L’actualité de la crise : DÉMONSTRATIONS PAR L’ABSURDE, par François Leclerc

Billet invité

Faut-il ou non s’engager dans une révision du traité de Lisbonne s’interroge-t-on à Bruxelles ? Présenté sous ce seul angle, il est difficile à ceux qui le préconisent de justifier de repartir dans une procédure, même allégée, qui a tout de même duré dix ans pour être bouclée… C’est pourquoi Angela Merkel, tout en restant ferme sur le principe, s’efforce de présenter sous un jour plus avenant sa proposition, en parlant de « deux phrases » à changer, et en suggérant des modalités d’amendement qui ne passeraient pas par des référendums populaires, hautement hasardeux dans certains pays alors que l’unanimité est requise.

L’actualité de ces deux jours est dominée par la réunion des chefs d’Etats et de gouvernements et par ce thème qui les oppose, reléguant au second plan une nouvelle qui éclaire pourtant leurs discussions. La Grèce s’enfonce et prend un mauvais chemin. Le coût de l’assurance contre son défaut de remboursement de sa dette – le taux des fameux CDS – grimpe sur le marché tandis qu’il apparaît que les objectifs de réduction du déficit grec ne seront pas tenus : les recettes fiscales diminuent, la croissance n’étant pas au niveau attendu, alors que le trou de la dette est plus profond que prévu. L’écart croît en conséquence, au lieu de diminuer.

Avec la Grèce, l’Irlande et le Portugal sont également entrés dans la zone des tempêtes. La date limite fatidique du vote du budget portugais approche sans qu’une majorité soit réunie à la chambre des députés pour l’adopter, les deux principaux partis ne parvenant pas à se mettre d’accord. La contribution de ce plan au rétablissement des finances portugaises n’étant pas par ailleurs d’une grande crédibilité. En Irlande, l’addition a encore augmenté. Bientôt posée sur la table, son règlement pose problème. Une chose en amenant une autre, les taux obligataires grecs et portugais, qui s’étaient détendus un peu, viennent de se tendre à nouveau.

Jean-Claude Trichet, tout en constatant une demande moins forte des banques aux guichets de la BCE – exprimant une amélioration sur le marché interbancaire – n’en a pas moins exprimé clairement sa prudence quant à la suite. Il n’ignore pas que les banques des pays de la zone des tempêtes sont sous perfusion et qu’il n’est pas possible de les débrancher. Les Grecs tentent une restructuration des leurs dans l’espoir d’en solidifier l’édifice, un remède qui permet de temporiser mais qui sera aussi illusoire que ne l’a été – ou le sera – la consolidation des caisses d’épargne espagnoles ou des Landesbanken allemandes.

Sous différentes variantes, un même scénario est en train d’être joué. Soumis à des obligations de réduction précipitée de leurs déficits et de leur endettement, une première vague de pays n’y parvient pas et n’a comme seule perspective que de s’enfoncer dans la récession. Plutôt que de devoir à nouveau improviser pour leur éviter un défaut sur leur dette dans l’urgence, il devient indispensable de mettre au point, pendant qu’il est encore temps, un nouveau “mécanisme de gestion de crise” permettant de maîtriser le défaut quand il interviendra.

Le fonds de stabilité financière européen (EFSF) n’est pas armé pour le faire, impliquant que les Etats se rendent sur les marchés pour prêter ensuite les fonds recueillis, à un taux plus favorable mais qui dans les faits sera encore trop élevé. Il ne dispose par ailleurs d’aucun moyen de faire face et de colmater les brèches, en cas de restructuration de la dette d’un pays déstabilisant par ricochet le système bancaire.

En vérité, il ne semble pas y avoir à ce propos de plan allemand très élaboré, et le problème reste entier de savoir comment procéder si son principe devait être finalement adopté. Or il y a urgence si l’on en croit les nouvelles en provenance des marchés, l’année 2013 – fixée comme échéance pour la révision du traité de Lisbonne – étant bien loin. Les gouvernements européens sont à nouveau en retard sur l’événement. Les sanctions politiques – suspension du droit de vote des Etats en dehors des clous – allant être écartées, le sommet va réaffirmer des sanctions économiques en cas de manquement à la discipline budgétaire et chercher à éviter les procédures référendaires pour avancer sur la question du filet de sécurité financier. Une procédure simplifiée prévue au traité leur tend les bras à ce propos.

Les marchés sont dans l’immédiat surtout suspendus à la décision de la Fed, la Bank of Japan ayant même décidé d’avancer sa réunion régulière au lendemain de celle de la banque centrale étasunienne, les 2 et 3 novembre prochains. Afin de pouvoir réagir sans tarder.

Les rumeurs se sont ces derniers jours propagées, selon lesquelles la Fed ne va pas brusquer le mouvement, soumise à des impératifs contradictoires, et qu’elle ne va engager qu’un programme progressif et par étapes d’achats de bons du Trésor américain. Mais l’attente reste néanmoins pesante. Les marchés monétaires cesseront-ils leur travail destructeur dans les pays émergents ? Cela semble peu probable. Tout juste les Américains pourront-ils se prévaloir de leur bonne volonté…

Le pilotage est de plus en plus à vue, alors que la visibilité continue de se réduire. Le pire étant que les commandes agissent dans le vide, inadaptées à des conditions de crise pour lesquelles elles n’ont pas été prévues et dans lesquelles elles sont inopérantes.

Prenant des directions symétriquement opposées, les Américains et les Européens réalisent simultanément une double expérience. Les uns fondent leurs espoirs dans la planche à billet, les autres dans la réduction des déficits publics. Mais ils vont faire la même démonstration : même par l’absurde, cela ne fonctionne pas.

Partager :

72 réflexions sur « L’actualité de la crise : DÉMONSTRATIONS PAR L’ABSURDE, par François Leclerc »

    1. Rien de grave.

      L’Irlande doit être achetée par le groupe Anglo-saxon sous peine de coulage des banques anglaises.
      Relativisons.

    2. C’est vrai. Le groupe anglo-saxon est en plein expansion en ce moment.
      Je dirais même qu’il se dilate en ce moment (j’ai la rate, qui s’dilate, …).

  1. Tout celà n’est que tergiversations des états en cessation de paiement , ces politiques sont idiots ou fous , 1750 Md de dette revolving quand la recette annuelle est de 200 Md ne peut amener qu’à la liquidation du systeme actuel….alors plus vite sera le mieux , vont ils mettre encore des années à chercher des solutions boiteuses , alors ce seraient des escrocs à sanctionner comme tel.

    1. Bonjour,

      En l’espèce, oui, l’instinct de survie.
      C’est d’ailleurs pourquoi l’appellation d’absurde me chiffonne un peu. Qu’y a-t-il d’absurde à vouloir durer le plus longtemps possible, pour un système ?

      Et d’ailleurs, ça m’arrange. Ce temps de sursis, je le mets à profit pour me préparer autant que possible, au cas où …

  2. Nous sommes dans un monde qui doit muter et oublier les anciennes recettes qui ne font que retarder et amplifier la facture.
    Nos sociétés cotées vont bien grace aux émergents mais une mise sous perfusion des états unis en faillite, obligées bientot à avoir le meme discours que l’europe rigueur et coordination entre tous les contributeurs à la croissance mondiale permetrait un nouvel ordre économique qui s’impose, avec donc de nouvelles structures , un nouveau SMI mais pour que celà soit envisageable il faut que l’on arrète de financer les états unis et qu’ils soient prets, en préservant leur honneur, à réflèchir à un BANCOR ou un autre système plus contraignant .
    Les bourses chuteront mais c’est pour le bien du plus grand nombre .

  3. C’est tout à fait lumineux!
    Ni planche à billets ni rigueur budgétaire ne fonctionneront, ne peuvent fonctionner!
    En effet, une monnaie qui ne trouve pas de quoi acheter, car sa détention liquide est trop “sûre” et trop attractive, devient tout simplement ingouvernable!
    C’est devenu une masse compacte et inerte avec une immense force d’attraction, comme le trou noir cosmique!
    Comment gouverner un paquebot ensablé qui ne bouge pas?
    Il s’agit d’inventer une monnaie qui “bouge” en toute circonstance, cela éviterait la planche à billets!
    Car, ne nous voilons pas la face, les européens, la BCE notamment, ne veut pas “monétiser” les obligations pourries, mais elle le fera quand même dans l’urgence, moyennant quoi, lma planche à billets sera activée tout pareil qu’ailleurs!

    1. Johannnes. Ca me démangeait.

      La cigale et la fourmi, tu connais..???
      Il existe des gens qui brule l’argent et d’autres qui ont tellement peur des vicissitudes de l’avenir pour se sentir obliger d’épargner.

      Contre ceci, tu ne pourras rien et jamais rien.

      Donc, ce que tu veux imposer est nul et non avenu car tu es à un étage inférieur qui est une CONSEQUENCE du capitalisme : faire du court terme par peur de l’avenir.

    2. très léger comme réplique!
      Tout d’abord, si je pouvais “imposer”, on n’en serait pas là où on en est arrivés!
      Ensuite, je suis un partisan de l’épargne, sachez-le. Je ne suis nullement porté sur le gaspillage, et les fourmis ont parfaitement ma sympathie!
      Je n’ai jamis rien dit contre l’épargne et sa nécessité.
      Je vous conseille de mieux lire, de mieux réfléchir et de tenir compte de la subtilité des choses. Les choses ne sont certes pas compliquées, mais subtiles et sensibles!
      Je souligne simplement, à longeur de mes interventions, que l’épargne et la thésaurisation, ce sont deux paires de manches. Ce sont deux événements économiques distincts, en rien comparables, malgré les apparences.
      La thésaurisation réduit substantiellement et la masse et la vitesse de la circulation monétaire, elle répond à la méfiance des investisseurs/épargnants à l’égard du système monétaire lui-même. Elle est rendue possible par un défaut inhérent à ma monnaie telle qu’elle est faite, et ce défaut la rend totalement ingouvernable actuellement. Elle contyraint aussi auss quantitave easing.
      Quant à l’épargne en banque, au contraire, c’est un moyen de mainetenir en circulation la monnaie coûte que coûte, et cela coûte si cher précisément parce que la monnaie elle-même est mal fichue et comporte en elle-même son propre échec et celui du capitalisme.
      Parce que le capitalisme est un système qui mène à la ruine générale au bénéfice d’une clique ultrariche et minoritaire, une caste féodale. Si vous ne comprenez rien à cela, votre propos est nul et non avenu!
      Je ne suis aucunement un partisan du court terme, bien au contraire, ce que je propose conduirait à un développement durable et à une stabilité remarquable!

    3. Johannes, malgré ton esprit pertinent et ta logique implacable qui ferait que nul ne pourrait accumuler,…

      Relis-moi.

      Je t’explique pour avoir vécu avec une femme qui ne supportait pas que je gagne moins de 3000 Euros par mois.
      Je le ré-écris : relis-moi.

    4. encore une fois, je ne suis en rien opposé à l’accumulation de toute sorte de biens, y compris de l’épargne en banque. Même la thésaurisation, je ne souhaite en rien l’interdire. Simplement, la thésaurisation causant de grands dommages économiques, il faut qu’elle soit convenablement “taxéeé”, sans quoi, le capitalisme subsiste.
      Rien contre ceux qui gagnent beaucoup et qui dépensent ensuite, beaucoup ou peu, comme bon leur semble.
      Si tu avais une femme qui voulait que tu gagnasses beaucoup et si tun ne pouvais pas le faire, je comprends qu’il y a eu, un moment donné, problème, surtout si votre femme était du genre “cigale”.
      L’accumulation restera dans ce que je propose, le SMT, parfaitement possible, mais, je l’admets, étant donné que la rente du capityal aurait disparu, la croissance d’une fortune ne serait alors possible qu’à la sueur de son front et non à celle d’autrui.
      Et là, évidemment, devenir très riche nécessiterait alors beaucoup de travail personnel au point qu’il faudrait sans doute se contenter quelque part, sauf à gagner au loto…
      La disparition totale de la rente du capital que je souhaite effectivement organiserait une prodigieuse redistribution beaucoup convenable des richesses et des revenus.

    5. Johannes.
      Le souci n’est pas que j’ai toujours largement gagné ma vie et qu’il fallait que ce soit une nécessité.

      Tu es ILLOGIQUE.
      Comment accumuler du bien matériel avec ta monnaie, expliques-nous.
      Et n’oublies pas que si ta monnaie fond, la valeur du bien augmente…

    6. Quel âne suis-je…
      Veuillez, tous, remplacer cette bêtise d’expression “gagner sa vie” par toucher de l’argent.
      Merci à tous.

    7. moi aussi, cher Johannès, je pressens que je suis d’accord avec toi, celui que tu voudrais inscrire dans l’esprit de ta proposition (comme on dit de celui de l’esprit de la loi)
      mais dans ta proposition, je ne m’y retrouve pas
      (déjà que je ne vote plus socialiste, sauf au cas par cas …. )

  4. Il me semble qu’il y a deux problèmes distincts :

    L’Europe a un équilibre global de sa balance commerciale et un taux d’épargne suffisant.
    Les problèmes sont internes à l’Europe : excédent commercial Allemand (le second du monde après la Chine) et déficit croissant de 2000 à 2009 des pays du sud + Irlande.
    L’instauration de l’Euro n’a amené aucune convergence des économies des pays de la zone Euro, au contraire, elles convergeaient avant la création de l’Euro et divergent depuis.
    La France est dans une situation intermédiaire, mais qui se dégrade depuis 2004.

    Les Etats Unis ont un déficit commercial croissant depuis 2000. Jamais ils ne rembourseront cette dette extèrieure. L’inflation, le “Quantitative easing” est donc une solution …. pour la dette accumulée.
    Mais il faudrait qu’ils rééquilibrent leur balance commerciale.
    Une étude de 2005 du Trésor français montrait qu’il faudrait une multiplication par 2 à 3 de la parité rem vs $ pour stabiliser le déficit commercial US à 3% du PIB.
    Une alternative était une dépréciation du $ vis à vis de l’€ : la crise se concentrait alors dans la zone euro, et plus particulièrement dans les pays de cette zone dont l’économie est sensible à la parité €/$ : Italie (au dela de 1€=1,1$, la France au seul de 1€=1,2$, l’Espagne 1€=1,4$
    l’Allemagne reste peu sensible à la parité €/$

    J’ai l’impression qu’on se dirige vers ce scénario alternatif…

    1. J’ai cru comprendre que l’Allemagne rémunérait plutôt mieux ses ingénieurs que les financiers, alors que la France ou les USA, rénuméraient largement mieux les financiers que les ingénieurs ….

  5. Quand l’eau* se fait rare dans le bocal, le poisson crève.
    Tout piranhas qu’ils soient, ils ont besoin d’eau, et s’il ne doit en rester qu’un… cestui-là connaîtra le même sort.
    Quand le parasite a tué l’organisme/source, il meurt à son tour.

    Alors il faut soit trouver une autre mer ou se transformer en mammifère.
    L’homo-oeconomicus doit muter en homo-responsabilis, mais en avons nous le temps?

    Attention à ne pas connaître un phénomène nouveau: une inversion de polarité spacio-temporelle.
    Car à long terme, c’est pire que le “trou noir cosmique”.

    * eau = monnaie.

  6. Merci pour ce suivi détaillé.
    Ni les états, ni les monnaies ne disparaitront. Ne voir que les difficultés fait perdre la vue d’ensemble. Les US s’enfoncent dans une trappe à liquidité alors que l’Europe a encore de la marge.
    D’ici 2013 les émergents auront eu le temps de découpler.
    Si, entre temps, la zone euro arrive à construire sa gouvernance et à se défaire de l’emprise américaine, tout en remettant de l’ordre dans ses comptes et en gérant les tensions sociales qui en découleront, le potentiel phénoménal des pays émergents nous permettra de retrouver le chemin d’une croissance digne de ce nom.
    3 ans à haute tension, certes, mais que 3 ans.

    1. Les US ont certes de graves problèmes aujourd’hui, mais Ils conservent largement les meilleures fondamentaux pour le futur: un immense territoire encore quasiment vierge, une culture et un amour du travail sans égale, 350 millions de citoyens parlant la même langue, la capacité de l’américain à rebondir même du fond du trou, un esprit patriotique associée à une générosité envers le collectif à prendre comme exemple, et enfin une liberté individuelle associée à une législation au service du créateur et de l’innovation … Les US font encore bien plus rêver les jeunes qu’une Europe écartelée et moribonde, en tout cas pour ceux qui veulent se donner une chance de réussir … L’avenir est encore de l’autre côté de l’Atlantique,

    2. Vous faites quoi de la diminution des ressources énergétiques, minéralogique ? De la diminution de la biodiversité, de la mort des sols de l’agriculture, des ressources de la mer qui diminue de plus en plus ? De la crise climatique ?

      Je vous le rappelle, la crise économique, n’est que la partie émergée de l’iceberg actuellement.

      Aucun pays en sortira gagnant!

    3. @ Bible,

      Pourquoi prenez-vous ce pseudo ? Pourquoi utilisez-vous la Bible ? Pourquoi recherchez-vous tant à détourner les gens de la foi ? L’Amérique ne fera pas toujours l’histoire, l’Amérique
      n’a pas toujours montré un meilleur bien religieux aux êtres, L’Amérique est souvent de mauvaise foi surtout envers le reste du monde, elle ne pense en fait toujours qu’à elle, toujours à elle, comme pour son nouvel évangile de prospérité qui n’a jamais réellement apporté un meilleur esprit de conduite et de responsabilité envers l’homme. Car si l’avenir était toujours
      de l’autre coté de l’Atlantique il faudrait peut-être aussi que tout le monde prenne sa valise, occupe une plus grand maison encore, comme si l’histoire serait toujours aussi une question de géographie, de place. Pour réussir quoi, qu’ont-ils vraiment réussis en Amérique alors que le monde se trouve de plus en plus au bord de l’Abime ?

    4. @Bible

      Apparemment tout le monde ne partage pas votre avis sur le “paradis” Etats-Unien.

      L’ AMÉRIQUE DU TIERS MONDE
      par Arianna Huffington.

      …les signaux sont au rouge…Notre pays se délabre : industrie, écoles, infrastructures,. La pauvreté gagne partout du terrain (+25% entre 2000 et 2008 dans les banlieues des grandes villes). L’ascenseur social n’est pas en panne, il redescend ! Près de 100 millions d’Américains vivent dans des des familles aux revenus inférieurs à ceux de leurs parents au même âge. Les enfants de parents fortunés qui ne font pas d’études ont plus de chance d’être riches que les enfants de parents pauvres, qui, eux, ont entrepris des études. La classe moyenne, sur laquelle a reposé l’essor économique de ce pays, est une espèce en voie de disparition…Elle est (la classe moyenne) dévastée. Et sa disparition est bien plus menaçante pour ce pays que la crise financière…Depuis la fin 2007 nous avons perdu 8,4 millions d’emplois. Un américain sur cinq est sans emploi ou sous-employé. Un crédit immobilier sur 8 mène à la saisie. Un Américain sur 8 vit de bons alimentaires. Chaque mois plus de 120000 familles se déclarent en faillite. La crise économique a balayé plus de 5000 milliards de fonds de retraites et d’économies.
      Les écoles sont le secteurs le plus dévasté ! Je ne parle pas du triste état des bâtiments publics. Je parle de ce qui se passe en classe. Rien n’accélère davantage notre glissade vers un statut du tiers-monde que notre échec à éduquer convenablement nos enfants…Des études montrent que parmi 30 pays développés, les Etats-Unis se situent au 25éme rang pour les maths, au 21éme pour les science…30% des lycéens quittent l’école sans diplôme. Or on ne cesse de licencier des professeurs, de réduire le nombre d’heures de cours, voir de jours d’école…Pendant ce temps là, des prisons ont essaimé un peu partout à une vitesse que même Mc Donald’s pourraient envier. Trop d’écoles américaines préparent plus à la prison qu’à l’université !…
      Je crois que les deux partis (démocrate et républicain) sont tombés exactement de la même façon dans les mains des maîtres de l’industrie, des banques et des affaires qui remplissent leurs coffres de campagne. Le principe démocratique fondateur « un homme, une voix », a été remplacé par l’arithmétique de la politique des groupes d’intérêts. Les lobbies et leur déluge de dollars ont envahi Washington. Une vraie prise de pouvoir. Et le gouvernement fixe ses priorités au milieu de ce bazar de trafic d’influence. Savez-vous qu’en 2009, plus de 13700 lobbyistes enregistrés ont dépensé un record de 3,5 milliards de dollars, le double qu’en 2002 ? 26 lobbystes par membre du Congrès ! Etonnez-vous après cela que les plans ambitieux pour réformer Wall-Street, le secteur de l’énergie ou la sécurité sociale aient dérapé ! … On peut dire que les grands patrons de Wall-Street ont fait très fort. Au lieu d’assiéger ou de combattre ceux qui faisaient la loi, ils les ont rejoints, investissant eux-mêmes les postes de pouvoir à Washington et intégrant les cabinets de décideurs et législateurs. Y compris le cabinet d’Obama…Les banques ont remplacé le peuple au centre de l’univers économique.

    5. Bonjour,

      J’ignore si la situation est aussi grave qu’énoncé par Mme Huffington, mais si un président noir a été élu, et si un QE2 se prépare, il doit y avoir de bonnes raisons.

      Oui, Alain, ceux qui espèrent encore en la croissance économique vont, compte tenu de l’état des ressources naturelles, très probablement vers des désillusions.

      Les Etats-Unis étaient, jusqu’à peu, de par leur mode de fonctionnement, les plus gros consommateurs mondiaux en ressources naturelles, en particulier énergétiques.

      Un rapprochement entre l’état de santé des Etats-Unis, d’une part, et celui des ressources naturelles, d’autre part, offre une clé de compréhension de l’évolution du monde de premier ordre. Cette clé ouvre sur de bien funestes perspectives, en particulier pour ceux qui s’intéressent au fonctionnement social.

      Je n’ai pas compris en quoi décrire l’état du monde physique dénotait d’une quelconque mentalité.

    6. Deux choses.
      Déjà les States et les fantasmes. Le sentiment anti-US européen, en particulier chez nous, est regrettable. On piétine bien facilement ce que l’on ne connait pas. J’y passe 1 mois tous les ans et ,systématiquement, j’apprécie la gentillesse, la discrétion et l’humilité de ces gens. De plus, leur volonté d’entreprendre pour un avenir meilleur tout en acceptant le risque parfois de tout perdre reste à chaque voyage un bain de jouvence. Bref, le contraire de l’image du gros ricain moyen que l’on a trop souvent en tête dans notre beau pays.
      Par contre, Bible, je ne partage pas ton optimisme. Leur modèle semble à bout de force. Ils ont bâti un système où la croissance ne peut pas durablement être faible, sinon tout explose. 17% de chômage réel officiel aujourd’hui, en fait plutôt 20% d’après de nombreuses statistiques, comme le pays le plus planté en zone euro, l’Espagne, mais sans amortisseurs sociaux et sur l’ensemble du “continent”, c’est monstrueux. Ils restent condamnés à une impossible et pourtant perpétuelle fuite vers l’avant, basée sur la dette et la FED n’a pas d’autre d’alternative que celle de sacrifier une partie de la valeur du $ et donc d’affaiblir l’influence géopolitique mondiale des états unis d’Amérique.
      La zone euro, aujourd’hui encore et malgré les obstacles naturels, a heureusement le choix de son avenir.
      Pour la diminution des ressources énergétiques, Alain, et bien oui, c’est une réalité. Mais attention là aussi aux idées reçues. L’occident, sous couvert de bonnes intentions écologiques, a essayé à plusieurs reprises de mettre sous l’éteignoir le potentiel des émergents, en pure perte. Il convient de faire la part des choses entre manipulation et réalité. Ceci dit, plusieurs études prospectives, tel le rapport Attali, montrent à quel point le développement du “propre et durable” peut être une source fantastique de croissance.

    7. Jef, regarder la part de contribution des énergies renouvelables comparer aux énergies fossiles, c’est rien du tout et même si il y a un grande développement des renouvelables, ça n’atteindra jamais la contribution des énergies fossiles et en plus la demande ne fait que augmenter et je dois aussi rajoutée que la plupart des infrastructures pour produire les énergies renouvellables (Eoliéne, Panneau solaire etc..), son fabriquer et transporter grâce au pétrole. Certes les énergies renouvelables pourront aider a ce que la chute soit un peu moins brutale, mais juste un peu..

    8. Paul.
      Je n’ai jamais parlé de renouvelable vs fossile. Dans la notion de “propre et durable”, on va bien plus loin, c’est “all inclusive”, l’imagination n’a pas de limite, R et D obligent.
      Prends par exemple un moteur a combustion commercialisable qui ne consomme qu’un litre au 100 et le peak oil n’a plus la même tête…

    9. Bible,

      Nombre de bons petits français ayant le goût de l’aventure US – ils avaient le droit – après avoir été “reconnus”, choyés, bichonnés, ont cru au père Noël et fait des placements douteux, car ils étaient “pris” dans le toujours plus – conduite addictive -, sont revenus dans l’ex-mère-patrie ( là où sont les “gaulois” revendicatifs) pour se remettre les pieds au chaud, le temps que ça passe …(avec toutefois, un certain mépris pour notre “archaisme” bien connu …)
      Cela s’appelle : ne pas avoir le courage de ses opinions .

      Quant au peuple US, il est la première victime …
      c’est le système qui est délétère, mortifère …et qui, poussé au maximum est devenu fou !

      A propos, ici nous sommes un Pays laic, et si nous admettons les convictions de chacun. Elles sont, pour nous, de l’ordre de l’intime. Cela évite bien des hypocrisies .
      Libre à vous de préférer vivre là-bas.
      A chacun son style.

    10. Bonjour,

      Jef, La science fait, et fera ce qu’elle peut afin de lutter contre l’épuisement des ressources.
      Mais à l’heure qu’il est, elle a très probablement perdu.
      C’est le grand écart : elle aurait dû faire des prodiges, alors que dans le même temps, beaucoup des paradigmes scientifiques, en particulier physique et chimique a déjà été exploré.
      Les lois de la thermodynamique, en particulier, révèlent des limites redoutables concernant les ambitions en matière énergétique. La connaissance des matières est bien avancée également.
      Or la condition de la continuité de notre civilisation industrielle, c’est l’existence et la disponibilité d’une énergie pas chère. Car le transport est la base du développement industriel et de ses centralisations de production, destinées à contrer les rendemens décroissants par des économies d’échelle.
      Tout le développement de notre civilisation s’est effectué en s’appuyant sur une énergie pas chère, jusqu’au années 2000, et il est aisé de faire le lien entre les périodes difficiles vécues ces dernières décennies et les hausses du coût de l’énergie.
      C’est terminé. La décennie 2000 a été fatale au prix de l’énergie, au regard des contraintes liées à son obtention, le coût marginal du baril est aujourd’hui de l’ordre de 75 dollars, ce n’est pas très élevé pour un occidental, c’est pourtant plus du double du baril “pas cher” (plus ou moins 20 dollars constant année 2000). Le problème étant bien sûr que ce coût se répercute dans à peu près tout acte productif, alors même que concernant nombre de matières premières, les besoins énrgétiques en vue de leur obtention augmentent, liés à des difficultés d’accès.
      C’est donc un changement de paradigme scientifique qui serait souhaitable aujourd’hui, ça ne se commande pas. Et au regard des difficultés que ne manquera pas de connaitre la recherche, liées à la crise et à son développement, et compte tenu du temps incontournable nécessaire à la mise au point et au développement d’un processus alternatif, je crains qu’il ne faille que modérément conserver de l’espoir de ce coté.

    11. Bonjour J-Philippe.
      La science n’a heureusement pas livré tous ces secrets et je ne veux pas croire que le fabuleux combat qui permettra à plus de 10 milliards d’humains de manger et de vivre correctement soit perdu d’avance, au contraire, voilà la source de la croissance du 21em siècle, un tournant dans la recherche, que l’Europe doit absolument prendre ou d’autres le feront à sa place.
      Oui, les projections de la raréfaction inéluctable d’un certain nombre de MP liée à l’explosion de la demande, entre autres, énergétique, sur les prochaines décennies, va créer des tensions. Mais des tensions, avant tout, sur les prix.
      Ne perdons pas de vue que les MP sont côtés. Autant sur de l’alimentaire la spéculation est un poison, autant sur le reste, heureusement, les MP ont un prix variable.
      Lorsque des tensions de stocks, de productions ou sur les projections apparaissent, la courbe des prix à terme (futures) s’inverse, provoquant une situation de backwardation plus ou moins longue et de fait les prix spot augmentent, rendant la production plus cher, une inflation par les coûts.
      En fait, le changement de paradigme scientifique auquel tu fait référence se commande, pas “par décret” mais par l’analyse du différentiel de coût… Une comparaison entre le coût que représente la recherche d’alternatives sur un sujet donné et l’augmentation on non du coût prévisible de production lié à l’évolution des prix, due entre autres choses, aux MP nécessaires.
      Je ne suis pas un scientifique mais je reste persuadé que quand, par exemple, le baril aura structurellement dépassé les 150$, la recherche alternative s’imposera économiquement au système et la thermodynamique, parmi d’autres sciences, verra ses limites, repoussées.

  7. Le monde économique et financier est pavé de graves problèmes, les gouv. allemands et francais tentent de sauver les meubles, on en est là. La priorité consiste à limiter les dégâts, c’est-à-dire de ne pas payer pour les PIGS, ce serait une très mauvaise chose pour les allemands. Mais la chute lente de l’euro est, à mon avis programmé. Demandez à la Grèce, par exemple, comment ils envisagent l’avenir, comment ils vivent le présent, avec l’euro.

    1. Ils n’auront qu’à exproprier les “propriétaires” un peu trop riches, c’est tout.

      Où est le problème..??

    2. Autant dire que l’UE n’existe pas …ce que je pense …elle s’est enquistée toute seule, ou plutôt avec l'”aide” des USA, et la “complicité active” de nos oligarques …
      Il fallait une Europe des peuples : c’était un sacré travail …sur le long terme …par jonctions successives et paliers, le temps de remettre le niveau social à équivalence, de consolider, puis d’agrandir tout doucement ….
      Pour cela, il fallait d’autres politiciens, non aveuglés ( et, pour certains peut-être manipulés : en prennant les gens par l’orgueil , par ex. ) par l’idée de la grande fusion atlantique : du grand marché et du business .
      Ils ont failli . Ils faut les changer. Et reconstruire, si c’est possible …
      Si ce sont les même, inutile ! il sont dans l’incapacité de voir autrement.
      L’anti- réforme des retraites, et les privatisations sont le fruit d’une idée fixe : plus d’argent pour trés peu, pouvoir maximum pour trés peu, rien pour les autres …l’idée de la retraite par points,
      inspirée du modèle nordique – mais est-il en si bon état ? -vient certainement aussi d’un désir (trés nordiste) de mettre de l’ordre, de faire un système unique pour tous ! Rompez !
      ça fera plus clean sur le graphique ! j’en frémis ! l’ordre mondial juste ou non, merci bien ! ça rappelle de mauvais souvenirs …
      Comme quelqu’un d’autre, ici, je préfère encore le bordel ambiant ….
      Ne pas oublier que les “gaulois” étant un peuple mêlé d’ici, de là-bas et d’ailleurs, a aussi l’esprit bouillonnant des “sudistes” dans ses gènes =) l’ordre ” un, deux, en rang fixe, marchez !
      Silence dans les rangs !” [ tiens, on dirait l’UE, telle qu’en elle-même, oeuf clair, non fécondé ],
      c’est pas notre truc !
      Nous aimons aussi prendre le temps, la poésie, rire, pleurer, inventer nos propres vies, nous engueuler, partager un bon repas sans OGM, SVP, merci !
      Si le bancor, est ce qu’il manque, pour un “bel” nouvel ordre mondial : je dis non …
      Si le bancor est là pour sauver le système en place, je dis non …
      Il serait trés utile d’aborder cette question avec Jacques Généreux et Frédéric Lordon
      Je n’ai guère confiance en certains de ceux qui en ont croqué, et en restent tout attérrés .

  8. On dirait que le temps leur échappe, peut-être qu’ils font tout ce qu’ils peuvent aussi, je me demande d’ailleurs ce que je ferais à leur place, sans doute que mon propre train de vie ne serait pas du tout le même qu’aujourd’hui.

    Prenant des directions symétriquement opposées, les Américains et les Européens réalisent simultanément une double expérience. Les uns fondent leurs espoirs dans la planche à billet, les autres dans la réduction des déficits publics.

    J’espère que les riches Américains en font aussi le même effort d’austérité que les propres gens ou alors leur situation est peut-être bien plus difficile à surmonter moralement que la notre en Europe,

    Afin d’avoir à moins souffrir de la crise moralement ne considérons pas plus nos maîtres banquiers comme des tyrans. Ne nourrissons pas davantage contre eux des sentiments de haine, de révolte, de violence, personnellement ça me plombe trop le moral d’en rajouter une couche, surtout lorsque je me remémore mes derniers commentaires, ne pourrions pas parfois essayer de positiver un peu plus le blog de temps en temps et à travers des billets invités, histoire de mieux revenir à un meilleur équilibre.

    Ne désirons pas plus leur malheur, mais recherchons au contraire à faire valoir davantage notre raison, nos intérêts et notre autre approche de la crise pour résoudre leur problèmes insurmontables, on peut pas toujours rester dans le négatif à cause du grand aveuglement
    de ces gens là, je sais c’est vraiment pas évident à dépasser parfois et même si nous sommes plus des monarchistes de bon chrétiens ou des athés, restons encore fidèles à l’idéal démocratique en attendant mieux, le ciel finira bien un jour par nous envoyer de meilleurs chérubins, donateurs et dirigeants pour les autres, enfin je l’espère pour l’humanité.

    Les choses importantes pour les gens importants, le reste des choses pour les petites gens.

    1. C’est pas le blog de Lordon, ça, par hasard… 😉
      Déjà cité il y a 3 articles depuis celui-ci.

      Merci de le rappeler, Avionnette. 🙂

  9. Tiens on parle de réviser le traité de Lisbonne pour mieux répondre à la prochaine crise économique et/ou financière !

    Nos dirigeants ont-ils remarqués que nous connaissions aussi une crise sociale ? Ne pourrait-on pas profiter de cette révision pour modifier les clauses sociales dudit traité ? Ou plutôt, car je crois qu’elles n’existent pas, ne pourrait-on songer à introduire des clauses sociales dans ce traité ?

    A moins que nos gouvernants estiment que le sort de l’économie mérite tous leurs soins mais que le sort des peuples les laisse indifférents….

  10. Monsieur François Leclerc

    Dans un autre billet, (sauvez au moins le apparences), je vous ai posé une question directe concernant un autre blog.

    Vous avez bien voulu me répondre et je vous en remercie (un peu tardivement car j’ai du m’absenter).

    Il est toujours bon d’avoir une impression, un aute avis que le sien propre et ce blog ou vous vous exprimez est fondamentalement utile en ce sens.

    Merci pour vos billets.

  11. @Alain M-B

    L’Etat qui doit obligatoirement emprunter aux banques privées qui prélèvent des intérêts qui augmentent la dette.

    Ce serait pas mal non plus de changer çà !

  12. J’admire l’opiniâtreté de François. Faire cette chronique d’une classe politico-financière qui n’en finit pas de se tromper, de courir derrière les problèmes plutôt que de les devancer, de s’entre-déchirer dans des joutes vaines. Belle constance.

    Ceci dit, je dois confesser que sur moi le charme n’opère plus. La démonstration cent fois faite de l’incurie – ou pire dans un certain sens, l’incompétence – de cette classe ne me suscite plus le moindre mouvement de sourcil, ne provoque même plus cette interrogation terrible “mais dans quelle turpitude vont-ils encore tomber?”, car la lecture régulière de cette chronique donne à formuler une conclusion définitive: “Il n’en louperons pas une!”

    Sorte d’expérimentation grandeur nature du principe de Dilbert et de la loi de Murphy enfin réunis, pour le pire bien entendu. Le pire systématisé, jamais esquivé, recherché même prétendent certains… Bref.

    Néanmoins cette chronique conserve un intérêt: Elle représente un travail d’archivage quasi systématique de ce qu’il ne faut pas faire , sorte de compendium des contre-exemples, une gigantesque démonstration par l’absurde , sans cesse renouvelée. Toutefois, il viendra bien un moment ou les enseignements devront en être tirés. Une autre paire de manches.

    1. Et, une fois encore, mes plus plates excuses pour le martyr que je fais subir à la grammaire 🙂

      “Ils n’en louperont pas une”, évidemment.

  13. Quelques news d’Irlande :

    Une seconde ‘bad bank’?
    http://www.independent.ie/business/irish/anglo-chairman-pushes-for-a-second-bad-bank-2399437.html

    Leaving euro would only make problems worse, says Trinity economist
    http://www.independent.ie/business/irish/leaving-euro-would-only-make-problems-worse-says-trinity-economist-2399439.html

    There was more bad news from the bond markets yesterday with the revelation that the Anglo Irish buyback could be in trouble and cause another surge in the cost of government debt.

    http://www.independent.ie/business/irish/buyback-of-anglo-bonds-in-jeopardy-as-debt-costs-soar-2399438.html

  14. Eh oui….. tous le monde doit payer…. bien triste époque…

    Actuellement, je suis à Manchester pour terminer mes études de commerce.
    Ce qui est consternant, depuis la commission Browne qui prévoit une hausse des frais d’inscriptions de plusieurs milliers de £ par étudiants, je ne vais vu personne râler….
    Obsborne a sorti sa faux et prévoit une coupe budgétaire radicale, plus de 500 000 emplois supprimés…. et personne ne bouge le petit doigt ici !

    Alors comment voulais vous que j’explique aux Anglais qu’en France on fait grève pour l’age de la retraite ?…. alors que eux elle vient d’être repoussé a 66 ans pour tous en 2020…..

    Enfin bon, j’espère que le Président Hu Jintao la semaine prochaine, va nous signer une dizaine de contrat dans le nucléaire et plusieurs dans l’aviation/armement……… La France ne sait que faire que ça désormais….
    Espérons qu’un jour que les multinationales Chinois viendront s’implanter en France et nous traiterons mieux que nous avons fait avec les nôtres….. En tous cas, pour moi, ce serait tous bénef ! Étant donné que j’ai une copine originaire de Shanghaï, ça sera plus facile pour elle de trouver du travail ….. et pour moi aussi par la même occasion !

    Enfin bon, je souhaite rajouter une chose, qui semble banale…
    Mais je trouve quand même plus “courageux” et “responsable” qu’un état prennent des dispositions dans la réductions des déficits publics plutôt que de faire fonctionner la planche à billet….

    1. Parce que vous croyez que Sarkosy, le roi de l’augmentation du déficit public
      (regarder les chiffres, c’est un fait, il est vraiment très mauvais)
      va réduire les déficits publics ???
      (on peut rêver mais jusqu’à ce point …)

      Pour vos amis anglais, je vous propose de commencer par cela
      “For one thing, this movement is an expression of exasperation with the government of Nicolas Sarkozy, which blatantly favors the super-rich over the majority of working people in this country. He was elected on the slogan, “Work more to earn more”, and the reality turns out to be work harder to earn less. The Labor Minister who introduced the reform, Eric Woerth, got a job for his wife on the office staff of the richest woman in France, Liliane Bettencourt, heir to the Oreal cosmetics giant, at the same time that, as budget minister, he was overlooking her massive tax evasions. While tax benefits for the rich help empty the public coffers, this government is doing what it can to tear down the whole social security system that emerged after World War II on the pretext that “we can’t afford it”.
      l’article en entier est là :
      http://www.counterpunch.org/johnstone10212010.html
      son titre est “French Fury in the EU Cage”, sous-titré ” “Work Harder to Earn Less”
      il est écrit by Diana Johnson
      la traduction en français est là
      http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=2143

    2. @christophe
      ce genre de commentaire sur une situation personnelle – égocentrique et valorisant le parasitisme, fusse-t-il sur le dos chinois – aurait plutôt sa place dans les blogs du Point, de l’Express ou des Echos… Ces ragots superficiels dégoulinent déjà assez dans tous les masses-médias ou les talks menés par des journalistes-minutes. Épargnez les nous sur ce blog, svp ?!
      Puisque vous opérez sur Manchester, pourquoi ne pas nous donner plutôt quelques infos de fond sur la situation commerciale actuelle du Royaume-Uni ? or sphère financière bien entendu !

    3. une idée, Christophe !…..

      Dès la fin de vos études, postulez donc pour un poste de trader sur la bonne place de Londres …
      Je pense que vous y ferez merveille !
      Ensuite, selon le déroulement de votre vie, et des affaires internationales, vous pourriez faire un séjour à Hong Kong, puis vous installer à Shanghai ! …c’est une ville à votre mesure …
      post-scriptum :
      n’allez pas tout-de-suite à la campagne : le Pays du Milieu est magnifique, mais il risquerait d’y avoir encore quelques gueux, trés trés pauvres …et, là, vous auriez peur !

    4. Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour la réponse tardive…

      @ Cécile :
      Je suis d’accord avec vous sur le fait que nos déficit publics fait en grandissant depuis l’élection de Sarkozy… mais bon, c’est toujours bien d’entretenir de bonnes relations avec la grande puissance montante ^^
      ps : thanks for the speech and for the links !

      @Mendia
      J’ai pris notes de votre premier paragraphe.
      Pour répondre à votre question et pour faire simple, les difficultés liées à la situation budgétaire du royaume uni contraint le pays à durcir les politiques budgétaire et monétaire pour freiner les rendements obligataires et l’inflation….. c’est à dire que tous est fait pour que le citoyen lambda dépense le plus d’argent possible… tout est “sous-contrôle” ; “sous-surveillances” je ne compte plus le nombre de caméra que j’aperçois… les amendes sont hors de prix ! une amende pour un stationnement sans ticket coute 30£ minimum …
      Je peux aussi reprendre l’exemple des frais d’universités… certains parents ne pourront pas payer ou “avancer” l’argent à leur enfants dans quelques années… “mortgage” est le mot à la mode ici en ce moment… et c’est très impressionnant de voir que personne ne dis rien ici à Manchester, ville à dominante “working class”.
      Mais, je suis assez confiant sur l’avenir de ce pays, surtout sur services qu’ils peuvent exporter (TIC par exemple).

      @M
      Je n’ai guère besoin de vos idées…
      Premièrement, je ne pense pas que les traders sont le Mal… à nous de limiter leur pouvoir.
      Deuxièmement, j’espère bien m’installer à Shanghai, qu’avez-vous donc contre cette ville ? la guerre de l’opium ça vous dit quelque chose ? Je suis bien heureux d’assister à la renaissance de la Perle de l’Orient !
      Troisièmement, je suis déjà aller dans la campagne profonde en Chine. Et oui, j’ai vu la misère, mais j’ai aussi vu l’espoir.

      @ Jean-Yves
      “Vu le niveau rédactionnel, hum…” C’est sûr, on prend peu de risque en écrivant cinq mots. Et puis, si j’avais à choisir entre parler 3 langues à un niveau correct où exceller en une seule, le premier choix serait le mien !
      “Quant aux copines, croyez-moi, ça va, ça vient” Vous m’en voyez désolé… mais non, j’ai pas envie de vous croire.

  15. Bon, la Grèce est en mauvaise posture, le Portugal aussi, l’Irlande aussi, etc… mais suite à mon post de réponse à votre billet “Le roi est nu”, je vous soumets ceci : on apprend dans le Figaro que le Portugal serait intéressé pour que la Chine devienne son créancier… On peut en déduire au moins deux choses : la première est que c’est bien la preuve que ce pays est dans des difficultés importantes, soit, mais la deuxième c’est qu’il existe toujours, jusqu’à présent, un moyen pour empêcher que le roi ne soit vraiment à poils et qu’on remette les choses sur la tables ! Et si les déséquilibres qui menacent le système-monde se résolvaient, et d’une façon bien différente ? Et si la résolution de cette crise c’était tout simplement que la Chine et tous les pays en développement qui détiennent d’importantes liquidités nous rachètent, petit à petit, lentement, sans heurts, à chaque fois que le bateau tangue un peu trop ? Leur intérêt, finalement, serait bien plutôt de faire passer un maximum de liquidités, de technologies et le reste de leur côté sans faire tomber tout l’édifice.

    En somme j’ai le sentiment que, quelque soit la gravité et le degré d’urgence des situations périlleuses qui peuvent se présenter, il existe et il existera pour encore longtemps une solution qui permettra de tout faire plutôt que de se remettre en question. En définitive tout cela finit par s’équilibrer : il y a d’un côté des pays qui ont besoin d’être financés, et de l’autre des pays qui ont des liquidités à investir, pourquoi tout cela s’effondrerait-il ?

    Je vous soumets plutôt le scénario suivant : les occidentaux vont progressivement diminuer le train de vie de leurs états (grosso-modo on va tout supprimer mais sur le long terme : retraites, remboursements médicaux, privatisation de l’enseignement, suppression de toutes les aides sociales), et à chaque fois qu’on abdiquera d’un acquis la Chine ou l’Inde achèteront un peu de notre dette jusqu’à ce que nos budgets redeviennent équilibrés. Et ce jours-là nous serons devenus pauvres et dépendants d’une grande puissance, le smic actuel sera le doux rêve d’une époque bien révolue d’abondance, le chômage la norme et le capitalisme financier fera toujours des merveilles. Mais sur notre dos. Et pour le compte d’autres pays et d’autres sociopathes. Les Etats-Unis se dirigent tout droit vers cela (même si les budgets ne sont ni perçus ni distribués de la même façon là-bas), et comme nous les suivons toujours à quelques années d’intervalles…

    (Si quelqu’un a une contre argumentation convaincante à m’opposer je suis preneur, très sincèrement !).

    1. Le (mauvais) rêve du capitalisme mondialisé est l’unification des conditions au niveau de la planête.
      Ce qui se présente à nous de nos jours est le chemin emprunté pour arriver à cette fin.
      Le détective prend les paris : cela ne fonctionnera pas.

    2. Une unification des niveaux de vie, dans la pire visée qu’il puisse être, injuste, cynique, inhumaine, féroce, cruelle
      vers l’édification d’un régime mondial de type néoféodal
      pour une société à deux vitesses, telle que parcemée d’ilots de riches très riches, lesquels cernés d’un océan de millions et de millions de miséreux,

      Moi aussi je pense que ça ne marchera pas
      entre les aléas inévitables, ceux de la résurgence des émeutes, des mafias, du retour des famines, des épidémies, et d’autres conséquences calamiteuses de la sorte
      le résultat ne pourra s’avérer d’ être qu’épouvantable

      Nous vivons dans des sociétés tellement fragiles, cependant que dotées de technologies tellement dangereuses -ne serait-ce déjà que du nucléaire …..

    3. Bonjour,

      Joseph C, vous observez des capacités d’adaptation, voire d’auto réparation, dans le fonctionnement du système économique mondial, et vous vous demandez si ces capacités ne sudffiront pas à faire fonctionner encore longtemps ce système.

      C’est possible, mais ce n’est qu’une partie du questionnement à tenir. Car le système a longtemps fonctionné sans qu’il soit besoin de faire appel aussi visiblement à ces capacités d’adaptation, une question pertinente est alors : n’y a-t-il pas quelque chose de nouveau qui contraint ce système, et si oui, cette contrainte va-t-elle s’atténuer, stagner, ou s’aggraver ?

      Si l’élément nouveau, ce sont les difficultés d’accès au ressources naturelles qui s’accroissent, alors, cette pression contraignante risque d’augmenter. Les capacités d’adaptation que vous observez pourront-elles alors encore faire face ?

      En faisant abstraction de ce questionnement, et en postulant une pression constante sur ce système, il est un autre élément à prendre en compte. Le système économique mondial génère une importante interdépendance entre ses acteurs, dont certains, importants, sont des sociétés d’hommes qui se reconnaissent dans une culture commune, ce sont des pays. Ces sociétés ont leurs propres règles de fonctionnement, qui traduisent un consensus entre les membres de ces communautés, consensus dont un élément essentiel est la redistribution au sein de celle-ci des richesses produites par cette communauté. Ce consensus est constamment remis en question (voir en france la question des retraites), Tant que le consensus subsiste, la société fonctionne. Mais si le consensus disparaissait, l’économie toute entière du pays disparaitrait rapidement, affectant ensuite le système économique mondial.
      Il faut savoir que le consensus en question est relativement facile à conserver en période de croissance économique, ce qui implique de se partager un gateau croissant. Mais un tel consensus est précaire en situation de décroissance économique, qui implique de se partager un gateau qui se restreint, sachant que ceux qui disposent initialement de la plus grosse part de gateau sont ceux qui ont le plus de moyens que leur part soit peu affectée par la répartition. Il en résulte inéluctablement une redistribution de plus en plus inégalitaire, de nature à heurter la conception de morale et de justice des hommes qui composent cette société.

      J’espère en fait que vous avez raison, et que le fonctionnement économique mondial, qui nous fournit, à nous en particulier, un niveau de vie confortable, continuera longtemps.
      Mais je ne suis pas sûr que l’insouciance soit à l’heure qu’il est le bon choix.

    4. @ tous

      Merci de vos réponses et propositions. Ce que je crains est effectivement la mise en place d’un monde ultra-inégalitaire (encore plus), et que ce système, bien que fragile et en situation de crise, se perpétue durablement sous sa forme actuelle ou sous une autre, pire encore. Mais c’est bien une crainte de ma part, et pas une posture d’insouciance. Personnellement j’aimerais autant que tout cela s’effondre, ce serait certainement très violent à vivre, mais à terme moins insupportable et frustrant qu’une lente agonie.

      En ce qui concerne la mise sous pression du système par un manque de matière première, notamment le pétrole (peut-être est-ce à cela que vous pensez J-Philippe ?), c’est intéressant mais difficile à vérifier : je ne suis pas dans les puits pour savoir ce qu’on peut en dire avec précision… Tout et son contraire est dit là-dessus !

    5. oui, vous décrivez le rêve d’une frange oligarchique du monde …
      mais, ils sont ~1% de la population mondiale …
      nous sommes donc plus nombreux …

      conclusion : tout peut arriver …il faut donc mettre du sable dans la machine totalitaire …les rouages vont se gripper …

      quand ? c’est ça la question ….
      il ne faut pas perdre l’espoir ! c’est le principal .

  16. Run turkey, run (Titre de l’éditorial mensuel de B. Gross)
    (http://www.pimco.com/Pages/RunTurkeyRun.aspx)

    “Our clients are not going to be Turkeys on a platter” … The Fed wants to buy, so come on, Ben Bernanke, show us your best and perhaps last moves on Wednesday next. You are doing what you have to do, and it may or may not work. But either way it will likely signify the end of a great 30-year bull market in bonds and the necessity for bond managers and, yes, equity managers to adjust to a new environment.

    Pour le directeur général du fonds obligataire américain PIMCO, Bill Gross, l’un des plus grands créanciers privés de l’Etat fédéral, la cause est entendue. Il a, en effet comparé, en des termes très durs, mercredi, la dette publique des Etats-Unis à une gigantesque fraude pyramidale et ne semble se faire guère d’illusions sur l’avenir de la bulle obligataire.
    Pour lui, la FED va, mercredi, tenter de maintenir en vie un patient US en coma dépassé.

    Ironiquement, il conseille aux dindes qui veulent s’en sortir de courir plus vite, la grâce présidentielle étant aléatoire (allusion à la grâce symbolique d’une dinde par le Président lors de Thanksgiving). “We intend PIMCO to be one of the chosen gobblers.”

    Ca sent la fin de partie. Tous aux abris.

  17. Une question pour François Leclerc: que devient-il de l’EFSF ? W.Münchau estimait il y a quelques jours qu’il n’irait pas au delà de 2013 ? Quelque révision du traité vers la création
    d’un ‘fonds de crise’ demandera manifestement du temps,ce dont l’ économie euopéenne
    ne dispose pas. Pour revenir à une vieille rengaine, est-il envisageable de modifier les statuts
    de ce fonds et son ‘mode d’intervention’ et ses ‘taux’ prohibitifs pour les économies de la périphérie, en émetteur d’ ‘euro -bonds’? Je sais parfaitement que l Allemagne et ses contribuables sont les principaux ‘garants’ de ce fonds, mais l’ Allemagne n’y trouverait -elle pas une utilité et pour garantir la stabilité de l’eurozone, ;l’euroland comme disent les Anglophones, tout en préservant une partie de son commerce extérieur, qu’ elle tente évidemment de diversifier pour échapper à son ‘ euro-dépendance’?

  18. La politique de la planche à billets ne marchera pas plus que la réduction des déficits.Quelles solutions alternatives sauront trouver grace à vos yeux; Mr Leclerc obscure ?

Les commentaires sont fermés.