Dolly Parton

Adriana me montrait sur l’internet un site où l’on se moque des femmes les moins élégantes. Et on voyait là, Dolly Parton, effectivement déguisée en abat-jour des années trente. Mais je n’étais pas content.

Dolly Parton, dans ses concerts, comme une « folk singer » au sens propre du terme, raconte de nombreuses anecdotes sur son enfance et sa jeunesse, grandissant dans une famille de fermiers où l’on avait du mal à joindre les deux bouts. Ce sont des anecdotes sur la misère au jour le jour : la tentation de l’alcool pour oublier parfois, la tentative ratée d’aller gagner un peu plus à la ville, les tensions entre conjoints qu’on attribue dans la colère à tout et à n’importe quoi, alors qu’il ne s’agit que du manque d’argent, et ainsi de suite.

De certaines de ces anecdotes, elle a fait des chansons. Dans Coat of Many Colors, elle raconte qu’un hiver, sa mère lui avait confectionné un manteau à partir d’une boîte de coupons de tissu que la famille avait reçue. La petite fille qu’elle était fut émerveillée par ce manteau magnifique. Arrivée à l’école, les autres enfants la ridiculisèrent.

Aujourd’hui je sais que c’est parce que nous n’avions pas d’argent,
Mais je me sentais aussi riche qu’on puisse l’être
Dans mon manteau multicolore
Que ma maman avait fait pour moi,
Qu’elle avait fait juste pour moi.

Madame Dolly Parton, vous n’êtes ni chic ni distinguée, mais personne n’a le droit de vous le reprocher : votre contribution est ailleurs et elle est capitale.

Partager :

6 réflexions sur « Dolly Parton »

  1. Bonsoir/Bonjour, M. Jorion,
    Comment ne pas être amoureux, amoureuse de Dolly Parton qui est riche de l’amour et de l’inventivité de sa mère qui a cousu pour elle ce manteau multicolore ? Un véritable trésor.

  2. De part nos activités, faites d’observations visuelles (peinture-sculpture), nous sommes appelé à nous confronter à ce que nous voyons ou ressentons par cet exercice mimétique qu’est le dessin ou le modelage. Avec le temps et la multiplications de ces confrontations actives au réel, on parvient à voir mieux les choses et les gens.
    Je ne connaissais pas Dolly Parton, je suis passé trés vite de cette image daté, insipide ou nostalgique à quelque chose d’émouvant et de vivant, un écho humain profond et chaud. Une émotion. Je vous remercie.

  3. Dans un monde où le paraître est si important, comment faire pour juste vouloir « rester quelqu’un de bien » et pas « devenir quelqu’un »? Un Echevin africain de ma commune dit très justment que pour évaluer la valeur de quelqu’un, il faut voir d’où il est parti et où il est arrivé. La valeur d’un individu se mesurerait donc au chemin parcouru et à pas à la position qu’il ou elle occupe…

  4. salut paul je suis moi aussis un amoureux de musique country et bien sur de dolly parton . je suis egallement animateur de danse country au gibsons hall . jai ecrit une choregraphie sur la musique de dolly 9 to 5 que mes eleves ont presenter lord de notre galat des gibsons dancers , et je voudrait lui faire parvenir la video . pourrait tu m indiquer de quelle facon y parvenir . en te remerciant d avance

  5. J’ai toujours aimé Dolly Parton , Tammy Wynette et les chanteurs de country depuis Woody Guthrie, Pete Seeger, Johnny Cash , Chris Kristofferson , les chantres de l’Amérique profonde…Rien à voir avec des petits chanteurs courtisans du pouvoir et faussement révoltés. De l’époque « beat », j’ai conservé pieusement 3 mauvaises K7 audio d’un enregistrement fait maison d’une longue interview radiophonique de Jack Kerouac sur le roman fondateur « on the road ». Nostalgie de ma jeunesse . Hélas, l’opportunisme de Dylan m’a bien déçue .

Les commentaires sont fermés.