Université de Porto, Transhumanism and the Future of Humanity, conférence en ligne, les 21 et 22 octobre 2021

Une heure plus tard pour nous : mon intervention à 10h30.

Conference | Transhumanism and the Future of Humanity

21-22 October 2021 | Online

 

Zoom link available by request: ifilosofia@letras.up.pt

Political movement, philosophy of technology, worldview, way of thinking about the future of human life, or just an invention of science-fiction? What is transhumanism? What distinguishes it from post-humanism or cyborg theory? To propose this question again is neither useless nor rhetorical at all. Due to the current development of digital technologies and artificial intelligence, the debate on transhumanism is today more alive than ever. As Max More describes it, “transhumanism is a class of philosophies of life that seek the continuation and acceleration of the evolution of intelligent life beyond its currently human form and human limitations by means of science and technology, guided by life-promoting principles and values.” What are transhumanist values? Does transhumanism necessarily convey a political vision? The conference intends to explore the impact of transhumanism on our conception of subjectivity and human identity, and this starting not only from the pioneers (Huxley, Teilhard de Chardin, Minsky, More) but also from more recent authors (Bostrom, Kurzweil, Savulescu, etc.). The conference intends also to open a new debate on a very complex issue. It is a crucial debate because it is deeply connected with digital technology and the future of artificial intelligence.In addition to the keynote speakers there will be sessions with communications and debates.

PROGRAM

21 October 2021
9h00 – 9h30 | Greetings and introduction

9h30 – 10h10 | Paul Jorion (Catholic University of Lille): “Transhumanism and the Future of Humanity”

10h10 – 10h30 | Discussion

10h30 – 11h10 Maria João Couto (University of Porto): “The post-human condition. Statements on uncertainty”

11h10 – 11h30 | Discussion

11h30 – 12h10 | Steven Gouveia (University of Minho): “A critical analysis of the mind-uploading hypothesis”

12h10 – 12h30 | Discussion

12h30 – 15h00 |  Lunch Break

15h00 – 15h40 | Robert Frodeman (University of North Texas): “Hyper-Modernity or Post-Modernity: On Whether More Science and Technology is a Good Idea”

15h40 – 16h00 | Discussion

16h00 – 16h20 | Anna Puzio (Munich School of Philosophy): “The Human Being as an Algorithm – An Examination of Transhumanism and its Anthropology”

16h20 – 16h40 | Bertrand Guillaume (University of Technology of Troyes, European University of Technology): “Teilhardian Thought and Charbonneau’s Critique in Retrospect: A Philosophical Inquiry into Transhumanism in the Anthropocene”

16h40 – 17h00 |  Roman Krzanowski, Pawel Polak (Pontifical University of John Paul II): “Novacene: James Lovelock’s vision of Transhumanism”

17h00 – 18h00 | Discussion


22 October 2021
9h00 – 9h40 | Newton Lee (Institute for Education, Research, and Scholarship): “Is Transhumanism the answer to UN Sustainable Development Goals (SDGs)?”

9h40 – 10h00 | Discussion

10h00 – 10h40 | Luca Possati (University of Porto): “Four criticisms of Transhumanism”

10h40 – 11h00 | Discussion

11h00 – 11h40 | Tiago Carvalho (University of Porto): “Technological Gnosticism and ‘Nontade’ in Hermínio Martins”

11h40 – 12h00 | Discussion

12h00 – 15h00 | Lunch Break

15h00 – 15h20 | Kamila Kwapińska (Centre for Critical Thought, University of Kent):The Political Agency of Robots and Technological Evolution”

15h20 – 15h40 | Jaroslav Malík (University of Hradec Králové): “Wrestling with the posthuman: Understanding the relationship between technology and human autonomy”

15h40 – 16h00 | Cian Brennan (University of Glasgow): “Moderate Enhancement: A Non-Radical Path to Radical Enhancement”

16h00 – 16h20 | Discussion

Final Greetings

Organization
Luca M. Possati (IF-UP)
Paula Cristina Pereira (IF-UP)
RG Aesthetics, Politics & Knowledge (APK)
RG Philosophy and Public Space (PPS)
Instituto de Filosofia da Universidade do Porto – FIL/00502
Fundação para a Ciência e a Tecnologia (FCT)
U.Porto e Banco Santander – Programa Santander Universidades

Partager :

9 réflexions sur « Université de Porto, Transhumanism and the Future of Humanity, conférence en ligne, les 21 et 22 octobre 2021 »

  1. La définition du transhumanisme donnée par Max More, soit « Le transhumanisme est une catégorie de philosophies de vie qui cherchent à poursuivre et à accélérer l’évolution de la vie intelligente au-delà de sa forme humaine actuelle et de ses limites, au moyen de la science et de la technologie, guidées par des principes et des valeurs favorisant la vie » appelle pour le moins plusieurs questions…

    – « poursuivre et à accélérer l’évolution de la vie intelligente » – c’est poser la vie intelligente en termes évolutifs, ce qui certes est incontestable au plan le plus direct puisqu’il y a dix millions d’années on est certain qu’il n’existait sur Terre nul être capable d’interactions sociales par le langage et qu’il en existe aujourd’hui, mais survole à grande altitude la question de comment de tels êtres (nous) sont apparus. « Par l’évolution », certes. Mais encore ?

    Si on souhaite se donner pour objectif de « poursuivre », voire carrément d’ « accélérer » cette évolution vers l’intelligence, il semblerait utile d’en découvrir beaucoup plus sur la manière dont c’est historiquement arrivé dans les derniers millions d’années que le peu qu’on en sait aujourd’hui

    – « au-delà de sa forme humaine actuelle et de ses limites » – l’hypothèse sous-jacente est qu’il est possible de détacher la vie intelligente actuelle de sa « forme » humaine, afin d’aller ailleurs, un « au-delà » que l’on suppose préférable. C’est une hypothèse forte, l’intelligence humaine serait donc totalement ou du moins largement indépendante de la forme, c’est-à-dire du corps humain… en somme, l’âme serait donc séparable du corps 🙂 ? Mais en sommes-nous si sûrs ? Si nous parlions de religion chrétienne, il faudrait déjà largement critiquer cette idée, en rappelant la résurrection selon la chair – non en tant que fantôme

    Sans doute, nous parlons plutôt des sciences, mais… l’optique est à peu près la même 🙂 Et c’est le corps tout entier qui a un rôle dans la vie intelligente humaine

    – « guidées par des principes et des valeurs favorisant la vie » – l’idée sous-jacente est que cette entreprise supposée déboucher sur un avenir meilleur (intelligence augmentée, conscience élargie, perceptions étendues, limites repoussées, immortalité) doit être guidée par une certaine éthique, on ne va certes pas faire n’importe quoi, on n’a que de bonnes intentions.

    Cette précision est utile, étant donné qu’il y a déjà eu dans l’histoire européenne un mouvement qui s’est donné pour objectif d’ « accélérer l’évolution », en se basant sur la science, et en « favorisant la vie ». Leur chef s’est donné la mort dans un bunker à Berlin en 1945, et généralement ce mouvement n’a pas laissé de si bons souvenirs. C’est que ces gens, quand ils parlaient de favoriser la vie, s’intéressaient à la vie en général pas à la dignité humaine individuelle, et ne se souciaient guère de casser pas mal d’œufs pour faire leur omelette. Et encore, l’état de la science de l’époque a été largement dépassé ensuite, et le racisme scientifique totalement abandonné, c’est-à-dire que leur méthode pour accélérer l’évolution n’aurait pas fonctionné de toute façon.

    Quelles sont donc les garanties que le mouvement transhumaniste ne générera pas des mouvements aussi catastrophiques que la tentative précédente ? Quel est notamment le degré de certitude des modèles scientifiques qu’ils se proposent de prendre pour base ? Et encore et avant tout, qu’entendent-ils au juste par « favoriser la vie », quelle idée se font-ils de la dignité humaine individuelle, y compris celles des représentants les plus pauvres ou les plus diminués de l’humanité ?

    1
  2. Hier soir j’ai revu Interstellar comme un certain nombre ici je suppose. Et j’ai compris pourquoi Paul Jorion a cité ce film un certain nombre de fois. C’est qu’il y un vrai air de famille entre le Professeur John Brand (Michael Caine) et lui-même ! John Brand, même s’il ne le verra plus, est bien le sauveur de l’humanité puisque c’est lui qui aura posé l’équation pour résoudre le problème de la gravité et envoyer l’humanité dans l’espace dans des cylindres O’Neill .

      1. Pr John Brand est un menteur, certes, et alors ? Car en effet il est à l’origine d’un double sauvetage de l’Humanité.

        Il est vrai qu’il admet sur son lit de mort que c’est son plan B qui a la priorité depuis le début, et que son plan A n’a servi qu’à motiver les troupes.

        Mais c’est bien lui qui a posé l’équation : sans équation, impossible de la résoudre, n’est ce pas ?

        Et cela fait de lui le double sauveur de l’Humanité : tous les Terriens vivants sont sauvés dans notre galaxie dans des cylindres O’Neill (son plan A) et une nouvelle Humanité naît dans une autre galaxie grâce aux embryons congelés (son plan B) aidés par Mlle Brand et M. Cooper (lequel, semble-t-il, repasse dans le trou de ver en train de se refermer).

        Très fort le menteur !

        A moins bien sûr que ces êtres qui nous veulent du bien ne lui aient soufflé l’équation. Dans ce cas il est un moins que rien.

        Histoire ridicule, mais beau film.

          1. Ca se discute. Bien sûr c’est ce que mes parents m’ont dit, et c’est ce que j’ai expliqué à mon fils. Et pourtant, vu le succès des deux plans pour sauver l’Humanité, que John Brand soit un menteur, qui s’en souciera par la suite ? Je sais bien que ça laisse la porte ouverte aux plus noirs projets (p. ex. Hitler : « une fois que nous aurons gagné, qui se souciera des Juifs ? »). Sauf que là, c’est pour la bonne cause…

Répondre à Toulet Alexis Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.