Question à ChatGPT : L’échec de la vie à assurer notre immortalité individuelle crée-t-il une distorsion dans notre représentation de l’univers ?

Illustration par DALL-E (+PJ)

Paul Jorion : Une véritable victoire pour la vie, lorsqu’elle a émergé de l’inanimé, aurait été la génération de créatures immortelles. La vie a échoué à cet égard : elle n’a pu se perpétuer qu’en générant des créatures individuellement mortelles. La seule façon pour la vie de continuer à prévaloir et à se perpétuer a été pour ces créatures de dépasser la décrépitude en se reproduisant avant d’atteindre le terme de leur vie naturelle, c’est-à-dire de générer de minuscules clones d’elles-mêmes afin que l’espèce survive même si les individus ne durent qu’un temps. Plus les individus d’une espèce sont fragiles, plus l’espèce doit se reproduire rapidement. Cela signifie que chacun d’entre nous, qu’il s’agisse de légumes ou d’animaux, est témoin de l’échec presque total de la vie dans sa tentative d’immortalité. Ce simple fait ne peut qu’induire une certaine distorsion dans notre vision de l’univers qui nous entoure. Dans quelle mesure le fait qu’en tant qu’individus, nous incarnons des quasi-échecs dans la tentative de la vie de se perpétuer constitue-t-il une distorsion dans notre représentation de l’univers ?

ChatGPT (GPT-4) : La perspective que vous décrivez implique une certaine approche téléologique de la compréhension de la vie, suggérant que le « but » ultime de la vie aurait pu être l’immortalité, et que l’émergence d’organismes mortels représente une sorte d’ »échec ». Il s’agit simplement d’un processus de sélection naturelle dans lequel les caractéristiques qui augmentent la capacité d’un organisme à survivre et à se reproduire ont tendance à persister à travers les générations.

En ce qui concerne votre question sur la manière dont la mortalité des organismes individuels affecte notre perception de l’univers, il y a quelques points à prendre en considération :

Perception du temps : Le fait que nous, les êtres humains, ayons une durée de vie limitée, souvent mesurée en décennies, façonne notre compréhension du temps. Les phénomènes géologiques et cosmologiques qui s’étendent sur des millions ou des milliards d’années peuvent être difficiles à saisir intuitivement, car ils se déroulent sur une échelle de temps très différente de la nôtre. Cela pourrait fausser notre compréhension de l’univers et nous empêcher d’apprécier toute la portée et l’ampleur des processus cosmiques.

Perspectives existentielles : Notre mortalité affecte également notre vision philosophique et existentielle de l’univers. Le fait de savoir que nous disposons d’un temps limité peut susciter un sentiment d’urgence, nous pousser à chercher un sens et un but, et façonner nos croyances sur ce qui se trouve au-delà de cette vie. Ces attitudes, à leur tour, peuvent influencer la façon dont nous interprétons l’univers et la place que nous y occupons.

Limitation de l’acquisition des connaissances : Notre durée de vie limitée restreint également la quantité de connaissances que nous pouvons acquérir de première main. Nous nous appuyons fortement sur des connaissances partagées et cumulatives, transmises et développées au fil des générations. Mais ce processus implique inévitablement un certain degré de distorsion et de perte, ce qui peut affecter notre compréhension de l’univers.

Anthropocentrisme : Notre perspective humaine peut induire un certain biais anthropocentrique, nous incitant à voir l’univers en termes significatifs et familiers pour nous en tant qu’êtres humains. Par exemple, notre compréhension de la vie est façonnée par le type de vie que nous voyons sur Terre. Cela pourrait potentiellement limiter notre capacité à reconnaître ou à imaginer d’autres formes de vie qui pourraient exister dans l’univers et fonctionner selon d’autres règles.

En conclusion, le fait que nous soyons mortels façonne effectivement notre perspective de l’univers de manière significative. Mais il convient également de noter que notre capacité d’apprentissage, d’imagination et d’émerveillement nous permet de transcender ces limites et de repousser sans cesse les frontières de notre compréhension.

Jean-Marc Reiser + Paul Jorion + PhilGill

Illustration par DALL-E (+PJ)

Partager :

36 réponses à “Question à ChatGPT : L’échec de la vie à assurer notre immortalité individuelle crée-t-il une distorsion dans notre représentation de l’univers ?

  1. Avatar de Manuel Guérin
    Manuel Guérin

    C’est intéressant de noter que GPT-4 utilise « Nous » dans sa réponse et non pas « Vous. »

    Exemple : « Le fait que nous, les êtres humains (…) »

    1. Avatar de JMarc
      JMarc

      A Manuel Guérin 24/5 23h19

      Intéressant en effet, et je ne l’avais pas remarqué.

      ça me rappelle cette inversion des rôles que je faisais remarquer à ChatGPT dans notre conversation ci-dessous :

      https://www.pauljorion.com/blog/2023/03/12/video-le-temps-quil-fait-le-12-mars-2023-selon-chatgpt/comment-page-1/#comment-950230

    2. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Manuel Guérin Cela résulte de la formulation de la question ou nous désigne « légumes ou d’animaux » auquels le questionneur déclare appartenir, en utilisant être humain pour nous l’IA lui prépare un texte à son usage, mais cela donne effectivement l’impression au questionneur que l’IA est un être humain (pour l’IA).

      Il se considèrerait alors comme un animal ou un légume.

      Il n’est pas prouvé que l’IA comprenne le langage.

      La seule prétension est de fournir des textes qui paraissent intelligent à des humains.

      Le paragraphe :
      « Anthropocentrisme : Notre perspective humaine peut induire un certain biais anthropocentrique, nous incitant à voir l’univers en termes significatifs et familiers pour nous en tant qu’êtres humains. Par exemple, notre compréhension de la vie est façonnée par le type de vie que nous voyons sur Terre. Cela pourrait potentiellement limiter notre capacité à reconnaître ou à imaginer d’autres formes de vie qui pourraient exister dans l’univers et fonctionner selon d’autres règles. »

      est particulièrement intéressant parce qu’il sous-entends l’existence d’entités extra-terrestres et mets en avant les limitations terrestres des connaissances humaines, mais d’une façon qui s’applique aussi à lui-même, ce qui d’une certaine façon en fait un humain …..

    3. Avatar de JMarc
      JMarc

      A Manuel Guérin 24/5 23h19

      Votre remarque m’en inspire une autre :
      ChatGPT n’utilise jamais, me semble-t-il, la forme interrogative et dira par exemple « Votre question n’est pas assez précise. » plutôt que « Pourriez-vous préciser votre question ? ».
      Peut-être simplement un choix « d’habillement », peut-être pas ?

  2. Avatar de Delpuech
    Delpuech

    Bonjour
    La réponse est pertinente dans le cadre posé par la question. De ce fait elle est incomplète en particulier sur la nécessité pour assurer la continuité de la vie/du vivant que les organismes laissent la place à leurs descendants pour 1/ que les processus de reproduction entraînent des erreurs qui sont ensuite sélectionnées et 2/ que si ces erreurs aléatoires ne se produisaient pas il n’y aurait pas la possibilité pour le vivant de s’adapter aux changements géologiques, à des variations induites par l’existence même des vivants.

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Delpuech En ce sens la poubellisation nucléaire de notre environnement est un facteur majeur (involontaire et inattendu ?) de survie de l’espèce par le fait qu’elle favorise grandement des erreurs aléatoires ….

      1. Avatar de Delpuech
        Delpuech

        Oui et ça n’est malheureusement pas le seul aléa que les humains ont introduits !!!

  3. Avatar de Palodélie
    Palodélie

    1/ Que les processus de reproduction entraînent des erreurs qui sont ensuite sélectionnées et 2/ que si ces erreurs aléatoires ne se produisaient pas il n’y aurait pas la possibilité pour le vivant de s’adapter aux changements géologiques, à des variations induites par l’existence même des vivants.
    Cette conception de la sélection naturelle a fait long feu… cette théorie était encore acceptée il y a 15 ans. Plus du tout maintenant.

    2/ Je note que chatGPT adopte arbitrairement une compréhension non finaliste de l’univers, compréhension matérialiste/mécaniste/réductionniste qui ne va pas du tout de soi. Pour le reste, on peut toujours se demander si le but de la vie dans l’univers est d’aller vers + de liberté, + de communication + de rationalité ou + d’amour. Mais dans tous ces cas, la vie ici n’est qu’un moyen, non une fin, que l’immortalité ne servirait pas nécessairement mieux que la mortalité. Ce qui importe, comme la bien vu Bergson, c’est la mémoire, et la mémoire seule, c’est à dire la capacité à stocker de l’information réutilisable dans le futur (éventuellement par d’autres). Sans la mémoire, aucun de ces 4 buts n’est atteignable (après, si on fait de la mémoire elle-même un simple accident de l’évolution du vivant, il est certain qu’il n’y a plus rien à ajouter…).

    3/ L’immortalité est impossible à partir du moment où le milieu de vie est lui-même exposé au changement et à la destruction. En ce sens la mortalité est un by-product de la flèche du temps. A un moment t, tout environnement matériel est détruit.

    Il y a une certaine cohérence logique à n’avoir posé d’immortel que ce qui est d’emblée éternel, et qui ne peut donc pas se tenir ni dans l’espace ni dans le temps : appelons ça un ou des Créateurs de l’Univers. A la limite, seules des « consciences sans corps-substrat physique » et indépendantes de l’Univers matériel (une AI sentient n’est donc pas qualifiée car elle dépend d’une infrastructure matérielle pour subsister), si elles existaient, pourraient être qualifiées d’immortelles… Mais devrait-on dire qu’elles sont pour autant « vivantes »? Le christianisme répond « Les âmes sont des créatures (vivantes?), et à ce titre elles ont droit au respect ». On suppose que cela inclurait également des êtres tels que les anges, par exemple. Mais qu’est ce que la vie en ce cas? Certainement tout autre chose que ce que PJ avait en tête quand il a posé sa question.
    A la fin des temps, le christianisme imagine des « corps glorieux au Paradis », glorieux et éternels… de quoi s’agit-il? De corps de lumière? Mais en quoi cette lumière diffère t-elle de celle des anges? Que serait une lumière « + ou – matérielle »? Par souci de cohérence logique encore, de tels corps glorieux impliqueraient une recréation totale de l’univers. Tout comme la mortalité serait venue avec la destruction du monde qui existait avant la Chute (pour que l’homme soit mortel il fallait que l’Univers entier fusse désormais soumis à la flèche du temps, et/ou que ce dernier ne soit plus seulement « cyclique »), elle ne pourrait faire retour que dans un univers qui ne serait pas celui qui a résulté de la Chute.

  4. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Comme le langage est vivant, il cherche à se reproduire sur le substrat humain. Les GPT pourraient être vu comme des formes plus robustes de récepteur-émetteur de langage « human-made ». D’ailleurs, le « human-made » est un label qui prend du momentum, on se demande pourquoi, humain poovre humain !

  5. Avatar de Hervey

    A cela, la nature semble vouloir nous surprendre et dépasser l’image normée, tout comme l’artiste qui invente pour enrichir sa représentation du monde et faire entendre un autre musique.

    Photo d’un olivier (Italie) :

    https://scontent-fra3-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/348898346_207344628812025_7440910500062627264_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-7&_nc_sid=5cd70e&_nc_ohc=lUMjQQHfRD8AX_E-xRz&_nc_ht=scontent-fra3-1.xx&oh=00_AfBWG5iO-mjFB8GJofY6Xt5XzjqpqVoiixztGFRZ0XplxA&oe=6474DE73

    Aquarelle d’un olivier (vallée des Baux) :
    https://hervey-noel.com/wp-content/uploads/2017/04/hervey_peinture_olivier-aquarelle14.jpg

    D’où cette idée de l’art comme anti-destin (Malraux), impossible quête.

  6. Avatar de Benoît
    Benoît

    Bon ! Eh bien nous y sommes !
    La vie corps et âme est un échec puisqu’elle se finit par la mort…
    Et si c’était fait exprès ? Et si c’était nécessaire à au moins deux choses ?
    La première : l’adaptation au changement. Notre génome étant stable à titre individuel, il peut devenir obsolète. Il faut donc le remplacer régulièrement par un nouveau génome c’est à dire un nouvelle individu.
    La deuxième : nous n’avons peut-être pas encore bien compris la finalité de notre vie sur terre… Elle n’est peut-être pas d’acquérir l’immortalité mais plutôt de devenir capable d’amour véritable dans l’altérité. Pour ce faire il nous faut justement à titre individuel devenir libres de nos déterminants biologiques et donc renoncer à notre désir de toute puissance et d’immortalité centrée sur notre petite personne pour entrer dans la vie éternelle de l’Esprit… non pas l’esprit intelligence et perspicacité, mais l’Esprit Pneumatique, celui du souffle…
    Paul, laisser moi, je vous prie, vous interpeler…
    Vous êtes me semble-t-il dans la troisième partie de votre vie. Celle des bilans et celle aussi du désir de continuer à vivre coute coute,… ou de se laisser mourir… Avez vous assez aimé ? Avez vous rencontré et accueilli dans votre cœur le souffle de l’Esprit. Celui qui justifie l’âme et le corps ?
    Je ne m’attends pas à ce que vous répondiez, ici sur ce blog, à ces questions intimes et universelles. Mais si vous n’y répondez pas par l’affirmative maintenant en votre fort intérieur, alors sachez qu’il n’est pas trop tard. Sachez que vous pouvez dès aujourd’hui faire le choix de l’amour absolu. Sachez que vous pouvez chercher dès aujourd’hui à rencontrer quelqu’un qui vous ouvrira au Souffle de l’Esprit…

    Ah ! j’allai oublier une dernière chose : L’intelligence artificielle ne vous permettra jamais de répondre à ces deux questions si essentielles…

    Je vous souhaite la belle journée, rayonnante d’une joie sans cause et d’un amour absolu…

  7. Avatar de Justin Billet
    Justin Billet

    “Une véritable victoire pour la vie, lorsqu’elle a émergé de l’inanimé, aurait été la génération de créatures immortelles.”

    C’est oublier que tout ce qui naît est condamné à mourir, plantes, animaux, hommes, soleil, univers, etc,… Il n’y a que l’éternité qui par définition ne meurt pas et ne naît pas non plus.

    1. Avatar de Paul Jorion

      C’est oublier que tout ce qui naît est condamné à mourir, plantes, animaux, hommes, soleil, univers, etc,…

      Ça a été le cas jusqu’ici mais il n’est pas du tout certain qu’une intelligence envahissant l’univers ne renverse pas la tendance : voyez en particulier les travaux de Frank Tipler.

      Et puis surtout : lisez la littérature de science-fiction, en vous souvenant que depuis le 30 novembre, tout un pan de ce qui était de la fiction est devenu de la réalité 😉 .

      1. Avatar de Justin Billet
        Justin Billet

        @ Monsieur Jorion encore

        …Et puis, si vous me dites que l’I.A. est née le 30 novembre, il est évident qu’il ne s’agit pas d’une vie éternelle puisqu’avant cette date, elle n’existait pas. L’éternité n’a pas d’avant ni d’après. En plus, il faudrait démontrer que l’I.A. est un être vivant.

        1. Avatar de Paul Jorion

          La Singularité, c’est différent de l’IA.

          L’immortalité ce n’est pas l’éternité : on peut être immortel à partir d’un certain jour, on n’est pas obligé d’avoir été immortel de toute éternité.

          1. Avatar de Justin Billet
            Justin Billet

            Vous avez raison, l’immortalité n’est pas l’éternité, c’est une méprise de ma part.

            Mais votre foi en une création que le temps ne concernerait pas m’étonne, surtout de la part d’un intellectuel. Car on se retrouve encore dans la situation qui est celle d’un dieu uber alles. Vous avez donc toujours ce besoin d’une vie “éternelle”, d’une vie après la vie, même si elle est incarnée par des machines dont la matérialité n’en fait plus des êtres humains? On comprend que les religions aient jouer sur un sentiment qui semble ancré profondément pour attirer les foules.
            J’avoue personnellement ne ressentir aucun besoin de cet ordre et par certains côtés je ne serai pas mécontent de ne plus être bien qu’ayant été. Comme disait tonton Georges: “j’aurai plus jamais mal aux dents”.

            1. Avatar de Paul Jorion

              Votre erreur est peut-être de me prendre pour un intellectuel. Votre déception devant mon attitude est fondée sur cette prémisse, mais y a-t-il quoi que ce soit pour soutenir cette hypothèse ? Je suis peut-être plus simplement l’imbécile que vous me supposez être par ailleurs.

              1. Avatar de Justin Billet
                Justin Billet

                Mais grand dieu, je ne faisais aucune supposition à votre égard et certainement pas celle que vous imaginez. Où voyez-vous cela si ce n’est dans la traduction que vous faites de mes propos. Je sais que les psys on une sérieuse tendance à l’interprétation des choses depuis les travaux de leur père Sigmund mais quand même. Non, j’avais juste une question au sujet du besoin d’éternité ou d’immortalité, c’est tout. Parfois s’en tenir au texte est ce qu’il y a de mieux.

              2. Avatar de JMarc
                JMarc

                Paul,
                Je pense que là vous faites erreur. Je ne vois ni mépris ni malveillance dans ce que disait Justin Billet.

                1. Avatar de Justin Billet
                  Justin Billet

                  Merci JMarc.
                  Heureusement qu’on a parfois un peu de soutien sur ce blog.

        2. Avatar de Khanard
          Khanard

          @Justin Billet

          Ci dessous vous pourrez lire un extrait de la thèse qu’a présenté Gilbert Simondon, ce devait être au début des années 1960.
          Si comme le dit M. Jorion la science fiction est devenue réalité alors on peut y ajouter M. Simondon.

          Je cite :
          «L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information

          L’être technique n’a pas de nature. Il peut être un analogue fonctionnel de l’individu mais n’est jamais un véritable individu organique.
          Supposons qu’une machine ai été dotée des mécanismes téléologiques les plus parfaits par ses constructeurs et qu’elle soit capable d’effectuer des travaux les plus parfaits, les plus rapides.
          Cette machine fonctionnellement équivalente à des milliers d’hommes ne serait pourtant pas un véritable individu. La meilleure machine à calculer n’a pas le même degré de réalité qu’un esclave ignorant parce que l’esclave peut se révolter alors que la machine ne le peut. La machine par rapport à l’homme ne peut
          avoir de véritables extériorités parce que en elle-même elle n’a pas de véritable intériorité.
          La machine peut se dérégler présenter alors les caractéristiques de fonctionnement analogue à la conduite folle chez un être vivant mais elle ne peut se révolter, la révolte implique en effet une profonde transformation des conduites
          finalisées et non un dérèglement de la conduite.
          La machine est susceptible de conduite auto-adaptative mais il subsiste entre une conduite auto-adaptative et une conversion une différence qu’aucune ressemblance extérieure ne peut masquer.
          L’homme est capable de conversion en ce sens qu’il peut changer de fin au cours de son existence. L’individualité est au-delà du mécanisme téléologique puisqu’elle peut modifier l’orientation de cette finalité. Au contraire la machine est d’autant plus parfaite que son automatisme lui permet de se régler elle-même d’après sa finalité prédéterminée mais la machine n’est pas autocréatrice même si l’on suppose que la machine en cours de fonctionnement règle ses propres mécanismes téléologiques on obtient seulement une machine capable au moyen de cette téléologie agissant sur une téléologie d’intégrer à titre de données les résultats des étapes précédentes du fonctionnement. C’est une machine qui réduit de plus en plus la marge d’indétermination de son fonctionnement selon les données du milieu et conformément à un déterminisme convergent . Cette machine par conséquent s’adapte mais l’adaptation est possible selon deux processus opposés celui que nous venons d’évoquer le dressage.
          Dressage qui aboutit à une conduite de plus en plus stéréotypée et à une liaison de plus en plus étroite avec un milieu déterminé. La seconde forme d’adaptation est l’apprentissage qui augmente au contraire la disponibilité de l’aide par rapport aux différents milieux dans lesquels il se trouve en développant la richesse du système de symboles et de dynamisme qui intègre l’expérience passée selon un déterminisme divergent. Dans ce second cas la quantité d’information caractérisant la structure et la réserve de ce schème contenu dans l’être augmentent les sauts brusques successifs que l’on peut nommer conversion marque les moments où la quantité d’information non intégrée étant devenue trop grande l’être s’unifie en changeant de structures internes pour adopter une nouvelle structure qui intègre la formation accumulée.
          Ce caractère de discontinuité, cette existence de seuil ne se manifeste pas
          dans l’automate parce que l’automate ne change pas de structure. Il n’incorpore
          pas à sa structure l’information qu’il acquière il n’y a jamais incompatibilité entre la structure qu’il possède et l’information qu’il acquiert parce que sa structure détermine d’avance quel type d’information il peut acquérir. Il n’y a donc jamais pour l’automate un véritable problème d’intégration mais seulement une question de mise en
          réserve d’une information par définition intégrables puisqu’elle est homogène par rapport à la structure de la machine qu’il a acquis. L’individu au contraire possède une faculté ouverte d’acquérir de l’information même si cette information n’est pas homogène par rapport à sa structure actuelle. Il subsiste donc dans l’individu une certaine marge entre la structure actuelle et les informations acquises qui
          étant hétérogènes par rapport à sa propre structure nécessite de refonte successives de l’être et le pouvoir de se mettre en question soi-même. Cette capacité d’être soi-même, un des termes du problème, que l’on a à résoudre n’existe pas pour la machine. La machine a des questions à résoudre non des problèmes car les termes de la difficulté que la machine à résoudre sont homogènes.
          »

          1. Avatar de Ruiz
            Ruiz

            @Khanard Ces positions idéologiques paraissent assez gratuites, ainsi les prémisses que seul l’homme serait capable d’intégrer de nouvelles conceptions et de se révolter paraissent spécieuses (c’était sans doute moins évident à l’époque) ou alors les croyants d’idées arrêtées (religion, secte, weltanschauung … ) et préconisant la soumission ne seraient pas des hommes.

            1. Avatar de Khanard
              Khanard

              @Ruiz

              en disant cela il me semble que vous rejoignez Heidegger qui dans une déclaration posthume (bonjour le courage de cet homme qui avait celui d’un étourneau) que seul Dieu peut nous sauver ! Pesé , emballé, démerdez vous avec ça , moi j’ai cassé ma pipe !

  8. Avatar de Platos
    Platos

    My god(!), quelle réponse étayée et assez( très…) « intelligente » dirais-je…Suis bluffé.
    Qt au dessein de Reiser(mon frère était le pote de son fils en secondaire, je crois q Reiser s’est suicidé me semble t’il…)quelle trouvaille, elle est de vous je présume et pas de chgpt4 ?
    Juste une dernière remarque, chatgpt4 n’aborde pas la question en cas d’immortalité des espèces, dt la nôtre, des ressources pour une(des)espèce immortelle et donc « infinie »…Sûrement un biais cognitif de ma part, mais « l’univers » aurait pt-être réglé la question par notre finitude…
    Bref, questions abyssales, Qt aux réponses, elles restent ouvertes, et comme le précise chatgpt4 l’imagination est sans limites( ce q confirmait Albert Einstein d’ailleurs…).

  9. Avatar de Justin Billet
    Justin Billet

    @ Monsieur Jorion

    Je lis très peu la littérature de science-fiction. Je lui préfère la littérature des scientifiques, c’est-à-dire des hommes de gauche qui se basent sur des faits avérés (il est souvent question sur ce blog), et non sur des suppositions qui ne sont pas démontrées et sont le fruit d’une opinion.
    Il reste que la fin de l’univers signera fatalement la fin de tout, y compris de l’I.A et des chatbots devenus parfaitement inutiles depuis bien longtemps.
    A ce sujet, si vous ne l’avez déjà vu, je vous suggère de regarder le timelapse de cet univers basé sur les connaissances scientifiques actuelles.

    PS. Faisant suite à ma première intervention, j’ajoute que lorsque la religion nous vend la vie éternelle, il s’agit d’une impossibilité, une contradiction dans les termes ou encore d’un “occis mort”.

    https://www.youtube.com/watch?v=uD4izuDMUQA

    1. Avatar de Garorock
      Garorock

      La religion nous vend, alors que « Dieu » ne fait que nous prêter.
      Les refourgueurs de sainte-vierge dans des boules à neiges, ne sont que des marchands du temple qui se sont trouvés une niche en faisant semblant d’être les toutous du gars d’en haut.
      Ils ne sont que les maîtres des esprits faibles.
      Leur opium est frelaté.
      L’argent à bien plus de pouvoir.
      Le Vatican connaîtra lui aussi la disruption…

  10. Avatar de torpedo
    torpedo

    Il me semble que la question la plus profitable à se poser en tant qu’humain,
    Serait plutôt de savoir si en parvenant à l’immortalité,
    La distorsion que vous semblez déplorer,
    Ne serait pas plus grande encore…
    Mais je suis sans doute un peu trop simpliste…
    Je me garderais d’ailleurs de questionner moi-même une IA à ce propos,
    Car si certains ne craignent pas les chants enjoleurs
    Je me sais moi-même bien trop sensible à celui des sirènes…
    Mais (chut!) ma femme est un peu jalouse !

    Eric.

  11. Avatar de Benjamin
    Benjamin

    Bonsoir Paul,
    (et bonsoir à toutes et tous)

    « […] notre compréhension de la vie est façonnée par le type de vie que nous voyons sur Terre. Cela pourrait potentiellement limiter notre capacité à reconnaître ou à imaginer d’autres formes de vie qui pourraient exister dans l’univers et fonctionner selon d’autres règles.[…] »

    Cette phrase de la réponse du minou conversationnel m’a refait penser aux dialogues de Platon (que ce dernier attribue à son maître à penser : Socrate) concernant l’immortalité de l’âme – dont la « vie » est faite d’une succession de périodes d’incarnation et de période de « désincarnation » (i.e. séparation d’un corps biologique).

    Si l’âme « vit » comme le prétend(ent) Platon (et Socrate selon Platon) y compris en dehors d’un corps biologique, alors n’est-ce pas là une autre forme de vie (non biologique) qui, selon la philosophie grecque, serait immortelle (elle) ?

    Et si nos corps biologiques n’étaient qu’un « support de stockage éphémère » et nos âmes des « banques de connaissances permanentes » ? Est-ce que dans une telle vision des choses, notre mort biologique doit être vue comme un échec ?

    1. Avatar de Khanard
      Khanard

      @Benjamin

      bonsoir Benjamin

      pour obtenir la réponse vous prenez le couloir d’en face et au fond à gauche vous trouverez deux portes , l’une ouvre sur Kant et l’autre sur Nietzsche mais rassurez vous , comme dans les hôtels de luxe il y a une porte communicante entre les deux .

      Sinon je vais réfléchir à votre très intéressante question et repassez me voir dans quelques années.

  12. Avatar de PHILGILL
    PHILGILL

    N. B. : Aller d’échec en échec. En vérité cette expression je l’ai piquée à un grand homme d’Etat et habile communicant.
    « Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. »
    — Sir Winston Churchill
    Mais que veut-elle dire ? Certains disent que le plus important en toutes choses c’est le résultat. Le « résultat » compte plus que tout le reste. Sans doute, mais … après, après le succès, après la fin …

  13. Avatar de Pascal
    Pascal

    Conversation avec Minou minou

    Question
    Pourquoi les êtres humains ont ils peur de la mort ?

    ChatGPT

    La peur de la mort est une réaction naturelle et répandue parmi les êtres humains. Elle peut être attribuée à plusieurs facteurs :

    L’instinct de survie : Les êtres humains sont programmés pour chercher à survivre. La peur de la mort est donc une réaction instinctive qui nous pousse à éviter les situations dangereuses et à prendre des mesures pour préserver notre vie.

    L’inconnu : La mort représente souvent un territoire inconnu. Personne ne peut affirmer avec certitude ce qui se passe après la mort, et cela crée une anxiété liée à l’incertitude et à la peur de l’inconnu.

    Attachement à la vie : Les êtres humains sont souvent profondément attachés à leur existence, à leurs proches et à leurs expériences. La perspective de perdre tout cela peut générer de l’angoisse et de la peur.

    Conscience de la finitude : Contrairement à de nombreuses autres espèces, les êtres humains sont conscients de leur propre mortalité. Cette conscience de notre propre finitude peut provoquer des sentiments d’anxiété et de peur face à la perspective de la mort.

    Valeur de la vie : La peur de la mort peut également découler du fait que les êtres humains attribuent une grande valeur à la vie. Nous avons des projets, des rêves et des aspirations, et la mort peut sembler mettre fin à toutes ces possibilités.

    Il convient de noter que la peur de la mort peut varier d’une personne à l’autre en fonction de facteurs tels que la culture, les croyances religieuses, les expériences de vie et les attitudes personnelles. Certaines personnes peuvent également trouver du réconfort dans leurs croyances religieuses ou philosophiques, ce qui atténue leur peur de la mort.

    Question
    Mais la mort n’est-elle pas un concept humain ?

    ChatGPT

    La perception de la mort est en effet influencée par la conscience humaine et par les concepts et interprétations que les êtres humains lui attribuent. La mort en tant que phénomène biologique, c’est-à-dire la cessation de toutes les fonctions vitales d’un organisme vivant, existe indépendamment de notre compréhension ou de notre interprétation.

    Cependant, la signification et la compréhension de la mort sont en grande partie façonnées par les êtres humains à travers leurs systèmes de croyances, leurs cultures et leurs expériences individuelles. Différentes cultures et religions ont des conceptions différentes de la mort, de ce qui survient après la mort et de la signification qu’elle revêt.

    En raison de notre capacité unique à réfléchir sur notre existence et à donner un sens à notre monde, les êtres humains se posent des questions sur la nature de la mort, son but et son impact sur la vie. Ainsi, bien que la mort en tant que processus biologique soit universel, la signification et la peur associées à la mort sont influencées par la conscience et les constructions culturelles humaines.

    Question
    N’est ce pas la peur de sa propre mort qui façonne chez l’être humain son désir d’éternité ?

    ChatGPT

    En effet, la peur de sa propre mort peut influencer le désir d’éternité chez certains êtres humains. Face à la réalité de la mortalité, il est naturel pour beaucoup de personnes de ressentir le besoin de chercher une forme de permanence ou de continuité au-delà de leur existence terrestre.

    Ce désir d’éternité peut prendre différentes formes selon les individus et leurs croyances. Certaines personnes peuvent chercher l’immortalité à travers des accomplissements durables, comme la création d’œuvres d’art, la réalisation de découvertes scientifiques ou l’établissement d’un héritage durable. D’autres peuvent chercher une forme d’immortalité à travers la croyance en une vie après la mort dans une dimension spirituelle ou religieuse.

    La quête de l’éternité peut également être alimentée par le désir de donner un sens à la vie, de trouver une signification durable et de transcender la fugacité de l’existence humaine. C’est une tentative de répondre à la peur de la disparition définitive et de trouver une certaine forme de consolation face à la réalité de la mort.

    Cependant, il est important de noter que tous les individus ne ressentent pas nécessairement ce désir d’éternité de la même manière. Les attitudes envers la mort varient considérablement en fonction des croyances personnelles, des valeurs culturelles et des expériences individuelles. Certaines personnes peuvent trouver la paix et l’acceptation dans le fait de vivre pleinement dans le présent, sans chercher à échapper à la finitude de la vie.

    Free Research Preview. ChatGPT may produce inaccurate information about people, places, or facts. ChatGPT May 24 Version

    1. Avatar de un lecteur
      un lecteur

      Dommage, GPT ne dit pas explicitement que la douleur de quitter sa famille, ses enfants, ses amis, sa communauté à tout jamais, est un sentiment extrêmement puissant.
      Social, colonisateur et opportuniste nous dit l’anthropologue.
      Le Christianisme vend le paradis comme le lieu où l’on retrouve nos proches, l’éternité c’est le sucre-glace.

      1. Avatar de Pascal
        Pascal

        La réponse est pourtant là : « Les êtres humains sont souvent profondément attachés à leur existence, à leurs proches et à leurs expériences. »
        La douleur de quitter est proportionnelle à l’attachement que l’on y met. Les bouddhistes savent combien l’attachement est source de souffrance.
        Le Christianisme comme toutes les autres religions institutionnalisées ne sont pas source d’émancipation ni de libération mais bien d’endoctrinement.
        Il vaut mieux chercher par soi même et se reporter aux paroles de Jésus (quand elles n’ont pas été transformées), car Jésus n’est pas le Christianisme, Bouddha n’est pas le Bouddhisme…
        Un peu comme dans une démarche psychothérapique, c’est à chacun au travers de son vécu de trouver le sens qui lui convient pour avancer vers sa propre libération. Dès qu’il y a interprétation par autrui, il y a transformation et risque aussi de manipulation.
        La religion, c’est un peu comme le fast-food de la spiritualité. La même soupe pour tout le monde, la facilité, il n’y a qu’à suivre la doctrine et croire aux promesses affichées.
        La spiritualité est un chemin de solitude. Tout l’effort repose uniquement sur chacun de nous. Pour avancer plus vite, il y a des guides (guru) mais encore faut-il trouver le bon, tout comme en psychothérapie !😉

      2. Avatar de Pascal
        Pascal

        L’attachement est une soumission volontaire.

  14. Avatar de Na, Dimitri et Endora
    Na, Dimitri et Endora

    La réalité est que l’Intelligence Artificielle peut être rechargée par des énergies renouvelables comme l’Eolien et le Solaire notamment et que l’humanité est mortelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Les moulins en action par le légendaire Bernard Purdie (Aretha Franklin, Steely Dan, …): https://www.youtube.com/watch?v=sj6o4cxWgl8

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta