12 réflexions sur « BLAKE EDWARDS (1922 – 2010) »

  1. Un grand déjanté, c’est pas toujours drôle de l’être, mais ça procure de bons moments et souvenirs. Mais l’humour n’est pas si gai dans ses fondements.

    C’est à vrai dire le principal domaine où je me sens à l’aise. Pas brillant, je le concède.

    On pourrait citer Buster Keaton aussi, les Bario ou Django Edwards

  2. Il nous faut d’urgence des types comme Clouzot, au FMI, à la BCE et à Bercy !
    Çà ne sera pas pire que maintenant et au moins on va crever de rire !

    S’il était chez Moody, Clouzot dégraderait tout de suite la note de l’Allemagne, et ma foi …!

  3. La Partie (The Party) est non seulement un chef d’oeuvre de burlesque, mais conserve avec lui une ambiance rétro qui lui donne un parfum unique … sans conter les grâces angéliques de la française Claudine Longet à la voix si suave… Nothing to lose en effet à voir et revoir !

Les commentaires sont fermés.