Le calcul des taxes pour les pauvres et pour les riches n’est pas le même, par Jean-Baptiste Auxiètre

Pour les riches, le plafond de la taxation est de 30% ; ce qui veut dire que pour 100 on va payer 30 en plus.

Mais pour les pauvres, le calcul n’est pas du tout le même. Quand on vous indique que vous payez 57% de taxes sur l’essence ce n’est pas du tout le même calcul car il s’agit du pourcentage que représente la taxe sur le prix total, et non pas, comme dans la taxe pour les riches, le pourcentage que représente la taxe qui sera ajoutée au prix de référence . Autrement dit, le pourcentage est calculé ici par rapport au prix après taxation et non pas, comme dans la taxe pour les riches, par rapport au prix de départ, avant taxation.

Le calcul dans le cas de la taxe pour les riches est celui qui fait référence normalement en comptabilité, mais pas quand il s’agit des pauvres – que l’on prend du coup en plus pour des idiots.

Pour le prix de l’essence donc, si on calcule normalement, et non en essayant de berner, on a

(100-43) x 100/43 = 132,6%

Oui vous entendez bien : l’essence est taxée à 132,6% ! Mais où est donc passé le plafond car comme son nom l’indique ce devrait être un maximum ? Ah non c’est seulement pour les riches qu’il y a un plafond ! Ce genre de calcul biaisé l’est aussi sur d’autres produits que consomment les plus pauvres majoritairement, les cigarettes, etc…

Partager :

47 réflexions sur « Le calcul des taxes pour les pauvres et pour les riches n’est pas le même, par Jean-Baptiste Auxiètre »

  1. Certes la différence est conséquente . Preuve supplémentaire , est-il utile de le préciser, qu’on fait dire ce qu’on veut aux chiffres. Il y a par contre un autre danger qui devra être ausculté de prêt : la taxe minimale de 15% . Tout est dans les mots , le mot : minimale . Si certaines sociétés vont devoir effectivement leur taux d’imposition (GAFAM entr’autre ) n’y a t’il pas un risque que d’autres sociétés jusqu’ici vertueuses ne soient tentées de baisser leur taux de taxation au niveau du plancher de 15 % ?

    1. Le risque ( outre que la plupart s’accorde à dire que 15 % ce n’est pas assez ) , c’est surtout que les formules transitoires et la recherche pleine de créativité pour trouver des échappatoires dans la règle , ne deviennent pas le nouveau sport international .

  2. Je trouve que s’attaquer à la démonstration que la taxation pénalise plus les pauvres ou moins riches , que les riches , mérite une approche plus globale que le seul chiffon rouge du prix de l’essence , démonstration telle que parfois conduite par des syndicalistes des finances publiques .

    Dévoiler l’idéologie derrière la règle est de salubrité publique , le faire petit bras est dangereux . Je préfère le sérieux méthodique de Thomas Piketty .

    Surtout qu’à vous lire , on reconnaitrait un pauvre au fait qu’il remplit son réservoir et fume comme un sapeur en consommant des etc .

    Mais on aura utilement révisé ce qu’est un taux en dehors et un taux en dedans .

    3
    1. Pour information, à 51 ans je n’ai jamais conduit ou eu de voiture, et le plus souvent non plus la personne avec que je vivais, cela m’a certes desservi souvent dans mon travail mais cela est resté une conviction, et j’ai fumé…

  3. Pour ce qui est de Thomas Piketty, il explique très bien que les moins riches payent plus de taxes que les riches et pour autant les moins riches trouvent que 30% est un maximum sans comprendre justement comment s’appliquent les taxes et donc avec le cas de l’essence on comprend bien comment les moins riches ne comprennent pas quel est le calcul qui s’applique à eux tel que montré ici car d’après leur point de vue ils payent moins que 30% alors que Piketty révèle et montre que ce serait plutôt toutes taxes confondues près de 45%… « on s’aperçoit que les 50 % des Français les plus modestes, gagnant entre 1000 et 2200 € subissent un taux de prélèvement effectif moyen de 45 % ».

    1. Je ne connais pas beaucoup de moins riches capables de donner à brûle pourpoint le taux de taxation exacte du litre d’essence , que ce soit en dehors ou en dedans . Par contre tous et même plus sont capables de vous dire que l’essence est trop chère avec ou sans référence catégorielle sensée .

      il y a un équilibre Impôts VS Taxes à rendre juste .

      Il y a un équilibre taxation du capital VS taxation du travail à rendre juste ( ce qui n’est bizarrement pas dans le débat sur les retraites ou le financement de la santé )

      Le tout sous la balance de l’article 13 rappelé plus haut .

      6
      1. Taxes sont des impôts. Le mode de recouvrement change. La destination est identique.

        Donc: impôts sur carburants bagnoles, tabac et alcool (>10° ) sont modérés. Impôt sur la bouffe de base est scandaleux, équivalent à impôt sur le sel de l’Ancien Régime.

        Iniquité du régime fiscal français: impôts sur la consommation rapportent plus que impôt direct.
        Bizarrerie à noter: la (ma) facture d’électricité comporte un impôt sur impôt.

        1. Dans les deux cas , il s’agit d’imposition en effet , et de récupérer du pognon .

          Il y a pas mal de littérature ( instructive et utile ) sur la différence entre les deux . Pour moi et pour faire simple , la principale est que les impôts sont déterminés au niveau national par la loi débattue au parlement , alors que les taxes sont de niveau simplement règlementaires de la seule impulsion de l’exécutif allant du gouvernement au maire local.

          Il n’y a guère que Bercy ou quelques fanatiques qui s’y retrouvent , et je n’en suis même pas sur.

          Et c’est bien une partie ( mais une partie seulement ) du problème .

          1
          1. De la lecture pour s’endormir ce soir :

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_imp%C3%B4ts_et_taxes_fran%C3%A7ais

            Un peu simpliste mais pour décanter :

            https://www.touscontribuables.org/les-combats-de-contribuables-associes/les-impots-et-taxes/impot-taxe-redevance-quelle-est-la-difference

            Mais seule une approche généralisée , assurant la cohérence supportable de l’ensemble du système d’imposition qui permet la vie publique solidaire , fait sens . Sinon il faudrait tresser des lauriers à Macron pour avoir supprimé la taxe d’habitation qui était tout sauf équitable .

            Quand on se pose la question de l’équité globale des impôts , taxes et redevances , on voit vite qu’il faut arbitrer entre des motivations et des populations contradictoires , et c’est donc bien le domaine de la politique dans le meilleur des cas , soutenue par l’arbitrage démocratique ( d’où le poids de la différence entre impôts et taxes qui ne sont pas dans la même « main  » ), ou bien , dans le moins « à visage découvert » ,dans le domaine de l’idéologie allant du collectivisme total au néo-libéralisme le plus fanatique .

        2. Pourquoi rechigne -t-on à payer une taxe publique ( audiovisuelle soit 11,50 euros par mois ) et jouit-t-on de payer une taxe privée ( orange internet 32 euros par mois ) ?

          1. il me semble avoir lu qu’il y avait une grosse subtilité sur la taxe audiovisuelle. Vu qu’elle n’est pas obligatoire (on peut choisir de ne pas posséder de récepteur de télévision), elle ne rentre pas dans le calcul du taux des prélévements obligatoires dont-le-ratio-par-rapport-au-PIB-est-l-un-des-plus-élevés-de-l’OCDE.

            Pourquoi rechigne -t-on à payer une taxe publique ( audiovisuelle soit 11,50 euros par mois ) et jouit-t-on de payer une taxe privée ( orange internet 32 euros par mois ) ?

            Sinon, il y a un principe dans le monde libéral qui est que tout mouvement d’argent doit à un moment être « purifié » par une entreprise privée.

            Ex: Sécurité sociale > patient = mauvais/impur
            Mutuelle privée > patient = bon/pur

            Etat > fonctionnaire = mauvais/impur
            Etat > sous-traitant > salarié = bon/pur

            1. Je me plaçais plutôt du point de vue du « ressenti » par les simples tondus que nous sommes , qui semblent mieux accepter une tondeuse privée ( sans doute parce que ce sont eux qui  » passent commande » ) qu’une tondeuse publique pourtant nécessaire mais automatiquement suspectée d’abus , selon un principe qui pourrait être l’individualisation des jouissances et la socialisation des désagréments .

  4. Vous pouvez aussi y ajouter les sanctions pénales qui ne sont pas proportionnelles au revenu.
    135€ d’amende pour excès de vitesse, cela représente environ 13% du salaire net d’un smicar (près d’un huitième du salaire). Pour un député qui gagne 5700€ net par mois, ça fait 2,4% de son salaire. Pour le PDG de Véolia qui gagne 16 145€ de salaire (sans les stockoptions), ça fait 0,8% !
    Plus rigolo dans l’autre sens, si le PDG de Véolia devait payer 13% de son salaire pour excès de vitesse, l’amende serait de 2099€. Et pour un député, elle serait de 741€. Bon, vous me direz que ça sert à rien comme calcul puisqu’ils ont des véhicules de fonction avec chauffeur !

    3
        1. Je ne larmoie pas trop sur les chauffeurs de « personnalités » ( l’espèce  » personnalités à chauffeur  » a d’ailleurs bien fondu ) .

  5. La taxation de 30% concerne les revenus du capital.

    Ce taux de 30% regroupe :
    * l’impôt sur le revenu (12,8 %)
    * les prélèvements sociaux (17,2 %)

    Les revenus du capital sont :

    * les intérêts
    * les dividendes
    * les plus-values mobilières
    * les revenus d’assurance-vie (pour les primes versées à compter du 27 septembre 2017)

    Ce taux est donc très bénéfique pour les contribuables fortement imposés.

    Les taxes sur l’essence:

    Le prix à la pompe c’est environ
    – 25% achat brent
    – 15% raffinage , distribution
    – 60% fiscalité

    coût du produit = brent + raffinage + distribution = CP

    fiscalité/taxes est le cumul de :
    * TICPE sur SP 95 et 98 : 0,70€/litre montant fixe
    * TVA 20% sur CP
    * TVA 20% sur TICPE

    1
    1. Nous achetons que du Brent ?
      Mais bon, vu le nombre de véhicules et la manière dont ils sont conduits en général, le carbu n’est pas cher… 😐

      1. Le cas du pétrole , qui est un élément essentiel de production directe ou indirecte , est d’ailleurs illustratif de l’ambivalence des jeux économiques ou tarifaires , car même si on oublie le sujet taxe en considérant qu’un état ( le contribuable ) peut lisser la douleur du prix à la pompe en réduisant la TVA ou en distribuant des chèques énergie en s’endettant , et qu’on ne s’intéresse qu’au prix pratiqué imposé par l’OPEP , ou l’OPEP+ et le pétrole de schiste américain , on voit que :

        – il y a eu l’été passé ( vite oublié) une période où le on était payé pour débarrassé certains de leur stock de barils , et où les réflexes anti gaspi et consommation – bagnole ont été passé sous les radars .Tant pis pour la planète et le climat .

        – aujourd’hui après une constante remontée du cours du Brent , on doit avoisiner les 82 dollars le baril , ce qui devrait encourager à consommer moins ( et c’est bon pour la planète ) , mais qui encourage surtout les pétroliers américains à retrouver une bonne rentabilité sur les extractions avec fracturation , et rempli les poches de l’OPEP et de la Russie .

        – certains prédisent sérieusement que le prix standard sera bientôt de 100 dollars le baril . On pourrait penser que ça fait plonger la consommation et pousse à trouver des sources d’énergies vertes ….sauf que dans le même temps , ce prix rend jouable l’extraction dans l’antarctique ( plus de 200 milliards de barils repérés ) et la plupart des compagnies internationales ont ce fer au feu , au mépris de la dégradation et risques industriels sur ces lieux .

        Mort à la bagnole et au pétrole ou mort à l’espèce , il va falloir choisir .

        1
  6. Bonsoir,
    Concernant le tabac, pourquoi est-il taxé autant puisqu’il est dangereux.?
    Concernant le carburant que mon auto consomme le prix du litre a fait une drôle flambée. Pourquoi ?

  7. Je dois être le seul lecteur idiot de cet article mais je suis désolé je ne comprends pas de quoi tu parles quand tu dis :

    « Pour les riches, le plafond de la taxation est de 30% ; ce qui veut dire que pour 100 on va payer 30 en plus. »

    Que veut dire cette phrase ?

    A quoi font référence « 100  » d’achat ou de revenus (?) à quoi ou à qui fait référence « payer » et c’est quoi ces 30 en plus de quoi ?

    Tu parles de la Flat Tax Macron sur les revenus de capitaux mobiliers, dividendes ?

    4
  8. Mr Auxiètre vous me fatiguez.
    Votre dépense hebdo pour manger et vous déplacer représenter quel pourcentage de votre budget ?
    Allez voir « Debout les femmes « .

  9. Vous loger, vous chauffer , vous habiller ? Quel pourcentage de votre budget ?
    On verra ensuite pour les loisirs du genre ciné, livres, musique, resto etc.
    si ça fait partie de vos possibilités. Bref faites nous un détail de vos possibles pour qu’on en discute !

  10. Salut CloClo

    J’avais fait un commentaire ci dessus sur ce que j’ai cru comprendre du message de JBA sur la fiscalité :
    – 30% sur les revenus du capital
    – 60% ( variable selon le coût du Brent ) sur le prix à la pompe

    On aurait pu aussi parler de l’évasion fiscale déjà abordé sur le site , des prix de transfert intra-groupe pour délocaliser la marge sur les pays à faible fiscalité,…..

    1
  11. L’Insee calcule l’indice des prix hors tabac (inflation)
    Seul le prix à la pompe aurait augmenté de 28 % dans l’année en cours (carburant).
    Les pays producteurs de pétrole n’ont pas augmenté. La différence viendrait des taxes intérieures ?

  12. Le pouvoir d’achat des riches est en constante augmentation alors que pour les pauvres et les classes moyennes il y a diminution. L’Insee réalise son calcul de l’inflation sur ses relevés de prix à l’aide d’une nomenclature de description des produits.
    Comment voulez vous calculer votre budget. ?
    Nous ne sommes pas en démocratie et à quoi servirez le calcul de votre budget personnel ?

  13. Mais le prix du carburant externalités comprises est bien celui que prélève l’état (environ x3 du prix (sortie de raffinerie +distribution ) disons).
    (Externalités des dégâts du CO2, des bouchons, de la pollution,…)
    C’est le FMI qui a fait le compte tout récemment,
    https://www.imf.org/en/Publications/WP/Issues/2021/09/23/Still-Not-Getting-Energy-Prices-Right-A-Global-and-Country-Update-of-Fossil-Fuel-Subsidies-466004
    et c’est l’explication du chiffre de subventions aux énergies fossiles, avancé sous une des trois formes :
    11 millions de dollars de subventions (subsidies) par minute
    7 à 8 % du PIB (GDP) en subvention aux fossile
    5 trillions de dollars par an de subvention aux fossiles (5000 milliards de dollar,
    soit environ 2000$ par an par foyer sur terre, ou 2000$ / an par citoyen consommateur effectif d’énergie de l’OCDE).

    Sic transit riscalda mundi

    3
    1. Les états sont drogués à la consommation des carburants. De l’argent facile que les citoyens sont obligés de dépenser pour rester dans la course suicidaire d’une civilisation qui se mange la queue.

  14. Selon les calculs réalisés par des sol-disants experts, le consommateur qui est également contribuable doit payer sa part. Le consommateur/contribuable est devenu une unité de consommation. La corruption est importante dans notre pays. La consurrence sur la consommation est devenue une réalité politique du moment. Taxons et encaissonst peut être synonyme de spéculation ?
    L’économie française se porte mal puisque les matières premières n’existent pas. Obligés d’acheter du pétrole aux pays producteurs pour redistribution.

  15. D’accord sur le fond, lu Picketty, etc.
    Mais dans le cas pris comme exemple:
    – on a d’un coté la taxation d’un revenu, en % de ce revenu (les 30%)
    – on a de l’autre coté une taxe, ajoutée au prix d’achat d’un bien (l’essence).
    On peut taxer l’essence à plus de 100% (on le fait)
    On ne peut pas taxer le revenu à plus de 100%: on ne peut pas prendre à un contribuable plus que (100% de) son revenu. Sauf à appauvrir son capital.
    Donc d’accord politiquement, pas mathématiquement.

    1. Sauf que :

      Ce taux de 30% regroupe :
      * l’impôt sur le revenu (12,8 %)
      * les prélèvements sociaux (17,2 %)

      Ce taux d’impôt sur le revenu est donc très bénéfique pour les contribuables à très haut revenu .
      On n’est plus dans l’impôt progressif.

      Taux d’imposition sur le revenu appliqué sur la tranche correspondante

      Jusqu’à 10 084 € : 0 %

      De 10 085 € à 25 710 € :11 %

      De 25 711 € à 73 516 € : 30 %

      De 73 517 € à 158 122 € :41 %

      Plus de 158 122 € :45 %

      2
      1. Il est imposé qu’à 40 % Clo Clo ?!!!

        M’étonne pas qu’il se paie une Lamborghini et qu’il se foute des contrôles de vitesse …

        1
  16. j’ai aussi le sentiment que le billet ne vaut pas tripette.
    L’impot sur le revenu est une chose, sur les biens immobiliers et immobiliers une autre chose. On ne peut pas y intégrer les cotisations sociales, c’est un autre débat.
    Ensuite les taxes sur la consommation sont autre chose.
    Sur chacun des éléments, il y a des niches d’injustice crasseuse.
    Piketty a fait un boulot d’éclaircissement très utile.

    Après, il y a les obscurités. Ne pas savoir ce que le collègue reçoit en salaires, et en avantages. Et ignorer les différences vécues par les emplois sans avantages extra légaux ou extra sociaux (titres restaurant, assurance-groupe, etc).
    Je n’entre pas dans le détail car je connais plus la fiscalité belge.
    finalement le billet ne porte que sur une différence de perception comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.