16 réflexions sur « Vidéo – « En thérapie » Un 6 à 9 »

  1. Je partage votre avis sur en thérapie, tres tres bonne série, et je m’y suis totalement retrouvé en tant que patient au long cours.
    Le succés de la premiere série francaise tiens a mon avis a cette exploration de la thérapie en temps que crise, comme sport de combat, ou il faut faire face a l’urgence (les attentats de 2015 et leurs conséquences sur la population globale) et aux crises individuelles des patient et du thérapeute plus ou moins liées a cet évènement, ce fait social total traumatique. Et c’est la convocation des mémoires individuelles des patients et du thérapeute au cours des seances qui va permettre le dépassement du trauma collectif. Je ne vais pas spoiler la deuxieme saison mais elle propose un regard plus en profondeur, notamment, sur les enjeux de la pratique thérapeutique en tant qu’exploration des limites du cadre de » neutralité bienveillante » proposé au patient et ce qu’il va chercher à en faire…

    1
  2. Au fond, combien y-a-t-il d’épisodes dans cette série qui est en thérapie ? C’est pour savoir quand est-ce qu’on pourra revenir consulter le blog et retrouver des sujets intéressants. À raison de 3 ou 4 épisodes “analysés” par jour, le calcul sera vite fait. Merci pour la réponse.

    1
      1. Je crains que l’Univers ne soit malheureusement pas présent tout à fait au complet sur votre blog…
        Et puis, il faut bien quelques notes discordantes quand un consensus se fait jour!
        Voyez ma réponse à l’intervention de ce Monsieur après votre 1ere vidéo « En thérapie ».
        Je pense sincèrement n’avoir pas été trop désobligeant.
        Avec tous mes encouragements.
        Eric.

        1
  3. J’ai aussi regardé cette série depuis l’origine , et me réjouis de pouvoir regarder ce soir l’acte 3 de la deuxième saison.

    Au delà des critiques de spécialistes ou de la prise en compte des inévitables impacts de la nécessité de faire court ( pas trop et c’est le talent des réalisateurs et réalisatrices ) , j’avais aussi très vite perçu qu’on tenait là une œuvre qui ne trahissait pas la qualité sous jacente de l’original israélien , et qu’on était dans la veine des Shakespeare , Molière , Dostoïevski , Camus , Ionesco …. pour ce qui est du roman de l’âme humaine .
    Le juif Freud , cet athée notoire , ne faisait d’ailleurs que retrouver la bible hébraïque qui  » soigne par la parole  » et connait la force du  » verbe ».

    En suivant les récits , je me suis pris moi aussi à imaginer mon attitude si j’avais été l’analyste ou l’analysant ; Comme analyste , ma tendance aurait été de rester beaucoup plus en retrait et en temps de compréhension plus complexe et patient . Comme analysant , je ne me suis senti
     » concerné » et  » démuni » que par deux personnages , présents dans la saison 2 , soit , paradoxalement le plus jeune , et le plus vieux ;

    Le plus jeune , dans la personne du jeune Romain , tiraillé ( comme beaucoup d’enfants aujourd’hui) par le divorce de ses parents qu’il aime et qui l’aiment, mais…qui , se retrouvant seul dans son trop jeune malheur où personne ne  » peut rien pour lui » dans cette injustice subie , s’échappe en pleurs du cabinet du psy en criant son désespoir . Devant cette souffrance , terriblement incontournable et réellement injuste , j’ai repensé à Aliocha , le plus jeune Karamazov qui peut tout comprendre et supporter , mais pas la mort d’un enfant . Comment peut on être un adulte tranquille , quand on ne peut répondre à l’injustice lue dans le regard d’un enfant confronté à sa première impasse ?

    Le plus âgé , dans la personne du chef d’entreprise ( joué par Jacque Weber ), responsable , droit dans son âme , confronté à cette même pesanteur de la marche du monde qui lui échappe , frustré dans ses tendresses , qui  » appelle « la mort pour échapper au « néant » du non sens .
    Je ne saurais pas non plus lui  » donner » le gout de survivre , car je ne sais pas lui  » justifier » la brutalité du monde .. Et il le sait .

    Dans les deux cas , je ne saurais que prendre la main , écouter …et sourire , le temps que le corps , plus fort que la raison , ne dicte finalement : on continue …quand même .

    Il y a aussi dans cette deuxième saison , un épisode crucial ( mais que j’ai trouvé un peu bâclé , faute d’y consacrer une bonne heure ,plutôt que 20 minutes ) , c’est l’épisode sur le jugement du psy Dayan devant la justice : confrontation tragique entre la Justice des homme selon l’institution , et l’appréciation de la  » justesse » d’une situation selon la psychanalyse ( on aurait de la même façon le choc justice des hommes vs justice « divine » ) .

    Au total ( pas encore ! ) , une œuvre « humaine » de qualité qui peut permettre à beaucoup de mettre des mots et des correspondances sur leurs propres défaillances , à défaut de remplir les salles d’attente des psy .

    On aimerait avoir le commentaire de Stéphanie , qu’on n’a pas vue depuis trop longtemps .

    6
    1. Effectivement le retour et l’avis de Stéphanie , sa vision en tant qu’hypnothérapeute, seraient de bon augure !

      ps : M. Juannessy n’en dites pas trop sur la 2ème saison , cela gâcherait l’intrigue . merci

      1
  4. La série originale israélienne, betipul, est en accès libre pour sa première saison sur Arte.fr. C’est très intéressant de comparer les deux (je préfère l’israélienne, plus sombre et plus vertigineuse sur les risque du contre-transfert et sur le personnage du pilote de chasse qui tue des Palestiniens et est le fils d’un rescapé de la Shoah énigmatique et violent, ce qui est évidemment, différent du policier sauveur du Bataclan, très bien écrit mais moins dérangeant de la série française). Les 2 séries sont très bien.

  5. Bonjour à tous,

    Je constate avec plaisir que nous sommes entre passionnés…
    L’ intérêt de la série réside peut-être en ce que chacun peut s’identifier à un personnage,
    A moins que ce ne soit à la fracture intime du personnage qui se rapproche le plus de la sienne.
    Quoi qu’il en soit, le sentiment qui me semble prévaloir sur tout les autres,
    C’est le talent (pour ne pas dire le génie) déployé par l’inconscient de tout les personnages
    -et l’on imagine la difficulté à faire émaner cela au travers de rôles de composition-
    Pour protéger de toute introspection, la clef même de leur propre fracture intime.
    Et si le praticien endosse à la fois le rôle de confident, de confesseur et de charlatan,
    C’est bien souvent successivement, séance après séance, et avec chaque patient,
    Ne finissant par être considéré comme un professionnel respectable,
    Que lorsque le patient est enfin parvenu à lâcher prise sur lui-même,
    Non sans s’être consciencieusement servi de son praticien,
    Comme d’un vulgaire paillasson.
    Nous assistons là à l’empoignade entre conscience et subconscience,
    La seconde prête à s’allonger, la première refusant même de s’assoir!
    A moins que ce ne soit l’inverse!
    Il ressort à mon sens, de ces héroïques combats,
    Bien plus riches et passionnants que bien des enquêtes policières,
    Et pourtant chaque fois éprouvants pour les deux protagonistes,
    Une puissante charge émotionnelle dans laquelle chacun peut puiser pour soi-même
    Pour avancer dans le bon sens s’il le désire,
    Ou reculer de défiance et continuer à protéger d’intimes à-priori.
    Paul, s’il vous plait, proposez vite une thérapie à Mr Poutine!
    Il en a tant besoin!
    Eric.

    1
  6. J’avais laissé un commentaire ..Apparemment il a été considéré comme un spam ou alors ll n’ a pas été publié..! Je disais dans celui ci que la méthode de soins de l’âme que constitue la psychothérapie est maintenant assez bien acceptée par le public en général..! Je disais aussi que il y a de plus en plus de personnes dans nos sociétés occidentales qui sont en souffrances psychiques. Et qui se font soigner en thérapie..! Que c’est pas étonnant en soi.! Les masses se font asservir et les classes moyennes se font déstabiliser et brutaliser par un système économique qui ne génère que plus d’exclusions et d’inégalités sociales..! Effectivement la psychothérapie est une méthode de soins de plus en plus acceptée et intégrée dans les mentalités du public. Chose assez inimaginable il y a encore de cela une trentaine d ‘années ! Dans les Années 1960 à 90. ! Le mécanisme du transfert étant une chose assez suspecte à l’époque chez les petits bourgeois.

    2
  7. Quel dommage que vous n’en soyez pas à l’épisode 35. On aurait pu en discuter pleinement.
    En attendant je voulais vous demander si la pratique de l’analysant allongé a toujours cours. Elle est très peu présente dans la série. De mémoire seul le premier épisode pour Ariane.

  8. Comment cuisinez vous vos patients Paul, C’est essentiel!
    Allongés, pendus par les pieds, ou assis sur la cuvette des WC?
    C’est certain, nous sommes tous impatients de le savoir!
    Et si vous aviez vu l’épisode n°35 vous sauriez qu’on peut le faire dans une pièce presque vide!
    De plus en plus passionnant!

  9. Un truc marrant.
    Dans la boite à doudous (6) que l’analyste montre à l’enfant venu avec ses parents se trouve un perceuse, une perceuse électrique.
    Percer les murs, percer les mystères … je ne crois pas que ce soit simplement le hasard.
    L’accessoiriste ne manquait pas d’humour.
    Ont du se marrer sur le plateau.

Répondre à Khanard Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.