Armes hypersoniques : du supplément et assez gadget, par Alexis Toulet

Shakespeare écrivait déjà sur les planeurs hypersoniques et le bombardement orbital. C’était dans sa fameuse pièce « Much ado about nothing » : Beaucoup de bruit pour rien 🙂

Donc, les Chinois disposeraient d’armes nucléaires imparables ? Et les Russes aussi ? Noooooon ! Quelle horreur ! Quel bouleversement stratégique !

Vous voulez dire… des armes comme leurs missiles balistiques intercontinentaux, en somme ? Ceux qui sont en service depuis des lustres 🙂 ?

Eh oui, tout cela ne change en rien l’équilibre stratégique, pour la bonne et simple raison qu’il était déjà assuré merci pour lui !

Une chose que beaucoup de responsables américains font semblant de ne pas comprendre, c’est que la montagne d’argent qu’ils ont jetée depuis les années 1980 dans les différents projets de défense antimissile balistique intercontinental SDI, NMD etc. n’a accouché que d’une souris en termes de capacités réelles. Les Etats-Unis ne disposent que de peu d’intercepteurs de balistiques intercontinentaux, et surtout leurs capacités (« GBI ») sont sujettes à (grande, très grande) caution.

Même contre un pays capable au mieux de lancer une toute petite poignée de balistiques intercontinentaux, comme la Corée du Nord, leurs antimissiles GBI n’offriraient au mieux qu’une protection très incertaine. Alors, contre la Chine ! Sans parler de la Russie !

Poutine a insisté pour poursuivre le développement d’armes nucléaires « alternatives » type la torpille intercontinentale Status-6 d’une part par esprit « non seulement ceinture et bretelles, mais encore pantalon en béton et slip en acier trempé », bref pour ajouter protection sur protection parce que « on ne sait jamais », d’autre part pour pouvoir se présenter comme le grand protecteur miraculeux de la nation auprès des Russes.

Quand on regarde les déploiements effectifs, et là où va le plus gros de l’effort, la dissuasion nucléaire de la Russie comme celle de la Chine ce sont des balistiques intercontinentaux tout à fait classiques, qu’ils soient lancés de sous-marin ou depuis des silos à terre. De même qu’aux Etats-Unis, en France et au Royaume-Uni. Le reste, torpilles nucléaires et planeurs hypersoniques, c’est du supplément et assez gadget.

Bien sûr, les généraux le savent bien. Mais d’une part le raisonnement de Vladimir Vladimirovitch « J’inquiète pour rassurer, je représente l’adversaire comme terrible pour mieux appuyer ma légitimité de sauveur du pays » est tout à fait adaptable aux Etats-Unis, comme d’ailleurs à d’autres pays. D’autre part, les budgets militaires il faut bien justifier de les augmenter, alors si on peut monter un récit sur un prétendu « moment-Spoutnik » pourquoi s’en priver ?

Voir encore ce tweet du spécialiste du contrôle des armements Jeffrey Lewis

« Ce que nous avons vu est un événement très significatif d’un test d’un système d’arme hypersonique. Et c’est très inquiétant », a déclaré Milley.

Ce n’est inquiétant que si le plan est d’ériger une défense crédible contre les missiles balistiques chinois. Officiellement, la politique est de ne pas le faire. »

Partager :

20 réflexions sur « Armes hypersoniques : du supplément et assez gadget, par Alexis Toulet »

  1. À nos trop chers dirigeants, qui vaquent de par le monde à leurs rêves démiurgiques de postérités éternelles faisant des moulinets avec leurs petits bras tout en alignant les canons toujours plus gros comme autant de prothèses péniennes délirantes, je tiens à rappeler que pour que postérité il y ait, il faut que demeure après eux une vie pour la leur reconnaître. Qu’ils songent également que dans les cahots qui suivront leurs disparitions, les vilains joujoux qu’ils laisseront derrières eux pourraient tomber en des mains biens plus folles encore et obérer définitivement l’espoir qu’ils nourrissent d’une reconnaissance éternelle.
    Amen!

    4
    1. C’est vrai que leurs entrées dans l’Histoire, aux guignols qui nous gouvernent, le sera pour une courte durée. Les armes, les mauvaises gestions des stocks d’énergies fossiles, des sols, des eaux, des métaux et de la biosphère, mais aussi le réchauffement climatique qu’ils amplifient, feront qu’ils en sortiront plus vite encore qu’ils y sont rentés. Car dès qu’il n’y aura plus d’humain, il n’y aura plus d’Histoire. Seul le processus géologique se poursuivra. Très calme. Et personne ne viendra de l’espace pour faire des fouilles dans « notre couche », pour nous ressusciter : Petite théorie amusante.
      Mes affirmations sont certes susceptibles d’heurter les scientistes, mais je m’en fout impérialement. Les envies irréalistes, ou croyances, ne peuvent jamais devenir réalité ; parce que les Lois de la Physique sont bien au-dessus de nos désirs et de nos ridicules petites lois qui s’accumulent dans les codes législatifs du commerce et du « bizenès », chaque jours un peu plus.

      4
  2. Il y a trop d’avantages tactiques avec ces nouveaux hyper-missiles pour qu’on les néglige.
    On n’a pas dédaigné le moteur à explosion au prétexte que l’on avait déjà celui à vapeur.

    1
    1. Au début on a dégainé le moteur à explosion surtout parce qu’on savait pas que faire de l’essence en sortie de raffinerie. Avant, on la jetait à la rivière.

  3. Si vous me permettez, je pense que peut-être le problème de la survenue des armes hypersoniques n’est pas qu’une question de course à la « gadgétisassion » équipementière.
    D’une certaine façon, elles rendent la dissuasion « à la papa » obsolète dans la mesure où elle redonne à l’attaque un avantage décisif, annihilant les éventualités de riposte donc de dissuasion.
    Avec le meilleur radar longue portée, une fois la menace détectée, compte tenu de la vitesse exceptionnelle de ces engins, il faudrait être capable de riposter efficacement dans un délai de moins de 9 secondes avant d’être anéanti.
    Ainsi, la dissuasion qui consistait en une riposte, possible compte tenu des délais d’impact sur des engins « conventionnels » s’en trouve caduque. Et aujourd’hui, ce n’est plus la riposte qu’il faudrait chercher pour introduire une notion de dissuasion , mais bel et bien la quasi-simultanéité des attaques (exit la notion de riposte).Soit initiative sur initiative…
    Cela va bien sûr engendrer pour le pire, l’automaticité des systèmes de « défense » (l’humain n’étant plus assez rapide) et intronise l’intelligence artificielle en régente de la décision militaire par-devant le contrôle humain.
    On est dans le scénario « terminator ».
    Et cela interroge sur les agissements auxquels se sont habitués les provocateurs type « Erdogan » en Turquie, car illuminer une frégate française enclenchera une riposte immédiate automatique avant qu’aucun homme n’ait eu le temps de dire son mot.
    Il va y avoir des guerres « intempestives » à l’insu du plein gré des politiques. Et peut-être des « fukushima » militaires…Il est temps que tout ce beau monde s’assoie autour d’une table pour deviser de nouveaux accords.

    5
  4. Le NYT n’est pas très enthousiaste non plus , du moins les 2 experts cités

    https://www.nytimes.com/2021/01/15/science/hypersonic-missile-weapons.html

    The clashes between public views of hypersonic warheads and their actual abilities, the two experts conclude, arise from overstated official claims meant “to justify the expenditure necessary” for their development and deployment.

    Selon les deux experts, les divergences entre la perception publique des armes hypersoniques et leurs capacités réelles résultent d’affirmations officielles exagérées destinées à « justifier les dépenses nécessaires » à leur développement et à leur déploiement.

  5. Papier très pertinent.
    L’équilibre est là et on en revient à peu près au point de départ.

    Je sens qu’il va être temps de rédiger un second papier sur les accords SILT, cf. https://www.pauljorion.com/blog/2013/07/05/le-monde-sachemine-t-il-vers-des-accords-silt-par-thombilabong/

    Cette course sans fin est un gâchis sans nom que de nombreux peuples vont finir par exiger d’interrompre pour lutter réellement contre les fléaux climatiques et environnementaux qui s’annoncent. Pas plus les peuples américains, chinois que russes, ne seront épargnés par ces derniers. Ils sont – un peu – en train de le comprendre.

    1. Pas forcément.
      Pour le feu nucléaire, il y a toujours une validation humaine, même en riposte.
      Les automatismes sont seulement dans certains cas de figure.

      1. Il suffit de passer outre la confirmation humaine et bingo !, on serait dans les temps.
        Nous allons bientôt regretter les bonnes vieilles procédures ; qui vont nous sembler très réfléchies, en comparaison, finalement.

  6. «Vous voulez dire… des armes comme leurs missiles balistiques intercontinentaux, en somme ? Ceux qui sont en service depuis des lustres 🙂 ?»

    Bah non justement. La grosse différence est que les premiers peuvent etre de nos jours interceptés, certes avec une efficacité qui reste à prouver. Les seconds non.

    Il y a une « petite » nuance entre les 2 donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.