Patty Griffin

Vous savez quoi ? Je ne vous ai encore jamais parlé ni de ma chanteuse préférée, ni de mon chanteur préféré. Curieux oublis de ma part…

Commençons par la chanteuse : Patty Griffin. C’est très beau, c’est le plus souvent de la « protest song » dans la plus pure tradition (… ce qui ne vous étonnera pas venant de ma part). Ma selle et mes bottes que vous ne savez pas qui c’est, mais regardez bien et écoutez bien : ça fait mal pour ce que ça dit, et après, ça ne vous lâche plus.

Chief

Mary

“Chief”

Chief had been out of the army
For 15 years or more
He was still marching up and down that street
Just like he was a-walking a war
They called him the chief because he was Indian
It was a name they said behind his back
In the summer he’d march without any shoes
Until the soles of his feet turned black
’till the soles of his feet turned black

His hands wouldn’t work the machinery
Cause his brain told him what to say
It’s a hell of a life
But its somebody’s life
Up and down the street all day

Honey have a look at the places
Like a dog running on a track
The wheels keep on going as fast as you get there
You don’t ever get to go back
I don’t really know what I’m doing
Just watching myself in some play
And the actress looks like she wants to go home
And lie in bed all day
Yeah lie in a big bed all day

Her hands wouldn’t work the machinery
Cause his brain tells him what to say
It’s a hell of a life
But its somebody’s life
Up and down the street all day

Well I wish that you could see me when I’m flying in my dreams
The way I laugh there way up high
The way I look when I fly
The way I live
The way I fly

Chief got out of the army
Jesus went to live with the poor
I’m still marching up and down that street
I don’t know what I’m doing that for
I don’t know what I’m doing that for
I don’t know what I’m doing that for

Partager :

17 réflexions sur « Patty Griffin »

  1. A la différence de la finance… je n’ai pas besoin de tout comprendre.
    Parce que c’est le genre de choses qui vont directement là… Vous savez, le siège des vraies émotions.
    Paul, je comprends que ces mots, cette voix, ces voix vous soient chers.
    Merci de nous proposer aussi ce genre de choses.
    Anonymes Amitiés.
    JL

  2. MERCi !!
    J’adore Patty Griffin (un peu de fraîcheur dans ce monde dément). Mr Jorion, you are really a chief!
    J’ai hâte de vous entendre face à Attali en août.
    🙂
    Mais est-il franchement possible de demander aux inconscients de raccrocher leur ego au portemanteau et de refaire le monde ?

    Les indiens le savaient : “”Mes jeunes gens ne travailleront jamais. Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver. Et la sagesse nous vient des rêves…”
    Smohalla (indien Sokulls)

  3. Je ne saisis ( et n’éprouve) rien de l’anglais en chanson , alors que le moindre chant en langue russe dont je ne connais pas le plus petit début , m’est un véritable opéra . Allez comprendre …

  4. Paul le 20 juin >>> la conclusion de son billet du jour

    Je pourrais vous rétorquer (…) ou vous opposer des propos admirables comme : « Il n’est pas nécessaire de réussir pour entreprendre, etc. » Je m’en garderai bien. Je vous propose autre chose à la place : « Je change le monde parce que c’est beau ».

    Aer,   (ci-dessus)

    (…) refaire le monde ?
    Les indiens le savaient : “”Mes jeunes gens ne travailleront jamais. Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver. Et la sagesse nous vient des rêves…

    Smohalla (indien Sokulls)

    En 2003, Valé Zartarian et Martine Castello publièrent

    Nos pensées créent le monde
    – – – — – — – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – — – – – – –
               [jmg isbn 2-915164-02-9]
    En 2004,Mona Chollet

    La tyrannie de la réalité
    – – – — – — – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – — – – – – –
               [www.calmann-levy.fr isbn 9 782702-134948]
    Et, il y a six mois, Fab, un soir à 20:53

    Monsieur,
    Je n’ai pas lu l’intégralité de ce que vous avez écrit et encore moins des liens que vous proposez. Mais si l’on admet que la connerie est la décontraction de l’intelligence, permettez-moi de penser, Monsieur, que vous êtes un sacré déconneur ! Donc, je me permets, et c’est une première, de vous poser LA question qui me turlupine :
    Pensez-vous que l’Homme (la personne pré-pubère en faisant partie) soit prêt à changer de religion ? Autrement écrit, pensez-vous que nous soyons prêts à nier que la société de consommation ou le Système Economique soit une fatalité, une nécessité pour l’humanité ? Et si pour mon plus grand bonheur votre réponse était positive, voyez-vous une nouvelle “religion” viable ?

    Puis,
    Le lendemain, Fab à 8:46

    Monsieur,
    Merci de votre réponse,Point 1. Désolé pour la connerie ! Et encore une fois merci d’être passé au-dessus. Chez moi, j’habite plus au Sud que vous, vers là où il n’y a pas de jardins du roi, on donne à connerie et déconneur un sens un peu différent de celui du petit Larousse ou du gros Robert. Par exemple, pour essayer de vous situer, imaginez-vous (un peu ce que vous proposiez à M.Jorion) à une terrasse d’un bistrot, le soir, au bord de la mer, les dernières cigales chantent…un verre de votre apéritif préféré à la main, entre « amis »:
    -« Oh ! François ! T’as compris ?! »
    -« Bien sûr, mon corps calleux (entre cerveau droit et cerveau gauche) dont le débit est très réduit (comme tout le monde) a laissé passer ».
    Là, vous auriez droit à une grosse tape sur le dos et un :
    -« Qué déconneur ce François ! »

    Le soir, Shiva à 19:34

    Et votre échange avec Monsieur X…… m’a évoqué l’image suivante vous en monsieur loyal et lui en clown mais attention, un grand et gros clown (…)

    Une question : 444 ou 44 tableaux ?

    En 2003, Francesca Pellegrino et Federico Poletti écrivaient ceci

    Les oeuvres qui sont le plus en accord avec leur époque et en reflètent le mieux le goût et l’esprit
    sont immédiatement traduites en images par les artistes contemporains,
    tandis que les oeuvres les plus innovatrices ne suscitent d’écho et ne reçoivent un plein accueil qu’avec retard

    Le 23 juin 2009 à 22:09, Jef écrivait à “Leucotrio, Cesario et tutti quanti”


    Au Lenox Hill Hospital, tu as reçu, un jour, un magnifique cadeau. Tout un chacun pense à sa petite babygirl.
    Mon @professeur devrait apprendre à donner.

    Deux jours plus tard, avant le dîner du soir, Jef reçut la réponse ci-après
    blog/25juin à 18:23
    Parfois, ne faut-il être un brin encouragé ? … d’un p’tit plat à l’épaule ?
    ça me rappelle

    Cet échange sera t-il prolongé ?
    . . .   en évoquant, par exemple
    une intuition, un axe, un rêve, un rejet infondé ou non, une préférence,
    une attraction incertaine mi-inquiète et mi-enthousiaste
    Pour votre éventuelle prise de recul, en cet instant ou avant de dormir,
    je vous propose d’introduire ce qui suit dans votre réflexion :

    L’image réussit, grâce à ses spécificités, à
    faire comprendre ce que le mot seul peut difficilement rendre avec autant d’efficacité

    par exemple,
    – l’évocation d’un souvenir ou le rappel d’un épisode passé,
    – la naissance de concepts liées et de linéaments esquissant une pensée,
    – les exagérations expressives d’un texte,
    – un cheminement secondaire ou souterrain,
    – l’aboutissement de conséquences imprévues,
    – la dynamique cachée d’un texte,
    – une part non rationnelle, humaine tout simplement, dans une démarche

  5. Merci Paul, merci NuageBlanc, le partage est/a une valeur qui se travaille, une valeur dont le prix s’évalue difficilement.

    Plus on avance, plus on a des copies, et d’ailleurs, si on remonte, on ne trouve jamais l’original : nos vies, surtout les plus flamboyantes, sont à la fois inventées et des remakes. (1)
    Le besoin d’une langue secrète, de mots de passe, est inséparable d’une tendance au jeu. (2)
    L’autre répond, soit en niant hardiment le raisonnement qu’il vient d’entendre, soit en passant à d’autre affirmations sur un sujet voisin ou inattendu, soit même – ce qui est mieux – en combinant ces deux mouvements. (3)
    Un régulateur est une régulatrice dans l’imagination d’un fou qui plaisante. (4)
    Le plus souvent, au-delà d’un horizon limité, les cartographes dessinaient des chimères. (5)

    (1) Jean-Jacques Schuhl : Ingrid Caven
    (2) Guy Debord : Mode d’emploi du détournement
    (3) Internationnale Lettriste : Potlach
    (4) Isidore Ducasse : Poésies II
    (5) Cultures et Géopolitique de Laurent Murawiec

    Désolé des Bords-de-l’Eau Dodeaux Désirés, “ma naissance se perd dans la nuit des temps” et reste difficile à agencer..
    “L’opposition et les cases conjuguées sont réconciliées”. 64: c’est déjà un extraordinaire champ dont les chronologies sont autant de branches qui seront explorées longtemps, et dont les trajectoires offrent un infime et irremplaçable impact.

  6. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, ceci dit le commentaire que ça m’inspire est que vous fréquentez trop les USA 🙂

    Cette musique ne m’accroche pas, le texte mis à part. Je préfère encore ABBA, M. jackson, que sais-je, Ravel, Chopin, Liszt.

    Et

    (Russe)

    (Pologne)

    Sans parler du reste de l’immensité de l’âme russe, et slave. Qui ne connait ni la Pologne ni la Russie ne connait rien au monde, à notre planète terre. Il est étrange pour un critique du libéralisme de rester immergé dans ce MONDE culturel là, celui des USA, infiniment plus récent, folk, etc.

    Moussorgsky, Gorky… et Gontcharov – je suis en train de lire.

    Il nous faut devenir slaves. Ni chinois (trop sophistiqués, trop modernes), ni indiens (trop mystiques délirants) mais slaves, avec cette mélancolie slave typique, si bouleversante, liée à la vie monotone et à la terre. Le monde commence à Varsovie.

    L

  7. @ Lisztfr

    À propos de votre pseudo, une histoire qui court dans ma famille, racontée par mon grand-père, rapporte que deux de ses grandes-tantes (des jumelles), accompagnaient Liszt dans ses tournées de virtuose où, à quatre mains, elles faisaient la première partie de ses concerts. Selon elles, ces concerts étaient extrêmement « électriques », avec moult cris et évanouissements. Une de mes filles possède toujours leurs diplômes de l’Académie de musique de Londres.

  8. Merci Insipide.
    Le répertoire “Insipide (tableau)” est ouvert
    Les horizons@selfBody — [supra 5/7 à 00:17 et 00:36] sont prélevés.
    Visiblement il va falloir que je m’instruise et que ça murisse … !!
    avant de prendre un crayon et des feuilles.
    J’ai déjà peint un tableau titré Naissances
    très coloré, poly¤¤¤¤¤¤¤¤,
    complexe pour les rétines qui s’accordent moins de deux secondes pour le parcourir.
    (Tiens …. il faudra que je demande à ma femme d’en prendre une photo destination -> *.jpg)
    Un point très important; 64 Pourquoi ? Je n’ai pas compris.
    Cela ne peut pas être mon tableau n°64 !
    Les itinéraires in-out de l’Archipel 64 sont des traversées vers 12 Mondes proches, dont :
    – La culture espagnole –> le franco-espagnol (jumelages, fêtes, …), Mexique
    – Le tempérament “Conteuse exceptionnelle pour situations conflictuelles désespérées”
    – La créativité 64
    – L’Ordre Fi 5
    – Les téléRets de clearing 2012-2017 (Affaires civiles) parallèles à ceux de BRI-Bce-Fed-etc, Euroclear (et Clearstream,…)
    – Les échanges du Mexique avec le reste du Monde, dont l’hexagone français, les ultramarins et le reste du monde
    – Ingénierie informatique & Infrastructures NTIC
    – Les medias liés à ce qui précède

    Vous proposez cinq phrases : 1, 2, 3, 4, 5
    De telles méditations au tableau 64 ! ? … (je n’avais pas pensé à cela)
    Il va me falloir m’interroger, répondre à la question suivante :
    Vos 5 pensées pourraient-elles être le coeur de la créativité 64 ?
            [cf. supra : Le 3e itinéraire in-out]
    Aa ! “Dé solé”     Des sols & solars ?     (espagnol)

    Belle cerebroPiste entre 00:17 et 00:36 !
    “White” pour le chevalier … à cheval (cf. image) : un LeucoCavalier !
    Blanc (leuco). OK. … ? … En cet Archipel ou un autre
    (à ce stade, je doute que le 64 soit le bon),
    quel serait le protagoniste parmi les Cavaliers de l’Apocalyspe ?
    Et les deux équidés respectifs ?
    Orosongo ? … son cheval ? verdâtre (la peste) ?
    la jument Boraq ? … une jument blanche ?

  9. Ref. supra 12:23 : Airs et nuages russes (Ludmila Zykina)
    – – – – – – – — – – – – – – – – – –
    Une leucoDeesse inouie, seule,
    mire ainsi ses blancs jupons sur un lac russe.

    Qu’elle inspire aussi Ludmilla Zykina
    … aisé-ment je le con_prends !

    à Listzfr : N’auriez-vous pas l’adresse personnelle du lac russe ?
    Comprenez-moi ! Dans l’état où je suis ! Dois-je résister ?

    louvre.fr/mantegna
    Vers 1500-1502 : Minerve chassant les Vices du Jardin des Vertus
    Pour ce qui est du passage Déesse > prêtresse > toutes les femmes
    Costume de la Crète antique : wikipediaEcharpe de nuages
    Signé : NuageBlanc,
            le sage … éperdu … }} perdu pour la sagesse {{

  10. @ NuageBlanc (à partir de votre “éperdu”)
    un ancien persopoème:

    éperdument
    eh dûment perdu
    sensuelle tristesse
    la peau des étoiles frissonne
    j’lève mon verre
    à la tendresse des humains anonymes
    eh dûment perdu
    éperdument

    éperdument
    eh dûment perdu
    des milliards de solitudes
    à la merci du premier compte à numéro
    des milliards d’étincelles dans des milliards d’yeux
    et des sourires subtiles à mourir
    eh dûment perdu
    éperdument

    éperdument
    eh dûment perdu
    j’retourne à mon animalité
    vieil orang-outang solitaire
    j’retourne à mon âme maligne
    dans les bras des pluies d’automne
    eh dûment perdu
    éperdument

  11. à iGor milhit et ses ami(e)s du blog-forum

    Superbe ! … Superbe ! …
    et, en plus, vibrant d’actualité ! … Merci IGor milhit
          [ref. 4 juillet à 00:00]
    Le répertoire “iGor_Milhit (tableau)” est ouvert sur mon micro.
    Les horizons@selfBody de votre iGorPersoPoème sont prélevés : texte intégral pour méditer

    Avant de revenir à votre merveilleux poème,
    je tiens à préciser que je compte assurer un lien avec d’autres Tableaux !!
    En effet, il y a tableaux et tableaux ! … certains peints, d’autres traversés par des heteroFlux .. à éclairer, à …
    Le Beau !! … parlons-en ! … un beau chassé-croisé de tableaux n’ayant — pour un rationnel — rien-rien en commun

    sur ce document prolongeant le billet du 20 juin intitulé “@NuageBlanc, ClownBlanc, Auguste et tutti quanti”

    Un acte manqué de Barbe-toute-bleue ne vous a pas échappé,   le 20 juin 2009 à 16:51
    Comment s’est-il mélangé les pinceaux, à un tel point ? …
    Lui seul peut répondre à nos yeux encore écarquillés !
    L’essence de thérébentine qui dilue les couleurs (au début) shoote toujours un peu, … je sais bien …
    est-ce que ça ne fait pas partie ? du plaisir du peintre à l’huile … d’ailleurs ?
    Bon ! C’est Auguste qui parle.
    Quant à vous ! Auriez-vous zappé les liens et amalgames que cet animal de ClownBlanc recherchent.
    Pour la conversion du réel en fiction, c’est moi Auguste qui m’en occuperai.

    Barbe-toute-bleue et moi avons déjà joué à esquisser; à Kyoto,
    des quartiers, senteurs, salles de “chair, sangs et sueurs”
    pour mettre en scène une négociation clef concernant des Tableaux “Sources-et-Emplois de Fonds” (LeClownBlanc)
    qui s’était échangée entre Osaka et Tokyo avant de se poursuivre autrement 33 LibertyStreet (Fednewyork) et Bâle (Bri).
    Parmi les enjeux ? … les fluctuations des taux-de-base bancaires du YEN et (… secret…)
                [Source des data 2003-2009 : Coucou ].
    Bien entendu, nous sommes dans de la PURE FICTION … , bien sûr. Vous n’en avez pas douté ! C’est bien !
    “Toute ressemblance avec (…) (je ne sais plus la phrase, mais il faudra la retrouver … bien sûr)

    Ici, la problématique est comparable. La règle du jeu, vous l’avez lue

    A l’avance, merci trois fois : (1) la scène, les décors envisagés, (2) l’enjeu, (3) les finalités possibles sur la moelle épinère, l’hypothalamus, etc. du spectateur !

    Revenons au poème Eperdu.
    Tout est autorisé ! Nous sommes en pleine fiction, Hors de la tyrannie de la réalité (Mona Chollet).
    En faisant preuve de fantaisie nous pouvons exprimer Vrai !
    Alors, la maîtresse du vieil orang-outang … pourquoi pas (comme muse … muse) une beauté slave — justement Listzfr — qui fait basculer la vie … rencontrée à un dîner chez Jimmy

    Goldsmith. Elle parle russe, mais aussi français, anglais, italien. C’est une amie intime d’India Jane Birley, l’une des belles-filles de GoldJimmy.
    L’orang-outang est vieux par […. à rechercher…] mais son passeport indique 43 ans; il méprise ouvertement “les cons” — la catégorie est large — mais tombe en (..) devant celles et

    ceux qui lui semblent à un niveau intellectuel et culturel pas loin du sien [Pense t-il égal ou supérieur au sien ?… qu’en pensez-vous ?]. Avec Julia Lemigova, il est carrément

    bluffé.
    Elle a 26 ans, elle est mannequin. Vraiment. Rien à voir avec ces innombrables prostituées russes ou ukrainiennes qui hantent tous les lieux de la nuit, en se faisant passer pou telles

    . Ni a fortiori avec les pensionnaires du Baron, ce bar spécialisé où se retrouvaient les hommes d’argent et d’influence , lorsqu’ils avaient besoin d’assouvir leurs

    appétits sexuels avec des filles de nuit, PLUS BELLES QUE LE JOUR.
    Julia a été élue miss Union sociétique en 1991 (…)
                [Pour la suite : lire Le fils du serpent 2005 ©AlbinMichel ].
    Retournons à notre petite fiction pour le tableau à l’huile.
    Nous sommes dans l’environnement d’iGor — Ctrl BRI à Bâle, OffshoreBanks à Genève, Zurich, etc.
    Nous croisons, nous aussi, une femme fatale (prénommée ou non Julia)
    Cette fois, qui (de vraiment sérieux) est à la table où elle se trouve ? … d’abord, quelle table ? de qui ? où ?
    … celle d’un middle-manager de la BRI ? … prêtée à un représentant de banque centrale ? ..
    … celle du topCréancier 1, 2, 3 ou 4 ?
    Vos suggestions son,t vivement attendues ! … sinon …
    sinon, …
    ne serais-je pas dans l’incapacité tant de scénariser,
    poursuivre l’évaluation des tableaux S&U of F, peindre, … ?
    Revenons à nouveau au poème d’iGor.
    Relevons les strings-clefs dominantes : milliards – à la merci d… – premier compte à numéro – à mourir – perdu ( des milliards ? ) – vieil orang-outang solitaire

    bras (cassés) des pluies – (assignats) anonymes – lève son verre (vide).

    En Référence : “Cahier des Spécifications PreConception Tableau à l’huite
    et scénarisations de récits impliquant un enjeu lié à un Tableau “Sources & Emplois de Fonds”
    ou à tout autre enjeu de votre choix :


    N’hésitez pas pas à élever l’enjeu de création du tableau,
    jusqu’aux effets sensoriels que vous aimeriez sur la personne [femme, homme, enfant] qui regarda.
    Voudriez-vous qu’elle ait peur ? … au contraire, qu’elle soit dans la béatitude ? … ou bien qu’elle sourit ? … ou encore qu’elle trouve que c’est exagéré, excessif, mais tout de même

    assez vrai ? … que ce soit à la fois audacieux mais parfaitement réconfortant ? … etc. etc. piochez dans ce qui vous tient le plus à coeur : vive attraction ET/OU rejet !
    Outre formes, couleurs, traits, etc. Parmi les contrastes possibles :
    – (a) le fait que le tableux peut être en deux parties : deux fois 192×96
    – (b) le choix du (des) lieu(x)       – (c) …

    M E R C I   à l’avance
    Avant de prendre un crayon et des feuilles,
    dans l’attente,
                LeucoScenarPolycolor

  12. Pour l’ inspiration de NuageBlanc :
    …quelques volutes de sèches au Menthol,
    et le voilà qui écoute…
    le froissement du Jean Bleu pétrole,
    quand il abandonne celle qui le portait.

    Quand l’ oubli viendra, ne resteront que
    ce bruit de vêtement froissé
    et le rêve d’ être le dedans, de ce tissu Bleu.

    http://www.youtube.com/watch?v=4W6Wlaiu20Q

  13. @LeucScenarPolycolor (j’adore)
    elle ne peut que trouver exagéré
    mais intriguée par la tonalité sensible
    empathique
    se pose-t-elle peut-être la question:
    est-ce vraiment exagéré?

    est-ce possible que le réconfort vienne de l’absence de volonté de réconforter?
    que la sérénité naissent dans le refus d’enjoliver les choses?

    désolé, j’ai mis du temps à me souvenir que j’avais posté ce poème ici, merci de votre réaction…

    je trouve très dur de peindre, que ce soit avec des couleurs ou des mots, je me préoccupe trop de la réaction des autres, surtout des femmes 🙂 alors que ces réactions ne m’appartiennent pas.

  14. à iGor [14:03]

    Vous dites : (…) alors que ces réactions ne m’appartiennent pas

    Ne seriez-vous, au contraire, QUE
    le Sigma des conséquences de ces réactions des autres ?
    – généralement ABSENTES, mais aussi
    – vagues et brèves comme indifférentes, (parfois)
    – négatives et violentes (ah là ça commence à devenir intéressant) … (parfois)
    – admiratives sans que l’attirance semble très fondée (le coup d’autrui pour un certain inconnu)
          (parfois)
    – “dans le même pot” à un coin de table.

    Je doute que le réconfort vers soi venant d’autrui puisse venir de l’absence de volonté par autrui à réconforter ?
    Idem en sens inverse.
    Réconforter peut être un petit geste de rien du tout qui vous donna bien du plaisir en une enfance oubliée,
    un regard, un sourire … pas grand chose. Ne suffit-il pas de regarder une colonie de chimpanzés ?
    deux s’épouillent, deux autres …

  15. à Tigue
    Je ne suis pas sûr d’avoir les premiers bons repères jeanbleu
    Ah j’ai compris un morceau
    quand il abandonne celle qui le portait
    j’avais d’abord “saisi”
    quand il abandonne (jean d’homme) celle qu’il (le même homme) portait

    et le rêve d’être le dedans …
    mais alors ? vous seriez une femme (ah oui, pas forcément || pas commode les avatars)

    Alors, si je remonte
    et le voilà qui écoute …
    c’est l’autre … un homme   ça c’est sûr.

    alors maintenant il y a les volutes de sèches au Menthol
    Alors ! … pas banal. Je ne mets jamais d’after-shave.
    Ce ne sont pas des seiches (Sepiida). Si ? sèche
    Sèche-Hydre multi-têtes géante-géante !!
    avec la dernière image 3D de cette planche
    pour le Menthol ?

Les commentaires sont fermés.