Piqûre de rappel : Costa Mesa (Calif.), 1997

Illustration par DALL·E à partir des paroles

Costa Mesa (Calif.), 1997

Vous connaissez ma tendresse pour les insolents en tout genre, les ennemi.e.s de tous les conformismes, quels qu’ils soient, et tant qu’à être à son corps défendant un « chrétien zombie », autant choisir le style qui vous trahit le moins, tout en irritant les pisse-vinaigre autant que faire se peut 😉 .

La scène se passe un dimanche matin à Costa Mesa, une communauté essentiellement latina de Californie méridionale. La réunion des Quakers du comté d’Orange va débuter dans un quart d’heure. Et comme les Quakers sont le plus souvent des squatters, le « meeting » aura lieu ici dans une classe d’école. Dans un coin de la salle : un piano.

Il faut savoir que les Quakers sont des intellectuels protestants très à cheval sur les principes (simplicité volontaire, objection de conscience et de croissance, désobéissance civile, etc.) et particulièrement allergiques à tout ce qui évoque véritablement l’idée d’une religion dans cette lointaine banlieue hispanique de Los Angeles tels que processions, encens, prières, cantiques et autres dorures et paillettes, pouah !

Margaret, ses quatre-vingt-cinq ans bien sonnés, a repéré le piano. Elle dit (suffisamment bas pour que personne ne puisse l’entendre) : « Je suppose que personne n’aura d’objection… » et se dirige résolument vers le piano devant lequel elle s’assied, puis se met à jouer l’un des morceaux les plus kitsch du répertoire de la Gospel Song blanche : « In the Garden » de Charles Austin Miles (1868 – 1946), qui abandonna la carrière respectable de pharmacien à Philadelphie pour la composition de cantiques.

Sa voix s’élève, chevrotante, humble mais triomphante : « Et Il marche à mes côtés, Et Il s’adresse à moi… » et… ignorant les regards noirs que lui jettent ses « amis » (c’est ainsi que les Quakers se saluent entre eux : « Ami ! »), elle continue de jouer et de chanter, imperturbablement.

Illustration par DALL·E à partir des paroles

Partager :

3 réponses à “Piqûre de rappel : Costa Mesa (Calif.), 1997

  1. Avatar de Paul Jorion

    P.S. Tu l’auras compris, Fred : parfois on ne sait pas trop quoi dire.

  2. Avatar de Mango
    Mango

    Ephesians 4:22-24
    22 You were taught, with regard to your former way of life, to put off your old self, which is being corrupted by its deceitful desires;
    23 to be made new in the attitude of your minds;
    24 and to put on the new self, created to be like God in true righteousness and holiness.

    1. Avatar de Paul Jorion

      Lettre aux Éphésiens (trad. de Sacy – 1701)

      20 Mais pour vous, ce n’est pas ce que vous avez appris dans l’école de Jésus -Christ ;
      21 puisque vous y avez entendu prêcher, et y avez appris, selon la vérité de sa doctrine,
      22 à dépouiller le vieil homme selon lequel vous avez vécu dans votre première vie, qui se corrompt en suivant l’illusion de ses passions ;
      23 à vous renouveler dans l’intérieur de votre âme,
      24 et à vous revêtir de l’homme nouveau, qui est créé selon Dieu dans une justice et une sainteté véritable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta