401 réflexions sur « LE SEISME AU JAPON »

    1. J’ajoute aussi celui de la NHK qui me semble fournir des indications temps réel assez bonnes, et qui sont prises plus à la source que les médias européens :

      http://www3.nhk.or.jp/daily/english/12_36.html

      Pas forcément rassurantes, d’ailleurs, puisque l’ensemble des contrôles de pression sur l’ensemble des tranches semblent hors d’usage. Il faut encore attendre avant de juger de l’ensemble.

      Par ailleurs, j’avoue presque m »étonner que le monde entier ait pu disposer des videos des caméras de surveillances de la centrale au moment de l’explosion.

    2. merci Mr P Jorion
      j’ai lus il y a pas longtemps que l’ensemble de la tristesse occasionnée par hasard ,sans volonté de nuire existe naturellement et fait partie d’une perception acceptable par nos sens .
      Tant que nous sommes observateurs souvent involontaires mais conscients nous impliquent jamais directement par logique .
      je continuerais demain,mais en résumé ce qui est hors de perception existe aussi et si nous n’en avons pas la perception ,sommes nous pardonnés
      oui,je sais ,mais bon
      une chope d’abord
      et santé à Jérémie.

      1. La perception est une misère.
        La vérité est dans l’intuition, et l’ivresse seule permet d’y accéder.

      2. Un conseil Regoris: zappez les contrib’ de Jérémie, cela repose le regard; faites plutôt directement un saut à l’église une fois par jour et restez-y humblement en silence 5 minutes (sans livre, sans écran, sans personne). Il y a d’excellentes marques d’eau minérales et avec les tisanes de Vigneron (valériane et autres) on peut faire des miracles.

  1. La pression atmosphérique à l’aéroport est de 1021 hpa le vent estsudest pour 4 kt, en gros ce qui sort de la centrale reste pour le moment dans la région …

  2. TOKYO (Nikkei)–The Nuclear and Industrial Safety Agency (NISA) said Saturday afternoon the explosion at the Fukushima No. 1 nuclear plant could only have been caused by a meltdown of the reactor core.

    de nikkei.com.

    La NISA a dit samedi après-midi que l’explosion à la centrale nucléaire no. 1 de Fukushima n’avait pu qu’être causée par une fusion du noyau du réacteur.
    La NISA dépend du ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie.

  3. Personne ne parle des causes précises de l’explosion. Si c’est une baisse du refroidissement et une surchauffe du réacteur, pourquoi l’enceinte externe ou le toit aurait-elle explosé? J’y connais rien.. mais il y a des gros trous dans l’info.

    1. Il y’ a eu fusion du réacteur, ce qui produit de l’hydrogène. Ce serait l’hydrogène qui a explosé. Ce n’est pas rassurant.

    2. C’est comme une cocote minute :

      Pas de refroidissement, donc le cœur du réacteur s’échauffe. Celui-ci étant plongé dans une piscine de liquide de refroidissement, il est sensé être constamment refroidi. (Le but du réacteur est de faire bouillir de l’eau, pour ensuite faire tourner une turbine à vapeur, puis une génératrice électrique.)
      L’enceinte de confinement est faite pour résister à une pression interne trop élevée.
      Elle dispose de valves de sécurité qui permettent de libérer la pression à l’intérieur. (cette manœuvre n’est utilisé qu’en cas critique) .
      La seule expansion gazeuse ne suffit pas à expliquer l’explosion du bâtiment, car elle est linéaire, dans le cas d’un défaut de refroidissement. (les vannes auraient joué leurs rôles en libérant un peu de vapeur.)
      Dans le cas du réacteur n1, la déflagration observée est signe que les valves ont été prises de cours, comme doublée par l’explosivité de l’hydrogène, qui est l’un des bébé de la fusion.

      1. Merci!
        la meilleure source que j’ai trouvée (Union of concerned Scientists):
        Nuclear Crisis in Japan: What We Know

        The massive earthquake off the northeast coast of Japan has caused a potentially catastrophic situation at one of Japan’s nuclear power plants. The situation is still evolving, but below is a preliminary assessment based on the facts as experts at the Union of Concerned Scientists currently understand them.

        The plant’s owner, Tokyo Electric Power Company (TEPCO), reported that at 2:46 p.m. local time (12:46 a.m. EST) “turbines and reactors of Tokyo Electric Power Company’s Fukushima Daiichi Nuclear Power Station Unit 1 … and Units 2 and 3 … automatically shut down due to the Miyagiken-oki Earthquake.”

        These reactors are three of the six operating reactors at the Fukushima I nuclear facility. All are boiling water reactors. Unit 1 has a rated output of 460 megawatts, and Units 2 and 3 each have a rated output of 784 megawatts.

        TEPCO went on to state the shutdowns were caused by the loss of off-site power “due to malfunction of one out of two off-site power systems.” This loss of power triggered emergency diesel generators, which automatically started to provide backup power to the reactors.

        However, at 3:41 p.m. local time (1:46 a.m. EST), the emergency diesel generators shut down “due to malfunction, resulting in the complete loss of alternating current for all three units,” according to TEPCO. The failure of the diesel generators was most likely due to the arrival of the tsunami, which caused flooding in the area. The earthquake was centered 240 kilometers from Japan, and it would have taken the tsunami approximately an hour to reach the Japanese islands.

        This power failure resulted in one of the most serious conditions that can affect a nuclear plant–a “station blackout”–during which off-site power and on-site emergency alternating current (AC) power is lost. Nuclear plants generally need AC power to operate the motors, valves and instruments that control the systems that provide cooling water to the radioactive core. If all AC power is lost, the options to cool the core are limited.

        The boiling water reactors at Fukushima are protected by a Reactor Core Isolation Cooling (RCIC) system, which can operate without AC power because it is steam-driven and therefore does not require electric pumps. However, it does require DC power from batteries for its valves and controls to function.

        If battery power is depleted before AC power is restored, however, the RCIC will stop supplying water to the core and the water level in the reactor core could drop. If it drops far enough, the core would overheat and the fuel would become damaged. Ultimately, a “meltdown” could occur: the core could become so hot that it forms a molten mass that melts through the steel reactor vessel. This would release a large amount of radioactivity from the vessel into the containment building that surrounds the vessel.

        The containment building’s main purpose is to keep radioactivity from being released into the environment. A meltdown would build up pressure in the containment building. At this point we do not know if the earthquake damaged the containment building enough to undermine its ability to contain the pressure and allow radioactivity to leak out.

        According to technical documents translated by Aileen Mioko Smith of Green Action in Japan, if the coolant level dropped to the top of the active fuel rods in the core, damage to the core would begin about 40 minutes later, and damage to the reactor vessel would occur 90 minutes after that.

        Concern about a serious accident is high enough that while TEPCO is trying to restore cooling the government has evacuated a 3-km (2-mile) radius area around the reactor.

        Bloomberg News reported that the battery life for the RCIC system is eight hours. This means that the batteries would have been depleted before 10 a.m. EST today. It is unclear if this report is accurate, since it suggests that several hours have elapsed without any core cooling. Bloomberg also reported that Japan had secured six backup batteries and planned to transport them to the site, possibly by military helicopter. It is unclear how long this operation would take.

        There also have been news reports that Fukushima I Unit 2 has lost its core cooling, suggesting its RCIC stopped working, but that the situation “has been stabilized,” although it is not publicly known what the situation is. TEPCO reportedly plans to release steam from the reactor to reduce the pressure, which had risen 50 percent higher than normal. This venting will release some radioactivity.

        UCS will issue updates as more information becomes available.

      2. Et concernant le fait que les valves n’aient pas été utilisées (lemonde):

        Tokyo Electric Power Co. (Tepco), propriétaire de la centrale, pensait relâcher dans l’atmosphère le trop-plein de vapeur radioactive afin de faire retomber la pression interne. Mais il a dû y renoncer momentanément en raison de la trop forte radioactivité autour des valves. L’armée de l’air américaine avait fourni dans la nuit des liquides spéciaux de refroidissement qui n’avaient pas eu l’effet souhaité.

        Comme le souligne l’article de UCS ci dessus, ce relâchement de vapeur en envisagé pour Fukushima réacteur 2

      3. Merci pour les infos.

        Il me parait certain que de la radioactivité va devoir s’échapper, soit dans l’air par la vapeur relachée, soit dans l’eau par le liquide de refroidissement (eau de mer en circuit que je suppose ouvert à la mer). Moins pire que ce qui pourrait être relaché en cas de fusion du réacteur. Les nouvelles ne peuvent pas être bonnes, mais elles peuvent encore ne pas être catastrophiques (je parle du problème nucléaire bien sûr).

        Ca fait mal, tout ça.

      1. Ce Colonel franc tireur a une très grande expérience du monde occidentale, un personnage DIGNE d’un western Le bon,la bête et le truand + le pétrole, un film auto financé et distribué largement. Lui, il est définitivement prêt à mourir à la fin, comme l’a dit son co producteur Berlusconi, il utilisera tout les extras de ce monde comme leurres.

  4. Expositions aux radiations

    Quelques millisieverts irradiation naturelle
    Quelques centaines de millisieverts Aucun effet immédiat nausée passagère et légère fièvre
    Entre 1000 et 2000 Effet médical notable
    Entre 2000 et 4000 Effet médical grave
    Entre 4000 et 10 000 Probabilité importante de décès
    Supérieur à 10 000 Décès

  5. Il y a du césium 137 à l’extérieur du réacteur. Ce n’est pas bon car le césium est un produit de fission, qui ne doit se trouver que dans le coeur.
    La dose annuelle est atteinte au bout de 1h dans la périphérie de la centrale, selon l’agence japonaise kyodo. Cela signifie, que la dose de 1 mSv (dose annuelle autorisée pour le public) est atteinte en 1h, ce qui représente 1mSv/h. La radioactivité naturelle est de 0.1µSv/h.
    Vous voyez, il y a un facteur 10000 entre les 2.

    1. La radioactivité naturelle est de 0.1µSv/h.

      Le DARI (Dose Annuelle due aux Radiations Internes), environ 0,25 milli-Sievert, que voulait imposer Charpak comme unité de mesure, correspond à la dose d’irradiation subie par les êtres humains en raison de la radioactivité naturelle des tissus humains.

      Cette radioactivité est due à 90% au potassium 40, de vie moyenne 1,3 milliard d’années, survivant des poussières cosmiques dont l’agglomération, il y a près de 4,5 milliards d’années, a conduit à la formation de la terre.
      Le DARI représente moins de 10% de l’irradiation naturelle due aux roches et aux rayons cosmiques.
      Son usage pour l’affichage de l’effet d’un incident ou d’un accident impliquant des corps radioactifs, permettrait de juger aisément de leur gravité et éviterait les peurs injustifiées.

      1. Pour convertir une dose annuelle en dose horaire, il faut diviser par 8760 (heures dans une année). Le chiffre est alors plausible, non ?

    2. Vous ne confondez pas entre les effets stochastiques et déterministes ? Pouvez-vous confirmer la présence de césium 137 à l’extérieur ?

      1. J’ai eu du mal avec le lien, il n’est pas passé au premier coup. Voici donc le lien sur l’article relatant la fuite de césium, c’est à la fin :
        ici

        J’espère que cette fois, c’est bon…

  6. ECHELLE INES – International Nuclear Event Scale –

    ACCIDENT 7 Majeur
    6 Accident grave
    5 Accident
    4 Accident
    INCIDENT 3 Incident grave
    2 Incident
    1 Anomalie
    0 Ecart

  7. Bonjour, dans la pays le plus nucléarisé (civil) de la planète, notre belle France.
    J’ai eu la « chance » de bien connaître M Carignon, à l’époque en charge de l’environnement en 1986, ça vous rappelle quelque chose.. Le tou noir sémantique des explications autorisées quand un problème majeur arrive, type tchernobyl, devrait nous mettre en face de nos responsabilités: oui ou non le nucléaire? si non, quoi d’autre. Si nos arrivions à touver une alternative à ce problème energétique global, il y a fort à parier que nous irons dans la même direction en ce qui concerne l’ économie mondialisée. Comment apporter de l’énergie aux masses, de l’économie aux masses, sans trop d’effets pervers du type apprenti sorcier.

    1. La solution, là aussi, est archie connue: énergies nouvelles propres, et en attendant réduire sa consommation.
      Mais là aussi, il faudra l’imposer semble-t-il…au capital qui ne connait que son accumulation.

      1. Du reste quand la société, dominée par l’économie séparée et devenue folle, n’arrive plus à accumuler le capital, elle accumule les nuisances et les névroses qui les accompagnent.

      2. Ils nous ont collé deux centrales nucléaires , une à 20km d’un côté, l’autre, à 100km de l’autre côté . Les deux critères du choix de l’emplacement furent : population essentiellement agricole et surtout peu combative ( tant pis pour les 100 000 étudiants de la ville universitaire voisine) , même si nous vivons de temps en temps quelques légères secousses sismiques.

        Lors de l’enquête d’utilité publique, les antinucléaires du premier patelin ne pouvaient s’approcher du registre d’utilité publique, refoulés par des gros bras employés « démocratiquement » par EDF . Dans tous les collèges et les lycées du coin, il y eut des conférences d’EDF avec une grosse distribution de publicités en couleur sur le nucléaire sur papier glacé et une interdiction de laisser circuler toute documentation fournie par les antinucléaires.
        A chaque fuite ( révélée, évidemment) de la 1e centrale, la population reçoit des pastilles d’iode jusqu’à …15KM de la centrale. Notre ville, à 20kms, ne reçoit rien , donc nous ne risquons rien . EDF avait promis une électricité moins chère dans le département pour compenser les nuisances. Promesse jamais tenue .

        Le détail qui tue : pour utiliser intelligemment l’eau de refroidissement de la centrale, ils ont créé un élevage de crocodiles pour amuser les touristes .

  8. TF1 a trouvé la meilleure des analyses objective possible de la situation au japon en allant interroger un consultant de chez AREVA ….. Imaginez ce même consultant avouant à Claire Chazal au journal de 13H que la situation est gravissime et qu’il y a un risque de fuite radioactive !

    Ce même consultant serait licencié dès lundi matin par son employeur AREVA pour faute professionnel pour avoir communiqué contre les intérêts économiques de son employeur. On ne fait pas du lobbying anti-nucléaire quand on travaille chez AREVA..

    L’analyse de ce consultant n’a aucune valeur, on ne peut être juge et jugé parti !

    1. Outre les intérêts industriels bien évidents, il est impératif que le gouvernement japonais évite la panique de sa population qui serait inévacuable.
      35 millions d’habitants à Tokyo + banlieue …
      Le Japon étant une île, où pourraient-ils aller ?

      L’accident est classé 4 sur un niveau de 7.
      Grave mais pas trop quand même comme le commentèrent … mes jeunes enfants.
      7 sur 7 serait vraiment grave mais 4 sur 7, il y a de la marge …

      1. Exact et dramatique. Dors et déjà et en rapport avec la configuration de Tokyo, il est impossible pour les autorités japonaises d’annoncer une fuite radioactive majeure au regard des conséquences dantesques !

        Dès à présent ,le doute s’est installée définitivement et toute information officielle restera suspicieusement manipulée. Le japonais n’a plus que sa bonne conscience pour juger lui-même du bien fondé de la situation. DRAMATIQUE

    1. Cet article est tellement ridicule dans son manque d’objectivité. Remarquez, d’un site qui s’appelle « sortirdunuceaire » on ne peut que s’attendre à de la propagande irrationnelle:

      En France : des réacteurs nucléaires exposés à un risque sismique grave, construits en dépit des normes sismiques

      Quel est le risque sismique auquel les réacteurs Français sont exposés? Depuis 50 ans qu’on mesure avec précision la magnitude des secousses sismiques en France, la plus importante fut celle d’Arette, dans les Pyrénées Atlantiques, en 1967, qui fit un mort et des dégâts matériels mineurs, d’une magnitude de 5,8, c’est à dire moins de 1000 fois moins puissant que celui que vient de connaitre le Japon

      La justice a rejeté mercredi dernier la demande de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace), la plus vieille centrale française, pourtant située dans une zone à risque sismique élevé.

      Ce qui montre que la justice a fait son travail puisque à part les observateurs archi-biaisés tel « sortirdunucleaire » et autres prêcheurs de l’apocalypse nucléaire toute personne objective serait arrivé à la même conclusion, le risque sismique n’étant pas « élevé » dans cette zone.

      Mais ni les normes sismiques draconiennes du Japon ni ses technologies parasismiques avancées n’ont pu empêcher la catastrophe nucléaire majeure qui s’y produit actuellement.

      Ben Non, ce n’est pas une « catastrophe nucléaire majeure » (Niveau 7), mais tout juste un accident (Niveau 4, ou peut être 5).
      Et Si, les technologies parasismiques avancées ont permit d’éviter une catastrophe nucléaire majeure. Il y a une cinquantaine de réacteurs nucléaires au Japon et malgré un séisme d’une ampleur extraordinaire (8,9) il n’y a eu aucune « catastrophe nucléaire majeure ».

      Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », le dramatique exemple japonais démontre qu’il est totalement impossible de construire des réacteurs nucléaires résistant à un séisme. La seule solution véritable pour se prémunir de ce risque gravissime est d’engager le plus rapidement possible un plan de sortie du nucléaire.

      Ben Non, aucun réacteur nucléaire n’a explosé, il n’y aura pas un seul mort à cause du nucléaire au Japon suite à ce tremblement de terre, ce qui montre que l’on est parfaitement capable de construire de multiples réacteurs nucléaires qui résistent à un séisme d’une ampleur extraordinaire. Par contre il y aura des milliers de morts à cause du tsunami causé par le tremblement de terre, et il vaudrait mieux réfléchir à comment se prémunir d’un tel risque (qui lui est bien réel et gravissime) ce qui va demander des investissements et des ressources énergétiques considérables.
      On notera aussi que toutes les constructions parasismiques au Japon ont demandé des ressources énergétiques considérables (dont le nucléaire fait partie) et ont été rendues possibles par le fait que le Japon est une des premières économies de la planête et un pays leader en technologies de pointe. Sans cela, se seraient des centaines de milliers de morts qu’on aurait à déplorer comme nous l’ont rappelé l’horreur sans commune mesure des catastrophes naturelles dont ont été victimes les populations d’Haiti et d’Indonésie.

      1. L’exploitant Tepco précise: la limite légale de radioactivité a été dépassée sur ce site et les autorités japonaises ont ordonné l’évacuation de quelque 215.000 habitants dans un rayon de 20 km autour de la centrale.
        Evidemment, vu de loin, ou d’un siège de nucléocratie, ce n’est pas majeur….

      2. @chris

        Il y a une cinquantaine de réacteurs nucléaires au Japon et malgré un séisme d’une ampleur extraordinaire (8,9)

        Pas si extraordinaire que ça au niveau planétaire. C’est 20 séismes entre 8 et 8,9 de magnitude qui sont recensés par an. Le plus gros c’était au Chili en 1960 : 9.5… Plus de 9, c’est exceptionnel, enfin pas vraiment… tous les 20 ans.
        Celui de Sumatra en 2004 (tsunami Indonésie, Thaïlande, Sri-Lanka – là où un de mes frangins se l’ait pris sur le râble en prenant son sempiternel et rituel œuf à la coque, au p’tit dèj, ras la plage…), a été estimé à 9,3.

        Quant à la France, ben pardon, mais pour un niçois zêtes pas trop informé ;

        # 11 juin 1909 : tremblement de terre (M=6,2) le plus meurtrier qu’ait connu la France au XXe siècle (46 victimes) en Provence qui provoqua des destructions dans les villes de Salon-de-Provence, Vernègues, Lambesc, Saint-Cannat et Rognes

        Et tout près de chez vous (intensité et non pas magnitude) :

        1556 : Comté de Nice (intensité 9-10 : 150 morts)
        1564 : Roquebillière, Comté de Nice (intensité 8 : 500 morts)

        http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9isme#Les_s.C3.A9ismes_les_plus_puissants_enregistr.C3.A9s_depuis_1900

      3. @ Chris06 :
        Je confirme les dires de Vigneron et autres : vous devriez écrire à l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) pour leur dire que le site de Cadarache n’est en rien concerné par leur injonction.
        Fait rarissime !! Injonction au CEA … Avec risque d’amende et au pénal + arrêt du site.
        Rien que ça.

        Je suppose que l’ASN, pas franchement franchement anti-nucléaire, avait quelques raisons, d’IMPOSER au CEA la mise en conformité anti-sismiques …

        http://www.lamarseillaise.fr/environnement/risque-sismique-l-asn-secoue-cadarache.html
        « Le risque n’est pas vain au centre de Cadarache situé sur la faille de la Moyenne Durance. Une secousse de magnitude 3, le 7 juillet dernier, dont l’épicentre était à Manosque, l’a rappelé. La production de Mox a d’ailleurs été arrêtée en 2003 pour ce motif. »

        PS : ceci dit, le site du CEA n’est PAS une centrale nucléaire, certes. Mais le risque n’est pas INEXISTANT. C’est pour ela qu’il faut être vigilant.

      4. Sans compter que Charpak comme de Gennes, tout deux radicalement opposés au projet ITER :

        Charpak (militant pour le nucléaire civil quasi emblématique pourtant…) :

        En août 2009, il s’éleve contre le coût de la construction du réacteur nucléaire expérimental français Iter, dont le budget prévisionnel venait de passer de 5 à 15 milliards d’euros, menaçant les financements de la recherche scientifique européenne ainsi que « de nombreuses recherches autrement plus importantes, y compris pour l’avenir énergétique de notre planète », mais considère que « Notre problème d’énergie est urgent. C’est immédiatement qu’il faut économiser l’énergie, et remplacer les combustibles fossiles, responsables du réchauffement climatique, par de l’énergie propre[12] ».

        De Gennes (ancien du CEA et partisan idem des usages nucléaires civils) :

        « avant de construire un réacteur chimique de 5 tonnes, on doit avoir entièrement compris le fonctionnement d’un réacteur de 500 litres et avoir évalué tous les risques qu’il recèle » et ajoute : « Un réacteur de fusion, c’est à la fois Superphénix et La Hague au même endroit » car il faut traiter « sur site les matières fissibles extrêmement chaudes».

  9. Paris, comme si Peguy l’avait mise en mémoire.

    http://www.poesies.net/charlespeguyslatapisseriedesaintejeunevievejeandarc.txt

    Vous seule vous savez comme elle est ponctuelle,
    Votre ville servante et pourtant réfractaire.
    Vous qui la connaissez dans ses secrets soupirs
    Et dans les beaux regrets de ses arrachements,
    Dans les roides rigueurs de ses empêchements,
    Et dans le lent recul de ses longs avenirs,
    Vous qui l’avez connue aux mains des triumvirs
    Et la reconnaissez dans ses ménagements,
    Jamais elle n’hésite au seuil de ses tourments
    Et parfois elle hésite au seuil de ses plaisirs
    Et seule vous savez comme elle est demoiselle,
    La ville chancelante et jamais adultère.
    Vous qui la connaissez dans le sang de ses rois
    Et dans le vieux pavé des saintes barricades,
    Et dans ses mardis-gras et dans ses cavalcades,
    Et dans tous ses autels et dans toutes ses croix,
    Vous qui la connaissez dans son pavé de bois
    Teint du même carnage et dans ses embuscades
    Et dans ses quais de Seine et dans ses estacades
    Et dans ses dures moeurs et son respect des lois,
    Vous seule vous savez comme elle est fraternelle,
    La ville décevante et pourtant signataire.
    Vous qui la connaissez dans la force des armes
    Et dans la fermeté de ses relâchements,
    Dans la sévérité de ses épanchements,
    Dans sa muette angoisse et son fleuve de larmes,
    Vous qui la connaissez dans ses sacrés vacarmes
    Et dans la dureté de ses retranchements,
    Et dans l’humilité de ses amendements,
    Et sa sécurité dans les pires alarmes,
    Vous seule vous savez comme elle est rituelle,
    La ville défaillante et pourtant légataire.
    Vous qui la connaissez dans les gamins des rues
    Et dans la fermeté de ses commandements,
    Dans la subtilité de ses entendements,
    Dans ses secrets trésors et ses forces accrues,
    Et dans ses vétérans et ses jeunes recrues,
    Et dans la fixité de ses engagements,
    Et dans la sûreté de ses dégagements,
    Et dans le Pont-Royal et les énormes crues,
    Vous seule commandez la haute caravelle,
    La ville menaçante et la destinataire.
    Vous qui la connaissez dans ses vieilles maisons
    Et dans tous les faubourgs de ses prolongements,
    Et dans tous les quartiers de ses morcellements,
    Et dans l’antiquité de ses vieilles raisons,
    Vous qui la connaissez dans ses beaux horizons
    Et dans le sourd fracas de ses ébranlements,
    Dans la sourde rumeur de ses assemblements,
    Dans la porte et le mur de ses vieilles prisons,
    Vous seule connaissez la flamme et l’étincelle,

    etc… !

  10. Dans la série : à la fin de la deuxième guerre mondiale, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et la croissance va démarrer pour de bon :
    « Le pacte stalino-gaulliste de la Libération n’a pas seulement engendré la Sécurité sociale que nous voyons aujourd’hui s’étioler ; il a surtout accouché d’un rejeton aussi aimable que ses géniteurs, et pour sa part toujours vigoureux : l’industrie atomique, vibrante avant-garde du programme de « redressement national ». Sous l’impulsion du physicien Joliot-Curie, membre du PCF depuis 1942, de Gaulle crée par l’ordonnance du 30 octobre 1945 – soit quelques semaines après Hiroshima et Nagasaki – le Commisariat à l’énergie atomique (CEA). Il en confie la présidence au même Joliot-Curie. Le CEA, organisme civil, est chargé de « poursuivre les recherches scientifiques et techniques en vue de l’utilisation de l’énergie atomique dans tous les domaines de la science, de l’industrie et de la défense nationale ».(…) »
    Karl Marx, Oeuvres d’outre tombe.

    1. Karl Marx, j’ai cru que j’hallucinais un instant 🙂

      On pourrait économiser 1/3 d’énergie en construisant des véhicules moins puissants.. La route, le transport, la consommation de pétrole pourrait être multipliée par 2/3.

      1. oui, évidemment, surtout si on part du principe que le nombre de véhicules dans le monde n’augmente pas. Vu qu’il y a quelques milliards de Chinois, Indiens, Brésiliens, etc… qui aimeraient bien, eux aussi, conduire une voiture, cela m’étonnerait que les moteurs à explosion moins puissants soit la panacée qui permettra de réduire la consommation mondiale de pétrole.
        Ceci dit, je suis tout à fait favorable au fait qu’on construise des véhicules moins puissants, on devrait même interdire les voitures qui consomment plus de 5 L/100 : c’est un gaspillage scandaleux, un vol de ressources communes.

      2. à Lisztfr,

        Un peu d’humour ne fait pas de mal.
        Pour connaître l’origine du texte, allez voir mon commentaire en 47.

    2. il reste des gens bien au CEA, je sais celà, même que ….
      (cela me pose des problèmes en famille, quand je critique plus que trop de trop …
      les êtres humains peuvent se montrer susceptibles d’être incendiés à tord et à travers ….)

  11. Bonsoir,
    J’ai regardé, à l’instant le journal télé de la ZDF – 2 e chaîne allemande. Il y a pas mal de détails sur ce qui se se passe au Japon et en particulier concernant la centrale nucléaire dont le coeur est en train de fondre suite au manque de possibilités de refroidissement. Il n’y aurait plus qu’une hauteur de 1,5 à 2 M d’eau en recouvrement. Il est également question d’augmenter la zone de sécurité en la passant à 40 km!! Comme d’habitude, chez nous, on est nettement moins précis.
    En plus j’habite en Alsace ou j’habitai déjà en 1986……

  12. La création d’hydrogène s’opère lorsque un métal quelconque se trouve porté à une température élevée en présence de vapeur d’eau. Dans ce cas le métal s’oxyde au contact de cette vapeur d’eau et le reste d’hydrogène se trouve libéré des molécules d’H2O. Ceci se produit dés que le métal est incandescent mais pas forcément en fusion.
    Je leur souhaite de tout coeur que le point de fusion de l’uranium n’ai pas été atteint mais juste une incandescence encore controlable.
    Ce n’est pas le moment de parler de PIB mais plutôt d’humanité et de solidarité entre êtres humains.
    J’ai une pensée particulière pour tous les orphelins qu’a créé cette catastrophe et saurai m’en souvenir dés que leurs organismes de charité se feront connaitre même si aucun argent ne remplace jamais une maman.

    1. Autant de média, autant d’opinions sur le sujet :

      – pessimiste
      Titre de Libération (12 03 2011 – 17h23)) :
      « Le Japon anticipe un choc économique de grande ampleur »
      http://www.liberation.fr/economie/01012 … de-ampleur

      – optimiste
      Titre du Figaro (12 03 2011 – 15h01) :
      « Japon : l’économie devrait rebondir après le séisme »
      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011 … seisme.php

      (celui-ci me rappelle mon intervention précédente sur les économistes en folie)

      Alors, docteur tant pis ou docteur tant mieux ? Qui faut-il croire ?

  13.  »Urgent – 22h30 – TEPCO a déclaré un peu avant 1h ce matin (heure locale) que le réacteur 3 était en panne de système de refroidissement et qu’ils ne pouvaient plus fournir d’eau dans la cuve du réacteur pour le faire refroidir. TEPCO demande de le considérer comme état d’urgence au gouvernement japonais. (NHK en u-stream) »
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/alerte-nucleaire-au-japon-apres-un/article/reacteur-3-en-panne-de-systeme-de

  14. Ne confondez pas fusion nucléaire et fusion dans le sens fonte d’un matériau.
    On parle bien ici de fonte d’un métal quelconque du réacteur et non pas de fusion de deux atomes d’uranium pour former un seul atome de « impossible matière » en libérant de l’énergie.

  15. yvan dit :
    11 mars 2011 à 16:12

    Il n’y a aucune crainte à avoir. Si leurs centrales ont le même dispositif qu’ici.

    Simplement, les barres de graphites tiennent en équilibre au-dessus d’un coeur de plutonium. Soit, en cas de secousses, elles tombent toute seules. Arrêtant donc immédiatement les centrales.
    Et en cas de manque d’alimentation en eau, des bâches (réserves) viennent refroidir les circuits chauds.
    Ainsi qu’en manque de courant, les générateurs se déclenchent automatiquement.

    Vraiment, Yvan, vous êtes sûr de ce que vous avancez, là? Ils ne doivent pas avoir le même dispositif qu’ici, alors….

  16. Quelques info de base
    Il s’agit de réacteurs bouillants.

    Dans ces réacteurs, l’eau bout directement dans le coeur du réacteur et c’est cette vapeur qui alimente directement la turbine. Il n’y a pas interposition de générateurs de vapeur et un circuit primaire enfermé dans l’enceinte de confinement et un circuit secondaire qui va à la turbine comme dans la filière à eau pressurisée.

    Le bâtiment réacteur dont on voit le film sur les documents, englobe à la fois la partie turbine qui est en zone contrôlée et la partie réacteur qui est dans une enceinte de confinement que l’on ne voit pas de l’extérieur.

    Lors de l’arrêt automatique, les vannes vapeur qui sont à l’intérieur de l’enceinte se ferment. Le réacteur est alors alimenté pour le refroidissement résiduel par d’autres circuits. La puissance résiduelle sur des réacteurs de cette puissance doit être de l’ordre d’une dizaine de MW et baisse assez rapidement ensuite.

    D’après les infos (assez merdiques) dont nous disposons, il semble que les dispositifs de refroidissement à l’arrêt et de refroidissement d’urgence n’aient pas fonctionné. Pour quelles raisons? mystères? Manque complet d’électricité, Ou bien désamorçage de l’ensemble du pompage en mer après un baisse brutale de son niveau d’une dizaine de mètres comme cela a été évoqué? Il faut attendre que les explications arrivent et laisser l’exploitant réduire le sinistre.

    On peut tenter un scénario dont je ne garantis rien.

    Si le coeur n’a pas été refroidi, nous sommes dans une situation analogue à celle de TMI à ceci près qu’il s’agit d’un BWR et non d’un REP, les assemblages ont partiellement ou totalement fondu. Dans ce cas, la température du gainage est arrivée à une valeur telle que le zirconium, au contact de la vapeur d’eau, s’est brutalement oxydé dégageant beaucoup d’hydrogène. la pression à l’intérieur de l’enceinte est montée. Et il se peut que pour ne pas perdre ce confinement ultime des produits de fission, l’exploitant a tenté de faire baisser la pression par une réouverture des vannes vapeur. Ce faisant l’hydrogène de la réaction zirconium-eau et les produits volatils comme les gaz radioactifs et les aérosols iodes et césiums sont arrivés dans le bâtiment usine. L’hydrogène a dû exploser. En tout cas, le film donne cette impression. Cette explosion a du entraîner les gaz radioactifs et les aérosols. Dans ce cas de figure, c’est l’iode qui est le plus pénalisant pour les populations mais elle décroit très vite en raison de sa demi-vie.

    C’était peut-être la solution pour maintenir le corium à l’intérieur de l’enceinte.

    Pour info: les réacteurs REP, comme dans l’accident de TMI, peuvent aussi connaître un dégagement important d’hydrogène dans l’enceinte de confinement. Mais depuis l’accident de TMI, les enceintes sont munies d’igniteurs qui ont pour objectif d’allumer de petites explosions supportables par l’enceinte. De plus, il existe des vannes de décompression de l’enceinte qui font passer les gaz sur des filtres à sable pour arrêter les aérosols dont l’iode.

    Quant à l’EPR, il est par construction doté d’un récupérateur de corium.

    1. Kerema29, je pense que tu as tout bon ! C’est le scénario qui colle le mieux à toutes les infos dont on dispose actuellement. Espérons pour ces gens que l’acide borique ajouté à l’eau de mer arrête un max de neutrons et que la réaction de fission s’arrête au plus vite.

    2. L’EPR, c’est le truc improbable que les commerciaux français d’EDF et de ses complices ont fourgué à la Finlande.
      Pour le moment, avec plusieurs années de retard provoquées par l’insuffisance des sécurités, chacun peut apprécier les progrès techniques…

    3. live sur le monde
      http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/03/13/japon-risque-nuceaire-majeur-deux-jours-apres-le-seisme_1492494_3216.html

      structure du réacteur de Fukushima:
      http://www.ansn-jp.org/jneslibrary/npp2.pdf.
      Page 4, le réacteur de Fukushima Daiichi n°1 et n°3 sont de type Mark I.

      Aerial video from town closest to Japan’s mega-quake epicentre
      http://www.youtube.com/watch?v=BPEWBhYGYEY&feature=player_embedded

      petite douceur
      Cascadeur – Walker
      http://www.youtube.com/watch?v=ZlHx-RN3uCE

    1. J’ai vraiment été ému en regardant KATZ, annoncer avec soulagement l’absence de risque à Onagawa et Tokai.

  17. Il semblerait qu’au moins un autre réacteur connaissent des risques de fusion de son coeur.
    On serait alors dans une configuration inédite, avec deux réacteurs nucléaires menaçant, au mieux, de refaire le scénario de Three Miles Islands.

    Par ailleurs, si les enceintes de confinement lâchent, n’y a-t-il pas là les risques d’avoir un nouveau choc économique: en effet, Tokyo n’etant qu’à 160 km de là, j’imagine mal ce qui risque de ce passer pour l’économie mondiale, si l’un de ces pôles venait à devoir être évacuer en toute urgence du fait d’un risque de contamination radioactive.

    Par ailleurs, le japon est le troisième pays mondiale en terme de capacité de raffinage. Dans le contexte actuel, la mise de facto à l’arrêt de la capacité industrielle du pays pour quelques semaines, voir plus s’il s’avère qu’un accident nucléaire majeur ait lieu risque d’accélérer les tensions sur le pétrole, et même de précipiter les tensions en Chine et au proche orient.

    On dirait vraiment un cauchemar: tout est en train de partir de travers simultanément dans tout les pays.

  18. De la même façon qu’on enseignera peut être plus la loi de l’offre et de la demande adossée sur la « valeur » dans 50 ans, on aura aussi progressé et nous serons
    passé des réacteurs à eau pressurisée, ces cocottes minutes toujours un brin capricieuses après les tsunamis, aux réacteurs au thorium dits à sel fondus
    qui ont pas mal d’avantages
    (mais qu’il faut démarrer un peu comme une tondeuse à gazon modèle 1962, je crois)

  19. Fukushima 13 March 2011
    Officials say reactor 3 lost its emergency cooling system. A similar problem led to a blast at reactor 1 at the plant on Saturday.

    About 170,000 people have been evacuated from the area near the plant.

    The BBC’s Chris Hogg in Tokyo says a meltdown at reactor 3 would be potentially more serious than at the other reactors, because it is fuelled by plutonium and uranium, unlike the other units which carry only uranium.

  20. Sincèrement je ne verserai pas une larme pour le Japon. Nicolas Hulot en mettait déjà plein la figure au Japon dès les premières minutes de son documentaire « Le syndrome du Titanic ». Consommation à outrance jusqu’à même créer des bars à oxygène pour chiens !!! Sans parler des foules hystériques qui font la queue des heures avant la dernière sortie du dernier Iphone, console de jeux Nintendo, etc… Et pour produire tous ces loisirs qui abrutissent l’Humanité, pas moins de 51 centrales nucléaires sur le pays le plus à risque pour les tremblements de Terre. Maintenant c’est le reste de la Planète qui risque de prendre les radiations si une des centrales explose pour de bon ! Donc non, pas une larme pour le Japon… Merci la nature de ne pas te laisser détruire par la folie humaine et de reprendre le dessus !

    1. Merci la nature de ne pas te laisser détruire par la folie humaine et de reprendre le dessus !

      Tut tut tut tut tut tut tut tut tut tut tut tut tut ……
      A y est… Ça sonne et ça sirène sévère. Ca clignote de partout sur les écrans de controle. c’est Las Végas un soir de Noël ! Niveau 8 atteint et dépassé ! Je vois qu’il n’y a pas que les réacteurs de centrales qui partent en fusion. Certains bulbes de systèmes nerveux centraux, chauffés à blanc, se rapprochent aussi du point de liquéfaction…
      Monsieur Hulot en Torquemada ! En procureur général de la Haute Cour Universelle des droits de la Terre ! Un navet filandreux et extragalactique digne de la Reichspropagandaleitung en guise d’acte d’accusation. Misérable petite chose qu’il est et que vous êtes ! L’une pour vous avoir autorisé à penser et dire ce que vous dites, l’autre pour le dire, vous. Preuve est faite pour la défense ‘ si besoin était encore ! de l’aberration mentale et du terrorisme intellectuel des accusateurs publics.
      M’en vais cracher dans les vignes, vous méritez pas ma salive, ni ma pitié, pauvre fou.

    2. Un bar à oxygène pour chien à Tokyo vous laisse insensible à la mort de milliers de paysans pauvres travaillant dans des fermes biologiques du Nord du Japon?
      Il ne faut pas tout mélanger même s’il y a de bonnes raisons de souligner de graves débordements industriels.

    3. et ici c est comment ??
      vous etes une personne inhumaine
      le parfait exemple de cette société de consomation
      j ai de la compassion pour vous

    4. Ben dites donc. Pour vous le Japon est ni plus ni moins qu’un paillasson sur lequel le petit coq gaulois peut venir essuyer ses pattes bourrées de fientes.

      1. Je suis saisie d’effroi quand je vois confondre politique menée, et population …
        Face au grands malheurs du monde, il vaut mieux se taire .

  21. Sans compter, les nouveaux tsunami pour demain…
    Sanitaire, financier, économique, …………….
    Le troubles du Maghreb dont celui de la lybie font aujourd’hui vraiment pale figure….

    Les actuels « maîtres du monde » n’ont pas fini d’avoir des sueurs froides!!!

    Nous sommes à la veille de changements pus que considérables et irréversibles…

Les commentaires sont fermés.