Des réformes à mettre en œuvre immédiatement : Anniversaire des dix ans de mon appel

Misère de la pensée économique (Fayard 2012), pages 325-334
Des réformes à mettre en œuvre immédiatement

Le sommaire du texte, que vous pourrez retrouver ici au complet (avec la justification de chacune des mesures proposées).

* Accorder à nouveau la priorité aux salaires plutôt que favoriser l’accès au crédit, lequel est nécessairement cher et se contente de repousser à plus tard la solution de problèmes se posant d’ores et déjà.

* Bannir la spéculation en rétablissant les articles de loi qui l’interdisaient dans la plupart des pays jusqu’au dernier quart du XIXe siècle.

* Mettre hors d’état de nuire les paradis fiscaux en interdisant aux chambres de compensation de communiquer avec eux dans une direction comme dans l’autre. Les mesures doivent viser l’ensemble de ces paradis fiscaux : y compris ceux que les États tolèrent dans des enclaves sur leur propre territoire ; ainsi pour la Grande-Bretagne : Jersey, Guernesey, l’Île de Man et la City de Londres ; pour les États-Unis, l’État du Delaware, etc.

* Abolir les privilèges des personnes morales par rapport aux personnes physiques, privilèges ayant permis de transformer de manière subreptice dans nos démocraties le suffrage universel en suffrage censitaire.

* Redéfinir clairement dans les textes légaux l’actionnaire d’une société comme étant l’un de ses créanciers (un contributeur d’avances, autrement dit un prêteur) et non l’un de ses propriétaires.

* Établir les cours à la Bourse par fixing journalier ou hebdomadaire.

* Éliminer le concept de « prix de transfert » qui permet aux sociétés d’échapper à l’impôt par des jeux d’écriture entre maison-mère et filiales.

* Supprimer les stock-options pour instaurer une authentique participation universelle.

* Ré-imaginer les systèmes de solidarité collectifs, au lieu des dispositifs spéculatifs voués à l’échec en raison de leur nature pyramidale que sont l’immobilier ou l’assurance-vie, par lesquels on a cherché à les remplacer.

Enfin, dans un monde où le travail disparaît, la question des revenus doit être mise à plat et faire l’objet d’un véritable débat. Rien ne justifie de le retarder.

Partager :

17 réponses à “Des réformes à mettre en œuvre immédiatement : Anniversaire des dix ans de mon appel”

  1. Avatar de Chabian
    Chabian

    Ma première réaction fut de retrouver un dessin de Wolinsky (mais il n’est pas sur Gallica). Les travailleurs : Ce qu’on veut, c’est la révolution ! Le dirigeant syndical : Mais vous êtes fous, les patrons ne voudront jamais !
    Autrement dit : quel rapport de force serait nécessaire pour imposer/obtenir cela ?
    Ensuite : c’est passionnant, on aimerait que ce soit débattu avec d’autres…
    Enfin : je suis toujours convaincu que « le droit à l’emploi » est une revendication légitime, parce que le travail socialise, alors que le non-travail exclut. Si le travail disparaît, il faut organiser des activités sociales autres (bénévolat, fêtes, rituels, culture… et autres « corvées ») qui nous impliquent encore.
    Et, selon moi, le partage des revenus est une pratique qui se réalise tous les jours dans l’injustice. Comme les patrons (et les actionnaires) dominent la possession du revenu, ils considèrent les salaires comme une perte ou un coût. (Je viens de lire un texte sur « la tuerie de l’Union Minière à Elizabethville en 1941 » : patrons et fonctionnaires s’étaient largement augmenté au vu de l’inflation, mais n’ont pas réalisé leur vague projet de hausser un peu les salaires (et les rations) de misère pour éviter l’émeute…). C’est bien la propriété privée des moyens de créer du revenu qui est en cause. Le débat ne porte habituellement que sur la marge de la « perte » patronale.

    3
  2. Avatar de Arnaud Castex
    Arnaud Castex

    Parfait, Il n’y a plus qu’à l’envoyer aux dirigeants français, européens et à l’administration Biden. A défaut ça se retrouvera sûrement dans le programme de la NUPES et de Ruffin en 2027 ou avant (sait-on jamais). Il suffira juste d’y inclure le changement de modèle agricole, un gros plan de sobriété et de planification et c’est bon 🤞.

    1. Avatar de Garorock
      Garorock

      La NUPES avec la nouvelle dirigeante de EELV et Faure qui ne sera peut être pas reconduit – et Roussel qui n’attend que cela- a les ailes un peu plombée me semble t-il. 😎

      1. Avatar de arkao

        @Garorock
        Oiseau de mauvaise augure ! 😉

        1
  3. Avatar de Garorock
    Garorock

    * Abolir les privilèges des personnes morales par rapport aux personnes physiques, privilèges ayant permis de transformer de manière subreptice dans nos démocraties le suffrage universel en suffrage censitaire.
    Exemple: transformer Twitter en SCOP.

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Garorock Racheté 9 fois le chiffre d’affaire annuel soit 44 G$ pour 4000 employés environ celà fait quand même 10 M$ environ par employé qui n’ont sans doute pas les fonds pour se transformer en SCOP !
      Mais c’était juridiquement possible.
      Quand à se faire racheter par les clients utilisateurs 300 M ? celà ferait dans les 120 $ à comparer aux 8$ mensuels pour des comptes certifiés, ou les 20$ annuels environ de CA par utiisateur .

  4. Avatar de Khanard
    Khanard

    on aurait pu croire aux dix commandements ! comme dans ceux ci il manque le meurtre ! Non je plaisante ! quoique ……hehehehe !

    1
  5. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    @P.JORION écrit :

     » Ré-imaginer les systèmes de solidarité collectifs , au lieu des dispositifs spéculatifs voués à l’échec en raison de leur nature pyramidale que sont l’immobilier ou l’assurance-vie, par lesquels on a cherché à les remplacer.  »
    Pourriez-vous préciser cette proposition, de sa prémisse à sa concrétisation, en particulier pour l’immobilier..?

  6. Avatar de Benjamin
    Benjamin

    Bonsoir Paul,

    « Bannir la spéculation en rétablissant les articles de loi qui l’interdisaient dans la plupart des pays jusqu’au dernier quart du XIXe siècle. »

     » Redéfinir clairement dans les textes légaux l’actionnaire d’une société comme étant l’un de ses créanciers (un contributeur d’avances, autrement dit un prêteur) et non l’un de ses propriétaires. »

    Est-ce que là seconde proposition n’impliquerait pas (au moins partiellement) la première proposition ? En effet, n’est-ce pas la recherche de maximisation des dividendes (qui restent – par nature – variables) qui pousse à une spéculation toujours plus importante ?

    Autre observation : si l’actionnaire devient un créancier comme les autres, il faut dans ce cas harmoniser le mode de rémunération de tous les créanciers (quelque soit le format du prêt consenti à l’entreprise). Et dans le prolongement de cette réflexion, il faut rendre la « participation au bénéfice » de l’entreprise globalement plus équitable entre les créanciers, les salariés (qui opérationnellement oeuvrent à celle-ci et méritent également une juste rémunération à la hauteur des efforts consentis) et les clients de l’entreprise (à travers une tarification adaptée des produits/services proposés).

    Car aujourd’hui les salariés récoltent les « miettes » laissés par les actionnaires/créanciers et les clients (surtout les plus fidèles) ne profitent que rarement de la bonne santé de l’entreprise (à travers une remise des prix, par exemple).

  7. Avatar de Manuel Guérin
    Manuel Guérin

    Ma première pensée, lorsque cet article est paru ce matin, a été 10 ans de perdus !

    Comme je l’ai déjà signalé ici, aucune de ces propositions n’a été formellement reprise à droite ou à gauche de l’échiquier politique lors des élections présidentielles et législatives de 2022. En France, elles pourront donc être mises en oeuvre au plus tôt en 2027, dans 5 ans…

    Ce soir, je réfléchissais à comment les mettre en oeuvre et par laquelle commencer lorsque je découvre l’Affaire Pénicaud. Le mère de la réforme de la formation professionnelle de 2018 qui a ouvert le robinet d’argent public aux fonds d’investissement se retrouve embauchée par le plus gros d’entre eux. Passée la nausée légitime face à une telle absence d’éthique, m’apparait la solution : il faudra s’attaquer sabre au clair aux privilèges des personnes morales (qui au passage n’ont de moral que le nom) et au statut de propriétaire des actionnaires.

    Ces deux verrous sont à faire sauter de toute urgence et quoi qu’il en coute. Les conflits d’intérêts, l’endogamie, l’inceste, en un mot la corruption qu’entretiennent ceux qui détiennent les firmes, les politiciens et les hauts-fonctionnaires sont une peste qu’il faut combattre jusqu’à l’éradication complète de ses agents pathogènes.

    Reste la question du comment. Et là, malheureusement, je ne vois aucune solution. Le système électoral est totalement phagocyté par les sus nommés. Tous les leviers de pouvoir, privés et publics, sont mis en coupe. Les forces de l’ordre votent très majoritairement pour l’extrême-droite laissant peu de perspective à une solution raisonnée. Les jusqu’au boutistes préféreront toujours le fascisme sans fard pour retarder l’effondrement du fascisme masqué actuel à la négociation.

    Liens :

    https://www.liberation.fr/politique/muriel-penicaud-met-un-pied-dans-un-gros-groupe-de-formation-prive-20221128_VUJ43CQBI5G6BOJ3RQ533DAUEQ/

    https://www.liberation.fr/economie/social/apprentissage-lembarrassante-reconversion-dex-conseillers-de-muriel-penicaud-20221128_BPBFKMG2YRG75AC67CLBYXMDEM/

    1. Avatar de Hervey

      @Manuel Guérin
      et autres …

      Oui, vous dites vrai.
      La macronie porte en elle la corruption comme la nué porte l’orage …
      Cette génération de personnes entrés en politique connait fort bien le monde des affaires dont ils sont souvent les héritiers. Ils connaissent beaucoup mieux les systèmes de gestions informatiques ou comment s’en servir pour toutes sortes d’optimisations.
      De sérieux avantages sur une population qui dans l’ensemble est prise de vitesse sous les volées de bois vert et se couvrent en se demandant comment et pourquoi.
      C’est ce qu’explique ce lanceur d’alerte à propos de l’usage détourné de l’IA dans son secteur de compétence.

      https://www.youtube.com/watch?v=R2RD6uoCy1A

      En Europe aussi la démocratie est en danger !

      2
        1. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          @Hervey https://lareleveetlapeste.fr/pour-constater-que-lintelligence-artificielle-est-tres-dangereuse-il-suffit-de-regarder-dans-le-passe/ devrait suffire comme lien !
          Le ?fbclid= xxx n’est qu’un élément qui montre comment la technologie est utilisée pour traquer les citoyens, ici par META (Facebook)
          Merci pour le lien (vers une page d’un site qui souhaite être suivi sur Facebook !)

  8. Avatar de Hadrien
    Hadrien

    Tout à fait d’accord avec ces propositions. Mais elles supposent, soit que la planète soit 4 fois plus grande qu’elle ne l’est, soit que nous ne soyons que 2 milliards, soit que nous fassions un retour dans le temps en 1900.
    Le problème n’est plus là.
    Pour rappel: notre problème est simple (ce qui ne veut pas dire facile):
    1) l’effondrement physique de la biosphère est dû à notre consommation de ses ressources, transformées en pollutions, que nous appelons aussi « richesse », mesurée (+- correctement) par le « PIB ».
    2) L’équation de Kaya simplifiée lie ce PIB aux humains sur cette terre: PIB = N*PIB/N = nombre de consommateurs N * niveau de vie moyen par consommateur PIB/N.
    3) Donc, si nous voulons diminuer l’effondrement physique de la biosphère il n’y a que deux solutions:
    3.1) Diminuer le nombre de consommateurs;
    3.2) Diminuer le niveau de vie moyen;
    Et/ou toute combinaison des deux.
    SIMPLE mais pas facile et TRES peu populaire
    Vos propositions visent à augmenter 3.2.

    1
  9. Avatar de Ruiz
    Ruiz

    On voit mal par quelle dynamique de telles transformations pourraient être imposées autrement que par un pouvoir étatique fort sous la forme d’un gouvernement mondial, qu’il soit obtenu par une victoire de l’hégémonisme Etats-Unien à l’ensemble du monde où l’extension de l’empire chinois avec son systême de contrôle au point.
    Rien dans nos sociétés et particulièrement au sein de l’Union Européenne et son idéologie sous-jacente (valeurs).

  10. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    Bon anniversaire à « l’abstraction » qu’est faite à vos judisieuses propositions, ou à l’amplification de résonance pouvant lui être apporté…?

    Voici en cadeau :

    « Une proposition macronienne de loi, soit disant « anti-squatter », à été voté grâce à la droite extrême et extrême droite, au parlement…

    Sauf qu’à la NUPES des voix s’élèvent en mettant en garde contre « l’assimilation » des populations des plus pauvres, précaires, discriminées… ne pouvant honorer leur « contrat » en payant les hausses des loyers, les explosions des dépenses contraintes comme les factures énergétiques (chauffage, gaz, fuel, électricité, carburant pour faire le cumule d’emplois en CDD très courtes durées, temps partiel contraint, etc, à ne pas confondre avec la suspicion d’emplois fictifs de l’ex de Ciotti…) et inflation vertigineuse (à deux chiffres bientôt) des denrées alimentaires… des transports en commun, du carburant, tout àa « en même temps » quoi… citoyenneté ne pouvant plus payer, parce que sous payée quoi… confondue avec des « squatters »…

    Deux chiffres disent que 3,5 % de la population… possèdent, sont propriétaires privés… de plus de 50 % du parc immobilier en location en France…

    Les plus « Assistés sans contreparties » devant être « assimilés » – à en croire cette proposition de loi devant être soumise aux votes des « sages », pour être appliquée par la signature d’un décret d’application… – aux « locataires/squatters » qui risquent de plus en plus de ne plus pouvoir arbitrer entre se chauffer dans des passoires énergiques, se loger dans habitas insalubres, instables, et nourrir les membres fragiles de leurs foyers… voila qu’il faudrait plaindre prioritairement les propriétaires privés de multiples logements locatifs…

    Non seulement « l’État providence » que leur « ras le bol fiscal » et « poujadisme » conspue par ailleurs quand il est question de payer pour des dépenses sociales (inutiles concernant les chômeurs-euses/fainéant.e.s, la retraite à 60/2 ans, etc, il paraît) de financement de services publics (ne leur rendant pas les services qu’ils en attendent, n’en ayant donc pas assez pour leur argent quoi, quand seuls les doutes incertitudes de leurs « temps de cerveaux disponibles » cèdent à la « DICTATURE des émotions » les sondant en permanence) prendrait des décisions administratives (sous contraintes de l’Europe) trop contraignantes en voulant classer leurs propriétés privés secondaires, tertiaires, etc, mises en location, comme passoires énergétiques, mais au lieu d’aider des familles entières de locataires à s’acquitter de leurs dettes privée (énergétiques, fond de solidarité de la loi « ALUR », etc), cet État devrait déréguler, déréglementer les délais trop contraignants de mise aux normes du dit parc locatif… mais surtout mettre la main à la poche, les subventionner quoi.

    D’autres chiffres disent qu’il faut plus de 6 générations aux plus pauvres, précaires… (plus de 50 % de la population est non imposable en tant que contribuable direct, en raison de trop bas salaire)… pour que leurs descendances puissent tout juste espérer gravir « l’escalier social » (sauf qu’il pourrait ne rester que trois générations à l’espèce avant son risque d’extinction), étant même pas une marche suffisante pour être propriétaire privé d’un logement principal. Plus de 25 % des 5 % des plus pauvres, précaires, de la population Française… n’arrivent même à survivre à la pénibilité au travail… à la promiscuité dans des logements insalubres lors de gestions néolibérales des crises sanitaires, climatiques, énergétiques, « sociétales », aux guerres commerciales, monétaires, de « civilisations », au dérèglement climatique, à la perte de la biodiversité, à la mal-bouffe, aux pesticides, aux scandales pharmaceutiques, etc.… pour profiter de l’âge de départ à la retraite fixée actuellement à 60/2 ans.

    Mais pourquoi n’entend-on pas les propriétaires privés de logements locatifs (dont une part croissance est de type airbnb etc), d’actions, d’entreprises (les « bonnets rouges » des bouchers ayant eu les honneurs aujourd’hui sur cnews et dans les rues parisiennes), de salaires variables, de stocks-options, de retraites chapeaux/dorées, par capitalisation, ayant toujours réussi à faire socialiser/subventionner leurs dettes privées pourries (et fraudes fiscales, « immorales optimisations fiscales », flat tax, etc), leurs pertes casinos (crises des subprimes, etc), quémandant des aides publiques pour « rénover », mettre aux normes « allégées » leurs passoires énergétiques, « commerces », se plaindre de la spéculation dérégulée, déréglementée, qui faite sur les problèmes (pénuries planifiées, organisées…) de gestions de stocks gérés en flux tendus de matières premières (énergétiques : gaz, pétrole, charbon, etc), terres rares, biens communs de premières nécessités sanitaires (masques, gants blouses, respirateurs, médicaments, purificateurs d’air, oxygène de réa, « vaccins arn/m », etc) et alimentaires (denrées de base essentielles à la subsistance : blé, riz, viande, etc, etc) cette spéculation influe sur la hausse inflationniste des prix des dits biens, énergies, et des privatisations de dividendes, bénéfices… ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta