Dames du temps jadis

Vous vous souvenez de Jacqueline François ? Et d’Yvette Giraud ? De Tohama alors ?

Non ? Elles étaient pourtant les chanteuses préférées de mon père. Ça veut dire quelque chose. Et en plus, il ne devait pas être seul à les aimer.

Bon, alors voilà : pour vous rafraîchir un peu les idées, et par la grâce de YouTube…

Jacqueline François

Yvette Giraud

Tohama

Partager :

16 réflexions sur « Dames du temps jadis »

  1. génial ! je ne connaissais ni Jacqueline François, ni Yvette Giraud… plus fan de la génération précédente des Fréhel, Lucienne Boyer, Damia, j’étais passé à côté des stars de la génération de ma grand-mère. Merci pour ce rappel. Quand à Tico-tico, on le joue encore tous les mardi soir dans un bar de Rennes, le Buteco. avis aux amateurs de choro !

  2. Ah ! Les lavandières du Portugal !
    Une des chansons qu’on chantait dans les mariages et autres baptèmes dans ma famille !
    Avec ceci :
    « pourquoi me réveiller ô souffle du printemps » (Werther)

    http://www.youtube.com/watch?v=n_ojGaC99Ls

    mon grand-père ayant fait partie d’un orphéon, on donnait aussi dans le classique !

  3. message perso
    Paul
    j’avais une petite préférence pour le beach boy à lunette sur la plage de Californie et pour les couleurs un peu plus lumineuses de l’environnement précédent

    certes vos lumières éclairent un gouffre mais c’est quand même un peu trop crépusculaire

    sans doute pas par hasard

  4. Une des dernières géantes de cette lignée, Monique Morelli:

    Je l’ai rencontrée en 1966 ou 67, dans le petit bui-bui à chanson qu’elle tenait à Montmartre, où j’avais été effondré qu’il ny ait… personne.

  5. Mais non louise les temps ne sont pas durs.
    Oubliez les cons, les jours rallongent, le temps des cerises arrive. Elle en a vu d’autres la terre !!
    Ca ne l’empeche pas de tourner.

  6. Dames des temps jadis, Hommes des temps jadis, Poètes et Sages des temps jadis ou va le monde qui dort et qui court de nouveau follement après l’argent, la mort n’est pas la vie.

    A quoi bon toujours parler d’économie aux hommes si cela n’est guère mieux à voir ensuite.

  7. Rober Wyatt; http://www.youtube.com/watch?v=KlTknS6R464

    N.I.O.(New Information Order) (Wyatt):

    Privatise
    Next
    The air force
    Then
    The police force
    Royal Family
    Let them be
    Private at least.
    Set them free.
    Let them go home.
    Save a bomb on union flags.

    Privatise
    The sea.
    Privatise
    The wind.
    Don’t just tinker
    With unseeded cloud, you got to
    Sell
    Weather itself.
    Set it free.
    Don’t waste good air,
    Breathing isn’t paying it’s way.

    Dondestan (Wyatt)

    Palestine’s a country
    Or at least
    Used to be.

    Felahin, refugee
    (Kurdistan similarly)
    Need something to
    Build on
    Rather like
    The rest of us.

    Palestine’s a country
    Or at least
    Used to be.

    Felahin, refugee
    (Deportees similarly)
    Need something to build on
    Rather like the rest of us
    Got.

  8. NON PAUL !
    Non, je ne vous suivrais pas dans cette évocation, bribes vraisemblables d’une nuit agitée, d’une époque où un jeune camionneur nommé Elvis Aaron Presley entrait dans l’échoppe de Sam Phillips à Nashville pour y graver un 45t pour l’anniversaire de sa maman. Le titre qu’il avait préparé sur sa guitare à 2 balles s’appelait « That’s all right Mamma », reprise improbable d’un blues du Mississipi.

    Il ne pouvait s’imaginer qu’il posait les fondations de ce qui allait devenir le phénomène musical mondial le plus important du siècle.

    Et pendant que, contraints à l’écoute passive des « dames du temps jadis » mentionnées ci-dessus, sans omettre que, coté Messieurs, ça n’était pas triste non plus (Dario Moreno, André Claveau, les compagnons de la chanson, André Dassary, …) quelques années passaient, nous ignorions que la vague qui allait tout emporter gonflait outre-atlantique.

    A la fin de la decennie 50 quelques jeunes gens désoeuvrés se retrouvaient dans le club d’Henri Leproux, le « Golf Drouot », d’où allaient surgir nos « pionniers franchouillards » aux noms animaliers éviquateurs : Les Vautours, Les Pingouins, Les Chats Sauvages, Les Cyclones, Les Pirates, les Chaussettes Noires qui allaient secouer le Landernau et définitivement renvoyer dans le passé tous les artistes évoqués plus haut. (en particulier, pour ce qui me concerne, Bob Azam et son fameux « fais moi du couscous chérie ! »).

    Un bon statisticien (ou iconoclaste) trouverait vraisemblablement une corrélation entre la naissance et le développement jusqu’à la perversion de ce mouvement musical et l’envollée des finances jusqu’à la crise.
    Aussi, je propose que l’on nomme dorénanvant Paul Jorion, l’Elvis de la finance !

  9. Captain Beefheart !!!! http://www.youtube.com/watch?v=nfa6j_ru4x4

    Well I was born in the desert came on up from New Orleans
    Came up on a tornado sunlight in the sky
    I went around all day with the moon sticking in my eye

    Hey hey hey all you young girls wherever you’re at
    I got a brand new Cadillac I got a Ferrari too
    Sure ’nuff baby sure ’nuff ‘n yes I do

    Got the time to teach ya’ now, bet you’ll learn some too
    Got the time to teach ya’ now, bet you’ll learn some too
    Sure ’nuff baby sure ’nuff ‘n yes I do

    Hey hey hey all you young girls whatever you do
    Hey hey hey all you young girls whatever you do
    Well come on by and see me I’ll make it worth it to you

    …..with me and I’ll ..with me and you
    Sleep with me and I’ll sleep with me and you
    Stick with me and I’ll stick with me and you

  10. Non seulement j’adore comme vous , Yvette Giraud, mais je produis une jeune chanteuse qui, accompagnée par une pianiste de talent, peut vous interpréter les grands succès d’Yvette Giraud. Préaprez simplement un piano et faites moi signe…

    nous habitons en Normandie mais nous déplaçons volontiers, pour des spectacles publics ou des fêtes privées.

    contactez nous au mél ci dessus. à bientôt !

Les commentaires sont fermés.