Vive la préhistoire ! les photos

Homme et enfant préhistoriques.

Mégacéros. Il est vraiment très gros : ses andouillers font 3 mètres d’envergure.

L’objet le plus connu du musée. Cela ne fait que quelques centimètres de long mais c’est vraiment de la belle ouvrage.

Enfant et homme préhistoriques

Un petit film qui m’a beaucoup déçu : la taille du silex. Je croyais que cela leur prenait plusieurs heures mais là on vous montre que c’est une affaire rondement menée : deux temps, trois mouvements et vous avez une pierre qui mérite sa place dans un musée de la préhistoire. À moins bien sûr que nous ne soyons beaucoup plus forts que les hommes des cavernes : peut-être qu’eux tiraient la langue en se concentrant et que cela leur prenait les trois heures que j’imaginais !

Partager :

14 réponses à “Vive la préhistoire ! les photos

  1. Avatar de aslan
    aslan

    D’après les archéologues contemporains que j’ai entendu, la taille de silex est une tâche mentale des plus complexe, nécessitant un très gros apprentissage, au point qu’on l’imagine intrinsèquement liée à des capacités de langage abstrait. Il serait impossible de transmettre les techniques un peu avancées par la seule démonstration.

    Classique dommageable des musées français et tribut aux extraordinaires avancées de l’archéologie ces dernières décenies, les « préhistoriques » fraçais (sapiens sapiens) sont blancs, contre toute vraisemblance scientifique.

  2. Avatar de Thomas jeanson
    Thomas jeanson

    Le sol sableux des landes est labouré avant une plantation de pins depuis une quinzaine d’années.

    Ce travail du sol a mis au jour des vestiges de campements préhistoriques, avec notamment des nombreux silex ( notamment des pointes dites  » de prestige  » trop fines pour l’usage et qui étaient sans doute des décorations ou des monnaies d’échange)

    J’avais posé la question de la provenance des silex, et de leur cheminement jusqu’à ici, depuis les Pyrénées.

    Mais il m’a été répondu que c’est plus certainement la plage et ses rares galets qui avait fourni le matériau de base, je n’y avais pas pensé.

    1. Avatar de arkao

      @Thomas Jeanson
      Mouais, bof, tout dépend de quelle période du paléolithique il s’agit. 150 km c’est pas grand chose pour des populations nomades. Par ailleurs sur un même site on peut trouver en même temps du silex local et de l’importation en fonction des différents types d’outils.

    2. Avatar de Pascal
      Pascal

      Quand les matériaux sont sur place, pourquoi s’embêter a chercher ailleurs. De ce point de vue là, il n’y a que le néolibéralisme et un pétrole bon marché qui nous a permis de sortir de cette logique fondamentale.
      Toutefois, le commerce sur de longues distances (à l’échelle pédestre) existait déjà dès la préhistoire. A l’exemple du Cami salié (chemin du sel) du piedmont pyrénéen déjà présent au Néolithique.
      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Cami_Sali%C3%A9
      D’autres objets d’échange rares (et donc de grande valeur) tels que la marcassite qui servait à allumer le feu, ont été retrouvés dans des grottes loin dans les terre alors que celle ci se trouve en bord de mer.
      Quant à la durée de la taille des silex, tout dépend de la complexité de la pièce à réaliser. J’ai pu assister à certains exemples de tailles rapides qui permettent de produire des petits éclats qui serviront de poinçons ou de lames pour couper du cuir (avec un tranchant largement aussi efficace qu’un scalpel d’aujourd’hui). Mais bien évidemment, impossible de les affûter, donc il était nécessaire d’en produire en quantité. Il est évident, comme aujourd’hui d’ailleurs, que les pièces d’apparat (de luxe dirait on aujourd’hui) demandaient un travail beaucoup plus long pour des pièces souvent uniques.
      Il y a un très bon parc sur la préhistoire à Tarascon sur Ariège où il y a (avait ?) des démonstrations de taille.
      Le plus difficile à acquérir pour ces tailleurs de silex était certainement l’identification des meilleures pierres et d’être en capacité de « lire » sa forme pour savoir où frapper, avec quelle intensité et avec quel outil (autre pierre, morceau de bois ou bois de cerfs).
      Quand est arrivée la pierre polie, le travail de polissage a du certainement augmenter le temps de fabrication et peut-être amener des spécialisations dans les fonctions sociales.
      Mais sans aucun doute, « l’industrie » de la pierre taillée a atteint à son apogée un niveau de technicité qui supposait déjà un niveau intellectuel très avancé. Il suffit de voir le niveau de précision artistique de certains bas reliefs sculpter comme élément décoratif sur des propulseurs contemporains.
      https://www.hominides.com/dossiers/propulseur/

      1. Avatar de Thomas jeanson
        Thomas jeanson

        « impossible de les affûter, donc il était nécessaire d’en produire en quantité »

        Ça a du raler, à l’époque, contre les lames à usage unique 🙂

        1. Avatar de Pascal
          Pascal

          Y a toujours moyen de recycler !😂
          https://m.youtube.com/watch?v=-fuzfQEZcTs

  3. Avatar de gaston
  4. Avatar de Pascal
    Pascal

    La taille de silex en image, avec toutes les explications et les datations :
    https://www.youtube.com/watch?v=HuopKA9eE5k

  5. Avatar de Pascal
    Pascal

    Quand les gestes et la technique de fabrication des outils de pierres taillées puis polies traversent les millénaires pour arriver jusqu’à nous.
    https://www.youtube.com/watch?v=dIeupFydb3U

  6. Avatar de BasicRabbit en psychanalyse
    BasicRabbit en psychanalyse

    @Pascal

    Bel exemple du principe finaliste lamarckien « La fonction crée l’organe » !

    À propos de la fabrication d’un tel objet « au coup par coup » (à chaque « coup » on compare la forme obtenue avec la forme finale à obtenir), Thom parle de « chréode fortement attractante », et il associe dans ce cas précis cette fabrication à la catastrophe élémentaire « queue d’aronde ».

    PJ parle de Thom (et de Waddington) à propos des chréodes dans son « Principes des Systèmes Intelligents », fin du chapitre IV « méthode du coup par coup ».

    1. Avatar de BasicRabbit en psychanalyse
      BasicRabbit en psychanalyse

      Thom :

      – « l’outil n’est guère qu’un verbe solidifié » (ici le verbe couper) ;

      -Encore une fois, comme le disait Aristote, ce n’est pas la nature qui imite l’art, c’est l’art qui imite la nature. C’est parce que nous avons implicitement le schéma de la pompe réalisée dans le cœur que nous avons pu ultérieurement construire des pompes technologiques. Et maintenant, les gens vous disent, le cerveau, c’est un ordinateur ! On continue…  » ( l’ancien grec teknè a été traduit par art en français )

      « Comment la vérité et la réalité furent inventées », position de PJ ;

      « Comment la réalité et la vérité (*) furent découvertes », position de Thom.

      (*) « On regardera la logique comme une activité dérivée (et somme toute bien secondaire dans l’histoire de l’esprit humain), une rhétorique. »

      (Aristote examine les deux poins de vue mais, pour Thom et Graham (Aristotle’s two systems), il n’arrive pas à faire la synthèse entre son Organon et sa Physique.)

      « … de notre point de vue, notre vie psychique n’est rien d’autre qu’une suite de catastrophes entre attracteurs de la dynamique constituée des activités stationnaires de nos neurones. La dynamique intrinsèque de notre pensée n’est donc pas fondamentalement différente de la dynamique agissant sur le monde extérieur. On s’expliquera ainsi que des structures simulatrices des forces extérieures puissent par couplage se constituer à l’intérieur même de notre
      esprit, ce qui est précisément le fait de la connaissance. »

      Inventer ou découvrir ? Nominalisme ou réalisme ? Hasard ou déterminisme ? Évolution naturelle ou progrès artificiel ? Deux options, deux visions du monde :

      Descartes : « Nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. »

      Thom :

      – « Les situations dynamiques régissant l’évolution des phénomènes naturels sont fondamentalement les mêmes que celles qui régissent l’évolution de l’homme et des sociétés. » (et des espèces, bien entendu, je rajoute ça à l’intention des darwiniens et des néo-darwiniens) ;

      – « Si nous continuons à priser par-dessus tout l’efficacité technologique, les inévitables corrections à l’équilibre entre l’homme et la Terre ne pourront être -au sens strict et usuel du terme- que catastrophiques. ».

      PJ : « Le logiciel d’IA que j’ai programmé de 1987 à 1990 pour British Telecom s’appelait ANELLA, pour Associative Network with Emergent Logical and Learning Abilities : « … à capacités émergentes de logique et d’apprentissage ». Il m’a fallu les 34 années qui séparent 1990 de 2024 pour comprendre exactement comment la logique émergeait d’une simple suite de mots. C’est qu’il s’agissait du produit d’une alchimie complexe entre l’univers des mots et celui du monde tel qu’il est.

      Je vous expliquerai cela un jour prochain… »

  7. Avatar de Alain Martin
    Alain Martin

    Réponse à Asian et Paul jorion:

    Les propositions de représentations humaines (réalisées par élisabeth Daines)
    sur les photos sont des Néanderthaliens,
    les analyses génétiques ont déterminé leur blancheur de peau et leur cheveux blonds/roux.

    Les fims courts du Musée des Eyzies décrivent les gestes et la chaine opératoire de fabrication
    ainsi qu’une proposition d’usage, leur durée ne présume pas pas du temps réel pour la réalisation des objets.

    (au sujet du silex, il a beaucoup circulé au paléolithique,
    un des meilleurs pour la taille est le silex du bergeracois)

    1. Avatar de aslan
      aslan

      Mes excuses, vue la datation Magdalenienne de la grotte la plus connue je pensais à des sapiens. Les anciennes représentations de sapiens blanc restent courantes dans les musées français que j’ai pu visiter, pas toujours facile de remplacer le matériel !

  8. Avatar de Chabian
    Chabian

    Peut-être que la représentation d’un homme avec un enfant est un premier biais. Longtemps, les mâles ne savent rien de la paternité. Les femelles enceintes ou jeunes mères apprécient la compagnie d’un mâle solidaire qui leur facilite l’accès à la nourriture… durant quelques mois d’allaîtement et de portage d’enfant. Ensuite elles en trouveront un autre ou le même, sans lien avec les mâles avec lesquels elles ont consenti à copuler. Je parle ici des grands singes. Quand la question d’une paternité est-elle venue à la conscience ? Il faut d’abord avoir compris que les femelles doivent être réglées et avoir copulé pour être enceinte. Il faut ensuite comprendre que un seul spermatozoïde suffit à être enceinte (exclusivité) et que les autres spermatozoides (multi copulation) n’interviennent pas. De là, il faudrait conclure à une paternité exclusive et ayant un rôle. Il est très probable que l’instauration d’une domination masculine et qu’une prédation d’une exclusivité sur « sa » femelle intervient sans motif ou désir de paternité. Même les grecs du temps d’Aristote pensaient que le sperme agissait plutôt durant la conception, pour donner un garçon.
    Pour tout dire, je n’ai jamais lu quoi que ce soit sur ce sujet, et la question est même peut-être difficile à concevoir exactement, à poser dans les bons termes. Non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta