50 réflexions sur « Veille effondrement #81 – Une fois que tu sais, d’Emmanuel Cappellin »

      1. Faire ou apprendre à ne rien faire, telle est la question, Hervey ?
        L’avenir de l’Homo Sapiens est-il l’Homo Faber, ou bien l’inverse ?
        Pascal Faiseaux : « Si en science l’Homo sapiens désigne l’homme qui pense, en philosophie Homo faber définit l’homme qui fabrique. Un concept créé par Bergson en 1907 pour caractériser l’aptitude typiquement humaine à maîtriser la technique pour façonner ses outils. »
        Bien sûr, vous me voyez venir avec mes gros sabots… Qu’est-ce qui nous sauvera ? La technologie ou la poésie ?
        Enfin, comment pouvons-nous savoir si nous ne faisons pas fausse route, sans être nous-mêmes le chemin ?

  1. Je m’assois.

    Quand on sait qu’un drame est là ou va arriver, on s’assoit d’abord tous en rond, on se regarde, et chacun parle si il en a envie, puisque l’on s’écoute. Puis on décide tous ensemble.

    On fait cela depuis la nuit des temps et ça aurait dû marcher encore au fur et à mesure que les Connaissances s’accumulées.

    Mais il y a eu un moment, où certains ont décidé de s’asseoir littéralement sur ce qui avait été collectivement décidé afin de tirer la couverture vers eux. Ca merde depuis cette époque (que je ne sais plus trop situer dans l’Espace/Temps, chacun ayant sa propre date relative sur le sujet étonnement…).

    Asseyons nous, regardons nous, écoutons nous.

    (Discours du Prix Miss France 2022)

    1
  2. Savoir que l’humanité est en péril de mort , n’est pas le scoop à succès de l’année , et il n’a pas manqué de grandes voix ( Valéry , Meadows , Dumont ….) pour le formuler clairement et le « faire savoir » à qui voulait bien l’entendre ;

    Car le vrai obstacle est là : « bien vouloir l’entendre  » ( écouter , comprendre , accepter comme contrainte d’action incontournable ) .

    Un film de plus le permettra -t-il ? Sans doute est-ce très largement insuffisant , car , pour être entendu, il faut avoir déjà des premières réponses structurées à la première question- commentaire d’Hervey, qui , en même temps que la peur salvatrice s’affiche , fournit de premières pistes où une humanité distingue des chances d’un avenir commun supportable qui soit autre chose que des actions spectaculaires , violentes , mais communautaristes restreintes .

    Mais ça , c’est un plan A muri , partagé , dont notre hôte nous dit que c’est dores et déjà au mieux un passe temps pour rendre l’agonie moins douloureuse . Il le sait avec  » celui qui sait » .

    Pour moi , « savoir » c’est d’abord étymologiquement « avoir du goût , du jugement , être sage « , et tout simultanément , en emploi transitif , un levier d’action par le  » connaître , comprendre , être savant « . Le vrai savoir est à la fois affect et raison , tension et clef

     » j’estime que nous avons besoin de savoir, et que nous n’avons besoin que de savoir  » ( Antonin Artaud )

    A moins que ce nirvana ne soit réservé à l’IA globale .

    Au plan A , dare dare ! Vincent , reviens défendre votre bouquin à quatre mains !

    1. Le principal souci avec le savoir (« trouble dans le savoir », pour plagier Judith Butler et son « trouble dans le genre »),
      c’est sa relative asymétrie. Quelque chose monte vers les « sachants », mais dans l’autre sens, ça ne redescend pas assez.

      Les quelques cas où la contrainte était forte et obligeaient à un aller-retour du savoir (comme sève montante et descendante),
      nous les connaissons dans nos sociétés :
      – Tribunal des eaux de Valence
      – Aéronautique civile (accidentologie en baisse malgré l’arrivée des low-cost, une tendance qui n’avait rien d’évident)
      – Industrie des semi-conducteurs (côté hardware): 100 000 000 de transistors qui collaborent dans mon PC ou votre smartphone.
      La grosse majorité des pannes en la matière viennent du software.

  3. Un savoir infusé et ressenti dans son propre corps et non une information de plus, intégrée dans une part de notre cerveau encore disponible.
    On a changé d’époque….!
    Ce ne sont plus les mêmes vieilles recettes qu’il faut employer.
    Les gosses qui font du sport masqués à l’école en ce moment commencent à comprendre que ce n’est qu’un premier pas vers d’autres restrictions qui se rapprochent puisqu’on nous prépare déjà à une cinquième vague. Peut-être est-ce aussi de ce savoir là que de vrais changements pourront naitre.

  4. Ça m’a l’air d’un niais ce truc.
    Et ces images convenues, ces plans, ces cadrages, qu’on nous ressert à toutes les sauces.
    Ah misère !

    1
  5. DÉFI (voir suite)
    – Ca ne devrait pas etre sarcastique!
    – Qui arrive a ne pas sourire un peu? Pas moi…
    – Pourquoi????

    Apparemment, ils ont prevu de mettre de la musique, des belles images et des grands discours.

    En Chine aussi, il font ca sur CCTV avec des immeubles, la lune, du thé, des inondations,
    tout ce qui est Chinois…
    C’est les experts des grandes messes collectives!
    Et les experts des grands mouvements symboliques!
    Malheureusement, ca ne reste pas virtuel!

    31% des emissions, je crois

  6. J’ai oublié:
    Il faut le revoir apres, avec mon message en mémoire, pour etre sur.
    (du message « xav 9 septembre 2021 à 18 h 12 min »)

    Ce que je viens de faire: plus drole….
    Pourquoi????

  7. 1 / Savoir n’a aucun sens si nous ne croyons pas ce que nous savons.
    Et que savons-nous, exactement ? Que le système économique et financier qui régit la plupart des sociétés humaines est la cause première de l’effondrement duquel nous ne parviendrons sans doute pas à nous extirper.
    Alors que faire et comment ?

    2 / Je pose également toujours les mêmes questions :

    – À partir de combien de millions de morts d’enfants bougerons-nous ?
    – Sur une échelle de 0 à 10 où chacun de nous place-t-il la crise écologique ?

    1. Il y a des sociétés qui ne sont pas « régies » par un système économique ?

      En démocratie pas trop dégénérée , la réponse à vos questions est donnée par le vote .

      De ce point de vue , le coup de focus imposée par Delphine Batho sur la balance « croissance verte/ décroissance  » est psychiquement et politiquement une très bonne façons de faire sortir tous les loups de tous les bois ., dans tous les clans et dans toutes les classes sociales .

      1
  8. Et si la question était posée autrement que par souci simpliste de vouloir absolument faire le buzz avec un plan « com' » paraissant éculé du coté de la droite extrême… dans le terme suivant : une fois que quelle catégorie d’âge/de contribuable direct/et de contribuable indirect, de part de pauvres, précaires discriminés… est ciblée dans sa capacité d’accepter, de « consentir » (ça vous dit quelque chose par rapport à l »obligation vaccinale » à géométrie variable et son « pas- sanitaire »…?) d’assumer « savoir » (dans sa part de responsabilité de la misère du monde »…) de ce qu’elle risque de causer « sans équivoque » dans les conséquences du dérèglement climatique, de la perte de la biodiversité(et ses zoonoses, pandémies…), comme parts de responsabilités « sans équivoques » dans les guerres commerciales, monétaires, de « civilisation », des crises financières, économiques, des cirses du refus d’accueil de réfugié.e.s climatiques, économiques… et autres gestions néolibérales des crises sanitaires… du « tout sécuritaire »… et comme fausses vérités, « post vérités » dans l’idée du soit disant « bon sens », « certifiant/authentifiant/identifiant » ce « qu’il y a de bon dans le coté obscure de la force » de la « DICTATURE des émotions » ne sondant que son « temps de cerveau disponible » qu’à être en capacité de « réconcilier » ses doutes, incertitudes, indécisions, avec son « ras le fiscal » « poujadisme » (voir les « réformes structurelles néolibérales » des retraites que la macronie remet en branle, et autres austérité devant rembourser l’explosion des dettes publiques… et les promesses électorales d’extrême droite voulant « re-nationaliser les autoroutes », et toujours plus privatiser les services publics audiovisuels)… à devoir sacrifier de son train de vie – prenons comme exemple de la campagne électorale très « franco-française » cherchant à séduire celles et ceux du public/privé voulant encore profiter de leurs retraites, et celui des « promesses du monde d’après » des candidatures s’affichant comme ayant sauvé leurs vies – ou s’y refuse en « adhérent aux théories complotistes », en se « radicalisant »… – qu’est-ce qu’elle défend comme « savoir »… auprès de sa descendance, dont certaines des catégories les plus modestes, « discriminées systémiquement » des pays riches, comme des pays les plus pauvres… risquent de ne pas avoir assez de 6 générations, pour escalader l’effondrement de l’escalier social » et « sociétal »… pour survivre aux « solitons »…?

  9. Le fait de savoir que les recherches dans la science de la fission/fusion nucléaire, par exemple… et autres domaines scientifiques… pouvaient mener au pire… dans les pires circonstances… contextes… a t-il suffit à ceux et celles pourtant des mieux placé.e.s… qui savaient… à avertir suffisamment tôt et clairement (quand aujourd’hui les citations de Robert Oppenheimer sont de si pauvres réflexions philosophiques…) avant les drames, les erreurs, échecs, fautes et les regrets… les catastrophes… tragédies… qui de celles et ceux qui en subiraient le plus, injustement, inégalitairement… les conséquences « sans équivoques » (les conséquences des irradiations des suites « d’accidents nucléaires » et/ou d’autres utilisations guerrières… n’en témoignent-elles pas en Polynésie par exemple ?)…?

  10. Bonsoir à tous,

    Quand je vois le parcours du combattant que je dois personnellement suivre de force depuis des mois avant toute forme de publication possible, du fait de l’ensemble des règles abjectes pondues par l’ensemble des élites qui gouvernent nos institutions depuis des décennies, eh ! bien ce n’est pas demain la veille que vous saurez comment vous pourriez tout faire autrement ! Et je pèse soigneusement chacun de mes mots !

    Alors Jancovici et sa belle rhétorique, Extinction Rebellion et sa vision utopique, ou même encore feu Stiegler et sa théorie néguentropique, tout ça, plus rien ne pourra changer la donne désormais !

    C’est totalement plié et c’est quelque chose !

    La faute à qui ?! Au système lui même, certes, mais surtout à nous qui sommes vraisemblablement incapables de faire sans lui, FAUTE DE COURAGE !!

    Je vous renvoie à mon commentaire d’hier, car je n’ai hélas ! plus rien à ajouter tellement je suis ce soir littéralement écœuré et épuisé :
    https://www.pauljorion.com/blog/2021/09/07/veille-effondrement-89-blast-rapport-du-giec/#comment-862425

    Pour ce qui est du rapport de l’ONU que Paul vient de signaler, cela se passe de tout commentaire… C’est le mieux… Sauf peut-être une chose :
    Tous ces gens étaient prévenus suffisamment tôt du risque systémique en cours ! Ils n’ont malheureusement strictement rien fait, hormis tergiverser, encore et encore…
    https://www.pauljorion.com/blog/wp-content/uploads/UN_Interconnected_Disaster_Risks_Report_210902_Full_Report-1.pdf

    Ce n’est nullement d’avocats, de procureurs, de juges, de politiques, de ministres, de conseillers, de militaires, de polices, de généraux, etc., aux méthodes toutes aussi chronophages les unes que les autres, dont ce monde a le plus besoin aujourd’hui ! Et ne pas comprendre cela en septembre 2021, en dépit des évidences, et après tout ce qui a d’ores et déjà été dit et écrit, c’est condamner définitivement l’avenir de nos enfants !

    Et Paul ? Même l’avenir de l’IA est désormais directement menacé… Je suis désolé…

    Le temps nous était déjà compté depuis longtemps, or désormais, nous ne faisons que verser dans l’hypocrisie crasse à outrance et feignons tout « simplement » de l’ignorer…

    Mes Amitiés à tous,

    Philippe

    ps : c’est bien l’acte le plus inouï de l’histoire de l’Humanité qui se joue en ce moment même, sous l’attention de nos yeux hagards, une attention exacerbée à grand coup de jolis médias tardifs en tous genres comme celui-ci… tout cela n’y changera strictement rien… c’est systémique, et ce n’est pas faute d’avoir alerté…

    1
    1. Quand le système n’est déjà pas choisi unanimement ( système ouvert ou système fermé) , il ne faut pas s’étonner que la complexité naturellement ( ou pas ) croissante ouvre la porte à des solutions logiques( et pas forcément réelles ) allant de vie sur terre définie comme le système ( plan A ), fuite dans le cosmos proche pris comme système ( plan B) , ou système cosmos universel ( plan C) .

      Paul Jorion encourage à travailler les trois systèmes . C’est sans doute deux de trop pour nos forces et les ressources mobilisables .

    2. Je lis et relis votre commentaire. Je devrais juste fermer mon ordinateur et passer à autre chose mais je ressens un telle colère quand je vous lis.
      Puis il y a cette incise : « Même l’avenir de l’IA est désormais directement menacé… Je suis désolé… » Pour suivre aussi attentivement les propos de Mr Jorion, quand je lis juste cette phrase je pense : vous semblez dire, en apparence la même chose que Paul Jorion, mais en définitive pas du tout.
      L’utopie de XR, vraiment? Leur première revendication, en tête de toutes les autres est : « La reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques actuelles et une communication honnête sur le sujet »
      Il est peut-être trop tard, sans doute trop tard, il est plus que tant d’avoir peur, mais votre sortie hystérique me fout les boules! Tenez-vous un peu, svp : vous êtes sur le seul Blog optimiste du monde occidental!

      1. Hey Luc ! Faut pas vous mettre en colère.

        Une sortie hystérique de Philippe ? Meuh non, notre Philippulus national n’est pas du tout hystérique mais il est incompris.

        J’aime bien ses analyses plutôt juste, immédiatement je me sens déjà mort et enseveli sous les décombres de notre société thermo industriel, Philippe pointant son doigt sur moi en marmonnant « Je vous l’avez bien dit que c’était systémique » et chaque fois que je respire entre les lignes ça me fait un bien fou d’être encore là présent chaud et vivant.

        Et là je comprends comme dans une fulgurance la phrase de Jésus Christ Fils de Dieu, Dieu lui même, le 3 en Un de la religion, qui disait : « Heureux les simples d’esprit car le Royaume de Dieu leur appartient ». Restons dans la béatitude puisque rien n’est en notre pouvoir ni en notre volonté. (Je fais vraiment curé non ?)

        1
        1. Cloclo,

          Et même un bon curé, dites-moi!

          Merci pour votre petit mot.

          Moi aussi j’aime bien nombre de ses commentaires. Me suis réveillé ce matin en sachant très bien que ma colère ne faisait que résonner avec une prise de conscience qui grandit chaque jour et qui étouffe par la même occasion.
          Disons que son commentaire empreint de « j’vous l’avais bien dit » et « circulez y a rien à faire toute tentative est bidon » est une expression dont je n’ai pas besoin.
          S’il me lit, qu’il m’excuse.

          Autour de moi, les prises de consciences viennent grâce à des Jancovici ( qu’on aime ou pas ses idées), grâce à XR qui a bien ciblé l’ennemi numéro 1 qui est le déni sous toutes ses formes, grâce aussi à des collapso (même si la plupart font preuve d’angélisme). Donc, à ce stade, je continue à les soutenir tous.

          Trop tard ou pas, nous ne pourrons ni ne devons en jurer dans l’immédiat même si la simple logique semble nous l’indiquer formellement.

          2
          1. Bonjour à tous,

            Non Luc, désolé, mais je ne me tiendrai plus bien gentiment comme je l’ai fait depuis plus d’une décénnie maintenant !

            Tant que de l’air pourra entrer et sortir de mes poumons, j’hurlerai !

            Tout est littéralement pipé ! Truqué ! J’ai cottoyé suffisamment de Bac+8 dans ma vie pour savoir où se situe réllement tout le problème ; dites merci à la main invisible (selon sa vraie définition, et non celle des conspirationnistes)…

            Aussi, quand on provoque inconsciemment l’entrave à toute forme de liberté d’expression, de création, de recherche, d’innovation ou d’invention, arrive forcément un moment où on ne peut que récolter la tempête ! La vraie !

            Si vous pensez vous aussi en dépit des évidences, que leur méthode est la bonne, alors je suis sincèrement désolé pour vous et votre piètre capacité de discernement…

            Vous ne me croyez pas ? Je m’en fout ! C’est là votre problème, pas le mien à l’extinction moins cinq…

            Mais sachez que je ne verse en aucun cas dans l’hystérie, et encore moins dans l’hypocrisie…

            J’hurle !

            Vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenu…

            En attendant, le paroxysme systémique est tout proche… A ce moment là précis, je serai très curieux de voir comment tous ces mieux sachants bardés de titres ronflants géreront leur propre démence…

            Personnellement, je ne sais vraiment pas comment je réagirai ; c’est totalement imprévisible, et il suffit de revoir les seules réactions des victimes japonaises au lendemain de Fukushima pour toucher du doigt l’ampleur du problème à venir sur Terre…

            A bon entendeur…

            ps : ce que j’ai dit sur l’IA, Paul le sait déjà puisqu’il a lu l’un de mes manuscrits…

            1. Philippe,

              « Non Luc, désolé, mais je ne me tiendrai plus bien gentiment comme je l’ai fait depuis plus d’une décennie maintenant ! »

              Alors deux choses l’une, ou un truc dans le genre pour démarrer une phrase genre, donc je disais, soit tu ne croyais pas toi même en ce que tu analysais et concluais, soit tu n’avais pas les burnes suffisantes pour taper du poing sur la table, car mon ami, à quoi ça peut bien servir de « hurler » maintenant si tout est down sous peu ?

              Hein mon philippe…

              Comme me disait me pneumologue fumeur comme moi, y me faisait marrer lui je crois qu’ils étaient 4 à fumer dans toute la France dans son boulot, à quoi ça sert d’arrêter de fumer quand on découvre que tu as un cancer généralisé et que dans 2 mois on t’enterre ? Pourquoi rajouter de la douleur sur la douleur, de la privation à la privation ? Faut être passablement débile pour se comporter ainsi, c’est avant qu’il fallait arrêter de fumer pas quand c’est plié. En un mot faut être adulte au moins à la fin et assumer en assurant avec classe, panache et élégance ! Un dandy quoi !

            2. Bonjour Philippe,

              En un sens, cet « échange » adossé à la séquence « veille effondrement » ouverte cet été par Paul m’aura permis d’aboutir une pensée tranquillisante, autant qu’il est possible en la matière.

              La première vidéo de Paul, de ce que j’en ai retiré, s’articulait essentiellement autour de deux aspects : l’un purement logique et l’autre anthropologique. Le tout à partir d’un constat : l’actualité aux USA était désormais entièrement consacrée aux catastrophes climatiques.

              L’argument logique rappelait un fait : le GIEC alerte que si demain matin rien n’est fait, alors c’est foutu. Et comme nous voyons tous l’inertie, le déni, l’inconséquence, les illusions des décideurs et des populations, la logique du profit, alors la conclusion est claire : demain matin n’arrivant pas, alors nous sommes foutus. RIP le plan A.
              Le deuxième argument ramenait à la réalité de l’histoire humaine : guerres, guerres, guerres avec des courtes parenthèses de paix et ne surtout pas perdre de vue les instincts de survie ou de destruction qui ne manqueraient pas de colorer la géopolitique des décennies à venir. Le tout dans un contexte d’armes nucléaires. Bref : foutus (bis).

              Vous pouvez hurler, je le comprends bien et c’est essentiellement sur ce point que je tenais à m’excuser.
              Mais concernant le reste de votre raisonnement, et uniquement sur ce plan là, je rejoins totalement la remarque de Cloclo « à quoi ça peut bien servir de “hurler” maintenant si tout est down sous peu ? » C’était même le sens de ma colère initiale.

              Je crois que nous avons tous des degrés de prise de conscience. Vous le premier : quand vous dites : « Même l’avenir de l’IA est désormais directement menacé… » c’est bien qu’à un moment vous pensiez que vous auriez le temps et qu’à présent vous pensez que ce ne sera pas suffisant. Peut-être, quelque part, y avait-il un autre Philippe qui hurlait de voir les illusions de ceux qui croyaient encore au plan C.

              La toute dernière vidéo de Paul se termine par le fait – et ce n’est pas nouveau dans son propos – que même si nous nous y mettions tous demain matin, cela ne suffirait pas, car nous nous y prendrions mal. Ce qui est déjà en rupture avec la logique du raisonnement initial. Mais, soit.
              Reste la question du temps qui reste pour mener à bien un projet. A force, on voit plus trop lequel.

              Dans ce cas, puisque tout est foutu d’avance et que même si Paul invite avec bienveillance à travailler aux plans selon nos compétences et possibilités mais que dans la même phrase, tout est déjà effondré, je crois que je vais m’épargner de continuer à lire cette veille déjà écrite, et m’épargner aussi les hurlements et les agonies qui ne feront que secouer un peu plus les miennes propres.
              Ne pas se méprendre : on pourrait penser à un ton bravache et revanchard, il n’en est rien. La lecture assidue des billets de Paul, mais aussi de presque toutes ses livres m’ont permis à titre personnel de grandir, de réfléchir différemment et d’explorer des champs de connaissances tout à fait inédits, notamment sur l’anthropologie qui m’a ouvert les yeux sur bon nombre de scories. Mais aussi sur les principes des systèmes intelligents entre psychanalyse, linguistiques et ordinateurs.
              J’en éprouve une grande gratitude. Mais compte tenu du contexte, désormais, il est plus sain de mettre de la distance.

              
Bonne continuation et bonne chance malgré tout.

              1. En relisant les bilans du 11 septembre 2001, il apparait que 20 personnes ont survécu à l’effondrement d’une des deux tours, 16 pouvant même quitter eux-même le tas de gravat, et 4 dans les 24h furent secourus.
                Ceci pour dire un message sur le passage d’un très gros « point de bascule » avec irréversibilité rapide (le tour s’est effondrée presque à grande allure, suivant le mécanisme des chocs d’étages supérieurs faisant flamber les colonnes du front de d’effondrement au haut de la pile encore intacte, etc.) :
                La suite dépend de comment on s’est armé avant, « armé » voulant dire qu’on a pu pressentir d’autres logiques, d’autres solidarités, etc., qui seront les bonnes pour qu’une suite de l’humanité ait à sa portée un cours d’eau sain, assez de bonne terre, de forêt de de biodiversité, les mers se chargeant de revivre quand on n’y pêche plus.
                Mon chroniqueur favori du Guardian, George Monbiot, sort un article qui va en partie dans ce sens:
                https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/sep/09/earths-tipping-points-closer-current-climate-plans-wont-work-global-heating

                Le fond de son argument est que près des tipping points, on a des oscillations/fluctuations importantes ou qui s’amplifie, et il en donne quelques exemples.
                Cet aspect n’est, selon lui, pas pris en compte et de beaucoup: les programmes « écolos » ou « greenwashés » ne font au mieux qu’extrapoler une tendance en cours, et proposer une mesure qui s’y oppose « linéairement », sans fluctuations/chaos, etc. (DeepL est votre ami).

                Une réaction de type « régulation » comme un thermostat (comme un PID pour Philippe) est donc trop linéaire et simplette, et est donc de portée et d’intérêt limité. Il propose quelques pistes pour l’apprentissage d’un monde « secoué » , et sur la base de ce paradigme sous-jacent modifié, il propose que nous apprenions à produire un mix compliqué à la hauteur des enjeux.

                1. Salut Timiota,

                  En lisant l’article de Monbiot que tu nous as collé, ça a confirmé encore à mes yeux que toute l’organisation de vie des Humains (frontières, gouvernements, intérêts nationaux, législations, …) est d’une grande idiotie. Tous ces cadres politiques calqués sur l’environnement naturel de la planète n’ont aucune réalité. On vit dans une sorte de délire hors de l’état du Monde tel qu’il est, qui lui, dans ces flux et mouvements, ignore totalement nos constructions.

                  Et nous sommes prisonniers de nous même pas du Monde. Car nous pourrions suivre les mouvements et les flux comme toujours, mettre en commun et nous adapter (avec des pertes certes) mais les carcans que nous avons construit nous en empêche et vont nous conduire certainement à la Guerre anarchique et totale de tous contre tous, chacun étant statique et droit dans ses bottes. Je crois que le drame est plutôt là que dans le changement climatique.

  11. Ah! Ben oui…Le software…

    selon Timiota:
     » Le principal souci avec le savoir (“trouble dans le savoir”, pour plagier Judith Butler et son “trouble dans le genre”),
    c’est sa relative asymétrie. Quelque chose monte vers les “sachants”, mais dans l’autre sens, ça ne redescend pas assez. »

    Houlà!
    Frappant ce parallèle avec le Capital (Enfin, surtout pour les non-sachants pauvres qui grouillent tout en bas… ).
    Encore un de ces insolubles problèmes de ruissellement quoi…!
    Hélas, le « Sachant », comme le Capitaliste, se perd en conjecture pour trouver un juste remède…:
    Gravité insuffisante, ou amorce d’une inversion des pôles?
    Excessive perméabilité de la ouate au sommet, ou défaut de perméabilité des bétons à la base?
    Variation d’orbite de la lune ou perte de densité du noyau terrestre?
     » Eppur ascendit Sciencia »! (Pourtant il monte, le savoir!) pourrait dire le Sachant.
    Incompréhensible! Ce ne peut être qu’une « relative asymétrie »… due au Software!
    Le Software! Vous dis-je!
    J’entends Bebel qui rigole! Enfin quoi? … Même pas le temps de faire un p’tit somme
    Ah, Ah, Ah! Le software!
    Impayable ce Timiota!
    Eric.

    PS: Bon c’est vrai que c’est un peu con le premier degré, mais faut un peu limiter le réchauffement!

    1. Ah, vu la réaction, je ne dois pas être trop loin d’une variante de la vérité.

      N’hésitez pas à me parler aussi dans l’après-coup de cet éclat de rire bébélien.

      1. Ne me tentez pas…Mr Timiota,

        Mon Bebel intérieur a parfois tendance a prendre le pas sur mon Delon.
        Sans doute la disparition d’un ami peut-elle parfois causer des résurgences inattendues ?
        Mon Delon intérieur quant à lui est en plein accord avec vous, rassurez vous…
        Mais je pense que tout cela n’intéresse vraiment personne ici…
        Car, si la vérité, telle l’eau chaude, furent bien inventées,
        Je ne puis être suffisamment qualifié pour mesurer, avec les sachants,
        Les variantes de la première ou la tiédeur de la seconde…

        Eric.

  12. Chères toutes, chers tous,
    @Juanessy
    Encore un film, oui dans l’absolu, non comme spectateur.
    J’ai la chance d’avoir vu le film en avant première à Orléans.
    J’ai la chance d’avoir passé du temps avec les habitants de Saillants qui sont filmés pour montrer l’expérience de démocratie horizontale.
    Emmanuel est aussi un caméraman, un photographe et un chef opérateur (entre autre Yann Arthus Bertrand).
    De ce fait, les images sont belles, les cadrages stupéfiants et cela joue sur nos émotions.
    Car c’est là l’objet( entre autre) que de toucher nos émotions.
    Comme l’a déjà montré Paul Jorion, si la rationalité devait faire le job, il y a longtemps que nous serions toutes et tous en train d’œuvrer pour « La survie de l’espèce ».
    Alors 22’v’la le film d’Emmanuel Cappellin qui sort le 22 septembre.
    Faites lui une haie d’honneur par votre présence en salle comme lui fut fait une haie de récompenses dans les différents festivals cinéphiles.
    Bon film et on en re-parle après.

    2
    1. Faut convaincre Arkao ., moi je bouge pas de mon lit .

      Ce que vous décrivez ressemble un peu à de la manipulation et aux procédés de la propagande , qui ne font qu’une confiance limitée à la jugeotte du  » vulgum pecus  » , non ?

      Je me raidis un peu quand  » la fin justifie les moyens », car c’est le signe même du totalitarisme sur lequel une IA globale n’hésiterait pas trop , comme n’importe quelle dictature fût -t-elle éclairée ( qu’on appelle alors parfois , aristocratie ) .

      1. Ceci étant , s’il faut rééditer l’épisode de 2009 ( sortie de Home simultanée aux élections européennes ) , ça serait plus futé d’attendre mars ou avril 2022 pour la projo .

      2. @Juannessy
        « aux procédés de la propagande ». Comme quoi vous n’êtes pas si inculte que vous le dites en matière de cinématographie 🙂

        1. Je n’ai pas dit que j’étais totalement ignare , je dis juste que le cinoche allume automatiquement une petite lampe rouge derrière mon crane , et que , comme un bon vin , si je peux l’aimer , c’est toujours en comptant les verres .

  13. D’accord avec vous, Juan, et merci de rappeler votre opposition contre toute forme de manipulation. Mais, ici, il s’agit plutôt de l’art qui peut aider la technique à beaucoup mieux faire. Un film qui traite d’un sujet grave peut être beau (c’est encore mieux), à condition qu’il soit véridique…. merci et j’irai à coup sûr le voir.

  14. Bon les gars je comprends de quoi vous causez et à qui, je suis nunuche ou c’est trop fort pour ma comprenette

    1. Je comprends qu’on doit lire :  » je ne comprends pas de quoi vous causez … »

      La nuit porte conseil et tout va bien .

    1. Je suis inscrit déjà depuis une quinzaine. Et j’irai voter Batho. C’est la seule qui a le courage de dire la vérité.

  15. Une phrase chopée au hasard dans cette présentation : «We can HAVE MORE of what really counts».
    Have more… Le mantra américain, et par ricochet occidental.
    On n’a pas sorti le cul des ronces.

  16. Bonjour à toutes et à tous – amis, collègues, proches, amis d’amis !

    Cette fois-ci, c’est la bonne…:-)
    Après 8 ans de création, après 3 campagnes de financement participatif (merci encore aux contributeur.ice.s parmi vous…), après une première sortie annoncée en mars dernier puis repoussée à cause de la fermeture des salles…
    je vous écris enfin pour vous annoncer que mon film documentaire Une fois que tu sais, écrit et réalisé en collaboration avec Anne-Marie Sangla – un film qui traite de manière intime et politique des questions d’énergie, climat, risques systémiques et résilience – SORTIRA AU CINÉMA LE 22 SEPTEMBRE 2021 PARTOUT EN FRANCE.
    –> BANDE ANNONCE : https://fb.watch/7RwiZl-etX/
    –> POUR EN SAVOIR PLUS : https://www.nourfilms.com/cinema-independant/une-fois-que-tu-sais/ ou suivez notre page https://www.facebook.com/UneFoisQueTuSais
    Comme vous le savez peut-être, c’est la première semaine dans les cinémas qui décide de l’avenir d’un film en salle, surtout en ce moment, alors soyons nombreuses et nombreux à aller voir UNE FOIS QUE TU SAIS dès sa sortie le 22 septembre pour que les questions de société abordées dans le film, chères à beaucoup d’entre nous, puissent toucher le grand public.
    Vous pouvez aussi aider le film en relayant dès maintenant la bande annonce et les infos tout en bas de ce mail.
    Vous pouvez aussi voir le film avant le 22 septembre en retrouvant toutes les avant-premières listées ICI ou sur la carte ICI (ce serait l’occasion de se voir, l’équipe de réalisation sera présente sur plusieurs de ces dates !).
    Pour prolonger les réflexions amorcées par le film, l’association Terractiva porte une campagne d’accompagnement intitulée « Une fois que tu sais, qu’est-ce qu’on fait ? 
    Des temps d’échange sont proposés par des animateur.ice.s formé.e.s et un guide d’action est distribué gratuitement lors des avant-premières et des séances spéciales. Vous pouvez retrouver ce guide et la magnifique illustration de Théotime Noël qui rassemble 150 actions concrètes sur le site Racines de Résilience.
    Si vous voulez appuyer cette campagne (portée par un réseau de bénévoles sur tout le territoire), sachez que l’association Terractiva a reçu le soutien de sept artistes qui ont réalisé un podcast et des affiches collector du film que vous pouvez dès maintenant pré-commander sur le site Racines de Résilience.
    Au plaisir de vous retrouver lors d’une séance, merci pour votre soutien !
      —
     Emmanuel Cappellin
     Réalisateur | Producteur 
     Pulp Films | 06 41 99 13 37 
     DÉCOUVREZ Une fois que tu sais au cinéma le 22 septembre et en avant-première partout avant.

Les commentaires sont fermés.