MARDI 15 MARS : MARCHES BOURSIERS

L’aggravation de la situation à la centrale nucléaire de Fukushima a provoqué une baisse de l’indice NIKKEI qui perd 10,55 % en clôture, chute qui entraîne à sa suite les autres bourses mondiales. L’action de Tokyo Electric Power (Tepco), qui gère entre autres la centrale, a perdu 24,7 %. Les firmes de travaux publics dont les titres avaient bondi lundi ont également subi de lourdes pertes lors de la séance d’aujourd’hui.

Pour soutenir le yen, le Banque du Japon avait injecté sur les marchés l’équivalent de 130 milliards d’euros lundi, suivis de l’équivalent de 70 milliards d’euros aujourd’hui.

À 15h15, le CAC 40 à Paris était en baisse : -3,87 %, le DAX à Francfort : -4,91 %, le FTSE à Londres : -2,42 %. Les indices boursiers américains, un quart d’heure donc après l’ouverture, le sont également : DJIA : -2,06 %, S&P 500 : -2,25 % et NASDAQ : -2,43 %. En clôture, les bourses européennes ont pu limiter les dégâts : CAC 40 : -2,24 %, DAX : -3,21 % et FTSE à Londres : -1,19 %.

Partager :

102 réflexions sur « MARDI 15 MARS : MARCHES BOURSIERS »

  1. mouais, la bourse n’est pas votre tasse de thé, de plus, ce n’est pas un baromètre fiable car des forces obscures peuvent agir sur la tendance. Et puis il va falloir reconstruire, alors le “marché” est en proie au doute pour le financement, mais on sait que l’argent ne manque pas dans le monde pour la cause économique. Donc, les bourses vont saisir l’opportunité des catastrophes pour rebondir. C’est l’histoire de la bourse et la vie…

  2. gloups !!! pauvre japonais si exemplaire et pauvre de nous ! :

    Le commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger, qualifie l’accident nucléaire au Japon d'”apocalypse”, estimant que les autorités locales avaient pratiquement perdu le contrôle de la situation dans la centrale de Fukushima. “On parle d’apocalypse et je crois que le mot est particulièrement bien choisi”, a-t-il déclaré devant une commission du Parlement européen à Bruxelles. “Pratiquement, tout est hors de contrôle”, a-t-il ajouté. “Je n’exclus pas le pire dans les heures et les jours à venir”.

  3. @ Lisztfr et Eninel
    Pourquoi aider les rebelles Lybiens ?
    Qui sont-ils ? Qui les commande ?
    Votre comparaison avec la guerre civile espagnole est certes romantique mais sa pertinence s’arrête là il me semble.
    Bien sûr Kadhafi n’est certes pas quelqu’un de très sympathique mais ses opposants ne me paraissent pas plus recommandables.
    D’une manière générale je suis stupéfait de la réaction de beaucoup de gens par rapport à ces soulèvements qui touchent le maghreb et maintenant les pays arabes.
    Nous sommes dans un pays qui est fortement impliqué dans cette région comme beaucoup d’autres pays (Grande Bretagne, USA, Israël, Iran, …), alors il est évident que les informations que l’on reçoit de la presse mainstream sont au mieux manipulées quand elle n’est pas complétement dirigées.
    Rappelons-nous qui possèdent la plupart de nos journaux, qui dirigent les rédactions de nos télévisions, …
    Alors svp, avant de s’enflammer pour des causes qui paraissent louables je ne saurais trop vous conseiller de lire d’autres points de vues disponibles sur le net.
    Je ne dis pas que ces sources ont obligatoirement raisons et qu’elles, aussi, ne sont pas manipulés mais on a le droit d’avoir l’esprit indépendant, critique et de se faire sa propre idée.
    Mon idée c’est que je ne crois pas aux mouvements révolutionnaires spontanés qui durent ainsi plus que quelques jours.

    D’ailleurs si on fait un parallèle avec le Japon, voyez comment un fait simple à la base : un incident nucléaire (qui vire dangereusement à la catastrophe), débouche sur une avalanche d’informations contradictoires, plus ou moins contrôlées. Comment, cet événement, pourtant si lointain, a des répercussions sur notre politique interne et peut être sur la politique énergétique européenne.

    Alors quand il s’agit d’événements aussi chaotiques (au sens mathématique du terme) que les relations géostratégiques, je recommande la plus grande humilité quant à leurs compréhensions.

    Ceci dit, les interventions sur ce blog sont bien plus riches et pertinentes que ce que l’on peut entendre sur France Inter et France Culture par exemple. 🙂
    Quand je pense que ces journalistes et spécialistes auto-proclamés sont payés pour raconter leurs banalités, c’est affligeant.

  4. The End of growth – Richard Heinberg
    http://www.youtube.com/watch?v=XjFQLGVIJak

    – Les hydrocarbures furent un véritable jackpot d’un point de vue économique, c’est ce qui permis à une croissance phénoménale de voir le jour au cours du XXème siècle.

    – Avec l’augmentation des flux liés à l’utilisation des hydrocarbures il n’y a plus eu assez d’or que pour couvrir l’augmentation des flux c’est pourquoi la monnaie fiat fut créée pour se substituer à la monnaie de papier basée sur des commodités (or …).

    – La monnaie est crée en fonction de la création de dettes et en fonction des intérêts que génèrent ces dettes et la validté de ces dettes crééent aujourd’hui dépend de la croissance économique de demain (ponzi).

    – Quand la croissance économique cesse (ou ralentit) les économies basées sur cette croissance entrent en mode survie (cfr. renflouements).

    – La solution passe par la fin de l’endettement (la procrastination)

    C’est simple, c’est clair, et ça dérange … au point que l’on ne préfère ne pas en parler !!!

    1. @ Peak.Oil.2008 dit : 15 mars 2011 à 19:04

      La solution passe par la fin de l’endettement

      La cause racine de la crise financière serait donc, en réalité, énergétique. Cela a été affirmé de nombreuses fois, notamment sur ce blog. La fin de l’endettement ne veut pas dire la fin des capitaux et du capitalisme au contraire.

      L’économie va retrouver son vrai sens premier : l’EPARGNE par capitalisation pour constituer le CAPITAL.
      Il va prendre une importance encore plus grande qu’avant

  5. Pour soutenir la Bourse de Tokyo, l’Etat japonais à injecté “130 milliards d’euros lundi, suivis de l’équivalent de 70 milliards d’euros aujourd’hui.”
    Convertis en anciens centimes, cela fait autour de 12000 milliards. Il sera intéressant de comparer la somme alloué aux sauvetages, soins, décontaminations, reconstructions, sanctuarisations prévisibles, en regard de cet argent jeté à des institutions et particuliers pour qu’ils ne cessent pas leurs jeux essentiellement spéculatifs et copieusement enrichissants.

Les commentaires sont fermés.