Veille effondrement #77 – La Californie en proie au changement climatique

P.S. Certains d’entre vous mettent en commentaire aux billets de cette rubrique, des remarques du genre : « Arrêtez cette rubrique, elle me déprime ». Je ne les affiche pas : ils me font trop penser à ce prof d’une école de commerce qui m’avait dit aux alentours de 2008 : « Ma meilleure étudiante dit que la crise des subprimes la fatigue ». Je lui avais répondu : « Et c’est elle la meilleure ? Mon pauvre ami, vous êtes certainement bien à plaindre ! ».

Partager :

27 réflexions sur « Veille effondrement #77 – La Californie en proie au changement climatique »

    1. @ Juanessy

      On peut aussi demander aux Palestiniens, non ?
      Cela fait 2000 ans qu’ils sont sur leurs terres, n’est-ce pas ?
      La sècheresse, ils doivent bien connaitre.
      La plantation des oliviers, peut-être ?
      A condition qu’ils ne soient pas arrachés par d’autres.

      1. Adamo doit pouvoir organiser ça . Et on pourra alors organiser une conférence internationale pour déterminer ce qu’il faut cultiver et en quelle quantité .

  1. En traversant un supermarché qui me donne 3 palettes d’invendus pour l’asso par semaine, j’ai acheté un gros sachet d’amandes de Californie, avec cette seule motivation :

    En acheter une fois pour voir, avant qu’elles ne disparaissent…

    ( la Californie est il me semble, premier producteur mondial d’amande )

    1. L’AMANDIER

      J’avais l’plus bel amandier
      Du quartier
      Et pour la bouche gourmande
      Des filles du monde entier
      J’faisais pousser les amandes
      Le beau, le joli métier.

      Un écureuil en jupon
      Dans un bond
      Vient me dir’ : je suis gourmande
      Et mes lèvres sentent bon
      Et si tu m’donne une amande
      J’te donne un baiser fripon

      Grimpe aussi haut que tu veux
      Que tu peux
      Et tu croqu’s et tu picores
      Puis tu grignot’s et puis tu
      Redescends plus vite encore
      Me donner le baiser dû.

      Quand la belle eut tout rongé
      Tout mangé
      Je te paierai me dit-elle
      A pleine bouche quand les
      Nigauds seront pourvus d’ailes
      Et que tu sauras voler

      Mont’ m’embrasser si tu veux
      Si tu peux
      Mais dis-toi que si tu tombes
      J’n’aurai pas la larme à l’oeil
      Dis-toi que si tu succombes
      Je n’porterai pas le deuil.

      Les avait, bien entendu,
      Toutes mordues
      Tout’s grignotées mes amandes
      Ma récolte était perdue
      Mais sa jolie bouch’ gourmande
      En baisers m’a tout rendu.

      Et la fête dura tant
      Qu’le beau temps
      Mais vint l’automne et la foudre
      Et la pluie et ses antans
      Ont réduit mon arbre en poudre
      Et mon amour en mêm’ temps.

      GORGES BRASSENS

      2
  2. P.S. Attention quand même à l’overdose 😉
    Blague à part, pensez-vous que les lecteurs du blog soient à tel point en déficit d’information sur l’état catastrophique de notre planète ?
    Sinon à qui d’autre s’adresse cette veille ? Aux archives de la BNF ? A la future IA qui va engranger en mémoire les errements de notre espèce ?

    2
      1. Celui qui sait est il sage , savant ou intelligent ?

        Sur le seul savant, il me semble que Levy Strauss écrivait : » le savant n’est pas l’homme qui fournit les bonnes réponses , c’est celui qui pose les vraies questions  » .

  3. Je n’irai pas jusqu’à demander la suppression de cette rubrique mais comme déjà évoqué et rappelé par Arkao, quelle est son utilité pour une audience déjà convaincue ? Déprimante c’est certain …
    C’est contreproductif sur ce site à mon sens.
    Quant aux causes, est-il nécessaire de rappeler la phrase de Goerges Bush disant que le mose de vie américain n’est pas négociable ? Il y a une continuité dans les politiques économiques conduites, jusqu’au récent volte face de Biden qui vient d’autoriser à nouveau l’exploitation de pétrole et gaz dans le golfe du Mexique.
    https://theconversation.com/de-george-bush-a-donald-trump-leconomie-avant-le-climat-79273

    Nous sommes tous mal barrés et les USA particulièrement avec les incendies en Californie, les cyclones, le vortex polaire, etc …
    S’il ne veulent rien faire, devrons nous nous apitoyer sur leur devenir ?

    1
    1. @ Jean-Paul Michel

      Sur France Info, non plus le mode de vie occidental n’est pas négociable.

      C’est incroyable comme ils passent tout leur temps à se moquer des cinq candidatures écologistes d’EELV tandis qu’ils cirent les pompes 24 h sur 24 à Macron (« néocon »), Zemmour (néonazi ) ou Bardella ( fasciste ).

      Si les citoyennes et les citoyens ne se réveillent pas dès maintenant, on va effectivement vers la cata !

  4. Bonjour,
    Je ne me prononcerais pas sur l’utilité de telle et telle rubrique.
    Ce qui importe c’est qu’elle existe et ensuite chacun en fait ce qu’il veut.
    Par contre je ne pense pas que la conscience de tout cela soit forte même pour moi qui me prélasse devant chez moi avec une petite bière car il fait chaud.
    Je me demande qu’est-ce que je fais moi actuellement pour faire le colibri comme disent certains sachant que les colibris finissent par mourir dans le feu même avant les autres !!
    Pas grand chose et pourtant je n’attends pas le grand soir.
    Les amandes que n’adorent viennent d’Espagne, elles sont bios et c’est un ami qui me les ramène quand il descend dans le sud de ce pays car il y travaille régulièrement, comme il me rapporte de l’huile d’olive et des pistaches.
    Ce n’est pas plus écologique que celle de Californie, c’est juste une opportunité.
    Ce que je vais bientôt faire à l’automne c’est planter des amandiers.
    Et oui de fait chez nous en Vienne cela pousse et pousse très bien et donne de bonnes amandes pour l’huile d’olive je vais encore attendre comme pour les pistaches que tout cela soit encore pire !!!!
    Bon je rigole mais jaune et de toute façon je vais bien voir ce qui va être fait du dernier rapport du GIEC qui n’a pas l’air de soulever un enthousiasme foudroyant.
    Par conte en sous marin il peut faire de l’effet car je vois avec la RSE comment ces derniers s’emparent de ce rapport pour en faire leur miel..
    Bonne santé à tous.

  5. Chères toutes, chers tous,
    Parler ou ne pas parler ?
    Dire ou ne pas dire ?
    Mourir ou ne pas mourir, oups dans tous les mourir !!!
    Et vous depuis quand les tripes se sont noués quand l’effondrement qui s’opère est devenu une réalité et que cela vous fait désormais flipper ?
    Ne pas en parler vous rend il plus heureux ?
    Ne pas écouter vous rend il plus sage ?
    Ne pas voir vous rend il plus serein ?
    Peut être allons nous nous y habituer comme avec les clodos que l’on croise et que l’on regarde pas ou plus, seul les enfants sont là à nous tirer la manche pour nous dire qu’il faut donner une pièce au monsieur à la dame.
    Alors que dirons nous à nos enfants ?
    De ne pas entendre,
    De ne pas voir,
    De ne pas écouter !!!!

    1
  6. Je ne suis pas agronome (hélas), mais déjà quand on voit ces amandiers en monoculture dans un milieu aride au point qu’il ait fallu de tels système d’irrigation, ça laisse un peu songeur sur la résilience du modèle.

    Pour les vidéos il m’est arrivé de critiquer le simple copie collé de certaines vidéos « sensationnelles » et déjà présentes par ailleurs.
    Mais pour autant je ne me soigne pas avec du plus belle la vie.

    J’ai été une fois dans l’ouest americain, dans ces lieux si beaux qui sont tous en train de cramer (enfin le Grand Canyon ne cramera pas, c’est déjà ça), même si ça fera une belle jambe à ceux qui dépendent du Colorado pour vivre s’ils ne sont pas morts d’ici là.

  7. La Californie a l’un des climats les plus variables de tous les États américains et connaît souvent des années très humides suivies d’années extrêmement sèches. Les réservoirs de l’État ont une capacité insuffisante pour équilibrer l’approvisionnement en eau entre les années humides et sèches.
    El Niño et La Niña ont souvent été associés à des cycles humides et secs en Californie auquels viennent s’ajouter les impacts du réchauffement climatique.
    Très peu de projets d’eau à grande échelle ont été construits depuis 1979, malgré le doublement de la population depuis cette année.

    Le barrage d’Oroville, 225 m le plus haut des USA, est actuellement à son niveau le plus bas.
    Inondations de 2017
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_du_barrage_d%27Oroville_de_2017
    Cette crise du barrage d’Oreville a entrainé un débordement du déversoir principal ,du aux fortes précipitations, et l’évacuation de près de 200.000 personnes.

    L’Espagne manque beaucoup d’eau contrairement à la France et n’a pas de restriction d’eau et a une politique de gestion de l’eau qui lui permet de gérer les périodes de sécheresse.

    https://www.climatsetvoyages.com/climat/espagne

    Un réseau national d’embalses
    https://www.embalses.net/

    Des techniques d’irrigation au gouttes à gouttes généralisées dans les zones à faible pluviosité.
    La Catalogne , la Comunitat de Valenciana , la Comunitat de Murcia et l’Andalousie, qui sont des régions méditerranéenes à faible pluviométrie, sont devenues le potager de l’Europe grâce au soleil et à une bonne gestion de l’eau.

    La maîtrise et la bonne gestion de l’eau (régulation des débits, stockage, drainage, irrigation,non gaspillage,…) ont constitué un phénomène de civilisation essentiel dans le bassin méditerranéen.

    Face aux changements climatiques et aux besoins énergétiques renouvelables (hydroélectricité), les pays s’adaptent et la gestion de l’eau est devenue un enjeu majeur pour les populations et les relations géopolitiques entre pays.

    ex:
    Le barrage des Trois Gorges : régulation des crues,irrigation , hydroélectricité
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_des_Trois-Gorges

    Le barrage éthiopien sur le Nil Bleu : hydroélectricité , irrigation , tensions avec l’Egypte et le Soudan
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_de_la_Renaissance#:~:text=Le%20barrage%20de%20la%20Renaissance%20%28en%20amharique%20%3A,%C3%AAtre%20le%20plus%20grand%20barrage%20hydro%C3%A9lectrique%20d%27%20Afrique.

    1
      1. Etant relativement nouveau sur ce blog j’ai suivi votre lien vers le passé ! J’adore! On y découvre d’anciens contributeurs qui ont disparus depuis il me semble, D’autres comme vous qui avez changé votre pseudo ! non intéressant. Des commentaires d’un niveau intellectuel variable . C’est beau la France!

    1. Petite précision sur la situation Espagnole

      depuis 2004, un grand plan d’usines de dessalement ( par osmose inverse le plus souvent ) a été mis en oeuvre de telle sorte qu’il y avait déja en 2009….. 700 usines, principalement coté Méditerranée.

      L’Espagne dispose aujourd’hui de plus de 900 usines de traitement et de dessalement des eaux, toutes catégories et toutes tailles confondues, et près de 380 usines de dessalement d’eau de mer en cours d’exploitation en 2014. En comparaison, la France exploite moins d’une centaine d’usines et on dénombre plus de 17 000 usines dans le monde (Source IDA/DesalData.com).

      En intro du rapport du gouvernement français sur l’eau en Espagne, on lit ceci :

      « La mer est salée parce qu’il y a des morues dedans. Et si elle ne déborde pas, c’est parce que la providence, dans sa sagesse, y a placé aussi des éponges » — Alphonse Allais

      1
        1. Bonjour Juan et Thomas

          Juan , content de votre retour .

          Dans la province de Alicante il y a 5 usines de dessalement en bord de mer .

          L’exemple du dessaleur1
          https://www.mct.es/web/mct/desalinizadora-alicante-i-descripcion-de-la-actuacion

          Le processus de dessalement adopté est celui de l’osmose inverse.
          50.000 m3 par jour.
          Puissance installée pour le pompage de l’eau de mer 2500kva
          Puissance installée pour le dessalement pour l’approvisionnement des trains à haute pression : 13500 kva

          Cette eau approvisionne les zones urbaines en eau potable de Alicante ,Elche et les villes environnantes, en complément du canal de Tabailla.

          Par contre l’agua de riego , l’eau d’irrigation , est distribuée dans les zones rurales agricoles par un réseau complexe:
          – des réservoirs avec barrages, les embalses, qui intercommuniquent
          – un système de canaux et d’aqueducs
          – un réseau de distribution souterrain de tuyauteries de différents diamètres

          chaque parcelle de culture ayant son compteur d’eau pour irriguer.

          L’irrigation peut se faire de différentes façons:
          – par inondation dans un rainurage , en diminution
          – par inondation d’un terrain plat , en diminution
          – par pulvérisation avec effet de pluie.
          – par un goutte-à-goutte localisé à travers les trous ou gicleurs mis sur des tuyaux en plastique, et qui se généralise de part son efficacité

          Ce système goutte à goutte est très économe en eau et est distribué à partir d’un compteur individuel d’eau sous pression et d’un compteur horaire informatisé qui permet de définir la fréquence et de temps d’irrigation en fonction de la météo et des besoins de la plante.

          A Elche , le climat ilicitanien , est semi-aride avec 300mm/an de pluie qui tombe sur de courtes périodes.
          Mais l’eau est partout, souterraine, et la culture se fait toute l’année.

          1
          1. Les systèmes de « micro-irrigation  » sont vieux comme l’agriculture de par le monde , mais l’utilisation moderne à grande échelle du  » goutte à goutte » est relativement récente et ,personnellement , la première fois que j’en ai entendu parler c’était un peu avant la chanson d’Adamo que je rappelais au début de la file , et c’était cité comme la première grande réussite des kibboutz israéliens . Je crois d’ailleurs que c’est encore là qu’on trouve une société qui produit 20 % du marché mondial du « goutte à goutte » ( laquelle société développe une importante structure de recyclage des ordures et déchets ).

            PS 1: Je vais finir par compter plus facilement les gens qui ne sont pas contents de me revoir ( je suis pas sur de tenir le coup trop longtemps , car ça fait plus de 15 ans que je tire sur la corde , et elle a de moins en moins de brins même si les neurones tiennent encore )
            PS2 : Si Diderot était encore de ce monde , après l’encyclopédie , il aurait participé à Wikipédia et il vous aurait recruté comme rédacteur-correcteur ( Mais je vais faire mon Kanhard : faites nous des commentaires pédagogiques pas trop long set pas trop souvent , car on va perdre tous ceux qui ont de mauvais souvenirs de leur primo-scolarité ) .

            1

Les commentaires sont fermés.