Heureusement, le Fonds Monétaire International nous tirera tous d’affaire !

L’Afrique du Sud jette l’éponge dans la guerre des monnaies. Le rand s’est apprécié de 37 % par rapport au dollar depuis 2009 mais avec un taux de chômage de 25 %, le pays ne sait plus comment répondre à l’attrait des « marchés » pour sa monnaie.

Le conseil donné par le Fonds Monétaire International (FMI) dont le mandat est de venir en aide aux pays connaissant des difficultés financières (son directeur est Mr. Dominique Strauss-Kahn, candidat éventuel aux élections présidentielles françaises en 2012) : diminuer l’impôt sur les sociétés.

Sans commentaire.

Partager :

58 réflexions sur « Heureusement, le Fonds Monétaire International nous tirera tous d’affaire ! »

  1. Etant donné que les bénéfices des sociétés sont issues des ventes… Les ventes étant le fait des consommateurs via le prix du produit (l’impôt est inclus dans le prix de vente). Que l’on ponctionne directement le consommateur via son revenu ou via le profit de l’entreprise le résultat est le même… Autant faire simple et prélever celui qui ne peut pas se sauver c’est à dire directement le contribuable.

    Une décision à mon sens intelligente serait de mettre l’impôt sur les sociétés à 0% et hausser la TVA du montant du manque à gagner.

    1. N’importe quoi!
      Au contraire il suffit de monter l’impot à 33% et vous allez voir comme le rand va plonger vite fait!
      Il est extremement simple de lutter contre les arrivées de capitaux: Les taxer!
      Malheureusement une bande d’égonomistes FuMIstes ne défendent que les banques et les milliardaires.
      Cet argent n’est nullement un investissement à long terme, il est donc trés dangereux. Vaut mieux le laisser à la porte…
      Les developpements durables ne passent pas par la.
      Il est démentiel de croire que le capital peut tout faire, creer des technologies, des parts de marchés sur un simple transfert de fonds spéculatif.Cela n’interesse que la finance pour s’en mettre plein les poche en foutant rien.
      Meme Paul Krugman est dans cette optique.

    2. izarn il y a deux paragraphes et dans le second il ne parle pas du rand, mais des pays qui ont des difficultés financières. Mettre l’IS à 0% est une bonne solution pour ces pays… Que cela te plaise ou non.

      Nota Bene : aucune espèce de sympathie pour la marionnette des banques que constitue DSK de ma part… Mais quand il a raison, il a raison.

      Je serais ravi d’entendre un commentaire de paul Jorion sur le bien fondé de l’IS ?
      Celui ci étant payé par le consommateur par le biais de son acte d’achat, je dois avouer que je ne comprends pas très bien le but de la manoeuvre… Faire monter les prix de vente en transférant une partie de l’IRPP de façon artificielle sur les prix (ce que l’on a pris directement à « A » sous forme d’IR ne sera pas pris à « B » – qui a vendu à « A » – sous forme de profit)?

    3. Ce que vous dites serait possiblement vrai si toute la production était interne ce qui ne me semble clairement pas le cas en Afrique du sud.

      Où alors il faut un impôt fort sur les exportations.

      De plus la TVA reste l’impôt le moins juste qui soit.

    4. Je propose un impôt sur les importations. Le coup est triple. L’état voit rentrer de l’argent frais. Les entreprises étrangères vendent moins. Les entreprises locales vendent plus. En plus, l’état a les moyens de relancer son économie. Que le FMI l’interdise, je m’en fous. J’ai trois raisons de trouver le protectionnisme valable dans cette situation délirante.

      Je ne vois pas du tout pourquoi quand les marchés financiers délirent il faut absolument se coucher encore plus bas devant eux. Je ne vois pas du tout pourquoi cette mécanique cassée est la seule possible.

      Mettre l’impôt sur les entreprises à 0% tue les trois avantages précités pour l’Afrique du Sud et installe un précédent. Un hurlement de force 10 se fera immédiatement entendre pour que tous les autres pays mettent leur impôt sur les sociétés à 0% pour des questions de concurrence. L’Afrique du Sud se retrouvera dans la situation actuelle en deux temps et trois mouvements. Tous les pays de la terre se retrouveront avec des déficits encore plus monstrueux. Les hurlements selon lesquels les états sont dispendieux gagneront en force et serviront à justifier des mesures de rigueur me faisant penser au suicide. Je ne vois pas du tout pourquoi ce genre de demande cesserait avant que des morts si évidents qu’ils ne peuvent plus être niés passe en boucle à la télé et sur le net. (Quoique je ne sois pas sûr que même cela soit suffisant pour les marchés financiers). DSK a, selon vous raison. Votre solution est vouée à l’échec et pire sauf si vous avez des actions dans ces sociétés.

      Dans ce dernier cas vous gagnez et pouvez dire que DSK a raison.

    5. en fait votre raisonnement oublie un parametre : les profits qui sont reversés aux actionnaires.

      dans votre démonstration vous partez du principe ( non dit explicitement ) que toucher aux profits est un crime de lèse-majesté.

      à partir de là évidemment y que le cochon de payeur de consommateur qui doit trin quer ……………………

      voilà tout est dit !

    6. Il est pénible, pour ne pas dire affligeant de voir ici ce genre de stupidité qui prend les apparences du bon sens alors qu’un minimum de logique, au sens mathématique du terme, devrait mettre un point final à ce genre d’amalgame, tel ponctionner le consommateur via son revenu ou via le profit de l’entreprise le résultat est le même… Un cheval borgne est rare, ce qui est rare est cher donc un cheval borgne est cher….

  2. NB : les profits des entreprises pourraient par contre être taxés à la source lors de la distribution de dividendes que l’actionnaire soit français ou pas… Tant qu’ils sont réinvestis pas de taxation

    1. Les entreprise désormais s’endettent pour payer les dividendes! C’est pour cela qu’elles refusent d’etre taxées! C’est la loi de l’actionnaire financier: Tu payes les dividendes élévés ou on vends et on délocalise en Chine. Chantage.
      C’est ça la globalisation, c’est une monstruosité économique.
      Solution pour le rand, sortir de la globalisation, mettre des douanes et taxer le capital.
      La pas de probleme: le rand plonge les doigts dans le nez!

    2. Il me semble nécessaire de rappeler ici que le but ULTIME de tout entreprise est de faire des profits, pas de faire vivre des salariés, quand bien même cela vous déplaise… Et sans actionnaire pas de capital et sans capital pas de travail ni de production.

    3. le but ultime de la vie c’est de vivre dignement non pas vivre pour travailler, mais travailler pour vivre.

      l’idéologie libéral comme quoi l’homme n’est qu’un producteur/consommateur est une vaste fumisterie qui nous mène à la barbarie.

      n’en déplaise aux actionnaires, pas de travailleurs pas de profit !!

      et je vais vous dire : l’actionnaire ne vivra pas bien longtemps en bouffant ces actions ( je sais tout est informaitque ) alors que ceux qui produisent REELLEMENT des richesses peuvent survivre à la disparition des actionnaires.

    4. Non, non, Robes-pierre, seules certaines entreprises ne vivent que pour le profit de leurs actionnaires: les sociétés par actions. C’est-à-dire les sociétés dont le le conseil d’administration est nommé par les actionnaires. Regardez les sociétés dont le conseil d’administration est nommé par les employés: elles fonctionnent complètement différemment! Et il n’y a aucune raison conceptuelle/logique pour que le conseil d’administration soit nommé plutôt par l’un que par l’autre. Nous vivons juste à une certaine époque où un type de société est plus courante que l’autre…

  3. Bien entendu, le capital a beaucoup d’armes:
    dumping social (casse des retraites, d’où baisse de la rémunération du travail, par exemple….), dumping monétaire (en plein dedans aussi),
    dumping commercial (tous sur les startings blocks),
    dumping fiscal (effondrement de l’imposition du capital depuis 25 ans,
    avec en parallèle explosion des dettes publiques)

    Avec D$K comme candidat, la droite est sûre d’une chose:
    elle prend une claque immense au premier tour,
    et gagne le deuxième, que cela soit Sarko ou D$K…

    1. @Charles
      Et c’est probablement pour ça que la presse va se déchaîner (elle a déjà commencé) pour soutenir DSK, et comme le « Monsieur » doit bien aimer qu’on le flatte, il pourrait bien se lancer.

  4. Et voilà. Un de plus !
    Mais que leur faut-il ? Une révolution violente ? Des soulèvements ? Des actes désespérés ultra violents et fanatiques ?

  5. Conversation dans un bar de RSA en 2005.

    – Comment trouvez-vous notre pays ?
    – Belle nature, variété des paysages mais j’ai un peu de mal avec votre ségrégation
    – Vous parlez de quoi ?
    – De vos quartiers de riches, ou de simples propriétés isolées, avec des barbelés autour, des caméras, des sociétés de surveillances, des milices privées de gardiennage.
    – J’ai lu que vous aviez des alarmes en Europe ?
    – Oui
    – En avez-vous une ?
    – Oui
    – Pourquoi faire ?
    – Dissuader des cambrioleurs
    – Eh bien pourquoi ça vous gène ici ? Vous verrez dans 20 ans en Europe aussi vous aurez la même chose pour vous protéger des pauvres ; ils veulent tout prendre et la seule chose qu’ils comprennent c’est la force.

    1. J’ai eu un même genre de conversation pendant une ballade à cheval (une des plus splendides que j’ai jamais faite, quel pays!) avec avec un sud-africain qui regrettait amèrement l’époque de l’apartheid. Evidemment il est confortable de vivre avec 85% de la population réduite à l’esclavage explicite…

  6. Bonjour,

    ceci veux donc dire que le rand s’apprécie uniquement pour des raisons de spéculation financiére et sans aucune raison économique (qui devrait alors profiter aux populations en faisant baisser le chomage),pour appuyer cette idée, il serait interessant de savoir où vont les rands achetés en dollar : dormir en l’état ? s’investissent dans l’immobilier ? les grandes plantations agricole ? etc

    Ce serait alors comme en France, la venue de capitaux des US ou d’ailleurs en dollar qui se placent dans la pierre avant la maouss dévaluation, le grand soir du dieu dollard, le temps permet à tous les possédants de trouver un esquif et quitter le navire qui s’enfonce.

    L’afrique du sud devrait plutôt augmenter les impôts et mesures douaniéres sur les capitaux non productifs qui s’investissent chez elle et qui ne provoque que de l’inflation pour les populations.

    Est ce que j’ai juste dans ma petite caboche simplissime ?

    Cordialement

    1. Les dollars chinois achètent massivement le Rand. l’Afrique du Sud est la porte d’entrée choisie par la Chine pour pénétrer ce continent. Stabilité (même si relative selon nos critères), éducation (même si idem), ressources naturelles et industrielles, envie de développement, grands espaces.
      Que du bonheur pour pas trop cher.

  7. Le sans commentaire de monsieur Jorion est le meilleur commentaire qui soit.
    Si il faut un gouvernement de gauche pour faire une politique de droite, avec DSK nous serons servis. Sans moi

  8. Si ma mémoire est bonne je crois avoir lu quelque part que Dominique Strauss Kahn était socialiste, mais alors ce devait être il y a très très longtemps.

    1. Nan ! Il voulait faire de la politique : il n’y avait plus de place à droite, il a pris à gauche …
      ce n’était pas par désorientation temporo-spatiale ; ça lui était égal !

  9. Cela souligne, une fois de plus, qu’une monnaie servant de refuge est tout le contraire d’une monnaie « qui fonctionne convenablement »!
    En effet, on peut affirmer, a contrario, qu’une grande monnaie comme le dollar ou l’euro éviteraient sans doute de telles appréciations violentes et mettront tout en oeuvre pour l’éviter. Nous le voyons avec le yen et sans doute aussi avec le yuan!
    Qu’est-ce qui empêche la banque centrale sudafricaine d’émettre davantage de monnaie pour contrer cela?
    Serait-ce que ces pauvres idiots auraient toujours un étalon-or?

    1. En substance, Pierre-Yves Gomez nous dit qu’il ne faut pas taxer les dividendes parce que :

      1/ C’est compliqué, on ne sait pas qui les touche ;
      2/ Ils sont versés à monsieur tout le monde, via les fonds de pension/investissements.

      L’illustration du cercle vicieux : si toute la population est capitaliste, alors taxer le capital revient à taxer toute la population.

      Alors, c’est peut-être vrai aux Etats-Unis où 50% de la population est actionnaire, ça l’est beaucoup moins en France où ce chiffre est de 16%.

      Le plus drôle, c’est que la lecture de ce genre d’analyses tend à produire l’effet inverse recherché par l’auteur : ça donne envie de demander l’interdiction des fonds de pension !

    2. Alors, c’est peut-être vrai aux Etats-Unis où 50% de la population est actionnaire, ça l’est beaucoup moins en France où ce chiffre est de 16%

      et encore parler donc aux salariés d’Enron exemple connu mais il doit y en avoir bien d’autre

      et puis actionnaire ça veut dire quoi ?

      le prolo US qui n’a d’autre choix que de verser dans un fond de pension, c’est un actionnaire au sens véritable du terme ?

    3. cet article est il analytique ou polemique ?
      je pense pour ma part qu il s agit d un article analytique dans la mesure ou l auteur pese le pour et le contre du mode de financement decrit .
      mais j aimerais avoir un avis aiguise sur la question.
      merci d avance.

  10. J’entendais les spécialistes, les économistes, dirent sans s’arrêter il y a encore quelques années : la santé d’une monnaie est le reflet de la santé de l’économie d’un pays. Il nous faudrait un Molière moderne pour traiter ces bonimenteurs !

  11. Avons-nous encore les moyens de payer nos riches ?

    C’est la simple question du mardi matin, avons-nous collectivement encore les moyens de payer la dette donc nos riches ? (et par là je ne parle pas que des riches en France).

  12. Bonjour,

    En lisant votre note, mon sentiment du jour s’est exprimé: Sans commentaire.

    Le système vient de remporter un nouveau round sur les peuples aux 4 coins du globe.

    Tomorrow is another day…
    Cela me donne l’occasion de vous remercier pour ce blog et pour vos commentaires.

  13. Bonjour à tous

    Souvenons nous: en septembre 2008 DSK, de concert avec Pélagie Angélique Lagarde, annonçait que le gros de la crise était passé……!!!!

    Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre….

    Cordiales salutations.

  14. @ Paul

    DSK n’est pas prêt d’être Président de la République Française, quelquesoit la pression des médias et autre sondages bidonnés (ou pas).
    Pour avancer cette affirmation au même titre qu’un « politologue » aussi avisée et pertinent que Alain Duhamel, il suffit d’ignorer absolument ce qu’est le PS et ce qui s’y passe véritablement au delà des discours de Martine et des poses de Ségolène.
    Le PS a décidé que le candidat du parti aux élections présidentielles de 2012 serait issu d’un choix militant « élargi » au terme de « primaires ».
    Dans cette option DSK n’a absolument aucune chance d’être le candidat désigné et donc d’espérer pouvoir se confronter à Sarkozy. Le mouvement « DSKiste » pèse 5 à 10% des voix militantes dans les votes internes, c’est à dire rien.
    Donc si DSK veut être candidat en 2012 celà sera sous d’autres couleurs que le PS (mais je ne pense pas que d’autres mouvements de gauche lui concède la moindre crédibilité après son passage au FMI) donc à droite…
    Mais pourquoi les électeurs de droite (ou du centre) voteraient pour une copie quand ils ont l’original ?

    1. Je ne pense pas que « la copie » ait l’ingratitude de se présenter contre « l’original », car ne l’oublions pas, DSK est redevable envers Sarko pour son juteux poste au FMI.
      Mais si cela arrive, l’éventuel débat télévisé avant le second tour ne manquerait pas de sel :
      DSK : – Votre politique au service de l’oligarchie est un échec
      SARKO : Mais je n’ai fait que suivre les orientations préconisées par le FMI, que reprochez-vous au FMI?
      Ce serait grotesque et savoureux

  15. Merci d’éclairer ma lanterne sur les sources permettant de suivre les positions de DSK actuellement directeur du FMI (et qui peut-être ne se présentera pas comme candidat à la présidence française).

    Diminuer les impôts doit être un conseil parmi d’autres adressés à l’Afrique du Sud, mais lesquels?

    Monsieur Paul (comme au bistrot , quoi,) merci bien. Dalio

    1. Il ne se présentera JAMAIS car il n’est pas certain d’être élu et il devrait démissionner du FMI avant (forcément)…il peut être reconduit au FMI et finalement pour ce genre d’individu il se dit qu’il a beaucoup plus de ‘pouvoir’ qu’un président qui est finalement juste un gestionnaire à la petite semaine avec en Europe de moins en moins de pouvoir réel…il est comme un pacha à Washington…ne doit pas y être populaire…et a un statut de presque chef d’état (voir pire).
      De toute façon il serait battu il n’a aucun charisme, je ne le vois pas comme Chirac aller faire les marchés( les vrais marchés…) et discuter le coup avec mami ou papi et ou un loubard de banlieue…en résumé tout sauf un socialiste .
      Il reste une possibilité résiduelle, que les chances de victoire de sarkozy soient jugées tout à fait nulles..et alors on appellera en catastrophe D$K car c’est presque un candidat plus de droite que sarkozy….pour ‘sauver’ les intérêts du grand capital sous étiquette PS mais personne n’est dupe.
      Quand son mandat se termine t’il au FMI, qui a des infos la dessus?

    2. @dissy

      Je ne connais pas la date exacte, mais je sais que son mandat se termine quelques mois après l’élection. Les médias en avaient parlé à l’époque de sa nomination.
      Ceci étant, peut-être pourrait-il se présenter directement sous la bannière du FMI, avec un bon vieux plan d’ajustement structurel des familles en guise de programme. Tous les jducac de France voteraient pour lui. 🙂

  16. Le Point – « Ça semble lui sourire : avec Aubry ou DSK, le PS est en bonne position pour gagner l’Elysée ! »

    J.L.Mélenchon: « Sarkozy est loin d’être battu d’avance ! Les socialistes finiront par lui donner un air protecteur s’ils font la bêtise de choisir le représentant de commerce universel du libéralisme, Dominique Strauss Kahn. C’est aujourd’hui l’homme qui impose les pires politiques antis sociales en Europe ! »

    Le Point – « Il n’est pas un homme de gauche ? »

    J.L.Mélenchon: « Strauss-Kahn est membre du Parti socialiste. Et alors ? Ce qui compte c’est ce qu’il fait. Il ne pourra pas s’en dédire ! C’est la pire politique libérale jamais appliquée en Europe ! Partout où il passe, il arrive avec la même boîte à outils: une grosse machine pour cajoler les riches, et une tenaille pour les autres. Cet homme est en train de provoquer une catastrophe universelle : la contraction de la première économie du monde, l’Europe, en imposant à tous la même médecine de rebouteux qui ne débouchera sur rien. »

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2010/06/les-retraites-et-le-cas-strauss-kahn/

    1. Tiens, il y a au moins un homme ayant un cerveau, et se présentant comme citoyen dans le XVI° arrondissement de Paris ! C’est mieux que rien …

  17. Mais bien sûr comme en Irlande et allons y formons quelques années une belle et grosse bulle en Afrique du sud avec tout ce fric qui ne sait plus où aller mais qui se refuse à être partageur,
    construisons, alimentons la bourse vers les sommets, construisons des usines des bureaux, et ensuite sachons nous tirer avant que la bulle explose.
    En résumé, DSK c’est WS, take the money and run….

    1. le pognon ne doit pas être partageur, le pognon doit être utilisé intelligemment. le parallèle avec l’irlande est bien trouvé… La fin est inévitable…; Ce sera « BooM »…

      la raison du problème est bien connue :
      les politiques de taux bas dans nos pays font que le « capital » recherche des rendements plus atteactifs…
      Qui peut les blamer quand on voit le niveau ubuesque des taux d’itérêt en Europe, US, japon…

      Pour pallier ce problème la solution est simple => hausser le niveau de nos taux d’intérêt.
      C’est la seule solution.

  18. Réduire l’impôt sur les sociétés ?
    Le supprimer tout comme tout autre impôt sur les revenus.
    Car effectivement, tous ces impôts grèvent le processus de création des valeurs réelles offertes à la couverture des besoins de tous.
    C’est bien quand nous les achetons que les biens passent du processus productif à l’usage privé et donc justifient l’impôt sur les achats (ou dépenses- tva) .
    Mais Straus Khan oublie l’essenciel pour la relance économique: la ristourne (ou remboursement) pour tous , le Revenu de Base Inconditionnel.
    Voir:
    pour la définition du Revenu de Base Inconditionnel
    pour la réforme fiscale correspondante
    et plus particuliairement les 7 « paperboard » de Benediktus Hardorp.
    pour l’ensemble du site.

  19. Mettez-vous à la place d’un capitaliste tendance néoclassique: Pour lui, l’arrivée de capitaux est toujours une bonne chose. L’idée de baisser l’impôt sur les sociétés s’appuie d’une part sur l’hypothèse que puisque le chômage est élevé, on doit agir sur le marché de l’emploi en favorisant l’offre, mais d’autre part, que le travail est une charge (oblitérant ainsi le fait que c’est par le travail que la richesse est produite).

    Le capital est ainsi invité à créer du travail au moyen d’avantages fiscaux. Peine perdue à mon avis, car le rendement que peut produire le travail ne peut jamais être aussi financièrement intéressant que celui de la bonne vieille spéculation.

    Pour réduire le taux de chômage, il faudrait que l’État en vienne à payer le capital (à hauteur du différentiel de rendements entre travail et spéculation par exemple) pour que ce dernier consente à s’orienter sur de la création d’activité plutôt que sur la spéculation financière.

    Ceci n’excluant pas l’hypothèse que le capital révise par la suite ses exigences de rendement à la hausse, ramenant la situation à son point de départ, ce qui permet de penser qu’un tel procédé n’offre strictement aucune garantie de stabilité, et qui plus est donne l’impression – encore une fois – d’une prise d’otage de l’intérêt général par des intérêts particuliers. A un moment donné, d’une manière ou d’une autre, il faudra que cela cesse.

    1. Pour l’instant les sauterelles se déplacent d’un pays à un autre, alimentant des bulles et se tirant quand il n’y a plus rien à grignoter, enfin les plus agiles des sauterelles, une nommé Lehman Brother a fini par y laisser sa tête mais les autres ne la pleurent pas, le champs est plus gros à se partager.
      J’ai lu que sans capital on ne produit rien ni travail, sauf que dans ce monde il y a du capital en pagaille dans les capitaux qui se promènent sur la planète, on pourrait même dire qu’il y en a trop car il n’est pas employé pour le bien de l’humanité mais uniquement pour la spéculation comme ces sauterelles qui furent une des plaies d’Égypte.

  20. Fabuleux Miroir Impassible…
    Au pays magique on rencontre parfois des cavaliers fous férus comme Euler de mathématiques. Les chauds lapins creusent des trous alors que » le sens » manque .Échiquier du Monde!?
    Avaler la pillule?
    Les coupes sombres destinees a permettre une retraite innondee de lumiere.
    Reves de mineurs.. au pays des merveilles, contre toute attente,la fuite peut aller d avant en arrière.
    Priere de reviser les principes de t(h)ermodynamique!
    Régime de crise! Certains mangent par la racine…Le vent l emportera ?
    Le chevalier de neige manifeste.La souffrance peut etre magnifique? Au Temps mauvais…
    Il apostrophe les sorciers qui font des ronds et des bulles et pilotent tels de sales gosses leur balai… non monnayables!Du plomb dans l aile?Quand on se veut alchimiste me direz vous?
    Il se mefie des ecarts de trajectoire…
    Depuis quand les meetings d aviation exposent des vendeurs de recettes de cuisine?
    Transmutation et accession a la …propriete?
    Le crime est il organisé?C est trop….c est « strauss »ant?Histoire de sauce….de….
    Et si le Saint Graal se cachait en Afrique du Sud?
    Sait on jamais ?

  21. Il est bon de rappeler que le taux d’imposition sur les bénéfices est passé en moyenne de 40% au début des années 80 à 25% en 2007 dans l’ensemble des pays de l’OCDE.
    Ces chiffres ne tiennent évidemment pas compte des possibilités d’optimisation fiscale et d’évasion fiscale. Evasion fiscale qui s’est très largement développée si considère l’explosion de l’activité dans les paradis fiscaux depuis les années 80. Sur la seule évasion fiscale des grandes entreprises, on estime la perte de recettes fiscales pour les Etats membres de l’OCDE à 2-2.5% de pts de PIB par an. En France, ce dhiffre atteint même 3% de PIB.

    Et, y en a encore, qui conseillent des baisses d’impôts quand il faudrait donner des gifles !

    1. «L’art de lever l’impôt, disait Colbert, consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le plus grand nombre de plumes, avec le moins de criaillements possible.»

      Si l’oie peut se sauver il faudrait être bête pour essayer de la plumer…
      Autant traiter le problème d’une autre manière… par la TVA par exemple.
      Le résultat est à peu près le même que par l’IS.

    2. Et supprimer tout les impôt sur les bénéfices et revenus pour les tranférer à la TVA?
      Celà n’aurait il pas une incidence sur les paradis fiscaux?
      Car au fond, en tant que consommateur, ne les payons nous pas déjà au final dans les prix, ces sommes qui font la belle?

      La TVA ne deviendrait elle pas impôt progressif si une partie de la collecte était reversée à tous sous forme d’un Revenu de Base Inconditionnel ?
      Des modulation de taux restant toujours possible en plus selon la nature des produits.

      Soutenir et promouvoir la liberté de chacun devant l’emploi ou dans la création de son activité propre tout en cessant de freiner la création de produits ou de services par des impôts qui avaient leur sens au temps où chacun travaillait à satisfaire ses propres besoins et stockait ses produits au grenier n’apportant que le surplus au marché. Qu’en pensez vous?

    3. L’idée qu’il ne faut pas taxer l’activité économique est absurde. Dans les années 50-60, la croissance était plus forte dans un contexte d’imposition presque confiscatoire. Bien entendu, il y a la TVA mais ça revient à transférer le poids de l’impôt sur les consommateurs. La personne qui paie de l’impôt sur son activité n’est pas la même qui paie de la TVA sur sa consommation.
      D’un point de vue économique, il serait aussi étrange qu’une entreprise ne paie pas ses fournisseurs d’électricité, de matières premières etc…. par contre elle serait fondée à ne pas payer l’impôt qui sert à payer les infrastructures, l’éducation et la formation de ses salariés etc….. alors que son activité serait plus que réduite, voire nulle si tous ces services financés par l’argent du contribuable n’existaient pas.
      A force de faire des concessions sans rien obtenir en échange, si ce n’est des promesses comme la création d’emplois, il arrive un moment où la fuite en avant (comme la suppression de l’IS) ne conduit qu’à une impasse.

    4. En février 2007, le parlement vote la loi sur la fiducie qui instaure le trust en France, ce qu’attendait tous les financiers depuis plus de deux siècles car ils ne pouvaient pas jouer comme les anglosaxons , cette loi permet aujourd’hui a tout un chacun et surtout aux assureurs et banquiers de délocaliser n’importe où dans le monde un patrimoine, un actif, ou des produits complexes spéculatifs. un registre national des fiducies devait garantir a l’Etat et au fisc la transparence des montages. On attend encore le décret pour ce registre.

  22. bonsoir,
    les capitaux etrangers n’apportent que spéculation sur les(bourses, m-p,immobilier) en un mot bulle mondiale=la + grande récession de l’humanité et aprés chute du dollar ensuite le k-o planétaire…….

  23. Il y a bien une solution pour l’Afrique du Sud qui consiste à appliquer au Rand, la politique que la Chine s’applique à sa propre monnaie, le Yuan.

    Elle consiste à sous-évaluer de manière systématique sa monnaie par rapport aux autres et ce quelque soit son taux de croissance ou ses rentrées de devises.

    En effet, malgré une croissance insolente et un stock de devises (transformées en or ou en bons du trésor US et européens, grecs ces derniers temps…) gigantesque, la Chine maintient un cours forcé du Yuan de manière à rester compétitive face aux industries US et de l’UE.

    Or, ces derniers temps, la Fed a annoncé qu’elle allait reprendre son programme d’achat directe de bons du trésor US. Ceci s’appelle, ni plus ni moins que la tactique de la planche à billets.

    Elle a pour effet de faire baisser le dollar par rapport aux autres devises. Les USA deviennent ainsi par l’arme de la monnaie plus compétitifs.
    Un exemple pervers pour ceux qui subissent cette politique: le JAPON comme l’Afrique du Sud voit sa monnaie monter mécaniquement face au dollar qui baisse. Aujourd’hui, il fallait seulement 81 yens pour 1 dollar, au lieu de plus de 100 il y a quelques mois.
    Conséquence: Toyota annonce son intention de délocaliser une partie de sa production en zone Dollar pour restaurer ses marges de compétitivité!!!

    Tout cela pour montrer que les USA, ne réussissant pas à obtenir une réévaluation du Yuan face à leur Dollar, appliquent désormais la même politique que les chinois: ils laissent filer le Dollar. Surtout pour se désendetter à vil prix mais aussi dans un 2ème temps pour restaurer leur compétitivité.

    Viendra pour plus tard les mesures protectionnistes, si le besoin s’en fait sentir, par des quotas ou des droits de douanes. Notamment si la majorité au Congrès US devient Républicaine parès les mid-terms.

    Voilà qui sent furieusement l’atmosphère monétaire instable des années 1930!!!

  24. Sans commentaire non plus, sur la proposition fiscale inepte.

    En revanche, une suggestion sur la marche à suivre concernant le change (si quelqu’un connaît le ministre des finances d’Afrique du Sud…) : AMASSER DES RESERVES DE CHANGE.

    Quand un pays est attaqué sur sa monnaie, il la laisse se dévaluer ou la soutient en vendant ses réserves de change (dollar, euro…). Le soutien est conditionné par le montant de ses réserves.

    Lorsque sa monnaie est au contraire poussée vers le haut, il a le choix entre laisser celle-ci s’apprécier (ce qui semble être présentement le cas)… ou créer de sa monnaie pour acheter des devises étrangères, et maintenir le change stable. C’est ce que fait la Chine par exemple, et elle a bien raison car avec cet argent elle achète beaucoup d’actifs en dollars et pourra soutenir sa monnaie quand celle-ci sera attaquée.

Les commentaires sont fermés.