Alexandre V. Tchayanov (1888 – 1937)

Agronome-économiste-sociologue russe. Arrêté le 3 octobre 1937. Jugé et exécuté le même jour. Son épouse passa 18 ans dans des camps de travail. Réhabilité en 1987.

Un extrait de G. Delbos et Paul Jorion, La transmission des savoirs (1984), épuisé mais bientôt republié (à l’époque où notre livre fut écrit, il était très peu question de Tchayanov en français et nous avions adopté l’orthographe anglo-saxonne de son nom : « Chayanov ») :

« Meyer Fortes ignorait alors (1949) qu’une approche semblable avait été développée dans le milieu des années vingt par l’économiste russe, A. V. Chayanov. A cette époque s’affrontaient dans un combat qui devait être sans merci, les économistes léninistes, au rang desquels Lénine lui-même, et les économistes néo-populistes de l’Ecole « Organisation et Production », parmi lesquels Chayanov. Avec d’autres économistes de la même école, Chayanov élabora une Théorie de l’économie paysanne (1925), ou plutôt, une théorie de la ferme paysanne, comme unité économique familiale, théorie fondée sur les zemstvos, ces innombrables recensements ruraux réunis de la fin du XIXe siècle à la Révolution d’Octobre. Contrairement à Lénine qui croyait observer une différenciation lente de la classe paysanne russe en paysans riches et paysans pauvres, Chayanov constatait au contraire l’existence, au sein de la paysannerie, de mécanismes autorégulateurs. Il expliquait l’apparente différenciation sociale comme mécompréhension d’une différenciation évolutive correspondant aux différents moments du cycle démographique de la famille paysanne…. » (Delbos & Jorion 1984, pages 46-47)

La transmission des savoirs offre de nombreux exemples empruntés à la petite pêche, la saliculture et la conchyliculture bretonnes, confirmant l’hypothèse de Tchayanov relative aux cycles de l’organisation économique familiale (pages 44-104).

Partager :

5 réflexions sur « Alexandre V. Tchayanov (1888 – 1937) »

  1. Jacques Ellul et Ivan Illich théorisèrent nos sociétés contre productives entre 1950 et 1990. Ce que vous décrivez dans vos livres c’est la suite mais côté finance. Le système financier mondial est complètement contre productif. La difficulté est de constater les problèmes et de trouver une solution. Les meilleurs diagnostics finissent souvent par produire les comportements les plus sectaires. On l’observe aujourd’hui partout dans la vie courante, impossibilité de travailler, de se loger, de circuler, industrie pénitentiaire, gangstérisme social, vies absurdes. On observe également la multiplication des solutions faussement alternatives et des comportements et pratiques marginales qui ne font qu’exacerber les problèmes.

  2. @ ellul

    « Le système financier mondial est complètement contre productif. La difficulté est de constater les problèmes et de trouver une solution. »

    OK

     » Les meilleurs diagnostics finissent souvent par produire les comportements les plus sectaires. »

    Là je ne comprends pas cette assertion ..

     » On l’observe aujourd’hui partout dans la vie courante, impossibilité de travailler, de se loger, de circuler, industrie pénitentiaire, gangstérisme social, vies absurdes. On observe également la multiplication des solutions faussement alternatives et des comportements et pratiques marginales qui ne font qu’exacerber les problèmes. »

    Tout à fait d’accord mais comment articulez-vous cela avec le diagnostic de Paul Jorion? L’articulation c’est la source du mouvement!

  3. @ ellul et d’autres

    Je peux citer ce qu’on pourrait reprocher à Paul Jorion:

    – ne pas parler au nom d’une idéologie (du passé? on verra, rien n’est encore fait, qu’on parle de G ou de D)
    – ne pas être un économiste (pur) ou un financier de formation (dure)
    – élargir sa pensée à des domaines étrangers à la pseudo-science économique
    – avoir la faiblesse d’être humain et pas un simple pion sur un échiquier truqué d’avance.

    Personne en tout cas ne pourra dire que Paul J. n’aura pas attiré notre attention sur des problèmes dont personne ne parle. Ni qu’il aie fermé la porte au dialogue, ni (encore mieux!) qu’il ne l’aie pas suscité.

  4. Bonjour,

    Qu’entendez-vous par « Les économistes néo-populistes » ? Je suppose que s’il est resté en URSS Alexandre V. Tchayanov devait avoir une reconnaissance institutionnelle et en tout cas pouvait publier librement ses travaux au milieu des années 20. Savez-vous quelle était sa position exacte par rapport aux léninistes, trotskystes et staliniens dans les années 20 et jusqu’à la collectivisation de 1929 ?
    Je suppose qu’il a pris part aux débats sur la théorie des ciseaux liée à l’écart grandissant entre les prix agricoles et les prix industriels (trop élevés) lancée autour de 1923 par Trotsky ? Etait-il sur les mêmes positions que Trotsky ? Lequel pensait qu’il y avait une différenciation entre paysans riches et pauvres, sous la pression des prix industriels, si j’en crois ce texte (chercher passage sur les ciseaux) :
    http://marxists.catbull.com/francais/trotsky/oeuvres/1930/07/300705a.htm

    Quelle était la stratégie de Tchayanov pour dépasser cette contradiction ? Posait-il la question en terme socialiste et de maintient de l’alliance de classe entre le prolétariat et la paysannerie ou dans un cadre fondamentalement non socialiste et non marxiste ?

    merci de nous éclairer si c’est possible.

    cordialement

Les commentaires sont fermés.