C’est quoi être riche ?, par Pascal Charrier

Dans la vidéo ci-dessus, cette jeune femme offre un témoignage sincère accompagné d’une analyse très pertinente du fossé qui peut exister entre le « monde du français moyen » majoritaire dans la population mais peu représenté au niveau du pouvoir et le « monde de la grande bourgeoisie » minoritaire dans la population mais particulièrement bien représenté au niveau du pouvoir.

Cette dichotomie de la société me semble au cœur de la double contrainte qui pétrifie les gouvernants des démocraties actuelles.

Cette petite société (en nombre d’individus) cultive son identité sur l’accumulation infinie de richesses (financière, patrimoniale, culturelle) qui leur assurent par héritage un pouvoir de domination (financière, politique, symbolique) sur le reste de la population.

Ont-ils seulement conscience que cet accroissement de fortune et de pouvoir se construit sur la prédation sociale de l’humanité et la prédation physique sur l’environnement naturel ? Remettre en cause simplement l’idée de « croissance » signifie dès lors questionner leur identité même.

Mais la prédation est allée tellement loin que les sources se tarissent l’une après l’autre. La domination de la nature engendre l’anthropocène avec sa cohorte de crises des matières premières, des espèces, des biotopes et même du climat. Tout comme la prédation sociale, sous couvert de « règles économiques » (néolibérales) qui ne visent qu’à s’assurer la maîtrise du Pouvoir politique, lui même réduit aux domaines régaliens de l’État, afin de contraindre le « corps social » à se soumettre à la poursuite de l’accroissement des inégalités.

La fable fait dire au scorpion qui va se noyer sur le dos de la grenouille qu’il vient de piquer : « Telle est ma nature ». Peut-il en être autrement pour cette noblesse d’argent sans remettre en cause son identité même ?

Alors les gouvernants, issus de cette classe sociale ou lui étant redevables, poursuivent leur politique schizophrène. Le système éducatif s’effondre : continuons à réduire le nombre d’enseignants. Les forêts brûlent continuons à réduire le nombre des agents de l’ONF. l’Hôpital s’effondre, continuons à rendre invivable les métiers de santé…

Ce qui est le plus à craindre, me semble-t-il, c’est que dans le cerveau d’une personne comme Emmanuel Macron (qui au-delà de sa personne est le reflet de cette classe dominante) il y ait une réelle sincérité à penser « qu’il n’y a pas d’alternative ».

Cette jeune femme l’exprime très bien lorsqu’elle dit que si les « riches » se comparent aux autres, c’est toujours aux plus riches qu’eux-mêmes. Il ne leur viendrait même pas à l’idée de se comparer à une famille d’ouvriers. Il y a là un « déterminisme de classe » qui n’augure rien de bon quant à un potentiel changement de société par la raison.

Partager :

37 réponses à “C’est quoi être riche ?, par Pascal Charrier”

  1. Avatar de naroic
    naroic

    Ëtre riche, çà commence à partir du moment où l’on sait pas de combien d’argent on dispose – pour ma personne, à 50 € prêt, je sais sur combien d’argent je peux compter,
    Quant au témoignage de cette jeune femme, qui est passée par les grandes filières d’excellence de l’instruction sociale, c’est Histoire de Juliette: ou les prospérités du vice tellement elle semble se cogner au réel 😮🤨😣

  2. Avatar de 2Casa
    2Casa

    « Alors les gouvernants, issus de cette classe sociale ou lui étant redevables, poursuivent leur politique schizophrène. Le système éducatif s’effondre : continuons à réduire le nombre d’enseignants. Les forêts brûlent continuons à réduire le nombre des agents de l’ONF. l’Hôpital s’effondre, continuons à rendre invivable les métiers de santé… »

    Voilà qui me paraît extrêmement naïf. Vous pensez sérieusement que ce n’est pas délibéré ?

    Ce serait donc à l’insu de leur plein gré qu’ils présentent un tel acharnement à « détruire les acquis du CNR » (le vrai, pas le Canada Dry). Les pauvrets, ils sont donc plus à plaindre qu’à blâmer…

    François, Bernard, Jean Luc, Liliane, revenez, tout est pardonné !

    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      Il ne s’agit pas de les plaindre mais de comprendre les mécanismes en jeu. Ils sont enfermés dans un déterminisme identitaire qui relève pratiquement de la pathologie mais il n’y a pas que les riches qui sont atteints. J’ai connu des militants de Luttes Ouvrières qui relevaient du même enferment identitaire. Si demain les circonstances faisaient que vous vous retrouviez admis dans cette caste, ne seriez vous pas tenté dans devenir un fervent défenseur ? Je trouve remarquable l’attitude de cette jeune femme qui cherche à comprendre tout en ayant l’honnêteté de dire ses propres ambiguïtés, partagée entre rejet et fascination.
      La Révolution à la mode « à la lanterne on les prendra », l’histoire nous a montré qu’elle n’a en rien supprimé de la mise sous tutelle du pouvoir d’une aristocratie de robe mais l’a remplacé par une aristocratie de l’argent, avec au passage la mise en place d’une Terreur qui n’avait rien de bien humaniste ni de bien démocratique.
      Rappelons nous que la violence est inhérente aux rapports de domination donc elle participe du maintient du système. Si la violence est impuissante a changer le système, ne devrions nous pas chercher ailleurs ? Ne devrions-nous pas interroger la notion même d’identité ?

      1. Avatar de 2Casa
        2Casa

        Décidément. Qui se plaint ?

        Je vous dis seulement que vous avez une vision extrêmement naïve de l’action menée délibérément au nom de profit et de l’enrichissement (pantouflage, portes tournantes, représentations des idées devant les parlements nationaux, corruption des élites, tout cela a été amplement documenté ici, me semble-t-il). Qu’une classe cherche à « persévérer dans son être » en utilisant tous les leviers à sa disposition peut paraître naturel, on oserait espérer mieux dans un cadre démocratique.

        Pas besoin de les pendre, propriété, héritage, devraient suffire – Salut Juan 😉 … et un petit tour au RSA.

        Démocratie à coups de pompes dans le derche, si nécessaire.

        1. Avatar de Pascal
          Pascal

          Qui vous a dit que nous sommes en démocratie (au sens grec) ?
          Officiellement, nous vivons dans une « Démocratie Libérale » dont je vous voir les détails sur wiki.
          « Dans une démocratie libérale, l’État se réduit à ses fonctions régaliennes (notamment la justice et la sécurité, interne ou extérieure). Cependant, au cours du temps, pour faire face à de graves crises économiques et sociales, il a réglementé les relations économiques et sociales. »
          On ne vous parle nullement ici d’un peuple qui choisirait sa destinée au travers de l’Etat.

        2. Avatar de CloClo
          CloClo

          La plus part des riches familles vénitienne de nos jours, le sont depuis le XVème siècle ! Et il en est de même un peu partout sur Terre. Oui l’héritage matériel et culturel créé des castes dynastiques.

          D’ailleurs même en milieu révolutionnaire, une fois la violence éteinte ou canalisée, les nomenklaturas se reforment et se forment tranquillement mais sûrement.

          Personnellement je suis la deuxième génération à sortir de la terre poussiéreuse et suante, dans le style biblique. J’ai bien connu ce que j’entends dans cette vidéo de cette personne très délicate.

          Je suis d’accord avec 2Casa, il n’y a que l’égalité stricte déjà patrimonialement parlant et autant que faire se peut culturellement parlant (laisser bien plus de temps au gens pour apprendre et s’éveiller selon leurs dispositions naturelles) , qui peut résoudre ce cercle vicieux.

          1. Avatar de Pascal
            Pascal

            A Venise et à Paris (et d’autres capitales européennes) c’est vrai dans la mesure où ces pays ont une histoire « stable » depuis plusieurs siècles qui a permis cette structuration. Ailleurs, c’est beaucoup moins vrai. Nous discutions hier soir avec un ami grec qui me disait que cette aristocratie n’existe pas en grèce. Certes il y a des riches et des pauvres mais ils ne sont pas passé par la division « noblesse / clergé / tiers-état » qui a structuré la société en identité de classe.
            Je crois que sur le fond du constat, que ce soit avec toi ou 2Casa, on est d’accord mais ce qui me pose question c’est cette idée de mise en oeuvre d’une « égalité » que tu voudrais stricte. L’égalité est elle l’assurance de l’équité ? Je propose à Paul de nous écrire « Comment la liberté et l’égalité furent inventé » 😉
            Et si nous trouvions la définition universelle qui satisfasse tout le monde (sans les riches qui n’accepteront pas bien sûr), quel mécanisme, quel levier pour mettre en place dans la société cette égalité stricte ? Il faudra inévitablement remettre en place un pouvoir autoritaire qui imposera sa domination noyauté par une minorité… et s’est reparti !
            Pourquoi ne savons nous pas sortir de cette impasse ?

      2. Avatar de 2Casa
        2Casa

        Finalement, c’est le même problème qu’avec ces vieilles reliques aristocratiques, assurer et persuader de l’au-delà, l’à-côté, l’au-dessus, du commun.

        Si certains ont du mal avec l’égalité, on leur rappellera, fermement, comment ça fonctionne.

        1. Avatar de Pascal
          Pascal

          « Si certains ont du mal avec l’égalité, on leur rappellera, fermement, comment ça fonctionne. »
          De quelle égalité parlez vous ?
          Nous sommes tous égaux devant la loi et c’est une réalité.
          Mais qui écrit les lois ? Est ce le peuple ou une minorité qui défend ses intérêts et dispose du pouvoir régalien de l’Etat pour faire respecter ses choix ?
          https://www.tf1info.fr/societe/une-centaine-de-gilets-jaunes-interpelles-a-paris-2231929.html

  3. Avatar de timiota
    timiota

    « Mais la prédation est allée tellement loin que les sources se tarissent l’une après l’autre.  »

    J’appellerais cette idée, celle du « citron de Pareto », qu’on presse tant qu’on peux.

    Les sources sont distribuées (« suivant une loi Pareto » … ou pas peu importe, c’est pour donner l’idée qu’il y a une traine importante), on a extrait ce qu’on a pu des plus proches (le charbon de Lorraine) , puis on va aux plus lointaines (l’uranium du Niger, le gaz fracké), et idem pour les gens (quand la Chine devient cher pour les jobs liés à notre surconsommation on va au Vietnam, puis on ira en Birmanie ou aux Philippines).

    La subtilité est que l’agrume visé change lui-même pendant qu’on le presse. C’est une des forces ^perverses du capitalisme dont on ne se lasse pas : les techniques extractives vont de plus en plus « loin » (jusqu’à puiser les minéraux dans l’eau de mer pour pas mal de minéraux qui seront trop rares dans les mines ordinaires), et déplacent le front des demandes. Lithium et cuivre maintenant, par exemple, plus que le fer dans le XXème siècle. Et on peut imaginer que même en cas de succès des approches « biologiques » de la production (bactéries qui « extraient » des métaux, levures mises à contribution pour de la chimie organique), qui peut résoudre la tension de certains secteurs, c’est la prolifération des besoins qui continuera d’étendre ces limites et de presser un citron qui gonfle pendant qu’on le presse.

    Ce déplacement permanent de la « cible », rend difficile une bonne prédiction de collapse. Au fond, ce qu’on en sait est qu’il surviendra surtout sur un pan de notre activité dont on n’aura pas eu le temps de préparer la carence. La Pandémie de covid en a donné quelques exemples. Mais qui saura les extrapoler sans être un rabat-joie de service ?

    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      L’extraction existait déjà au Néolithique, la question est de savoir à partir de quand ça dérape vers l’extractivisme. Tant qu’on est dans une économie de troc, inutile de stocker des silex. A partir du moment où la valeur est transmise à un objet symbolique qui devient l’unité d’échanges, alors l’accumulation arpagonesque dévient possible.
      « Ce déplacement permanent de la « cible », rend difficile une bonne prédiction de collapse. »
      C’est intéressant cette quête de la prédiction, comme s’il allait y avoir une date précise (le 18 décembre 2022 est proposé dans un autre billet) mais j’ai bien peur que seuls les historiens nous donnent à postériori des dates qui ne sont que des repères historiques.
      Mais l’effondrement n’est il pas un processus dans lequel nous sommes engagés depuis bien longtemps ?
      Alors que cherchons nous a voir dans notre désir prédictif ? Ne serait ce pas plutôt un signe de rupture, soit vers l’inversion, soit vers l’accélération qui rendrait l’effondrement perceptible dans une dimension temporelle à l’échelle de l’individu, comme une « bonne guerre » avec sa date de départ estampillée. Quelle est cette fascination pour la prédiction ? Que révèle t elle de ce que nous sommes ?

    2. Avatar de Pascal
      Pascal

      Le collapse est déjà là !
      https://www.cnews.fr/monde/2022-09-10/inondations-au-pakistan-le-chef-de-lonu-dit-navoir-jamais-vu-une-catastrophe
      Mais la vague du tsunami n’a pas encore atteint les côtes françaises.

      1. Avatar de timiota
        timiota

        Oui, il y aura encore un reste de progressivité malgré la notion de « point de bascule ».
        En gros, on a bien vu avec la pandémie quelles types d’inerties on avait et quelles étaient ceux auxquels on tenait, les accès à l’énergie, l’information, le transport, malgré le confinement.

        C’est quand ces accès ne se feront plus « comme avant » (plus du tout) qu’on saura qu’on a collapsé. Mais c’est vrai qu’en Islande avec une grille électrique déconnectée du reste du monde et une bonne habitude d’avoir 3 ans de pièces de rechange pour cause d’insularité, ils n’auront pas la même marge qu’ailleurs.

        1. Avatar de Pascal
          Pascal

          C’est l’humanité qui est en train de collapser mais nous ne savons percevoir le concept que lorsque nous y sommes directement confronté.
          C’est comme si l’humanité tombait d’un gratte-ciel et que chacun, individuellement se demande : à quelle distance suis-je du sol ?
          Bon ok, le défaut de mon exemple, c’est que dans cette image du gratte ciel l’issue est connue et qu’il devient inutile de se poser des questions ! 🙂
          Ce que je veux dire, c’est que notre focalisation sur l’échéance n’est elle pas en train de nous aveugler comme le lapin dans les phares d’une voiture ?

  4. Avatar de PHILGILL
    PHILGILL

    Ce qu’il y a effectivement de particulièrement intéressant et pertinent dans ce témoignage sincère, c’est le fait qu’elle s’interroge d’abord vraiment sur elle-même plus qu’elle ne critique directement les riches.
    Ainsi, elle choisit d’adopter un « bon comportement » sur ce qu’elle observe, afin de se faire un avis sur ces « mondes parallèles ».
    Mais, il y a peut-être une autre raison pour laquelle elle ressent le besoin d’offrir son témoignage. Car, sur un plan plus psychologique, à défaut peut-être de posséder un capital financier ou matériel comme forme de richesse, c’est comme si elle voulait d’abord combler le fossé entre ces deux mondes par un capital expérientiel. Expérience un mot qu’elle répète à maintes reprises. Et donc, expérience sur laquelle elle s’appuie pour, en quelque sorte, essayer sur un plan personnel de combler ce vide qui l’angoisse, ne sachant pas comment faire pour le réduire autrement…
    Cette difficulté rejoint celle, entre autres, évoquée par François Ruffin : « La difficulté politique qu’on a c’est qu’auparavant les lieux du capital et les lieux du travail étaient liés. C’est à dire à Flixecourt, dans mon coin, quand les gens sortaient de leur usine ou de leur taudis, ils voyaient les châteaux construits par les frères Saint. Aujourd’hui, les châteaux de Bernard Arnault, ils sont à New-York, ils sont à Courchevel. Ils sont éloignés des lieux de production. »
    Alors, faut-il voir de ses propres yeux pour le croire ?
    Cependant, si comme on le dit aujourd’hui, la vraie richesse n’est plus dans les biens mais dans les liens, ne faudrait-il pas aussi apprendre à changer notre regard, afin de, par exemple, mieux cerner les causes pour lesquelles nos sociétés occidentales ne protègent et ne partagent bien plus cette autre forme de richesse qu’est le capital vivant ou naturel ? La nature, évoluerait-t-elle donc, elle aussi, dans un monde parallèle au nôtre, pour si peu la respecter ?

    1. Avatar de Paul Jorion

      « C’est à dire à Flixecourt, dans mon coin, quand les gens sortaient de leur usine ou de leur taudis, ils voyaient les châteaux construits par les frères Saint. »

      Avenue de l’hippodrome à Lambersart

      1. Avatar de Hervey

        Holà ! Pas Dieu possible ! Du ciment et des briques dans la crème chantilly ?…

    2. Avatar de Pascal
      Pascal

      Merci Philgrill
      Vous avez tout a fait raison de faire le parallèle entre le rapport de « domination de classe sociale » et de « domination de la nature ». On touche là, à mon sens, un point central qui reste pour le moment tout à fait ignoré. Tant qu’on considère que le problème c’est les autres, impossible d’avancer dans la compréhension de ce qui arrive à l’humanité.

  5. Avatar de Richelieu
    Richelieu

    Le bourgeois – et le petit bourgeois, son équivalent en moins riche et plus médiocre – est le sida de la société. Au sommet de la hiérarchie bourgeoise mondiale trône bien sûr la bourgeoisie américaine, qui a largement fait la preuve de sa nocivité et répandu la lèpre néolibérale sur la planète, en n’hésitant pas à engager des guerres contre les récalcitrants (Irak, Ukraine ..). Ces gens-là sont irrécupérables, comme nous en fait souvenir la déclaration réponse – pleine de morgue méprisante – faite par le préfet de police Lallement – ex petit boche de la PP – à une gilet jaune : « nous ne sommes pas dans le même camp, Madame » (« https://www.youtube.com/watch?v=0ltOBy1LIQE »). En effet.

    Comme ils ne partiront pas tout seuls, il faudra se bien remonter les manches un jour où l’autre.

    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      @Richelieu
      « Le bourgeois – et le petit bourgeois, son équivalent en moins riche et plus médiocre – est le sida de la société. »
      Je ne connais pas votre condition sociale Richelieu (intéressant d’ailleurs ce pseudo ;-)) mais si vous allez faire un tour en Afrique vous deviendrez ce « bourgeois blanc » qu’il leur sera justifier de vous considérer; à leur tour, comme le « sida de la société ». Le choix du bouc-émissaire a-t-il jamais été une solution à quoi que ce soit ?
      Je peux comprendre votre colère devant l’injustice sociale mais la colère ne mène dans les actes qu’à d’autres injustices.

      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Richelieu, pour satisfaire son Maître National centralisé et autocrate, chrétien team catho, il lui fallait cracher 1 sur les USA, 2 sur l’Ukraine. Voilà, c’est fait.

        1. Avatar de Pascal
          Pascal

          @Cloclo
          La manière dont Richelieu perçoit le problème est partagée par un grand nombre de personnes. Pourquoi ne pas leur accorder le droit de l’exprimer.
          La violence des rapports de classes génère de la souffrance qu’on ne peut pas nier et dont beaucoup d’entre nous ont pu faire l’expérience. Prendre en compte cette souffrance, c’est reconnaître en l’autre cette humanité qu’on partage et le chemin que chacun a à parcourir.
          C’est ce que j’admire chez cette jeune personne qui cherche à comprendre l’autre sans se précipiter dans le jugement. Il faut lire les commentaires de cette vidéo. Elle réussit à établir un dialogue là où la plupart dû temps n’existe que mépris ou incompréhension mutuelle.

          1. Avatar de CloClo
            CloClo

            Oui tout à fait Pascal, et il s’exprime.

  6. Avatar de Hervey

    C’est le monde de Lisette revu et corrigé.

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/001/229/327/275_001.jpg

    Une trouvaille cette Darah, la fille spirituelle d’Annie Ernaux … comme au théâtre … c’est la petite histoire occultée par nos nombreux médias subventionnés.
    Une Candide à suivre.

    Pour apporter de l’eau au moulin, l’ancien Président fait le service minimum mais le fait tout de même …

    https://www.facebook.com/Qofficiel/videos/386483023673169

    Notre Président en exercice sous ses airs d’enfant sage cache bien son jeu de tromperies permanentes.

    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      @Hervey
      Les jeunes Candides ont parfois un regard plus ouvert et affuté que les vieux maîtres Pangloss enfermés dans leurs certitudes 😉
      Et je préfère personnellement écouter les jeunes Candides qui feront le monde de demain, que nos « starts politiques » du petit écran qui répètent depuis des décennies une rhétorique qui n’a jamais été en lien avec leurs actes.
      Qu’est-ce qui vous gène dans ce témoignage ?

      1. Avatar de Hervey

        Votre interprétation est erronée, Pascal.

        1. Avatar de Pascal
          Pascal

          Pourriez-vous argumenter ?

          1. Avatar de Hervey

            Est-ce vraiment nécessaire ?

            « Une trouvaille cette Darah, la fille spirituelle d’Annie Ernaux … comme au théâtre … c’est la petite histoire occultée par nos nombreux médias subventionnés.
            Une Candide à suivre. »

            Une trouvaille cette Darah : Merci PJ de nous faire découvrir cette personne.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Ernaux

            J’ai jamais vu une enquête sur ces sujets dans les journaux.
            Candide de Voltaire qu’il faudrait d’ailleurs que l’on relise.

  7. Avatar de Irri

    Bonjour,

    Le seul moyen pour les Riches de se défaire de la culpabilité c’est d’invoquer le Mérite. Et d’user face à la dure réalité de la double-pensée. Sinon ils partageraient sans qu’on les y oblige : aucune Loi ne les contraint à tout garder

    L’écologie n’est PAS compatible avec le capitalisme. Et à mon avis lla démocratie non plus.

    j’ai publié aujourd’hui un billet sur ce sujet, s’il peut participer à la réflexion…

    http://calebirri.unblog.fr/2022/09/11/et-apres-nous-le-deluge

    1. Avatar de Hervey

      La présence de publicité sur votre blog va mettre tout lecteur (de ce blog PJ) dans l’embarras.

  8. Avatar de Lagarde Georges
    Lagarde Georges

    C’est quoi être riche ?

    Même si c’est le plus visible – et c’est justement fait pour ça – les vêtements et les montres hors de prix, plusieurs centaines de m2 dans les beaux cartiers plus un château en province, un jet privé, un yacht, c’est seulement des accessoires.

    Si on prend en compte le nombre de gens nécessaires à les produire et les entretenir et le personnel qui assure les nombreux services dont disposent les riches on peut plus directement percevoir que l’abolition de l’esclavage et la quasi disparition des cireurs de chaussures n’a pas supprimé tous les rapports de domination.

    Mais ce qui finalement distingue la richesse de la pauvreté ou de la simple aisance c’est l’importance des pouvoirs qu’elle confère à ceux qui en disposent, pouvoirs qui non seulement leur permettent de profiter de tout ce que je viens de résumer succinctement, mais leur permettent surtout d’avoir à leur service les gouvernements qui, démocratie et suffrage universel ou pas, n’ont le plus souvent pas d’autre possibilité que de se soumettre.

    C’est particulièrement visible aux États-Unis où des lois autorisent les riches à financer les partis et les élus qui leur conviennent mais il n’est pas très difficile de constater que c’est tout aussi vrai ailleurs.

  9. Avatar de Khanard
    Khanard

    excellente vidéo qui aborde tous les thèmes inerrants à la bourgeoisie.

    Par l’expérience vécue la jeune femme donne corps à toute une littérature à commencer par celle de Bourdieu mais aussi Jacques Ellul et tant d’autres qui avaient bien identifié cette dichotomie de classe(s) . Donc rien de nouveau sous le ciel de Satan .
    Pour rester positif je dirai que c’est stimulant de constater qu’une jeune femme bien sous tous rapports, on dira politiquement correcte , pas une de ces enragés gauchistes , islamo gauchistes , zadistes qui ont le poignard entre les dents pour éventrer ces salauds de bourgeois .
    Donc une vidéo vivifiante à tous points de vue .

    ps: la nouvelle mouture du blog m’enchante . Merci à tous ceux qui ont travaillé dessus .

    1. Avatar de naroic
      naroic

      « pas une de ces enragés gauchistes ,islamo-gauchistes , zadistes qui ont le poignard entre les dents pour éventrer ces salauds de bourgeois . » – que d’amalgames – vous pensez que les riches ont de la sympathie, de l’empathie pour ceux qui vivent que de leur force de travail ? – Le mépris est féroce à leur endroit, surtout quand ils revendiquent pour une meilleure rémunération ou autre entrave à leur enrichissement – Pour ces gens-là, la pauvreté est une fatalité, elle existera toujours, car il y a des gens qui peuvent, qui savent et les autres qui se débattent avec leurs instincts mal domestiqués et qu’il faut bien canaliser par le travail ou l’embrigadement – le racisme de classe sera le plus difficile à éradiquer, car l’on s’estime toujours méritant du bon sort qu’il nous ait donné.

  10. Avatar de Gégé
    Gégé

    Cette jeune femme est attachante. Son auto analyse publique et vidéo me semble à risque. Ne pensez vous pas qu’il serait plus désigné qu’un certain PJ examine ses mouvements de l’âme ?

  11. Avatar de JeNeSauraisVoir
    JeNeSauraisVoir

    Cette vidéo décrit si bien l’entrée en sidération au sujet des stocks (des patrimoines) que l’on oublierait presque la façon dont ces stocks se constituent. Mais sur le blog de Paul Jorion, nous ne perdons pas de vue, n’est-ce pas, que la perpétuation et l’accentuation des disparités de patrimoines résultent de la machine à concentrer la richesse. Et à l’origine de cette machine réside le principe fondamental du capitalisme : l’avance de fonds donnant lieux – et droit – à l’accaparement du fruit du labeur d’autrui.

    Scandalisés comme nous le sommes par ce tableau apocalyptique, nous embrayons généralement sur le débat au sujet des inégalités avec quelques savoureuses excursions sur ce qu’est la richesse, son immatérialité (inégalement répartie elle-aussi) ; sur le bonheur qui n’est pas que richesse matérielle – des choses très habituelles en somme. Nous pourrions même nous hasarder sur le terrain également habituel, me semble-t-il, d’une éventuelle égalisation des patrimoines ou tout au moins celui d’un amoindrissement des disparités trop criardes.

    Mais, si entrainés par l’élan de notre indignation nous prenons l’épineux chemin de l’aplanissement des stocks en laissant en l’état les règles d’écoulement du flux, en demeurant donc dans le cadre du principe fondamental du capitalisme, parviendrons–nous à enrayer durablement la concentration des richesses et la dérive vers les disparités excessives que nous voulions combattre ?

    L’on observe par ailleurs que pour générer du flux (pour créer de nouvelles richesses) les réserves avancées par les possédants ne se suffisent pas à elles-seules. Il faut quelquefois ponctionner les aubaines prodiguées par la nature, toujours user des facilités mises à disposition par la collectivité et presque systématiquement enrôler d’autres personnes (bientôt peut-être uniquement des robots en tous genres). Autant le stock peut se soustraire (y compris au moyen de dissimulation) au regard de la collectivité, autant le flux a besoin d’elle pour exister !

    Il apparaît donc que la collectivité a plus facilement accès au flux qu’au stock ; que la génération et la répartition du flux se fondent sur le principe capitaliste que l’on pourrait résumer par le privilège actionnarial. Nous voilà donc en terrain familier : nos ainés de 1789 ont triomphé du privilège féodal (même si la bourgeoisie s’est vite insinuée à la place), pourquoi ne pourrions-nous pas venir à bout du privilège actionnarial en veillant cette fois-ci à faire périr dans l’œuf tout candidat à la succession de la bourgeoisie ?

    Voilà pourquoi, je répète inlassablement : allons aux états généraux du 21ème siècle ; à la suite de nos ainés entrons dans la carrière pour abolir le privilège actionnarial !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta