Changement de format de la discussion et des commentaires

Modifications à l’occasion d’une mise à jour du logiciel WordPress :

1. les commentaires apparaissent dans l’ordre d’arrivée : les plus récents apparaissent en dernier (comme avant)

2. tous les commentaires sont publiés sur une page unique (comme avant)

3. les commentaires peuvent être imbriqués : on peut répondre directement à un commentaire (sans passer par le « @ L’inconnu »), un degré maximum d’emboîtement

4. chaque commentateur se voit attribuer (au hasard) un avatar kaléidoscopique personnel

5. Pour avoir un « avatar personnalisé » : ici.

Partager :

52 réflexions sur « Changement de format de la discussion et des commentaires »

  1. Sympa comme évolution.
    Au mois d’aout de l’année dernière, quelques semaines avant l’affaire LB, je tombais par hasard sur un billet de ce blog et depuis, il est devenu pour moi un lieu primordial d’information et de réflexion, comme la preuve, chez Paul, d’une universelle volonté de comprendre, sans juger par avance, des matières dont on ne soupsçonnait alors que trop peu l’importance.
    Aujourd’hui je n’en reviens toujours pas de tout ce qui a été mis au jour ici sur la monnaie, l’économie, la finance, la démesure trop humaine des banquiers…
    Je m’en vais donc régler ma cotise de l’année, ce que je n’avais toujours pas fait, et souhaite bon vent à toute la planète Jorion.

  2. Juste une petite remarque, mais qui a son importance :

    Worldpress – le moteur de ce blog – est un **logiciel libre**, sous licence GPL – General Plublic Licence

    Je tatillonne sur ce point pour deux raisons :

    Je suis un militant du logiciel libre;
    J’aimerais lire ce que Paul Jorion – et les autres – pensent de ce modèle économique là,
    où l’argent n’est pas au centre du dispositif mais à sa périphérie, proche ou lointaine.

  3. @ folklo-rioter
    « Maintenant je suis mal-barré, toutes ces couleurs, ces photos et dessins vont irrémédiablement attirer les yeux de mes collègues et responsables, me voici obligé de trouver une nouvelle occupation discrète »

    Faites attention vous risquez de perdre votre place, votre salaire, n’en dites pas trop sur le blog me voici donc obligé de trouver une parade pour échapper au soupçon et à la surveillance des premiers délateurs de ma boite, au contrôle des êtres se mettant peu à peu en place « progressivement » par principe de sécurité économique ou pour le meilleur des mondes. L’uniformisation du monde est en marche … Nous avons tous de plus en plus peur en société …

  4. à iGor milhit [ci-dessus le 10/8 à 20:00]
        [ et au calme, pas loin, au fil de l’eau-et-¤¤¤ Catherine, *****-et-indienne?muse? ]

    Bonjour iGor,
    [1] Partage d’illustrations ou de photos
    Comme le lien « avec un nuage qui cache le mamelon au sommet » ne fonctionnait pas, après avoir deviné que ce devait être un fichier *.jpg, je me suis débrouillé.
    Alors j’ai vu apparaitre ce magnifique NuageBlanc que vous avez sélectionné.
    photo

    [2] netvibes.box.net
    Il y a qq années je ne lisais plus aucun courriel; ce qui ne m’arrivait pas par le facteur (par La Poste) n’était pas lu; simple.
    Je crois que je vais attendre ma fête (4 octobre) ou mon anniversaire (15 oct) pour diffuser mes illustrations et tableaux, avec (…)
    encore que pour ces derniers il faudrait que je commence par les prendre en photo. Pourquoi attendre octobre ?
    la crainte d’être envahi par des courriels indésirables à n’en plus finir.

    [3] VisioIllustrations et poHéticoImages stratégiques
    Connaissez-vous la Chaine Trimont (ou Trimon) ?
    Non ? C’est curieux. Elle est en Suisse cependant ! … et dans le Valais ! trois monts
    Je l’ai même en photo : 3180 pixels de large et 1200 pixels de haut … et en version réduite.
    – Au centre : PyramidNoire, que des pins denses, figés : 99.98% de la vie végétale de cette « planète » perdue dans la Voie Lactée.
    – A Gauche : SansNom, sorte d’Olympe encore assez chaotique dans son aménagement,
                comme informe : 0.01% de la vie de cette même « planète » (la formulation vous convient ? )
                au dessus environ un tiers du NuageBlanc qui s’étend sur 2000 pixels de la SudFaçade à la NordFaçade.
    – A Droite : Oligheirfinaz. Cette terminaison savoyarde en Suisse, ce serait intéressant d’en connaitre l’origine.
    ce mont présente des analogies avec le précédent; on croirait voir son symétique;
    est-ce son éclairage bricolé qui rend in fine son faux chaos très décryptable ? Je ne sais pas.
    les lignes d’érosion causées par les flux incessants qui la parcoure … sont bien visibles
                avec ses formes dévoilées : 0.01% de la vie de

    cette même « planète »
                au dessus environ un tiers du NuageBlanc … depuis PyramidNoire jusqu’à NordFaçade.

    La photo ChaineRimont_3180x1200 ?
    Eh bien ! c’est par la fonction « Symétrie horizontale de la zone de travail »
    que je l’ai obtenu
    iGor ! Merci pour la moitié qui s’étend de SudFaçade jusqu’au sommet (vraiment la pointe !) de NoirePyramide
    Que vais-je faire maintenant ?
    Une seconde illustration au dessus … de même taille (3180×1200 pixels) :
    trois Z O O M S ! ! !

    – Au-dessus de l’espace « SudFaçade et OlympeEncoreSansNom » …. Commensalité entre les lecteurs de ce blog-forum réunis en vrai.
    Le dessin s’inspire du graveur Jacques Callot (1592-1635). Les salles J. Callot au Musée Lorrain à Nancy sont passionnantes, revigorantes … dopantes !   dont commensalités de villes et villages (plaques de

    cuivre)
    D’autres oeuvres sont au Louvre

    – Au-dessus de l’espace « NoirePyramide » …. les massmedia – dans la nuit des millions de fenêtres éclairées par un téléviseur, des parlementaires godillots [mondains, buvant, etc. … visiblement sans la

    moindre intention d’agir à quoi que soit que ce dont ils ont l’habitude (taisons par … par … dé-fé-rence — bizarre-bizarre)]. Une part de l’illustration (en tête) fait penser au tableau Le déjeuner d’huitres à Chantilly chez le Grand Condé, peint par de Troy. Par ailleurs, inspiré d’iGor, Cécile,

    Catherine et d’autres (…) Ah ! Secret ! … Je ne vous le dis de suite
          [ A parte à la salle : Chut !! Je ne sais pas.   Dans leurs prochains propos sur le blog-forum pourquoi piqueterais-je ? ]

    – Au-dessus de l’espace « Oligheirfinaz et NordFaçade » …. Commensalité également … une autre … finalement très semblable à la précédente quant au besoin de manger
    Quelques différences majeures ? le menu, les vins, les toilettes des femmes, l’arrogance de qq hommes (de cette nature rare ailleurs), la banalité d’autres héritiers.

    Avec ta photo du BlancNuage, j’ai tout de suite vu deux montagnes … et l’émergence inévitable de la 3e après recollement du symétrique
    iGor.Vous êtes aussi peintre … poète …. photographe ;
    vous vous entendriez surement bien également avec Catherine, conteuse et poétesse.
    Son intervention réactiva dans ma tête des créations que je devais faire et qui sont en liste d’attente.
    Votre photo « Nuage Blanc » n’est pas seulement un « petit cadeau-plaisir » pour le fun et les bonnes relations.
    Dans le don, il y a toujours quelquechose de plus pour la personne qui reçoit, et votre cervelet-sans-chair (tout comme votre préfrontal de l’autre côté, dans sa « boîte » … cranienne) ne peut pas deviner ce qui

    s’éveille dans son esprit. Personnellement, mon limbique m’a signalé un lien avec mon échange écrit d’hier avec Catherine, notamment avec mon

    dernier post … Catherine le 11/8 à 08:57.
    Autre chose que l’Actualité sur TF1, A2, M6, etc ! Tu n’en sais plus rien; moi non plus. C’est bien.
    Je relis … d’actualité, la saine ! celle de l’imaginaire fertile ! … un seul mot de la langue de l’empire ! étonnant !
    Indien? [ ?? Indien point d’interrogation ?? ] … une petite minorité de littéraires ? … le petit bout « NuageBlanc » dans LeucoTrio ? …
    … un christo-zen en rapport aux enjeux de François d’Assise rendant visite au pape de son époque ?
    … le fait que j’ai encore beaucoup beaucoup à regarder, assis, … en position de « tout attendre » pour apprendre l’indien-avec-un-pt-dinterrogation.
    … et Kakichi Kudowaki ? Search : à Karuizawa (Japon). Il parle des rapports entre bouddhisme zen et le christianisme. Il écrit.
    Ce qu’en dit un jésuite polonais en anglais
    tout attendre pour apprendre !
    Ne fais-je pas le contraire ? … avec cadre ! Dix ans de labeur pour arriver à des repères-marqueurs neutres (que je crois tels et largement arbitraires)
    avec la pansée ! 24h/24 surtout la nuit, corps dans le coma.
    Au cas où elle l’accepterait ( elle est si fine ! et sans besoin d’un quelconque honneur),
    je la proposerais (conditionnel) « Muse de l’Académie du Mont SansNom de la Chaine Trimont ».
    Un jour, cette Académie ne recevra t-elle pas un nom ?
    Elle a sûrement une meilleure idée avec tout ce qu’elle a lu et que nous ignorons presque totalement.
    Que dit-on iGor ? Je t’écoute.

    [4] Je change de sujet, votre n°1 (priorité)
    >> Vallée du Trient ? Pierre-à-Voi D’abord : Félicitations !
    Bon engagement dans ce nouveau job et nouvel engagement personnel.
    Mettre à la programmation Randonnée pédestre entre 2219 et 2354 m d’altitude ?

    Cordialement,

    1. ce doit être un effet du modérateur et/ou de ma distraction, ce commentaire m’a échappé, je ne le vois que ce jour…
      j’ai cru comprendre que vous êtes absents quelques temps, il arrive aussi que les absents ont raison! 😉
      merci pour les félicitations… (je me félicite aussi tout seul, il y a moins d’une année je n’y aurais pas cru, pas pensé, pas espéré…)
      sur le site du randonneur dont vous donnez le lien on trouve en effet la Pierre Avoi. depuis la photo (celle du site) on aperçoit un alpage, verte prairie où sont répandues les cendres d’un ancêtre… quel ancêtre!
      (au cas où je donne un autre lien pour ma photo de la Pierre Avoi avec le BlancNuage voilant le mamelon

      pour le nom de l’académie du MontSansNom… je pense aux fameuses chansons « where the streets have no name » à l’opposé du 0.001%… désormais que l’on délocalise les postiers, et qu’ils seront peut-être un jour remplacé par des cyborg, toutes les rues doivent avoir des noms, même les 3 chemins de terre d’un hameau perdu au fond de la vallé, non loin de la chaîne trimont, vers la dent creuse…
      je pense aussi à certains petits villages en bordure de la cité de calvin où les boîtes aux lettres n’ont pas de noms, non, non, là le facteur se débrouille, le luxe parfois c’est la discrétion absolue…

      ah tiens pour le nom de l’académie du MontSansNom du Trimont: l’académie SansTrimer, non?

      pour la terminaison « az », la savoie en valais? le valais en savoie? ces deux régions de montagnes se ressemblent tellement, jusqu’à certains mots de patois
      d’ailleurs à genève, savoyards et valaisans s’entendent bien
      la preuve? le valaisan a de la peine à se sentir « en Suisse ». d’après quelques autocollants que j’ai pu voir dans mes tribulations en bicyclette en Savoie, les savoyards ne se sentent pas tous français… l’anatiofurtivité n’est pas du goût du paysan de montagne…

    2. HierRoues (Hierarchical Wheels)     Hieru ~~~ Jéru ~~~ (certains pays prononcent Hiéroo)

      du fait de mes centaines de roues (en réalité « Archipels Cognitifs » d’émancipation)

      cf. mon dernier message à Catherine, il y a qq minutes sur le billet 4040 du 6/8
      France Inter le 12 août vers 20 h

      Etant seul, je n’allais pas partir sans répondre aux 2 messages de Catherine et au 3e qui allait être posté
      (14:25) > > et parcourir les fils
      ni non plus sans te remercier pour ta seconde photo.
      L’un des axes de ma stratégie est exposé dans ma longue réponse.
      Toutes tes propositions y trouveront leur place.
      N’oublie pas que tout ce que tu écris en fiction (corneilles, …) ou en réel sur Genève, le Valais, etc.
      pourrait se retrouver — ou être vaguement évoqué — dans les feuilletons qui vont lier fiction et réel.
      Le Vrai à ne pas dire, comme certaines « synthèses » un peu spéciales — ne peuvent trouver leur place que dans la fiction.
      Lors d’une petite réunion au sommet à proximité de Bâle (BRI)
      je mettrais bien, derrière la porte entrebaillé, un brave paysan de montagne totalement étranger à l’anatiofurtivité.
      Quel lama, mouton, corneille ou albatros pourrait lui avoir fourni un enregistreur vocal et une webcam ?
      Académie SansTrimer c’est super
      mais sans doute que l’Académie de Poésie ou des Belles Lettres … non ?
      N’oubliez pas que le changement de format procure deux alpages et non plus un seul.
      Ce ne sont pas les mêmes Olympes des deux côtés.
      Quant à ton idée de laisser les 99.98% (dont PsMdmUmp subBrochette) au milieu en fond de vallée, c’est la bonne.
      La métaphore garantissant la globalité des liens avec les 30 groupes de nations de la planète (dont le G20),
      dis-toi qu’il y a 30 vallées symboliques au pied de la Chaine_Trimont.
      La Dent Creuse me rappelle … le gentleman cambrioleur de … comment s’appelle t-il (début du XXe siècle)
      l’Aiguille Creuse (falaise d’Etretat)
      J’ai lu cela quand j’étais jeune : Le Mystère de la Chambre Jaune, Le Parfum de la Dame en Noir

      Voilà un vrai sujet d’intérêt pour l’épouse du paysan de montagne, Le Parfum de la dame en noir,
      courtisane de l’un des membres du Conseil d’Administration de la BRI
      La liste des membres est sur le website BRI
      Demande mon e.mail à Paul; il te le donnera.
      Je crois bien que son Parfum nous mènera à une bonne petite info, par exemple sur les 9000 milliards manquants à Fednewyork
      Auguste voudrait peindre, dessiner ses personnages
      LeClownBlanc lui (…)
      A bientôt. Merci

  5. suivont le sens de l’histoire et tachons de nous adapter. J’attend de voir mon nouvel avatar. Il est clair que mon pseudo fait un peu provoc sur ce site mais Paul n’est il pas lui aussi un repenti de la finance comme moi?

    1. Paul n’est il pas lui aussi un repenti de la finance comme moi ?

      Je ne suis pas sûr de me reconnaître. Un autre extrait de mon article à paraître dans Terrain :

      À l’époque où j’étais étudiant au Département d’anthropologie sociale à l’Université de Cambridge en 1975 et 1976, nous avions un séminaire hebdomadaire intitulé le « Writing up Seminar ». Les étudiants thésards se réunissaient un soir par semaine chez l’un d’entre eux, informaient leurs condisciples de leur progrès dans la rédaction de leur thèse, et proposaient à la discussion leurs interrogations et les difficultés contre lesquelles ils butaient. L’expérience de terrain de certains d’entre nous était de qualité très douteuse et les questions que nous tentions de résoudre collectivement nous plongeaient souvent dans la perplexité. Tel, dont je me souviens, ayant mené son terrain en Union Soviétique, avait été filé en permanence et n’avait recueilli après un séjour de plusieurs années que le récit d’une série d’anecdotes : rien qu’il soit possible de considérer comme le matériau sur lequel fonder une thèse. Telle autre, se retrouvant en Indonésie au sein d’un paysage politique tendu s’était retrouvée un atout dans la rivalité entre grandes familles et adoptée comme chouchou par l’une d’entre elles. Se voyant proposer la vie de château, elle n’avait opposé aucune résistance et en avait joui. Elle se retrouvait, après plusieurs années de terrain, en possession d’une vision unilatérale et filtrée par ses hôtes – rien qui ressemble à la vision d’ensemble d’une société –, un matériau biaisé qu’elle s’efforçait sans grand succès de monter en une thèse.

      Nous étions très consciencieux et avides des récits de nos aînés que nous invitions à relater ce qu’avait été leur propre expérience de terrain et je me souviens en particulier d’une soirée à mon domicile durant laquelle Audrey Richards nous raconta son séjour au début des années trente chez les Bemba de Zambie, et en particulier la visite que lui avait rendue son directeur de thèse : Bronislaw Malinowski.

      À cette époque un débat faisait rage en anthropologie sur la question : qu’est-ce qu’un terrain légitime ? Mon propre terrain, en Bretagne, traditionnellement « terre de folklore » plutôt que « terre d’ethnologie », faisait sourciller. Une collection d’ouvrages très populaires à l’époque était publiée par l’éditeur américain Holt, Rinehart & Winston : des ethnologues y racontaient, souvent sur un mode humoristique, leurs aventures de terrain. D’autres ouvrages se penchaient également sur l’expérience de terrain et s’efforçaient de l’analyser sur un plan épistémologique cette fois. L’un des ouvrages appartenant à cette dernière famille : Anthropological Research : The Structure of Inquiry, à la couverture toilée rose bonbon, était connu sous le nom de « Pelto & Pelto », du nom de ses auteurs : Pertti et Gretel Pelto. Si j’ai bon souvenir, c’est dans cet ouvrage que se trouvait l’observation que la méthode princeps de l’anthropologie : l’observation participante ne pourrait jamais trouver à s’appliquer dans certains contextes. Les auteurs examinaient une variété de terrains très spéciaux – entrepris d’ailleurs le plus souvent par des journalistes plutôt que par des ethnologues – où l’un s’était fait passé pour un noir, un autre pour un prisonnier, et se posait la question des terrains dits impossibles. Comment faire, par exemple, de l’« observation participante » dans le milieu des chirurgiens, leur métier étant fondé sur une expertise très pointue et leur milieu étant fermé du fait-même de l’exigence de cette compétence rare ? L’exemple qui m’avait le plus frappé dans l’ouvrage était celui des banquiers : comment un anthropologue pourrait-il se faire accepter dans le milieu de la finance et se faire considérer comme l’un de leurs par les dirigeants d’une banque ?

  6. « 3. les commentaires peuvent être imbriqués : on peut répondre directement à un commentaire (sans passer par le « @ L’inconnu »), un degré maximum d’emboîtement »

    Si je peux me permettre, je n’aime pas du tout ce « progrès ». Lorsque l’on arrivait dans un fil après l’avoir laissé, il était relativement aisé de voir les commentaires arrivés entretemps. Maintenant c’est impossible car ces commentaires imbriqués ne suivent pas l’ordre chronologique. Il leur arrive donc ce qui arrivait aux commentaires modérés: souvent on ne les voit pas.
    Ce qui à mon sens serait un progrès c’est de pouvoir visualiser tous les commentaires arrivant, peu importe sur quel article et à partir d’une certaine date. Cela existe habituellement sur les forums (et dans ce cas le commentaire imbriqué a aussi son utilité) et c’est bien pratique pour ne rien rater. La partie à droite « derniers commentaires » permet cela, mais uniquement pour les derniers commentaires (d’où le titre).

  7. Juste une proposition « technique » qui pourrait faciliter d’avantage les discussions sur ce blog (qui est d’excellente qualité): Pourquoi ne pas envisager d’ajouter dans la colonne des commentaires récents, une mention indiquant que tel intervenant répond à tel autre intervenant au sujet du billet x ?
    Cordialement .

Les commentaires sont fermés.