L’actualité de la crise : LES ETATS-UNIS DANS UN CERCLE VICIEUX, par François Leclerc

Billet invité

La crise sera décidément longue. Non seulement parce que les énormes bulles financières qui ont déjà éclaté n’ont pas fini de se vider – tous les efforts convergeant pour retarder l’échéance, faute de mieux – mais également parce qu’elle génère de nouveaux dysfonctionnements qui l’alimentent en retour.

La nouvelle bombe à retardement des municipal bonds ou muni-bonds américains en donne une illustration. Hier placement sans risques pour riches rentiers ou fonds de pension, ce marché de 2.800 milliards de dollars est celui des obligations émises par les Etats, les villes, les comtés et les agences publiques locales pour leur financement. Rompant avec sa quiétude traditionnelle, il dérape désormais sous l’effet de la dégradation de la situation économique qui affecte la collecte des taxes des émetteurs et déséquilibre leurs budgets.

Le marché des muni-bonds est en train de changer de nature. Il devient de plus en plus volatil, créant par là même un nouveau terrain de jeu pour la spéculation financière. Si la déstabilisation financière de plusieurs Etats et grandes villes américaines est suivie avec inquiétude, de très nombreux petits émetteurs méconnus de muni-bonds sont également dans une situation très tendue, avec encore moins de possibilités de recours. Cette partie du marché est particulièrement opaque, 10 % de son volume n’étant pas couverts par les agences de notation, l’information financière faisant par ailleurs souvent défaut sur les émissions. C’est par le bas du marché que va prioritairement se propager la crise des muni-bonds.

La dégradation de la notation de pans entiers du marché a par ailleurs abouti à diminuer la proportion des muni-bonds garantis par une assurance contre le défaut de paiement, la proportion tombant de la moitié à seulement 10 % des titres émis. Bien que de façon modeste, les Credit Default Swaps (CDS) se substituent aux assurances classiques, créant ainsi des opportunités pour les spéculateurs qui en connaissent le maniement pervers. Rappelons que la valeur d’un CDS augmente quand le risque de défaut s’accroît, ce qui crée une forte incitation à parier dans cette direction. L’opacité du marché des muni-bonds, ainsi que l’accroissement de sa volatilité faisant de celui-ci un terrain d’élection pour les spéculateurs, l’usage des CDS s’y développe, selon le service d’informations financières Markit.

Le décor est planté pour que la crise financière finisse par submerger ce marché. Non pas sous la forme prise par celle frappant les marchés hypothécaires, avec l’implosion de gigantesques constructions financières, mais d’une part sous celle d’une hausse progressive et irrésistible des taux obligataires, qui va exacerber les impasses financières déjà existantes, et d’autre part d’une augmentation des défauts, dont le taux était très faible, de l’ordre de 1 %. Si 5 % des ressources budgétaires sont en moyenne consacrés aux intérêts de la dette, ce pourcentage va être rapidement amené à augmenter. Alors, le service de la dette pesant davantage sur les budgets déficitaires, il rendra nécessaires de nouvelles hausses d’impôts ou de nouvelles coupes budgétaires, précipitant dans certains cas un défaut qui deviendra un moindre mal.

A l’occasion de l’arrêt en fin d’année dernière du programme des Build America Bonds (BAB), lancé en 2009 par l’administration Obama afin de réduire le coût des emprunts des émetteurs de muni-bonds, une décollecte est brutalement intervenue : 25 milliards de dollars en une dizaine de semaines ! Longtemps attirés par la détaxation fédérale de leurs profits, les petits investisseurs – qui détiennent les deux tiers des obligations sur le marché – ont commencé à se retirer au profit de gros investisseurs comme Pimco. Ces derniers appliquent de nouvelles règles du jeu à un marché devenu spéculatif, amplifiant le mouvement de désaffection et de retrait des petits investisseurs.

Que peut-on attendre, dès cette année, de la crise des finances des Etats et des municipalités ? En premier lieu, de nouvelles coupes budgétaires, touchant le fonctionnement des services (éducation, santé, police, justice, etc.) et les budgets sociaux, qui sont financés dans une grande proportion à l’échelon local. En second, la réduction des programmes d’investissement dans les infrastructures (école, hôpitaux, routes, etc.), traditionnellement financés sur le marché des muni-bonds.

A plus long terme, ce sont les retraites et les plans de santé des fonctionnaires des collectivités qui seront atteints, leur équilibre gravement menacé par la baisse des recettes qui les abondaient impliquant qu’ils soient inévitablement remis en cause. Ce qui a conduit des membres du Congrès à engager sans attendre une réflexion sur la possibilité de faire bénéficier ces collectivités de l’équivalent de la loi sur les faillites pour les entreprises, avec comme intention de créer un cadre juridique permettant de négocier à la baisse les pensions et les couvertures médicales.

La bombe à retardement des muni-bonds est donc pourvue d’une mèche à combustion lente, contribuant à une dégradation supplémentaire de la situation sociale, avec la poursuite des saisies immobilières et le maintien d’un taux de chômage très élevé.

Peut-on envisager d’autres issues pour ne pas sombrer dans le catastrophisme à tout prix ? La Fed a déjà clairement fait savoir qu’il ne fallait pas compter sur elle pour intervenir sur ce marché obligataire, comme elle le fait pour l’Etat. Assailli de problèmes, ce dernier ne semble pas en mesure de faire adopter par le Congrès les crédits permettant de soulager la pression qui s’exerce sur les budgets locaux et d’éviter que les maillons les plus faibles fassent défaut. La situation politique ne s’y prête pas particulièrement, en raison de l’offensive menée par les républicains visant à réduire les dépenses de Washington, présentées comme la cause de tous les maux. Que reste-t-il d’autre en magasin ?

Pour l’instant, rien, sauf peut-être l’idée de revenir sur l’amendement Tower, du nom d’un sénateur républicain texan qui, en 1975, avait fait exempter les émetteurs de muni-bonds de l’obligation d’informer les régulateurs fédéraux des détails de leurs émissions… En espérant ainsi empêcher de futurs défauts, les investisseurs étant en mesure de mieux apprécier les émissions pour lesquelles il est préférable de s’abstenir de souscrire. Avec comme effet de couper du marché une partie des émetteurs pour préserver les souscripteurs.

Afin de préserver les établissements financiers, Fannie Mae et Freddie Mac continuent de tenir à bout de bras le marché hypothécaire résidentiel, sans qu’aucune solution ne soit en vue pour désengager l’Etat d’un soutien très onéreux et destiné à s’amplifier. Avec la crise des muni-bonds, c’est un autre pan entier de l’activité financière qui est en train d’entrer dans la danse, porteur d’une désagrégation supplémentaire de la société américaine.

Barack Obama vient de se rendre à pied à la Chambre de Commerce américaine, située à deux cent mètres de la Maison Blanche, où il a prononcé un discours demandant au patronat américain de l’aide, afin de créer ensemble « un cercle vertueux ». Mais c’est bel et bien un cercle vicieux dans lequel les Américains sont inscrits.

Partager :

112 réflexions sur « L’actualité de la crise : LES ETATS-UNIS DANS UN CERCLE VICIEUX, par François Leclerc »

  1. Eh oui, tout ceci partant de Meredith Withney qui s’est amusée à remettre les pendules à l’heure. Pour l’instant, faisons confiance aux autorités US pour autoriser les faillites en la matière, et, malgré toutes les dénégations de la Fed, venir ensuite soutenir les pensionnés d’une manière ou d’une autre via une monétisation supplémentaire. La routine. Après avoir touché le fond, ils continueront de creuser quand même (le total du trou US est inconnu mais peut-être autour de 150 000 milliards de dollars !!! ) alors que de l’autre côté l’argent offshore ne cesse d’augmenter sa masse…

    Quand ça virtualise à ce point moi je vous dis qu’il ne reste plus que la bonne vieille réalité paysanne pour se rassurer

    Pas grand chose à voir…. mais un peu quand même

    http://www.imf.org/external/datamapper/index.php?db=DEBT

    1. Merci pour ce lien très intéressant . Sur cette carte, on voit que la dette publique française est bien pire que celle de l’Espagne ou de la Grande Bretagne, enfoncées par l’endettement privé .

    2. Oui mais l’Espagne partant d’une bonne situation la détérioration de sa dette parait brutale et donc anxiogène. De plus l’Espagne ainsi que l’Irlande ont des modèles économiques qui ont explosés en vol et c’est surtout ça qui les pénalise.

  2. Hillary Clinton réunit cette semaine tous les ambassadeurs US du monde entier pour les briefer sur la nouvelle attitude à adopter dans le contexte d’une hégémonie US mise en péril par le soulèvement des pays arabes dont le pilier égyptien .
    Elle leur a déjà annoncé que le budget fiscal 2012 serait un budget de vaches maigres (  » a lean budget for lean times « ) , et que l’Etat ne savait même pas comment financer 2011 .

    L’Egypte sera-t-elle pour les Etats-Unis ce que fut la Pologne pour l’URSS un peu avant 1989 ?

    1. Si le parallèle est excellent, cela voudrait-il dire que les USA sont dans le même état de délabrement que l’URSS au temps de Gorbatchev, quand celui-ci venait mendier des dollars à Reagan puis Bush père?
      Les USA ont besoin de l’argent chinois, ou plutôt de la garantie qu’ils conserveront les T-bonds déjà achetés, et si l’on continue le parallèle, la Chine sera la prochaine hyper-puissance?
      A moins que l’empire US ne l’entraîne dans l’abîme…

  3. Barack Obama vient de se rendre à pied à la Chambre de Commerce américaine, située à deux cent mètres de la Maison Blanche, où il a prononcé un discours demandant au patronat américain de l’aide, afin de créer ensemble « un cercle vertueux ». Mais c’est bel et bien un cercle vicieux dans lequel les Américains sont inscrits.

    De mieux en mieux, s’il vous plaît Mr le Marchand de Sommeil pourriez-vous avoir l’obligeance d’avoir un peu plus de retenue et d’égard envers les pauvres personnes que vous préférez davantage tourmenter au quotidien.

    Je sais bien que tout vous appartient sur terre mais tout de même vous ne trouvez pas que cela commence à faire beaucoup de malheur en plus, si encore la bien piètre justice de ce monde pouvait réellement faire son travail en toute indépendance d’esprit mais non on préfère bien malignement se mettre tout le monde à dos et bien plus encore au Moyen Orient comme partout ailleurs, c’est pas beau alors la seule réussite commerciale des êtres …

    SI encore avec les premiers politiciens de ce monde c’était encore moins grave à voir, on pourrait c’est vrai ne pas trop s’en alarmer, hélas on préfère toujours si bien les former ou les déformer à la longue afin de paraître encore plus bons et prometteurs à l’image.

  4. L’Amérique la fin d’un grand mythe, le monde est-il vraiment bien préparé à cela ?

    Ha si seulement les plus intouchables sur terre ne pouvaient pas toujours autant se permettre d’acheter les lois, les pays et les juges, alors peut-être je dis bien peut-être que les choses seraient déjà beaucoup plus différentes, enfin à chacun sa propre conception de la liberté comme de la justice en société, moi en tous cas je n’ai jamais pris le parti pri dans ma vie de défendre davantage de marchands de sommeil dans le monde comme dans d’autres villes
    de plus, c’est quand même pas normal de mettre autant de pauvres gens de plus à la rue en Amérique, alors que les premiers responsables de la crise s’en mettent bien toujours plein les fouilles, c’est quand même de plus en plus écoeurant et révoltant pour la plupart des peuples.

    Ah mon Dieu, si tu pouvais de temps en temps écouter mes prières …

  5. Qu’a dit Obama exactement au sujet d’Intel et Henry Ford ?
    Vu rapidement à la télé mais pas vraiment capté.
    Obama est vraiment hors du coup dans sa vision du Monde.
    Dans son discours sur l’énergie par exemple, il a complétement loupé le coche sur le fait que la top priorité pour les USs devrait être la conservation et amélioration de l’efficacité, et non les énergies « propres » ou atroces bêtise du genre « charbon propre »(avec CCS carbon capture and storage, dont le cout en rendement, et donc en ressource et pollution minières supplémentaires est de 40%)
    La première chose que devrait faire les US est de mettre une taxe sérieuse sur l’essence les rapprochant un peu des autres pays de l’OCDE dans ce domaine, et d’arrêter d’acheter leurs SUVs à la con.
    C’est vraiment une histoire de survie pour eux maintenant, même si il est fort probable qu’ils ne feront rien, étant trop accro au suicide économique total.

    1. Vous savez bien que le seul état des routes les incite à acheter des 4×4 « anti nids de poules ».
      Et à constituer des réserves de tout.

  6. Monsieur Leclerc,

    Je me demande si je vous comprends bien. Vous estimez que notre système financier est foutu, mort, terminé, que les manoeuvres des autorités financières sont au mieux dilatoires. Vous estimez donc qu’un autre système financier est nécessaire.

    Si je vous ai bien compris, je me retrouve avec une perspective angoissante.

    Ce système financier est, selon moi, le coeur de notre civilisation. S’il s’effondre, c’est notre Occident qui s’effondre. C’est notre société, notre façon d’approcher la réalité, nos relations humaines qui sont totalement à réinventer.

    Je deviens incapable de me situer dans ce monde, d’y exister, d’y savoir qui j’y suis. Je deviens incapable de savoir ce que je veux, quels sont mes buts dans la vie et ce que j’attends ou même peut attendre de mes relations (amis, connaissances, famille, etc…). C’est une source d’angoisse.

    Une autre source d’angoisse peut se résumer dans l’ordinateur que j’emploie. Je sais tout juste l’utiliser. Je ne sais ni le réparer, ni le remplacer par mes seuls moyens. Ce n’est qu’un exemple et il peut être généraliser à l’eau que je bois, les habits que je mets, etc…. C’est une autre source d’angoisse.

    Dans ma vision du monde, j’ai observé que les lieux où je ressens l’angoisse sont les lieux où je vis le plus intensément. Je suis toujours différent et plus vivant après un moment d’angoisse maîtrisée. Je suis toujours différent après une expérience angoissante et selon ce qui m’a guidé à travers cette expérience je me sens meilleur ou pire. Ma réponse à ce sentiment est ce qui me guide dans la situation.

    C’est une idée que j’aime bien. Mais elle ne rend pas l’angoisse plus légère, plus facile, plus douce. Elle ne lui donne qu’un sens. En plus, il me faut un sens à ce que je fais pour pouvoir maîtriser cette angoisse et me sentir meilleur. Je doute avoir les idées assez amples pour faire face au défi que vous annoncez. Je doute également de mon inventivité, de ma résilience et de mes forces. Elles ne sont pas forcément assez grandes pour me permettre de survivre à ce défi qui nous arrive dessus.

    Pourtant, c’est une incroyable occasion de vivre intensément.

    1. Ne vous inquiétez pas pour votre PC, il y a nous et puis si vous savez formuler le problème, en quelques mots, faites une recherche google. Un ami me disait un jour, – i have a habit, each time i get a problem, copy&past into google search. Vous n’êtes pas le seul.

      Je pense que l’angoisse est une arme à double tranchant. D’un côté cela peut être extrêmement nocif et paralysant , d’un autre côté s’il s’y adjoint quelque chose de transcendantal, d’excitant et de neuf, d’inédit, une ouverture vers l’inconnu et l’impossible, pourquoi pas ? Arrivée dans un autre pays, situation inconnue, soudaine, imprévue… une déclaration d’amour n’est pas dénuée d’angoisse !

      Les études comportementales sur les phobies montrent en revanche qu’il faut abaisser le niveau d’angoisse pour que la thérapie du genre exposition (à l’objet) fonctionne.

      Pour l’instant, ma drogue et mon interface entre moi et le monde, c’est la musique.

    2. Vous avez raison dans un sens : chaque homme se doit d’expérimenter ses « crêtes d’intensité » pour comprendre ses limites et le risque des pics trop violents (Il sont comme une vodka, puissants, enivrants, dangereux pour notre petite santé). Le problème de cette expérimentation – hormis la gueule de bois et l’incapacité d’un palais tanné à la vodka de profiter des finesses d’un grand Bordeaux ou d’un Bourgogne un peu subtil – C’est qu’elle est avant tout dangereuse pour les autres. Elle doit se faire dans une logique de sublimation (texte, art…). Une armée de traders sous coke expérimentant la vitesse et l’ivresse du jeu a toutes les chances de nous faire risquer à TOUS la sortie de route. Tout est lié. Il est temps d’arrêter le train fantôme et de retrouver les chemins de la responsabilité, individuelle et groupale. Nos actes, même infimes, ont des conséquences. L’angoisse n’est pas à maîtriser. Elle fait signe. L’important est de comprendre vers quoi.

    3. Ce qu’il y a de positif dans cette crise c’est le fait qu’elle interroge notre perception du réel. Soudain nous ne sommes plus les passagers plus ou moins bienheureux d’un train compartimenté en 1ere, 2eme et 3eme classe, mais nous devenons les acteurs individuels (surtout au niveau individuel) imaginant un système à venir. Pourvu que l’Homme se découvre un « supplément d’âme » rapidement, nous aurons peut-être le temps de mettre en oeuvre des changement profonds dans nos sociétés. En cultivant son jardin, en parlant autour de soi, on y contribue et on repousse chaque fois un peu les forces cataclysmiques qui cherchent à nous engouffrer.

    4. Bonjour, Didier F et les autres

      souvenons-nous que le passage du col de l’utérus, ne fût pas une partie de plaisir après 9 mois passés dans un douillet océan.

      L’intérêt est dans l’épreuve et non pas dans la compétition/comparaison.

      Merci et à bientôt

    5. à Pascal39

      Ce passage, qui est la naissance de chaque histoire individuelle, est le début de la lutte.
      La question sera alors, pour l’enfant et pour être un jour adulte, de sortir du narcissisme.

    6. Bonjour,
      Ne vous faites pas de souci ! Quand la crise n°2 arrivera, nous irons sur la plus grande place de notre ville ou village et ne la quitterons plus jusqu’à ce que le gouvernement ait
      1) nationalisé les banques
      2) exigé des réunions extraordinaires de la BCE , du FMI et de la Banque Mondiale auxquels nous imposerons de nouvelles missions, et des cahier des charges en grande partie inspiré de ce qu’on trouve sur ce blog.
      Nos exigences et modes d’action partagés par la planète entière marqueront l’avènement d’une ère nouvelle.
      Je ne plaisante pas ! Marx a dit que « l’humanité ne se pose que les problèmes qu’elle peut résoudre » . Bon, vous n’apprécierez peut-être pas une telle référence mais pourquoi ne pas faire la pari de l’espérance ? Espérance active, bien sûr !

      Mais pourquoi ce besoin de se sentir « meilleur » ? Le fait d’exister sur terre sans extorquer les moyens de cette existence à autrui, à plus faible que soi, est bon en soi !
      En revanche vous avez raison de désirer donner de l’amplitude à vos idées . Deux lectures m’ont passionnée ces temps-ci en élargissant mon horizon :
      La religion des seigneurs, de Eric Stemmelen, qui raconte comment la petite secte formée autour du personnage invérifié historiquement de Jésus a été instituée par force religion d’état par l’empire romain, plus précisement par l’empereur Constantin et les grands latifundiaires qui avaient besoin d’un outil idéologique pour mettre au travail les hommes libres, le modèle esclavagiste étant en bout de course (plus de conquêtes, plus d’esclaves).
      Au nom du peuple, comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires de l’historien américain Timothy Tackett. Une lecture qui donne confiance en montrant comment les opinions de chacun se constituent et évoluent dans l’action, dans la confrontation avec les adversaires. Paul Jorion disait un récent vendredi qu’il percevait en ce moment ce genre d’évolutions.
      Votre analyse constructive des effets de l’angoisse est intéressante. Certes vivre intensément est préférable à une existence de rond de cuir irresponsable, néanmoins la cohérence et la stabilité des carrières, par exemple, articulées à de solides droits à la formation, peut produire des profils de gens créatifs , j’ai pu le constater en interviewant il y a quelques années des cadres de grandes entreprises nationales: c’étaient des gens qui avaient une vision, de l’ambition au bon sens du terme, et de l’audace, ce qui se fait de plus en plus rare ! Il ne faut pas confondre prise de risque aveugle, et véritable audace, inventivité comme vous dites.
      Je vous souhaite bonnes lectures, ici et ailleurs, pour la développer .

    7. @ Blandine Keller

      Vous ne ferez pas de moi une même personne de partage comme tant d’autres ne comprenant toujours rien à rien aux graves événements sociaux en cours sur terre, peut-être avec d’autres mais pas avec moi. Un grand mal peut très bien en cacher un autre au nom même de vouloir faire un plus grand bien social aux êtres.

      Pour votre gouverne ma lamentation du monde ne se cantonne pas non plus qu’aux seules personnes du marché, non ça serait en effet trop facile je trouve.

    8. Non, le système financier n’est pas le coeur de la civilisation, c’est un parasite accroché dessus, il ne faut pas confondre.
      Supposons que toutes les banques fassent faillite, et que les états ne puissent pas les en empêcher : ce serait embêtant quelques jours parce que les distributeurs de billets seraient vides, mais ça n’empêchera pas le blé de pousser.
      On continuerait d’utiliser les euros actuels en attendant de nouveaux billets basés sur la réalité, ou des pièces en argent-métal, voilà tout.
      Pareil pour la fin de l’essence (quand les producteurs devront choisir entre livrer les insolvables faibles, nous, et des solvables déterminés et armés) : ça empêchera les gens de circuler en voiture, pas de rouler à vélo ou de prendre le train.
      Moyennant une bonne santé, un grand potager, un puits pas trop pollué, du bois de chauffage, qu’est-ce qui peut être vraiment grave?
      Et mieux encore, s’organiser avec des gens du quartier pour moins dépendre de l’extérieur ne peut qu’être utile dès maintenant et sûrement + tard.

    9. Pour aller dans le sens de HP.
      Restons simples.
      Mes parents n’étaient pas malheureux sans voiture, télé, PC, ……….et mes grands-parents non plus. J’en parle encore actuellement avec une tante de 90 ans qui se souvient de sa grand-mère à elle. On reviendra peut être aux travaux des champs, c’est bien moins stressant que certains emplois actuels et en plus on entretient la condition physique.
      Il y aura lieu de faire de sacrés adaptations mais on survivra si ceux pour qui cette perspective est insupportable nous le permettent.
      Les Amishs ne vivent ils pas ainsi ?

    10. Marlowe,

      Depuis quand votre conscience s’est éveillée ?

      Lisztfr,

      Mon Apple va bien. Par contre, je ne comprends pas grand chose à ce monde. Si vous croyez qu’une recherche Google suffit à résoudre les problèmes, nous avons un désaccord.

      D’accord sur le double tranchant de l’angoisse. Elle contient la vie et la mort.

      Mon interface entre moi et le monde est le regard que je pose sur lui et ce qu’il me répond. C’est souvent douloureux.

      MCG,

      Je ne choisis pas de vivre ces « crêtes d’intensité ». Elles me tombent dessus. Elles sont derrière ces angoisses. Ce domaine est inconnu, étranger et incroyablement souvent source de vie. Alors, je rejoins votre avis selon lequel l’angoisse est un signe. Mais je ne sais pas vers quoi.
      Les traders vivent quelque chose d’analogue, mais à nos dépends. Nous sommes leur domaine d’activité. Ils viennent dans nos vies sans notre permission. Le sentiment de puissance et de grandeur qui en résulte doit être gigantesque.

      Sylvain,

      Je vous rejoins sur l’idée de forces cataclysmiques qui cherchent à nous engouffrer. Nos actes nous rendent acteurs dans ce monde. J’espère être un porteur de vie. Cela exige de moi de franchir les limites de mes angoisses. Dans ce territoire inconnu, la notion de 1ère, 2ème et 3ème classe n’a pas cours. C’est le chaos. C’est très certainement la vie. En tous cas, je l’espère.

      Pascal39,

      Bonjour à vous, Votre exemple est superbe. Mais j’en suis au point de me demander si ça valait vraiment le coup.
      D’un autre côté, je n’avais pas le choix. Par analogie, je n’ai donc pas le choix de franchir ces limites.
      Allons-y !

      Marlowe,
      Vaste programme.

      Blandine Keller,

      Bonjour,
      Merci pour votre réponse.
      Vos propositions me semblent inspirées par l’action des Tunisions et des Egyptiens. S’ils réussissent, notre monde est changé. Nous ne pourrons que nous y adapter.
      Pour l’espérance, je préfère me référer au christianisme. C’est espérer quand je n’ai aucune raison de le faire. C’est pratiquer des idées comme « Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés » ou « Aime ton prochain comme toi-même ». Je ne construis pas une entreprise. Je ne conquiers pas la planète Mars. Je rencontre une autre personne que moi. Je lui dit qu’elle existe. Elle me rend la politesse.
      Si c’est un acte de force, d’esclavagisme, résultat d’un mensonge, fondé sur un personnage mythique, je prends quand même. J’y donne et reçois la vie.
      L’idée de votre Monsieur Tackett rend les idéologies, la démagogie, la publicité, la communication au sens actuel du terme et même le mensonge totalement légitimes, admissibles voire corrects. Ces trucs sont les choses à faire si vous voulez que votre opinion domine.
      La bonne conscience des financiers, l’interprétation de la crise actuelle comme un incident sans gravité et déjà fini, la volonté de ne rien perdre des banquiers, le refus de toute règlementation, l’idée qu’un banquier n’est qu’un « market-maker » résultent, selon moi, des outils cités plus haut. Ces gens n’ont aucune raison de changer d’avis.
      Par les mêmes méthodes, nous avons d’autres idées. Nos actes sont déraisonnables. Les Egyptiens sont en train de donner le pouvoir aux Frères Musulmans. Les USA introduisent la démocratie dans le grand proche-orient. etc… Je rejette l’idée de ce monsieur Tackett.
      Nous avons un monde à construire. Cela se fera avec ce que j’ai pu voir dans les regards croisés d’un petit enfant et de sa mère. Sans ça, nous remplacerons la construction bancale qui s’effondre par un autre truc au moins aussi bancal que ce qui s’effondre. Pour la cohérence et la stabilité des carrières, j’accepte l’existence de gens de très grande valeur parmi l’élite. Leur valeur a de moins en moins d’importance. Ils doivent de plus en plus fonctionner selon des exigences supposées objectives. Ils doivent de plus en plus réagir à la situation. Ils n’ont plus le temps ou les moyens de se montrer de valeur, de créer, d’enrichir le monde où ils sont. Vous avez eu la chance de les rencontrer. Notez vos observations. Cela vous fera des souvenirs précieux.

      HP,

      Le système financier parasite notre civilisation. Il devient si gourmand qu’il est en train de tuer notre monde. J’estime que cette situation est apparue dans les années 80 sous Reagan et Thatcher. C’était l’époque de la « shareholder value » et de la dictature des marchés. Le marché financier s’est mis officiellement à imposer sa loi à toute l’économie. À ce moment, mon affirmation est devenue vraie.
      Je trouve amusant que Reagan est le président de la fin de notre monde. Les accusations de mensonge que j’ai lues contre lui en prennent de la consistance.
      Un très bon néolibéral admettait dans un livre en 2009 qu’il y avait de bonnes raisons de douter mais il s’est rassuré en disant qu’il n’y avait pas d’alternative. C’était vrai.

      Papiman,

      Vous êtres le plus optimiste de la série. Il est vrai que la télé, le PC, la voiture et bien d’autres choses ne sont pas nécessaires, pas du tout vitales. Aurons nous la permission de nous adapter à ces « sacrées adaptations » ? Je l’espère.

    11. à DidierF,

      Ma conscience s’est éveillée l’année de mes vingt ans pendant le beau mois de mai 68.
      C’est à cette occasion que je suis sorti du narcissisme.
      Une seconde naissance, en quelque sorte.
      Et vous ?

  7. et surtout ne pas être attentif à ce qui se passe en Bourse de Wall-Street (qui pourrait laisser croire que tout va pour le mieux aux US)
    car la Bourse n’est pas un indicateur de la santé de l’économie…mais de la vitalité du marché à court terme..!

  8. Moi j aimerait de temps en temps trouver un article qui ferait la jonction entre l épuisement dramatique des ressources naturelles et la crise , car on ne me fera jamais accroire que les deux ne sont pas intimement liés et que sortis de la crise financière on ne tombera pas de charybde en scylla !!!

    1. La surexploitation de la Terre par les humains se fait par le biais d’une économie devenue folle.
      La critique est, comme les humains, séparée.
      D’un côté vous avez les critiques purement écologiques ou décroissantes et de l’autre la critique économique.
      La critique radicale se veut unitaire.
      Cette critique existe mais elle n’est pas mise sous la lumière des projecteurs.

      marlowe@orange.fr

    2. @ Sarkobandit et Marlowe
      Cette critique plus globale de la fin de la civilisation industrielle existe bel et bien et fait sens ; nous avons vecu sur une manne (pillage) energetique et materielle qui par definition limitee, ne suffit plus a notre paradigme de croissance infinie ( et demographique) et d’interets composes.

      L’argent perd sa valeur reelle (il ne se mange pas) la croissance economique est de plus en plus destructrice …et l’edifice de confiance aveugle dans un systeme de type poule aux oeufs d’or de commencer a vaciller.
      Alors biensur ce grand hocquetement planetaire va provoquer toutes sortes d’epiphenomenes locaux, sociaux, geo-politiques… que les grands media ne rapprocheront pas de leur cause reelle
      D’autres que moi l’expliquent de facon limpide et complete: je vous recommande les ouvrages et conferences de Richard Heinberg, Michael Ruppert, Chris Martenson…

    3. Il me semble qu’on ne peut pas s’en prendre à ce pillage ravageur sans avoir la maîtrise d’outils financiers fiables.

    4. « maîtrise d’outils financiers fiables »
      Ne me faites pas rire !
      A qui voulez vous faire croire de pareilles sornettes ?
      Pour qui, ou pour quoi, roulez vous ?

    5. à Michel Martin,

      Non je n’ai pas essayé cet auteur et je le note.
      J’ai relu un peu Ellul, que j’avais abordé il y a quarante ans, et aussi des critiques de la Technique plus modernes comme Latouche.
      Je suis très intéressé par la tendance « critique de la valeur » parmi lesquels Anselm Jappe dont le recueil d’articles Crédit à mort est disponible depuis peu (Editions Lignes).
      Je pense que la critique moderne a plusieurs faces : écologiques, économiques, politiques etc. et que cette critique, pour être vraie, doit rester, ou tenter de rester unitaire, comme c’est le cas chez Marx et Debord.
      Une critique de l’économie devenue folle n’a pas de sens si, dans le même mouvement, les conséquences écologiques ne sont pas prises en compte.
      Mon axe de recherche actuel est la liaison entre la critique du travail, de la marchandise et de son fétichisme et les attitudes individuelles et sociales face à cette aliénation.
      La piste du narcissisme me paraît très intéressante.

    6. Je voudrais rappeler une thèse qui est bien ancienne, mais qui est toujours oubliée et qu’il faut rénover sans cesse, c’est que l’organisation industrielle, comme la « post-industrielle », comme la société technicienne ou informatisée, ne sont pas des systèmes destinés à produire ni des biens de consommation, ni du bien-être, ni une amélioration de la vie des gens, mais uniquement à produire du profit. Exclusivement.

      *
      Le bluff technologique (1988), Jacques Ellul, éd. Hachette, coll. Pluriel, 2004, p. 571

      Je découvre ce monsieur …

    7. N’oublions pas l’extermination industrielle des animaux que nous rappelle un document de la chaîne Histoire « Sur les traces de Moby Dick ».
      Après que les Anglais, les Hollandais et les Basques avaient surexploités l’espèce sur le Vieux Continent, ce fut au tour des conquérants du Nouveau Monde d’exterminer ces fabuleux troupeaux de cétacés.
      Je n’ai pas encore vu le doc mais le papier du magazine télé du Nouvel Obs titre
      « Un magnifique documentaire sur le moteur de l’économie américaine pendant près de 2 siècles ».
      Le commerce de l’huile extraite de ces cétacés générait des PROFITS immenses qui hâtèrent l’émancipation des futurs USA de la tutelle coloniale anglaise.
      Les hommes se livraient à des carnages dantesques.
      Ce devait être pareil avec les bisons & bisones que ce bon sieur Buffalo aimait à chasser.
      Prochaines diffusions : du 10/2 au 3/3
      Il y a aussi 2 autres doc : « Les Rockefeller » et « Etats-Unis : l’éveil vert »
      http://www.histoire.fr/histoire/programmes/histoire-cycles/0,,6261719-VU5WX0lEIDQ5Ng==,00-amerique-le-reve-de-l-abondance-.html

    8. à Piotr,

      Marlowe avait déjà cité cette phrase si intelligente de Jacques Ellul, mais, tout comme vous, sans grand écho.

      Une autre manière de le dire est : argent – marchandise – plus d’argent.

      Et quand les marchandises perdent de leur pouvoir de séduction ou ne rapportent plus assez : argent – plus d’argent – encore plus d’argent.

    9. pour ceux que cela intéresserait

      :
      un mémoire sur les pêches maritimes françaises …et européennes…puis Terre-Neuve …
      http://archimer.ifremer.fr/doc/1935/rapport-1736.pdf
      la baleine : p.39 et suivantes…p40 : embarcation légère : 3 rameurs et un harponneur.
      .. »La pêche à la baleine par les Basques dans le golfe de Gascogne.
      Mais si d’une part les Norvégiens furent les premiers pêcheurs baleiniers du Nord, d’autre
      part les Basques le furent à l’ouest de l’Europe.
      Suivant M. HAUTEFEUILLE
      (1), dit M. BELLET dans son «Histoire Maritime de Fécamp », la pêche
      de la baleine fut découverte ou inventée par les Basques. De temps immémorial, écrit-il, ces
      peuples se livraient avec ardeur à la recherche de ce cétacé qui, dans les siècles reculés, fréquentait
      le golfe de Gascogne et particulièrement les côtes de Bayonne.
      Les Basques commencèrent d’abord à tirer parti des individus que la mer rejetait fréquemment
      sur leurs côtes, où ils s’échouaient de telle sorte qu’ils ne pouvaient s’en retirer, et où
      il était si facile de les approcher pour les tuer; puis ils s’enhardirent jusqu’à poursuivre
      sur les flots dans de légères barques, ceux qui s’approchaient très près des terres. Les baleines
      capturées étaient aussitôt conduites à terre pour y être dépecées. Peu à peu ils agrandirent
      leurs barques pour leur permettre de pousser plus loin la poursuite de la proie convoitée… »

      mais, il semblerait que les coréens furent les premiers ..
      .. »Où et quand les hommes ont-ils chassé des baleines pour la première fois ? Jusqu’à présent, les plus anciennes traces dataient des Xe et XIe siècles, en Europe et au Japon. Des gravures rupestres coréennes font faire un bond en arrière de plus de 4 000 ans à cette activité. »…
      http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=11172

  9. Nous tournons en rond dans la nuit.

    Comme la planête tourne autour du soleil, quoique cette affirmation ne soit pas une vérité universellement et intemporellement reconnue vraie, la civilisation humaine tourne en rond dans la nuit.
    Ce mouvement, rendu perpétuel par la fin de l’histoire, est-il de nature ontologique ?
    Marlowe pense que ce piétinement circulaire, qui ressemble à celui du prisonnier dans sa cellule, sans passé et sans futur, est plutôt le produit, et dialectiquement, le producteur d’un monde qui finit.
    Comme le font remarquer avec terreur certains commentateurs, et comme ne veulent pas le voir ceux qui gardent, croyant se sauver, les yeux fermés, la fin de ce monde est proche.
    Ce n’est pas la fin du monde, à condition que nous redevenions les sujets de notre histoire.

    1. +1!
      La fin de ce monde, à commencer par la fin de l’hégémonie US, devrait être synonyme d’espoir et non d’angoisse…

    2. à Pipas,

      L’espoir et l’angoisse font bon ménage, ou pour le dire comme Bernanos, la vraie vertu est le désespoir surmonté.

    3. Bon(?)soir détective…
      Une petite remarque teintée d’espoir : le prisonnier dispose de plus de temps que le concepteur de la prison pour imaginer un moyen d’évasion.
      En conséquence, ne jamais désespérer dans une situation de cet ordre.

  10. Ecoutez donc un peu de Bartók, Marlowe. C’était la méthode de votre ancêtre Philip pour dissiper ses idées noires 🙂

    1. « Dissiper les idées noires » ne rendra pas le monde plus blanc, que cette évasion soit aidée par la musique ou quelque drogue que ce soit.

      Du reste ce ne sont pas les idées qui sont noires, c’est le monde noir qui déteint sur les idées.
      Mais comme la nuit est la promesse de l’aube, tout vient à point pour celui qui ne renonce pas.

  11. Pourquoi Obama est-il allé à pied à la chambre de Commerce ?
    Pour montrer que c’est dans l’effort que se trouve le cercle vertueux ?
    Pour montrer que comme avant-hier le commerce de demain se fera à pattes ?
    Pour montrer que toute énergie non dépensée peut être vue comme un bénéfice ?

    Bon il aurait marché sur 200 mètres, et j’imagine qu’il devait faire beau. C’est dire si on est encore loin d’une révolution des mentalités, encore loin de redonner ses lettres de noblesse à l’effort, loin du kwistax en commun, loin du Kolkhose Néo K … Mais ne boudons pas ce micro symbole.

    1. Et pour la com, la consécration du yaourtophone peut-être …
      Non mauvaise piste, le pot de yaourt en plastique est mort né
      Sinon le langage de signes et la paire de jumelles qui va avec …

  12. Sans rapport.
    Le petit commençal.

    Les décisions rendues relativement à Denis Roberts me comblent de joie.
    En tant qu’ancien des autorités de tutelles, y compris relativement aux activités des chambres de compensations je me réjouis de cet épilogue inattendu, qui rendrait presque espoir dans le système (j’en suis quand meême pas là non plus).

    Cet épilogue ainsi que les coming out de plus en plus fréquent autour du procès ZEMOUR, d’Ivan RIOUFOL, de Jean RASPAIL et autres, bientôt j’en viendrais à croire aux esprits disparus de la rue CAMBON.
    .

    1. oui, très sympa, merci Martine ! On comprend mieux ce qui inspire l’accusation de « populisme » souvent lancée contre Chavez, et la hargne de certains commentateurs contre lui !

  13. Merci pour cet article, Monsieur Leclerc.
    Je croyais que la possible faillite des municipalités était déjà acquise ou en cours.

    Dans la série « plus rien en magasin », il leur semble difficile d’augmenter les impôts.
    Donc, le mouvement consisterait à réduire « encore » les services publics. Hors, dans certains endroits, la cote d’alerte est DEJA dépassée.

    Sinon, je lisais un article sur l’Obama de service qui propose aux patrons de leur alléger leurs impôts et les incite à « investir » et embaucher.
    Bizarrement, cela me fait penser au coup de la TVA de la restauration en France.. 🙂
    Alors que le chômage « aurait » baissé à 9% sans création de postes.
    Cherchez l’erreur.
    Ou ils émigrent, comme les Irlandais.

    Vu la vitesse d’effondrement, et sachant qu’ils sont partis de très haut, le cowboy de base risque de rester de moins en moins calme.
    Ils ont du jasmin, aux US..??

    1. Le taux de chômage diminue mécaniquement quand les chômeurs n’ont plus droits aux allocs et n’ont plus le courage de rester inscrits comme demandeurs d’emploi. Évidemment ça ne crée pas d’emploi, juste de la délinquance, qui atteint des sommets dans le pays où le taux d’incarcération est le + élevé du monde.

  14. Le hold-up du siècle par George Monbiot

    … a kind of corporate coup d’etat is taking place. Like the dismantling of the NHS and the sale of public forests, no one voted for these measures, as they weren’t in the manifestos. While Cameron insists that he occupies the centre ground of British politics, that he shares our burdens and feels our pain, he has quietly been plotting with banks and businesses to engineer the greatest transfer of wealth from the poor and middle to the ultra-rich that this country has seen in a century.

    .. une sorte de coup d’Etat est en cours au niveau des entreprises. Comme le démantèlement du NHS (système de santé) et la vente des forêts publiques, personne n’a voté pour ces mesures, car elles n’étaient pas dans les programmes de gouvernement. Alors que Cameron insiste sur le fait qu’il occupe le centre de la politique britannique, qu’il partage nos fardeaux et ressent notre douleur, il est aller discrètement comploter avec les banques et les entreprises à la mise au point du plus grand transfert de richesse que ce pays a connu depuis un siècle des pauvres et des classes moyennes aux ultra-riches.

    1. Entre nous. Ca sortira pas du net.

      Les peuples vont bien finir par se rendre compte, non…???

      C’est quoi le but de la manoeuvre..???

      Ils vont tous se sauver au fur et à mesure dans des endroits protégés ou ils comptent sur l’armée pour tuer les leurs..???

      Je me pose de plus en plus de questions.

    2. La continuité d’une politique néolibérale entreprise depuis les années 80. L’application de l’utopie de Milton Friedman pour qui la force publique (L’ État) est un cancer qu’il faut éradiquer.

      Lire La stratégie du choc de Naomie Klein pour comprendre le processus dans le lequel nous somme engagé.

    3. « Ils » pensent que le grand soir n’est pas pour demain et « ils » sont convaincus de pouvoir encore profiter un petit peu avant la grosse colère.
      Pour savoir quand et comment ils vont aller se réfugier en lieu sûr, il vous suffit de surveiller le parc de longs courriers en maintenance mais discrètement « prêts à décoller ».
      Il doit bien y avoir quelques équipages de célibataires briefés à ce sujet..
      Meuh non, c’est un scénario de film conspirationniste…

    4. @Yvan

      C’est Flaubert, il me semble, qui tenait à peu près ce langage:  » La seule activité politique que je peux approuver c’est l’émeute »

    5. De tous les postes de dépenses de l’état britanniques, c’est le département « Foreign Aid » qui a vu la seule augmentation de son budget l’année dernière.
      Illogique? Pas du tout quand on considéré que pour chaque Pound Sterling dépensé en « aide » dans les pays émergents, il est rapatrié £10 de retour sur investissement. C’est ça le néocolonialisme.

    6. Ce n’est pas tellement Cameron lui-même qui est responsable pour ces décisions, à mon avis, mais son vice-premier néo-lib Clegg. Mais les brittish ont voté pour eux et leur programme d’austérité, il n’est pas tombé du ciel sans prévenir, qu’ils assument ou le virent.
      D’ailleurs si les français gardent les dirigeants qu’on voit tout le temps, c’est qu’ils le veulent bien, faut pas venir se plaindre. S’ils n’en veulent plus, on a vu comment faire pour l’éjecter à (et de) la télé.

    7. A propos de Cameron toujours, et dans le même ordre d’idée (émeutes) :

      « Suivant la doctrine du multiculturalisme d’Etat, nous avons encouragé différentes cultures à vivre séparément, à l’écart les unes des autres et de la société dans son ensemble », a déclaré David Cameron lors de la conférence sur la sécurité à Munich. « Nous n’avons pas réussi à leur offrir la vision d’une société à laquelle ils voudraient adhérer ». Cette doctrine a poussé « certains à fermer les yeux sur les monstruosités du mariage forcé » et est également à l’origine d’un mouvement de radicalisation, terreau du terrorisme.
      Le Royaume-Uni doit adopter une politique de « libéralisme musclé » afin de promouvoir les valeurs d’égalité, l’Etat de droit et la liberté d’expression dans toute la société. Le Premier ministre britannique a mis en garde les associations musulmanes, déclarant que toutes leurs subventions leurs seraient retirées si elles ne soutenaient pas les droits des femmes ou l’intégration.

      Héhé.
      Il se pourrait qu’il ait eu vent de projets de musulmans radicaux prêts à descendre dans la rue (anglaise) selon l’exemple tunisien et égyptien pour obtenir des avantages et une place + importante de l’islam dans la société britannique. Or, la communauté musulmane est très importante dans les grandes villes, et Cameron ne serait probablement pas en mesure de contrôler les mouvement sociaux ET religieux si les deux s’organisent ensemble…

    8. @ Yvan
      J’ai l’impression que Cameron n’a pas dû ouvrir souvent ses livres d’Histoire britannique.
      C’est un imbécile qui ne sait pas que son peuple, lorsqu’il se révolte quand on lui en fait trop, est capable d’être d’une cruauté infâmante.

      Il saurait, par exemple,que les Anglais ont coupé la tête d’un de leur roi Charles Ier en 1649 (140 ans avant les Français avec Louis XVI).
      La Monarchie abolie, Oliver CROMWELL prit le pouvoir jusqu’à sa mort en 1659, haï par ses sujets.
      Puis c’est la Restauration de Charles II, fils du roi précedent.

      Cromwell était tellement haï que l’on fera exhumer son corps de l’abbaye de Westminster auquel on fera subir un rituel d’exécution post-mortem le 30 janvier 1661, date anniversaire de l’exécution de Charles Ier.
      On le pendra, on le décapitera, jettera son corps dans un puits et sa tête sera exposée sur un pieu devant l’abbaye de Westminster jusqu’en 1685.

      Banquiers et financiers se prennent pour des lords; s’ils n’y prennent pas garde, ils risquent à terme d’être traités comme le fût Cromwell. Tout est une question de temps et d’exaspération, juste le temps que celle-ci se transforme en haine.

      Ces imbéciles veulent emporter la richesse de tout un pays, ils récolteront la colère du peuple quand il sera rendra compte, mais il sera trop tard, qu’on lui aura tout pris, le pain, l’argent, l’avenir, l’espoir.

  15. Obama disait :
    Je suis la lumière du monde, celle qui éclairera toujours tout un homme à l’antenne, vous voyez même un homme de couleur peut également vous en mettre plein la vue.

    Mais où est-il donc ton Dieu Jérémie ?

    Il est là ou encore là comme dans cet autre bien oublié que l’on préfère mener à l’abattoir pour faire du chiffre, pour faire croissance, pour faire en fait un peu plus d’esclavage, être dans le monde mais ne plus en être, afin de pouvoir mieux révéler à ses semblables toute la grande vanité commerciale des premiers êtres bien dévoyés de l’Amérique comme partout ailleurs.

    Si encore il n’y avait que la crise, mais je suis aussi descendu dans les enfers de la bureaucratie, dans ces lieux et ces mêmes endroits d’expression, où l’on préfère bien plus juger et tourmenter l’autre, c’est-à-dire dans ces mêmes états de conscience et d’angoisse matérielle que tant d’autres gens de plus, où l’on recherche même plus à bien comprendre pourquoi la crise, pourquoi je suis pauvre, pourquoi tant de malheur en plus, pourquoi c’est moi et pas un autre. J’ai aussi rencontré l’inévitable, la souffrance, les embuches, l’abandon
    et les trahisons de plus de l’autre politicien de droite comme de gauche, comme la très grande absurdité morale et médiatique de tout ce qui a pu être mis en place depuis des générations dans la bétise, c’est-à-dire par les premières élites commerciales de notre monde, comment arriver alors à remonter réellement la pente si j’en finis moi aussi par porter le même regard bien dur et glacial envers les autres.

    S’il vous plaît vous les grands de ce monde, quand est-ce que j’y aurais droit moi aussi un peu aux premiers paradis fiscaux dans ce monde ?

    Ce que vous n’aimez pas faire ou entendre – pourquoi leur faire davantage subir aux autres –
    Voilà la Loi, La réelle Justice et les prophètes.

    On ne peut pas non plus mentir indéfiniment au monde, viendra forcément un moment où tout s’écroulera subitement de haut aussi bien en Amérique que partout ailleurs.

     » Tout disparaîtra un jour aussi bien les plus grandes oeuvres vaniteuses des hommes  »

    Et alors à ce moment là de quoi aurons-nous l’air en société ?

    1. Jérémie, excuses-moi mon grand, mais tu pètes une durite, là. On dirait moi. Pas Moi, je veux dire, mais moi.
      Déjà, au départ, la bureaucratie n’est pas un enfer. Seulement les coulisses. Nan, je rigole. Mais le fait est que le contact avec le public est la chose la plus difficile qui soit, puis, pour être aussi un peu collectionneur de dossiers, lorsqu’il manque un papier, c’est le bordel.
      D’où une certaine agressivité de certains fonctionnaires, mais il faut aussi se mettre à leur place…

      Maintenant, sachant que tu es croyant, il est clair que regarder la réalité de la situation actuelle n’est pas forcément… sympa.
      Surtout que nous savons tous globalement comment ça va mal finir.
      Là où je me pose la question est que justement, tu es croyant.
      Alors imagine un ballot comme moi non croyant….
      Peut-être suis-je habitué à être confronté à la réalité, me diras-tu. Pas faux.

      Tu me gènes néanmoins. Et fort.
      « j’y aurais droit moi aussi un peu aux premiers paradis fiscaux dans ce monde ? »
      C’est quoi cette mentalité matérialiste…????
      Et les 7 péchés capitaux…??? (tiens, il y a un pluriel 🙂 )
      Tu risques de te faire excommunier si quelqu’un te reconnait et te dénonce auprès de ton curé….
      Ce sera pas moi, je te rassure.
      Mais fais attention néanmoins aux grenouilles de bénitier.

      Sympathiquement, Yvan.

    2. Déjà, au départ, la bureaucratie n’est pas un enfer. Seulement les coulisses.

      Ou plutôt avant gout de la bonne odeur du soufre dans les narines, surtout de nos jours lorsqu’on préfère souvent séduire les êtres pour le tout terrestre de plus à l’image pour
      mieux paraît-il faire oeuvre de changement social sur terre ou en tête.

      Yvan tout le monde n’a pas non plus la même santé et force morale que d’autres pour supporter de plus longues souffrances de vie en société, que ce soit d’ailleurs à l’usure dans le privé ou le public à la fois comme dans des contrats de travail de plus en plus esclavagistes, à ton avis pourquoi il y a aussi de plus en plus de drames familiaux et autres de nos jours.

      Tu sais il y a non plus que les gens du marché qui font beaucoup de mal à l’homme dans le même temps ce serait bien aussi qu’on en parle un peu, tout le monde n’est pas né non plus pour être très doué comme tant d’autres dans une bureaucratie, oui peut-être qu’aujourd’hui
      ce n’est pas trop grave à voir dans certains endroits, mais demain qu’est-ce qui nous dit aussi que la plupart des êtres n’en seront pas davantage surveiller et reconditionner à la chaine par les nouveaux moyens modernes et marchands mis en place si ça ce n’est pas déjà le cas pour des milliards d’êtres humains et à leur propre insu.

      J’aimerais tant avoir un peu comme toi cette même naiveté de propos hélas plus je regarde
      et j’écoute la plupart des gens de mon temps et plus je me dis que le monde d’aujourd’hui n’est pas encore réellement prêt à passer à autre chose de moins prévisible, en tous cas
      pas dans une proportion suffisamment crédible et bien audible pour le reste du monde.

      Tu sais tout cela ne me fait plus trop rire, là ou je ne suis pas trop d’accord avec toi c’est lorsque j’entends souvent dire que le contact avec le public est la chose la plus difficile qui soit, bien sur lorsque s’installe de plus en plus une plus grande peur de vivre ou de perdre sa place partout, le faire en fait avant tout principalement pour l’argent et une place, surtout lorsque ce n’est pas vraiment non plus la vocation première d’un plus grand nombre de personnes, sans doute encore à cause d’une histoire d’argent et de temps

      D’où c’est vrai Yvan une très grande bétise de conduite parfois, je me demande même si la plupart des fonctionnaires les plus zélés ou très bêtes de ce monde ne feraient pas plus le jeu des premiers marchands de la terre, n’est-ce pas d’ailleurs la première mission évangélique des premiers apôtres du Capitalisme ou du Socialisme mondial à la fois, évidemment plus
      le monde en perd la foi et l’amour de son prochain dans la bureaucratie ou le marché et plus évidemment les choses ne sont pas prêt de s’arranger pour tous, petits et grands.

      C’est juste qu’une plus grande bureaucratie sans ame et inhumaine peut également en perdre un très grand nombre à la fois, chacun tenant bien sur respectivement son propre rôle jusqu’à la fin et dans le même temps. Au cas bien sur où la pluaprt des gens l’aurait déjà oublié la veille, pas étonnant alors que le monde se déchire un peu partout dans la violence et brutalité verbale de plus, faut voir ce qu’on l’on préfère faire entendre aux gens la plupart du temps,

      Mais fort heureusement tu as raison de le souligner, ils ne sont pas tous non plus les premiers dévots bien incroyants des gens du marché, on n’attrape pas plus des mouches
      avec du vinaigre.

      Oh Rassure-toi Yvan la plupart des gens de notre temps ne feront jamais réellement le sacrifice d’un emploi comme d’une position pour réellement faire changer les choses.

      Car tout le monde vit bien de plus en plus dans une plus grande interdépendance de peur.

    3. « J’aimerais tant avoir un peu comme toi cette même naiveté de propos »
      Notes, heureusement que tu as écrit cela.
      Sinon, j’aurais pu croire qu’on était con d’être athée.

      Il semble donc que tu n’aies jamais fréquenté de personnes qui sont plus à l’aise dans les maths et la physique que dans l’expression écrite.
      Hors, cela est relativement logique.

      D’où une de mes découvertes tardives que la mesure de l’ « intelligence » est tout aussi subjective que le sophisme ou l’économie sont pernicieux.

    4. Tu sais il m’arrive parfois d’être bien con dans ce que j’écris,

      Je ne suis pas non plus un grand saint de l’évangile, j’aimerais tant d’ailleurs que d’autres me remplacent, j’ai aussi besoin parfois d’un peu de vacances et de réel repos.

       » Oh mon Dieu, mon Dieu, mais pourquoi tu ne recherche pas d’abord à me remplir la panse
      et les poches pleines d’or et d’argent, comme ça je pourrais mieux aussi le redistribuer plus tard aux autres dans les paradis fiscaux  »

      Tu sais faut pas toujours croire certaines idées reçues, il y a autant de gens cons en matière de religion instituée que dans l’athéisme, il y a d’ailleurs tellement de variantes intellectuelles dans les gens du socialisme et du capitalisme que j’ai du mal parfois à mieux voir clairement ou tout cela mène dans la division et le déchirement de plus en société .

      Bien évidemment comme je combats à la fois les nombreuses personnes du capitalisme
      et du socialisme à la fois, j’en bénéficie pas mieux d’une petite obole de gratitude c’est mon mérite, alors forcément c’est pas toujours très drôle à voir et à surmonter.

      Au sujet de l’une de tes dernières découvertes, cela me renvoie à un propos que j’ai pu entendre tout-à-l’heure à la radio, au sujet de la mesure de  » l’intelligence « , je constate surtout que la science moderne se met de plus en plus au service des marchands du monde grandement aussi à l’insu des peuples, dans les moyens de mieux savoir si le conditionnement du bétail humain se montre toujours bien fait comme il convient partout et en priorité, c’est important je crois qu’ils assurent continuellement leurs arrières, oui faudrait pas non plus qu’en période de crise et de chômage généralisé que le monde se décide tôt ou tard un jour par penser autrement que dans les seules termes d’économisme.

      La physique, la matière, les maths, l’économie, le capitalisme, le socialisme, le seul souci premier en fait du social et de l’économie sur terre, ne semblaient pas mieux inspirer l’esprit des êtres à mieux respecter les choses premières de la nature, comme si le monde dans son plus grand amour et désir de posséder pleinement les seules choses terrestres n’en faisait pas toujours preuve dans l’histoire d’une meilleure prudence de vie comme de propos.

      Attention, Attention les ami(e)s le monde va se prendre de nouveau une belle claque dans la figure, et là croyez moi ça ne sera pas du tout du gateau comme en 2007 ou dans les années
      trente, en fait on n’a pas vraiment mieux progressé intérieurement depuis sur terre, c’est juste
      que le langage du monde est parfois si porteur de belles choses prometteuses que le monde en finit même par oublier de mieux prendre le temps d’être et de veiller.

      Moi en tous cas je ne regarde plus tous les soirs la télévision, surtout lorsque cela devient partout que du réchauffé, le conditionnement du monde est déjà grandement efficace dans les têtes.

    1. Bizarrement j’ai attrapé Parkingson on écoutant ça… après avoir brisé quelques verres en faisant la vaisselle 🙂

      Plus sérieusement, pour moi en ce moment la musique fait tampon entre moi et l’extérieur. Nul n’est forcé de regarder dans le gouffre, pour paraphraser Nietzsche. Ceci m’amène à en embryon de nouvelle théorie sur le refoulement. Il y a plusieurs stratégies pour en finir avec les idées noires, ce qu’on appelle communément le « refoulement inconscient » ou probablement aussi conscient, mais surtout inconscient c’est à dire que le processus entier n’atteint jamais la conscience, que sous forme de retour du refoulé, la sublimation, écrire un livre au lieu de se suicider (Goethe, Werther), personne n’a vraiment compris ce que c’est, mais là; si je choisi de penser à quelque chose de sublime, j’oriente ma pensée, au lieu d’être balloté par le négatif venant des autres parfois et du monde. Le monde est ce qu’il est mais, une certaine ivresse me rempli, due à Rihanna, en ce moment… Si tu te jettes dans un puits, la providence n’est pas obligé d’aller t’y chercher, dit le proverbe arabe.

  16. Question interférentielle, un peu hors sujet mais puisque de temps en temps il est question d’atomes et d’électrons sur ce blog…

    L’autre jour, observant les canards sur un lac, je remarque le train d’ondes concentriques émanent de chacun des volatiles, ainsi que les réseaux, ou les entrelacs intérférentiels se créant entre eux, à la manière de lentilles de Fresnel concassées, tout ceci créant des effets impressionnistes voire pointilliste, réfléchissant la façade en grès de l’autre côté du parc… bref… ces interférences n’avaient probablement aucune importance pour le psychisme des volatiles, qui n’y prêtaient guère attention. Pas outre mesure en tout cas.

    Question :

    1) Si l’on pointe un laser sur un miroir, est il possible de créer une interférence du laser avec lui-même qui annulerait l’onde ou au contraire multiplierait sa puissance par 2 ??? Puisque sur ce principe sont fondés des dispositif visant à annuler le bruit…

    2) Est il possible d’observer en philosophie, une pensée en interférence avec elle même ? Bref quelle est la portée heurisitque du modèle de l’interférence. Je sais que ceci est idiot.

    3) La zone d’interférence semble immobile alors qu’elle est composée d’ondes mobiles sans cesse renouvelées.

    4) est il possible de créer une arme psychologique interférentielle ? référence, Atérix.

    Billet inclassable donc… je poste ici.

    1. 1) Oui sur le miroir lui-même ou dans la zone où le faisceau incident et réfléchi se croise.
      La puissance locale est alors multipliée par 4 (2^2 , carré du champ) . Hé Hé.
      Cela sert dans divers domaines de la science & technique, des récepteurs aux biopuces.

      2) il faut définir une amplitude qui a des propriétés additives, good luk. Beigbeder+lordon= canfora ?

      3) Oui ce sont des ondes stationnaires, tout comme le ressac près d’un falaise assez droite soumis à une houle assez cohérente (et courte pour que ça marche bien).

      4) Oui, la double injonction paradoxole, et répondez moi spontanément, c’est un ordre. Quelques neurones vont se battre dans votre tête (mais ce n’est pas additif, hélas, c’est non linéaire)

    2. Inclassable… c’était plus sur un article de physique. Ici, au début c’était les US, et ça fuse dans tous les sens.
      1) pour que les ondes s’annulent, il faudrait que la distance parcourue soit un multiple exact de la fréquence par rapport à la vitesse de la lumière. Soit, une quasi-impossibilité. Et on détruit donc l’émetteur.
      2) la philo s’auto-annule dans ses effets parfois, en effet 😉
      3) il ne s’agit pas là de résonance. Car les multiples ou identiques s’annulent naturellement.
      Si je parle de résonance, c’est que tout corps physique a une ou plusieurs fréquences qui sont en quelque sorte sa « signature » tant de matière que de forme. Et qui peut le détruire.
      Cela est différent de l’effet de « fatigue » qui s’appuie sur une répétition de contraintes sans rapport avec une fréquence de résonance.
      On est juste là dans l’annulation par multiple.
      4) je ne me rappelle plus de l’épisode d’Astérix comportant une arme psychologique interférencielle…
      Peux-tu me resituer?

    3. 1) Le faisceau du laser étant composé de substance photonique fréquencée, on peut parler d’amplification ainsi que de perte. Le laser se croisant (allez-retour), en fonction de la puissance du laser, les éléments photoniques ne se percutent pas tous, car il reste de l’espace libre au déplacement des ondes. Donc il y a amplification au point de convergence (remarquons que placer un objet (outil de mesure par exemple) au centre annulerait l’effet car le faisceau coupé ou atténué n’atteindrait pas le miroir pour revenir). MAIS perte aussi car en mesurant le laser au point de départ puis au point de retour on remarque une différence résultant de la friction photonique , autrement dit le croisement de ceux-ci implique quelques percutions.

      Contrer un laser par un autre laser? Il faudrait renvoyer la réplique exacte de celui-ci avec une précision absolue…difficile , travaillez-vous à la création d’hologrammes?

      2) Je suis certainement à 10000 lieux de ce que vous attendez, n’est ce pas le libre arbitre ou l’instinct?

      3) La zone est immobile car les éléments qui se percutent on la même vitesse . Pareil avec la force qui opposerait deux idées appelant le libre arbitre. L’idée la plus forte garde son cap, alors que l’idée la plus faible change de direction, absorbée par l’impacte.

      4) Ou voulez-vous en venir? La réponse me semble t-il est oui.

    4. 1/ Il existe des interferomètres de phase laser
      2/ Une pensée interférentielle est peut-être causée par des prémisses contradictoire et mener à la schizophrènie.Ce n’est pas idiot, c’est pénible…
      Ou alors attention au raisonnement circulaire : l’oeuf ou la poule? Risque de surchauffe dans la boucle.
      3/ Cà s’appelle des ondes stationnaires.
      4/ Penser à la stratégie du choc de Naomi Klein ou demander aux laveurs de cerveaux du NKVD devenu FSB leurs petits secrets.

    5. 1/pour annuler le bruit , il y a le retour temporel ,une théorie et des applications développées par un chercheur français ,sur gougueule des infos tu trouvera !

      2/&3/ les ondes stationnaires ? experience de Melde ?

      les armes ultrasoniques anti-émeutes existent déjà , provoquent nausées et migraines ….mais les effets durent tant que les canons à ultrason fonctionnent et certains dégats sont réversibles au bout de qques jours : moins efficaces que des balles en caoutchouc « techniquement non létales » pour arreter des emeutiers …

      4/les interférences magnétiques intenses pourraient « effacer » la mémoire dans le cerveau (enfin experimentalement ça crame juste après aussi vu que la résonance magnétique des scanners c’est aussi des « micro-ondes comme les fours ) .un ajustement s’impose donc !

      une arme psychologique interferentielle ? bah toutes les satellittes ,les bornes wifi,blutooth,rfid ,le projet HAARP ,les chemtrails c’est un bon début de maillage , un réseau en treillis prêt à fonctionner ,une chambre à bulles prete à pieger les pensées …

      sinon la télé cathodique etait un bon exemple de rayonnement electromagnétique nocif

      Point 2 bis /

      Annuler la pensée

      ça s’appele

      la méditation satori dans le zazen ,

      fudoshin ,zanshin dans les arts martiaux ,

      mentaliser apres déverbalisation ( pour les structuralistes jargonnants genre DeMorgon )

      cela eemande une certaine concentration .pour le pékin moyen , le gavage de psychotropes de synthése ( neuroleptiques) semble la meilleur solution française !

    6. @ Yvan :

      http://www.asterix.com/licences/editions-atlas/memo.html

      La Zizanie, c’est à vous de recoller les morceaux en retrouvant les paires d’images toutes tirées de cet album paru en 1970. Voilà en quelque sorte une version « soft » de la « guerre psychologique » chère au légionnaire Savancosinus !

      ================

      Il s’agit d’une « guerre psychologique » simplement, mais ça fait des années que je n’ai pas lu l’album je ne sais plus de quoi il s’agit 🙂

    7. L’autre jour, observant les canards sur un lac, je remarque le train d’ondes concentriques émanent de chacun des volatiles, ainsi que les réseaux, ou les entrelacs intérférentiels se créant entre eux, à la manière de lentilles de Fresnel concassées, tout ceci créant des effets impressionnistes voire pointilliste, réfléchissant la façade en grès de l’autre côté du parc… bref… ces interférences n’avaient probablement aucune importance pour le psychisme des volatiles, qui n’y prêtaient guère attention. Pas outre mesure en tout cas.

      Magnifique une personne qui prend encore le temps de contempler des canards sur un lac, mais j’y pense est-ce que cela aussi va finir par coûter trop cher pour les premiers décideurs de la terre, j’espère que non quand même, pauvres petits canards c’est peut-être aussi de leur faute s’ils en font toujours autant de petits cercles concentriques dans les eaux.

    8. arme de destruction massive – véritable, celle-la !

      « Il envoie alors au Village Tullius Detritus, immonde personnage qui sème la zizanie partout où il passe. Sa mission : briser la belle union des rebelles gaulois, semer la discorde dans leurs rangs. »

      Tiens, c’est drôle -si l’on peut-dire – ça fait penser à quelqu’un !…

  17. Bonsoir à tous
    @Lizt: Vous pouvez aller chercher « Images sonores d’eau » principal auteur contemporain: Alexander Lauterwasser.

    Le continuum espace temps de la physique moderne invalide la distinction entre res cogitans et res extensa ( Descartes)

    l’arme psychologique interférentielle existe: c’est la propagande télévisée!
    ( derniers bilets de zero hedge établissant un parallèle entre l’info officielle US et Matrix)

    Cordialement

    1. Merci pour l’info, idée à développer, et si tout simplement les cochons de payeur………….

      A méditer, creuser, sondage qui serait pour et sur quels services?????????

  18. @Marlowe
    ben, qu’est-ce qu’il y a de drôle ? Y a qu’un De Gaulle pour être sûr que l’intendance « suivra ». Il me semblerait sérieux d’essayer de faire en sorte qu’elle précède, mais vous, ça vous fait rire ! Je roule pour moi, c’est déjà pas mal, en essayant de comprendre quelque chose . Avez-vous regardé la vidéo de Martine ?
    @ Yvan
    Emmanuel Todd dans Après la démocratiedit ceci:

    Le bien être, celui d’un riche comme d’un citoyen ordinaire, c’est aussi de vivre dans un environnement huamain équilibré, où l’on n’est pas menacé d’agression, où l’on ne croise pas trop de marginaux atteints de la tuberculose, ou d’une autre affection grave non soignée, où l’éducation n’est pas une lutte pour la survie. En vérité le monde de l’inégalité est infernal, y compris pour les profiteurs du système qui sont touchés, particulièrement à travers leurs enfants, par une évolution sociale régressive.

    Mais à mon avis, on ne peut pas trop compter sur une subite prise de conscience des « profiteurs du système » . Il y a une inertie, une incapacité à voir, à percevoir. En 1789 le Tiers Etat tout seul ne serait arrivé à rien. Ce sont les initiatives du « quart état « , lucide sur la duplicité du roi et le conservatisme outrancier de l’immense majorité de la noblesse, qui ont provoqué les avancées. Mais combien de jacqueries sans résultat, pendant des siècles, avant que la Grande Peur aboutisse à la Nuit du 4 août !

    1. chaque lutte est un jalon sur le long chemin de l’histoire …rien n’est perdu …les mémoires des peuples ne sont pas rien …(à tel point que le marketeur loréalien placé à la tête de l’éducation nationale est un contre-sens absolu …mais il fait ce qu’on lui dit : perte des sciences humaines, donc perte d’une vision globale …perte de ce qui fait civilisation…et formation de bons petits salariés-entrepreneurs le nez dans le guidon ….)
      Tiers Pouvoir, Tiers Etat: un article dans mediapart :
      « ‘Etat de droit est encore une idée neuve à l’heure où le rêve de certains est d’asservir l’avenir des citoyens à l’avenir d’une marge brute d’un bilan d’un edge fund.
      Tiers pouvoir
      L’Etat de droit c’est poser des règles qui évitent l’arbitraire du pouvoir. C’est littéralement un système institutionnel dans lequel la puissance publique est soumise au droit, et qui prévoit une séparation des pouvoirs entre le législatif, l’exécutif et le judiciaire . Ces pouvoirs sont imbriqués dans une pyramide de normes dans laquelle surplombe une déclaration émancipatrice dont on retrouve l’esprit et la lettre dans: la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyens, la convention européennes des droits de l’homme et la déclaration universelle.

      Le citoyen a le droit imprescriptible à la liberté mais aussi a s’adresser à une autorité, un pouvoir de justice distinct du pouvoir de l’executif, distinct de l’accusation, un tiers pouvoir qui permet de trancher les conflits en toute indépendance..au regard des principes fodamentaux. »..
      http://blogs.mediapart.fr/blog/gilles-sainati/080211/tiers-pouvoir-tiers-etat

    2. et encore une alerte de plus :
      « La loi Loppsi 2 ouvre la réserve civile de la police nationale au citoyen lambda. Tout un chacun pourra patrouiller avec la police, porter une arme et effectuer des missions de police judiciaire. Une police «low-cost» aux yeux des syndicats et qui interroge sur la participation des citoyens à la sécurité publique. » / Mediapart.

      le retour des milices …c’est extrêmement grave.Nous ne sommes plus en état de droit.
      Lesquels, parmi nos Représentants du Peuple, ont pu voter cela ? =) maintenant, il faut des noms !
      Suite de la déconstruction d’une cohésion sociale, qui avait déjà pris ( par le fait de la ghettoisation, liée aux loyers exorbitants) un sérieux coup dans l’aile.

      Or,
      « C’est la privatisation socialement la plus grave qui ait jamais été engagée: le logement social français est en passe d’être livré progressivement à la spéculation. Avec l’appui de l’Elysée, des grandes manœuvres ont commencé en ce sens. L’enquête de Mediapart en apporte de nombreuses preuves, sur fond d’intrigues dans les coulisses du pouvoir et d’affairisme. »/Mediapart.
      Quelle honte !
      les zuesses coulent, le sous-vers-rien, haineux, nous entraîne dans la chute finale …

      Chute finale ?
      Lutte finale ?
      Chant des Partisans :
      http://www.youtube.com/watch?v=QRhg-Ioik8c

    1. 1. Vous avez entendu parler des fonds financiers toxiques et bien préparez-vous à entendre parler des réserves pétrolières toxiques. Il ne faut pas être un génie de la finance pour comprendre l’intérêt pour l’industrie et les pays producteurs de trafiquer leurs réserves en les surévaluant, tout simplement pour attirer les investissements. Dans le même sens il y a pour le moment une hystérie autour du gaz de schiste dont l’industrie nous promet qu’il y a des quantités pharamineuses, n’allez pas chercher plus loin que le besoin de légitimer des investissements dont les résultats sont encore incertains. Rien de bien neuf donc. Du pragmatisme diront certains. Des manips diront d’autres.

      Cela montre que le peak oil est APOCALYPTIQUE au sens classique du terme car il s’agit du grand DEVOILEMENT sur l’état réel de notre situation, du grand dévoilement sur l’état réel du stock d’énergie primaire à disposition (la ressource ultime qui permet toutes les autres), du dévoilement sur l’état réel du stock ce qui est à la base d’à peu près tout (même ce qui est sensé se substituer au pétrole), c’est un peu comme le grand soir, un grand moment de vérité. Le peak oil montre aussi les limites des nos illusions et de la manipulation et c’est pour cela que l’on observe des convulsions par-ci par-là car les innombrables mensonges (Ponzi) jouent leur survie, et la bête se débat car elle ne veut pas mourir.

      Après avoir fait de « la confiance béate en l’avenir » une religion, nous naviguons en eau trouble entre confiance, doute et défiance et ceci avant de basculer éventuellement dans une défiance généralisée qui fera suite à la grande désillusion programmée par notre accumulation de paillettes et de mensonges. Cette grande désillusion sera d’ordre APOCALYPTIQUE au sens vulgaire si on laisse se réveiller la bête qui sommeille en nous en substituant nos ILLUSIONS par d’autres au lieu de miser sur un éveil collectif, un éveil qui si il veut se faire jour devra aller dans le sens de la reconnaissance de la part de responsabilité individuelle dans le contexte général de limites à croissance. Se sera soit l’infantile « c’est pas moi c’est l’autre » qui nous mènera vers la bête, soit l’éveillé « c’est moi et l’autre » qui nous mènera vers l’Homme.

      – Did WikiLeaks Confirm « Peak Oil »? Saudi Said To Have Overstated Crude Oil Reserves By 300 Billion Barrels (40%)
      http://www.zerohedge.com/article/did-wikileaks-confirm-peak-oil-saudi-said-have-overstated-crude-oil-reserves-300-billion-bar

      – Le Brent proche des 100 dollars – La Norvège revoit ses réserves fortement à la baisse
      http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/01/14/le-brent-proche-des-100-dollars-la-norvege-revoit-ses-reserves-fortement-a-la-baisse/

      – Alaska’s untapped oil reserves estimate lowered by about 90 percent
      http://edition.cnn.com/2010/US/10/27/alaska.oil.reserves/index.html?on.cnn=1

      2. Comme le dit très bien Dmitry Orlov, le pic pétrolier va devenir un sujet de plus en plus ennuyeux car il sera de moins en moins facile de se raconter des histoires à son sujet.

      Dmitry Orlov Peak Oil Lessons From The Soviet Union/ Mirrored! http://www.youtube.com/watch?v=0lslOilEQqU

      3. Le pic et la crise
      http://www.peakoilproof.com/

      1. Gasoline Supply Rises to 18-Year High in Survey

        Tim Evans, an energy analyst at Citi Futures Perspective in New York. “Prices are seemingly bulletproof because of the flow of cash into the energy market ». […]
        Hedge funds and other large speculators increased net-long positions, or wagers on rising crude-oil prices, by 17 percent in the seven days ended Feb. 1, according to the Commodity Futures Trading Commission’s weekly Commitments of Traders report on Feb. 4.

    2. Je ne vois pas ni ou est le problème ni ou est l’apocalypse: il suffit de ne pas avoir le permis de conduire et d’aimer les pommes de terre. Et puis ca calmera les dégâts causés par le tourisme de masse. Vous n’aimez pas le vélo Peak Oil ?

    3. @Paul.

      A propos des ordres de grandeur, notons que les stocks de pétrole à leur maximum historique depuis 18 ans seraient de 4 jours de consommation mondiale quand la réévaluation des réserves du Royaume de Saoud porte sur 10 ans de consommation mondiale.

      Je vois dans l’augmentation du stockage un réflexe logique d’accaparement qui fait suite à la pénurie actuelle et en prévision de la pénurie à venir. De plus le stockage et la pénurie ont tendance à s’alimenter l’un l’autre en mode décroissant voire non-croissant tout comme l’abondance et le bradage ont tendance à s’alimenter l’un l’autre en mode croissant.

      Et puis si il y a bien une chose dont on soit sûr en ces temps incertains c’est que le prix du pétrole aura tendance à augmenter sur long terme, donc pour ceux qui ont des billes à placer cela semble logique.

      Sinon que le prix ne reflète pas la réalité, on est bien d’accord, le prix du pétrole même à 100$ est incroyablement sous-évalué au regard de la pénurie à venir, et cela même si l’économie à en l’état a du mal à le supporter.

    4. @Jeanne

      Je préfère la marche à pied mais le jour où il y aura moins de voiture, c’est promis, je me mets au vélo.

      Concernant l’apocalypse éveillée ou animale, tout dépendra de notre capacité à accepter un effondrement de la disponibilité en pétrole alors qu’absolument tout ce qui fait notre vie en dépend ;
      de la croissance économique en passant par le ponzi crédit, financier, sécurité sociale … Et le reste.

      Je crains que les peuples ne soient pas prêts à accepter ce qui ve leur tomber dessus et qu’ils ne chercheront pas à répondre à la crise pétrolière de façon constructive mais de façon destructive et cela malgré eux:
      – Compenser l’énergie manquante par tous les moyens en reléguant à plutard tout souci d’ordre écologique (Deep Water Horizon et les gaz de schistes comme avant-goût avant de couper ce qu’il reste de forêts sur la Terre).
      – Trouver des boucs émissaires et leur faire payer le prix fort croyant que cela va résoudre notre problème de fond (chaos politique car plus personne n’osera proposer quoique ce soit face à la bête qu’est la masse en colère et en manque).
      – Défiance de toute autorité pour nous avoir précipité vers un cul-de-sac (perte de contrôle potentielle de l’Etat ayant perdu toute légitimité, ce qui pourrait mener au chaos).

      Sinon j’aime beaucoup les pommes des terre, et en tant que belge, je dirais que c’est une exigence.

  19. Vous savez pourquoi je me sens pas très bien aujourd’hui et bien parce que pour la première fois de ma vie je me sens un peu obligé de BENIR et de dire du bien de notre très cher Président si mal en point lui aussi en ce moment, au sujet d’une petite altercation verbale qu’il aurait eu avec le président JP Morgan, c’est-à-dire en fait avec le premier Dimon financier de l’Amérique, je ne sais pas non plus si c’est bien vrai mais en tout cas si cela se révèle exact je me dis alors que la France va certainement se retrouver bientôt sur la liste Américaine des premiers pays social-démocrate de l’Europe à abattre, mais quand est-ce que les premiers requins financiers de l’Amérique finiront-ils par vouloir encore donner des leçons de vie et de conduite aux autres.

    1. Jérémie.

      Je n’ose te dire que tu n’as pas compris le fond de l’affaire.

      Argg… si quelqu’un pouvait reprendre le flambeau et expliquer plus délicatement que moi ce qui se passe…

      Tu me montres à nouveau que j’ai bien raison d’être confronté à la réalité, mon bon Jérémie.

    2. @ Yvan

      Pourquoi dis-tu que je suis bon si ça se trouve je suis autant pêcheur que toi, tu sais je ne dis plus trop de bien des hommes de mon temps, pour ça d’ailleurs que j’en deviens de plus en plus maussade et acariâtre, mais qui donc m’a volé ma première joie d’antan et ma laine et cela pour son seul bénéfice premier en société.

      @ Tous

      Vous avez peut-être raison les gars, tout n’est peut-être qu’une plus grande mascarade devant les caméras consistant à faire croire que nous sommes réellement bien défendus courageusement de temps en temps sur terre,

      Mais j’ose encore croire et penser qu’il y a encore du bon dans Dark Vador, bon je sais ça fait de plus en plus mal, mais faut bien parfois aller au delà de tout ceci et cela, sinon comment pourrions-nous réellement faire preuve de changement sur terre comme en société, bon là c’est clair plus personne ne va réellement me suivre, non mais vous vous rendez compte si tout le monde se mettait à aimer Dark Vador.

      Ce n’est pas non parce que j’ai un genou à terre, que Jérémie est mort et que la bête m’a tué.

  20.  » Ne regarde ni en avant ni en arrière, regarde en toi-même, sans peur ni regret. Nul ne descend en soi tant qu’il demeure esclave du passé ou de l’avenir. « 
    Cioran

  21. @ DIdier F
    Je me suis mal fait comprendre, en effet mon post peut prêter à confusion ! Le bouquin de Thackett relate la formation des idées des premiers députés de notre histoire en 1789 et 1790 , d’après leur courriers , journaux et mémoires. C’est pourquoi je disais que sa lecture donne confiance : on voit que c’est à l’épreuve de faits que se sont forgées les idées révolutionnaires, et non le contraire. L’expérience des Etats-Généraux, les atermoiements et la duplicité du roi, la noblesse d’abord intransigeante, hormis quelque jeunes libéraux, puis ouvertement contre-révolutionnaire ont fait évoluer les conceptions de ces premiers députés. C’est un livre bien américain comme son auteur, et qui montre la fécondité d’une approche pragmatique, mais ça n’a rien à voir avec une certaine sociologie américaine, utilitaire et manipulatrice ! !
    Il me semblait bien sentir la pression d’une transcendance religieuse dans votre post…! Vous dites que vous utilisez le message évangélique de façon constructive, à vos propres fins, et c’est tant mieux. Bonne chance, bonne continuation !

    1. Bonjour Blandine,

      Pourriez vous m’indiquer le titre du livre que vous mentionnez, ainsi que le nom complet de son auteur. « Thackett » ne figure pas au catalogue de la BU Basse Normandie, non plus qu’au catalogue du SUDOC.
      D’avance merci,
      Cordialement.

  22. Pour en revenir sur l’Amérique et au sujet d’Obama, je me dois aussi de modérer mon premier propos à son sujet, sa démarche qui au départ partait d’une bonne intention démocratique pour le modeste peuple Américain de couleur ou pas, consistant à travers son premier exemple de réussite en politique et celle de ses premiers collaborateurs, n’a en fait que mieux révéler à la face du monde tout la puissance bien aveugle des forces du marché et qui en son sein refuseront toujours bien naturellement de faire un réel travail de remise en question et d’amende honorable envers les premiers touchés de la crise, et tout cela pour le motif que votre propos en société se montrera toujours moins capital et plus chagrineux que celui de leurs premières oeuvres bien cotés en plus en bourse dans le ricanement et la bétise.

    Pourtant nous savons bien maintenant que même si les journalistes de BFM ou d’I-télé se réjouissent beaucoup de voir les indices boursiers remonter en flèches, tout cela ne repose
    en fait en coulisses que sur une plus grande manipulation des cours et des indices entre-eux.
    Je pense en effet que l’Amérique va de nouveau au devant d’une très grande catastrophe de plus, comme pour la plupart des pays du monde qui auront davantage voulu l’imiter et la singer dans sa conduite.

    La démarche de Paul et qui a consisté à essayer de venir nous en parler du mieux possible
    en venant directement s’installer en France depuis le début de la crise, comme à travers les nombreux articles de FL au quotidien sur le blog, nous montrent bien en effet que les choses ne sont pas réellement ce qu’elles sont en apparence aux infos.

    Tout cela ne repose en fait que sur un plus grand mensonge à l’égard des opinions occidentales, les premières émeutes de la faim sur terre nous préviennent également que
    les choses ne sont pas prêts de s’arranger comme ça magiquement du jour au lendemain.

    Car cette grande rédemption tant attendu sur les marchés ne fera pas non plus grande illusion bien longtemps, pour ça d’ailleurs que Jéréme pleure beaucoup sur l’Amérique et sur d’autres pays, tout cela finira grandement par attiser davantage les conflits inter-religieux et inter-idéologiques entre les peuples, à croire que plus les êtres rechercheront dans l’histoire à se détourner radicalement du capitalisme et du socialisme en société et plus tout cela finira tôt ou tard par se retourner violemment contre eux comme un boomerang.

    Je pense en effet que les premiers ennemis bien déclarés de L’Amérique ce ne sont pas non plus les plus réfractaires en matière de générosité et de charité, mais bien plus tous ceux qui en son sein auront davantage préférer se vouer corps et Ames aux seules forces de l’argent et de l’avarice libéral ou capitalistique pour être au dessus des autres.

    Elle voulait en fait tellement ressembler à la première de sa classe, qu’elle en avait bien perdu et vendu son Ame au Diable, voilà ce qui arrive lorsque la plupart des êtres finissent trop par réussir les premiers, on ne peut bien sur plus rien leur faire entendre en société.

    Nous avons notre propre part de responsabilité aussi en Europe dans le fait d’avoir voulu toujours mettre l’Amérique et les seules choses de l’Argent et de l’Economisme au dessus
    de tout, aussi bien les lois, la justice que la raison ou le simple bon sens.

    Pour résumer mon propos cela vient bien de la mentalité des premiers de ce monde,
    sans doute la peur de l’échec aussi en matière de ceci ou d’autre chose.

  23. @ bakaneko

    Par la volonté du peuple -comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires
    de Timothy Tackett est édité par Albin Michel. C’ est une réponse à la thèse des Furet et ses amis « révisionnistes » selon laquelle la Révolution est due au triomphe des idées radicales, en particulier l’idée de volonté générale de Rousseau. La lutte politique selon eux devient une bataille rhétorique et idéologique, vide de tout contenu de classe. Ce qui est très intéressant dans le bouquin de Tackett, c’est de voir qu’au contraire, bon nombre de députés du tiers état et les quelques libéraux parmi ceux de la noblesse avaient déjà une forte expérience de l’opposition concrète au système féodal et au pouvoir royal, et peu ou pas de références idéologiques, au départ !
    Il y a des passages savoureux, comme celui où ces gens bien élevés découvrent ahuris, lors des journées d’octobre, ce que c’est que « le peuple », venu envahir l’Assemblée Nationale !
    Bonne lecture !

    1. Bonjour Blandine,
      Merci de votre réponse, le « h » m’avait induit en erreur, et je n’avais pas essayé des orthographes approchées.
      Ce livre est bien au catalogue de la BU et du SUDOC.
      Cordialement

Les commentaires sont fermés.