du brouillard s’opère , sans qu’on l’est prévu ni même idéalement conceptualisé.

                – sur mon métier : j’avais écrit au deuxième anniversaire de mon fils ainé , un petit poème pastichant Rudyard Kipling , qui se voulait une tentative d’expliquer mon métier de fonctionnaire et sa finalité , qui commençait par :

                ” Si tu peux à vingt ans ,
                Choisir sans nostalgie,
                De servir en tous temps
                Tous ceux de ton pays …”

                et se terminait par :

                ” Et si tu es déçu , n’en veux pas à ton père,
                Qui en fut un longtemps , modeste mais sincère,
                Pour que tu sois un Homme
                Simplement
                Infiniment.”

                Les français n’ont plus voulu de la fonction publique qui m’animait ( et me motive encore) .

                Mon fils et ma fille née plus tard , nous disent qu’ils ne sont pas déçus de leur mère et de leur père ,

                Mais ça n’était peut être pas le sens de votre interrogation .

                1. Si, si, c’était le sens, Juan, merci. Je ne suis pas déçue par votre réponse, bien au contraire. Pour le reste je vous répondrai demain, car je suis plus que fatiguée. Merci à Paul d’avoir rendu ce dialogue possible. Je vous embrasse vous et lui.

      2. S’il y a quelques chose qui est typique de la Renaissance, n’oubliez pas les guerres de religions entre catholiques et protestant ainsi que la “chasse aux sorcières” qui connait alors son apogée.

  5. il y a un air de croisade dans votre dessin et étant un connaisseur de l’inquisition contre les Cathares je ne vois rien de bon dans ce retour au moyen âge : croisade et inquisition contre qui ? D’après vous ? Soi dit en passant je vois dans la croisade des albigeois la trace d’une toute première colonisation. Mais bon ce que je dis…..

    1. Croisade façon Monty Python, je pense..? Ça peut faire mal quand même, et saigner pas mal …

  6. Pour l’instant, notre bon Roy est dans le Lot, en marche sur le chemin de Compostelle pour y prendre le pouls de ses sujets.
    Le porte-faix qui suit ses pas devrait s’abstenir de jouer les guignols et à l’image de Jean Molinet, attaché au duc de Bourgogne à l’époque, (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112092t.texteImage) en écrire les chroniques pour la postérité post-moyenâgeuse… 🙂

    1. Oui, mais nous ne sommes qu’au début de la pré modernité post moyen âgeuse tendance collapsologico ,-apocalyptique de salon germano gratin … alors ..!

          1. Du germano-gratin ou fait tout un fromage !
            Ah, Perrette… Adieu, veau, vaches, cochons, Onfray, …

Les commentaires sont fermés.