401 réflexions sur « LE SEISME AU JAPON »

  1. D’abord, merci à tous ceux qui ont donné des informations techniques précises et les bons liens. Il se trouve que ce blog est la meilleure source que j’ai trouvée, loin devant les journaux.

    C’est important parce qu’en situation d’urgence, ce sont les réalités qui doivent être connus, pas les fantasmes.

    En ce sens, la récup quasi immédiate des écolos me déplait : il y aura un temps de débat, mais plus tard. Le débat sur le nucléaire doit avoir lieu, mais pas à chaud.

    Et moi, je verserai une larme pour le Japon. Seul pays meurtri par une explosion de bombe atomique, ce qui donne un degré d’épouvante de plus à tout évènement nucléaire. Pays qui s’est aligné sur modèle US après la 2e guerre, et qui apeut-être été le plus lésé par les folies du « tout-économique ». Terre ou fut signée le protocole de Kyoto, et ce n’est pas rien. Les japonais ont dû passer de l’arrogance impériale à la servilité puis à une forme d’humilité dans leur orgueil national, autant que dans le rpport à la nature. Humilité que ni les français, ni les américains n’ont encore acquis. Il faut vraiment flotter dans un nuage d’apparences et vouloir y rester, dans cet autisme prégnant de la société télévisuelle, pour ne pas se sentir touché par cette catastrophe.

    1. Pour les sources, il est préférable de fréquenter les sites d’organisations critiques du nucléaire que les plateaux télé où se pavanent les bonimentateurs patentés parfois nommés ministres de la république.

    2. Ne croyez vous pas que la France du CNR s’est tout autant alignée sur le modèle américain dès 1945 ?
      Allez voir mon article N° 75.
      Cet alignement ne concerne pas que l’industrie nucléaire.
      Que pensez vous de la transformation de l’agriculture traditionnelle en industrie et de la falsification de tous les aliments ?

      1. Non, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, De Gaulle a eu le souci de développer une filière indépendante des américains, filière graphite qui a fait long feu. Ensuite, la position à cette époque est d’une part une affiirmation d’une identité fançaise distincte, non soumise aux diktats des vainqueurs objectifs (USA et GB, la France étant considéré en partie comme un bluffeur dans la partie – ne tirez pas sur le pianiste, c’est le point de vue anglo-saxon et je crois qu’il en reste encore des traces).

        L’objectif de l’époque a été le nucléaire militaire, puis civil.

        Ensuite c’est la guerre EDF – CEA qui a provoqué le plus de mouvements, plutôt loin des influences autres et notamment américaines.

        Donc non, nous avons un héritage bien franchouillard dnas le nucléaire, à part quelques brevets Westinghouse – mais d’autres l’expliqueront mieux que nous.

        Sur l’industrie alimentaire, c’est moins l’influence politique américaine que l’industrie du pétrole qui a fait des ravages. Cette dernière a été en constante surproduction (lire : la vie après le pétrole, je n’ai plus les références en tête) et il s’est avéré nécessaire de trouver des débouchés. La chimie des engrais et la mécanisation du travail de la terre a été envahie, contre des modèles plus sains, et en important effectivement l’approche déjà en oeuvre aux états-unis, à savoir la culture intensive de maïs pour les animaux, les céréales, l’arrêt des jachères, l’augmentation des rendements.

        (Je reconnais qu’en parlant plutot de l’industrie du pétrole que des états-unis, j’introduis un distinguo de faible valeur. )

        Dernier point sur les sites critiques du nucléaire : non. Ils ont biaisés. Ils ne sont pas factuels et tentent de conclure au détriment des faits. Autant que les sites pro-nucléaires d’ailleurs. C’est dommage, la question est complexe, mais peu de gens sont neutres sur ce sujet. Même la publication de l’IRSN d’hier soir est un peu complaisante par exemple.

  2. Encore des mauvaises nouvelles pour ceux qui espéraient une « catastrophe nucléaire majeure » au Japon pour justifier l’abandon des programmes nucléaires en France et dans le monde:

    -pas de meltdown du réacteur (donc accident inférieur en gravité à celui de 3 miles island et très inférieur à une catastrophe nucléaire majeure telle Tchernobyl)
    -niveaux de radiation autour du réacteur qui tombent à 184 microsievert après 50 minutes de l’accident, donc pas de risque que la santé des populations environnantes soit affectée par cet accident :pour info cela correspond à un tiers de l’exposition reçue lors d’une radio de l’abdomen chez votre radiologue.
    -niveaux actuels de l’ordre de 20 microsievert

    http://english.kyodonews.jp/news/2011/03/77339.html

    While acknowledging that the core of the No. 3 reactor at the plant may have been deformed due to overheating, the chief Cabinet secretary denied it has led to a  »meltdown, » a critical situation where fuel rods have melted.

    Edano warned, however, that a hydrogen explosion similar to one that occurred at the No. 1 reactor at the same facility nearby on Saturday could occur at the No. 3 reactor because large amounts of hydrogen were created when the water injection procedure briefly ran into trouble.

    The plant’s operator, Tokyo Electric Power Co., began injecting fresh water into the reactor to deal with the problem that the tops of MOX fuel rods were 3 meters above the water in the reactor following a magnitude 9.0 earthquake which hit northeastern and eastern Japan on Friday.

    But it began injecting sea water after trouble developed with a fresh water pump, a step that will lead to the reactor’s dismantlement.

    Radiation around the reactor measured 1,557 micro sievert at 1:52 p.m., Edano said, adding the figure went down to 184 about 50 minutes later. He dismissed concerns that the radiation level would affect human health.

    Et tout cela malgré un séisme d’une magnitude de 9,0, le quatrième plus puissant enregistré jusqu’à présent dans le monde…

    1. Vous êtes courageux ! Si – à Dieu ne plaise (*) – les choses devaient mal tourner (ce qui ce matin ne semble absolument pas exclu), vous allez vous faire massacrer. Enfin je suppose que c’est pour prévenir ce genre d’ « incident » qu’on utilise des pseudonymes sur la toile.

      (*) expression française

      1. à Paul Jorion,

        Mon premier réflexe aurait été, à votre place, de censurer définitivement ce commentateur et ses terrifiantes élucubrations.
        En dehors du fait que Marlowe, du fait de ses amitiés anarchistes, aime beaucoup la liberté et renâcle à toute idée de censure, il me semble que des exemples précis et répétés de désinformation sont utiles pour comprendre le monde dans lequel nous sommes encore obligés de vivre.

      2. @marlowe

        terrifiantes élucubrations

        Ah ouais ? Et le post DéBile juste au-dessus, il « le » démange pas un peu derrière l’oreille çuilà, le trench mastic ? Son esprit de système est en train de se refermer autour du détective indistinct, au point de ne plus même lui permettre de détecter l’inacceptable, pour finir par l’accepter. Purement et simplement.
        (Il – vigneron – se permet de l’iloyer, d’en parler à la troisième personne, puisqu’il en fait de même de lui même. La distance installée me convient farpaitement, merci)

      3. Mais c’est bien que Chris06 donne ses arguments. Qui vont dans le sens de mettre en exergue les procédures de sécurité particulièrement fortes du nucléaire, comme je l’ai dit; et ceci, parce que les dégats potentiels sont colossaux. Sur la sécurité des centrales, l’humain n’est pas plus apprenti sorcier ici que dans d’autres industries.

        (Je n’en dirais pas autant sur le combustible, de son enrichissement à son retraitement, mais c’est un autre débat ; c’est celui-là qui m’éloigne du nucléaire, pas les centrales).

        Le « courage » de Chris est en tout cas une analyse valable à ce stade : tous les signaux indiquent que le pire est passé, même si ce n’est pas sûr, et que la radioactivité dégagée (passée, présente et à venir) sera faible. Par contre, dans ce genre de contexte, il pourrait y avoir d’autres défaillances (réplique, défaillance humaine, pièces en cours de cisaillements, etc) qui remonteraient le risque. Souhaitons vraiment que ce ne soit pas le cas.

      4. @Paul Jorion,

        par souci de justice, que l’on massacre tous ceux qui se seront trompés: ceux qui ont crié aux loups alors qu’il n’y en avait point comme ceux qui ont refusé de le faire alors qu’il y en avait.

        @Marlowe

        en vous lisant j’ai compris que votre premier axiome, c’est que toute information qui est incompatible ou bien heurte vos à priori et vos croyances, vous la considérez comme « désinformation ».
        Le plus rigolo c’est que vous vous prenez pour un détective. Malheureusement les à priori qui vous encombrent le cerveau sont tellement multiples et variés que vous ne vous rendez même plus compte qu’ils sont là. Ils font de vous un détective tellement biaisé qu’il paraît fort improbable que vous ne parveniez jamais à résoudre la moindre énigme.

        Je base tous mes écrits sur les faits tels qu’ils sont connus et reportés. Pas, comme vous, sur des fabulations, des procès d’intentions et des croyances dogmatiques.
        Remarquez, je comprends qu’être confronté à la réalité, que le réalisme et l’empirisme vous heurte, vous énerve, vous frustre. Mais je ne m’en excuserais pas.

      5. @Paul Jorion,

        j’en ai ras le bol qu’on mette en doute ma sincérité.

        Que cela soit clair une bonne fois pour toutes, je ne travaille pour personne et je n’ai pas un seul centime investi dans une quelconque entreprise (a part celle que j’ai créée qui développe des produits d »électronique grand public).

        Si je « roule » pour quelqu’un c’est pour moi même, mes proches, et l’humanité. Si je suis « pro-nucléaire », c’est que tous les éléments d’informations dont je dispose et mes connaissances m’amènent à prendre cette attitude en vue de la problématique de l’approvisionnement en énergie, des risques qui existent pour toutes les sources, et pour le bien de l’humanité.

      6. @chris06

        Je base tous mes écrits sur les faits tels qu’ils sont connus et reportés. Pas, comme vous, sur des fabulations, des procès d’intentions et des croyances dogmatiques.

        C’est à dire, « mes arguments sont valables et les vôtres, non ».
        Excellent ! La discussion et l’échange progressent !

        Par exemple, que pensez vous des deux articles du Monde (des faits connus et reportés) que je cite dans un de mes commentaires ?

    2. D’accord : ouf, on a évité une plus grosse catastrophe, ainsi tout va pour le mieux! N’empêche, que du côté des déchets radioactifs, il n’y a pas de solutions pérennes pour les millénaires à venir. Il n’est nullement nécessaire d’attendre des catastrophes pour avoir des arguments contre cette technologie délirante. On ne sait pas même si elle est réellement rentable :

      Or, nous ne disposons pas d’études réelles sur les points essentiels : quelle est la rentabilité économique du nucléaire… sur toute la durée de vie de la filière ? En effet, le nucléaire a une durée de vie largement supérieure à la durée de fonctionnement (rentabilité d’un point de vue économique immédiat qui est trop souvent mis en avant). Il convient, pour mesurer le coût économique réel d’inclure dans les modèles le suivi des déchets, jusqu’à ce que les risques deviennent insignifiants, soit sur des siècles. Puis le « démantèlement » des centrales… l’expérience de Brennilis en Bretagne nous montre que les coûts réels (et les problèmes techniques rencontrés) sont largement supérieurs aux évaluations. Et enfin, l’évaluation du coût des accidents, pris en charge par la société en général, et donc jamais inclus dans les calculs de rentabilité effectués par les acteurs de la filière.

      Au Japon, le séisme déclenche l’alerte nucléaire [blog.mondediplo.net]

      1. @ Marlow
        Il y avait une certaine ironie dans la première phrase de mon commentaire, en réaction à l’incroyable chris06.
        Je voulais simplement souligner que le danger majeur, que personne ne saurait souhaiter, n’est nullement nécessaire pour avoir des arguments contre le nucléaire.

      2. Oui, Igor, les problèmes sont bien ceux-là. Le cout et le traitement du combustible, depuis son extraction jusqu’au retraitement. Et comme vous le dites, nul besoin d’une catastrophe pour ce débat. Je suis d’avis que l’analyse complète est défavorable au nucléaire, mais je n’ai pas encore regroupé tous les éléments pour me faire une opinion stable.

      3. je n’ai pas encore regroupé tous les éléments pour me faire une opinion stable.

        On est impatient ! Magnez vous. Pensez ! Une opinion stable sur une matière instable ! Ça n’a pas de prix. Regroupez ! Regroupez tous ces éléments radioactifs. Svp.

      4. @Vigneron

        Vous avez raison, tout cela c’est assez inutile, de même que tous les travux de recherche sur, par exemple, le coût des énergies (eh oui ! c’est un thème de recehrche), les usages de énergies (évolution du tableau énergies primaires – énergies finales), alternatives dans leur dimension technologique, dépendance d’infrastructures, paysage industriel, lobbies et main occulte de l’oligarchie; rabaissement des idées reçues, analyse d’autres modèles, aspecst macro-économiques et sociaux; perspectives des recherches et prospectives des usages et du monde de demain.

        Oui, cela est bien inutile, on sait que le nucléaire n’est pas bon, donc poubelle direct. Instaurons un comité de salut public pour tous ces salauds multiples. C’est tellement plus simple. D’ailleurs c’est dit par plusieurs sites internet, pourquoi se poser encore des questions ?

        Et dire qu’en plus, je suis du coté des « objecteurs du nucléaire »…..

      5. tout petit extrait article du diplo , cité ci-dessus:

        « Et parmi eux, à ces pompiers qui prennent actuellement l’avion pour rejoindre la centrale. Ces « liquidateurs » vont risquer leur vie pour sauver le pays et, plus encore, limiter les conséquences planétaires de l’explosion du réacteur. Alors que la radioactivité dans la centrale atteint d’ores et déjà chaque heure la quantité admissible annuelle, tout incident supplémentaire se traduira par un accroissement des risques pour les intervenants.
        Il faut avoir un courage à toute épreuve pour intervenir en connaissant les conséquences. L’expérience des liquidateurs de Tchernobyl ne peut pas être oubliée. … »

        excellent article posant tranquillement le sujet dans son entier.

        en passant : quels sont les métiers les plus dangereux et utiles de par le vaste monde :
        un exemple:
        pompiers ( non encore dans les métiers à risque ici ou là! passons !) ou au hasard, tiens, Trader ? …mon estime va clairement aux uns et pas aux autres !
        et, je n’oublie pas dans le cas présent -cf précédents accidents nucléaires trés graves- les ingénieurs et techniciens ad hoc, qui s’y collent aussi, de près : travail d’équipes et compétences ad hoc obligent …

        à propos de ces centrales, précisément, et cela devient le cas en France chaque jour un peu plus : comment se fait-il que, précariat oblige, on y mette des interimaires, des CDD …
        alors même que la notion de connaissance par coeur du lieu, des défaillances putatives, des autres intervenants de l’équipe, d’un esprit d’équipe, d’échanges humains connexes est vital : va-t-on mettre la sécurité de ces « objets » qui , qu’on le veuille ou non, sont là pour un moment, entre les mains d’opérateurs privés-fonds de pension-dividende-pression des actionnaires- parachute doré pour « thébigboss » ?? alors même que nous voyons l’ensemble du puzzle, et les risques majeurs que cela fait courir aux populations !

      6. @ L’épais dans le plat

        Joke…
        (Je ne vois nul empêchement à garder, simultanément, les pieds lourds dans le plat de côtes et l’esprit léger pour mes hôtes.)
        Et pi vous savez, l’esprit de sérieux des experts en série, c’est très vite indigeste comme rata. Brodequins inclus…

    3. @chris06 : « pour info cela correspond à un tiers de l’exposition reçue lors d’une radio de l’abdomen chez votre radiologue. » : dans un contexte de crise, instable, incertain, inquiétant et lourd de dangers, une info aussi rassurante, (« un tiers de »), ramenée à l’expérience ordinaire du grand public (« votre radiologue »), se signale elle-même pour être de l’intox. La question n’est pas de savoir si c’est vrai ou faux puisque, la situation étant instable, toute info est à durée de vie ultra-courte. La question, c’est bien de savoir le pourquoi d’une telle info qui n’a pas lieu d’être dans son contexte. Y voir une raison de ne pas s’alarmer alors que tous les voyants sont au rouge, ne rime à rien, car personne ne demande à être rassuré, et tout le monde attend de voir comment ça va tourner. Donc, vous êtes sincère, ok, mais très naïf sur ce coup, non ? Et sachant que d’habitude vous êtes plus lucide…

      1. Comme je l’ai dit précédemment, je base tous mes écrits sur ce que l’on sait, ce qui est connu actuellement. D’autres basent les leurs sur des fabulations, des hypothèses non démontrées du genre « le gouvernement Japonnais nous cache la vérité, il est dans la main des lobby nucléaires, etc… » qu’ils jugent nécessaires d’émettre pour construire une perception de la réalité qui soit compatible avec leur hantise du nucléaire. Vous pouvez me considérer naïf pour ne pas accepter facilement les hypothèses non démontrées et les idées reçues si cela vous fait plaisir.

      2. @chris06 : « qu’ils jugent nécessaires d’émettre pour construire une perception de la réalité qui soit compatible avec leur hantise du nucléaire » : ah bon ? Parce que, selon vous, il n’y aurait aucune raison de craindre le nucléaire ? Les autorités auraient toujours joué la transparence totale ? Jamais menti ? Parce qu’EDF et AREVA laissent n’importe qui faire les mesures qu’il veut où il veut ? Parce que les protestations des écologistes, qui visent au moins à limiter le nucléaire, ont toujours été scrupuleusement respectées ?

        Certains auraient donc la « hantise », paranoïaque bien sûr, du mensonge, mais EDF et AREVA n’auraient pas du tout celle qu’on foute le nez dans leurs petites affaires. Sont zen chez EDF et AREVA, la hantise connaissent pas. Pourquoi auraient-ils peur de l’opinion publique puisqu’il n’y a aucun risque, aucun danger, aucun défaut, aucune négligence, ils ont tout prévu ? Et pourquoi l’opinion publique en douterait puisqu’ils se tuent à vous répéter qu’il n’y a aucun risque, aucun danger, aucun défaut, aucune négligence, ils ont tout prévu ?

        Bref, vous ne roulez sans doute pour personne d’autre que vous-mêmes, mais vous avez quand même un sacré passager clandestin dans le coffre, chris06, il serait temps que vous le découvriez.

      3. @chris06 : lire aussi ce post. Comme l’on pouvait s’y attendre, les doses sont un peu supérieures à « un tiers de l’exposition reçue lors d’une radio de l’abdomen chez votre radiologue« .

        Il faudra nous expliquer pourquoi vous avez l’air de faire si facilement confiance à « jce que l’on sait, ce qui est connu actuellement« . Puisque vous vous dites non naïf, on peut douter que ce soit seulement par souci d’objectivité en opposition à la « hantise » des autres, car l’objectivité incite plutôt à douter des infos rassurantes.

    4. Et bien mon cher chris06, vous venez de vous ridiculer à vie.

      Changer de pseudo si vous tenez à ce que l’on vous écoute à l’avenir…

  3. Bonjour à tous,
    pour vous remonter le moral, je vous conseille la lecture de « La supplication » de Svetlana Alexievitch, paru en 1997 chez JC Lattès réédité depuis chez J’ai lu.
    Un résumé rapide”
    mqr

      1. Ouais, et la bêtise qui s’écrit en gras et qui pègue sévère à tout ce qu’elle approche, c’est bien la Glue à rat des temps éternels. En italique, mais noir sur blanc.

      2. À Vigneron :
        Bonjour, j’ai du mal à saisir le sens de ton commentaire, pourrais tu préciser ?
        Merci.
        mqr

      3. Si vous voulez que le message passe, il faut le graver dans du granit et pas dans un blog…peut être que des mutants comprendrons plus tard ce que nous ne voulions pas comprendre.

      4. à moins que rien,

        N’en déduisez pas que le vin n’est pas bio et que la chimie pertube gravement les neurones ou ce qu’il en reste.

      5. @ Marlowe :
        Très honnêtement.
        Jusqu’à maintenant, l’apocalypse quotidienne et renouvelée, c’est la malnutrition et la mauvaise qualité de l’eau.
        Plusieurs millions de morts par an sur cette terre.

        Reste effectivement la ‘potentialité’ du risque majeur du nucléaire … militaire : on oublie, toujours, que nous vivons sur des milliers de mégatonnes nucléaire.
        Quant au nucléaire civil, tout va bien quand tout va bien : si ça pête, on répondra que c’est … rarissime.
        Le malaise, c’est qu' »on » n’associe JAMAIS les populations locales aux risques. Car il y aurait fort à parier qu’elles n’auraient pas les mêmes réponses qu' »on » préfère entendre.

        Le nucléaire, c’est comme tout : dès que l’on commence à ne penser qu’en termes de ‘biens’ et non en termes de ‘choix’ (politiques), c’est la porte ouverte à la cata …
        Et la nature de nous rappeler qu’il vaut mieux lorsque la cata arrive que le ‘choix’ ait été fait en amont plutôt qu’une simple ‘logique’ de ‘biens’ : cela ne change rien aux effets mais au moins les populations ne peuvent que s’en prendre à elles-mêmes.

        Alors que là …
        Les japonais ont-ils ‘voté’ pour que, par exemple, ils apprennent qu’un réacteur nucléaire fonctionne avec du MOX, composé en partie par du plutonium, dont ils ont plus que souffert ?
        Je m’avance sans doute mais je crains que la réponse soit négative …

      6. @zébu

        Témoignage à prendre comme tel, mais instructif : Extrait du livre HAUTE TENSION de Marcel Boiteux (Président d’EDF quand fut décidée par Messmer la nucléarisation à marche forcée de la production électrique française)
        aux éditions Odile Jacob
        Chap XV le choix des filières ,ou comment le programme nucléaire français fut décidé :

        http://info.nucleaire.free.fr/Boiteux.htm

  4. Y a un séîsme sur le blog ! Une faille qui s’ouvre, où est elle ?Entre croyance et pensée ? Vigneron n’aimerait il pas le vin ?

  5. Radioactivity detected from U.S. Navy 7th Fleet personnel off Sendai

    TOKYO, March 14, Kyodo

    The U.S. Navy 7th Fleet said Monday it has detected low-level radioactivity from helicopter crew members who were conducting rescue operations near Sendai, Miyagi Prefecture, which was hit by Friday’s devastating earthquake.

    The fleet has temporarily suspended the operations of its ships including the nuclear-powered aircraft carrier Ronald Reagan and moved them out of the sea area about 185 kilometers northeast of Tokyo Electric Power Co.’s troubled Fukushima No. 1 nuclear power plant.

    According to Japan’s Defense Ministry, the U.S. helicopters canceled planned operations Sunday to rescue quake-hit people in Rikuzentakata, Iwate Prefecture.

    The 7th Fleet said the source of the radioactivity detected Sunday afternoon in 17 crew members from three helicopters was a radioactive plume released from the Fukushima plant.

     »The maximum potential radiation dose received by any ship’s force personnel aboard the ship when it passed through the area was less than the radiation exposure received from about one month of exposure to natural background radiation, » the fleet said in a statement.

    The 7th Fleet ships began moving out of the downwind direction from the nuclear power plant Sunday night and were in the northern sea area off Sendai as of Monday afternoon.

    ==Kyodo

    1. »The maximum potential radiation dose received by any ship’s force personnel aboard the ship when it passed through the area was less than the radiation exposure received from about one month of exposure to natural background radiation, » the fleet said in a statement.

      Dedieu ! Et ça suffit pour faire battre en retraite la 7ème Flotte US, porte-avions Ronald Reagan compris ! Et c’est pour ça qu’on nous fait payer à prix d’or un empire protecteur ! Et si le vent tourne, ils vont bouger encore ? Ou carrément rentrer au poulailler ? T’appelles les Gendarmes du Monde, l’invincible Armada, et t’as les gendarmes de St Tropez qui rappliquent… Ça commence comme du Spielberg ou du Cameron et ça finit comme du Jean Girault ou du Oury !

Les commentaires sont fermés.